Kidygo, SNCF : quelle solution pour faire accompagner ses enfants en train ?

 |   |  578  mots
La SNCF propose elle aussi un système d'accompagnement des enfants entre 4 et 14 ans.
La SNCF propose elle aussi un système d'accompagnement des enfants entre 4 et 14 ans. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
Deux Lyonnais ont lancé une plateforme mettant en relation de potentiels accompagnateurs avec les parents qui souhaitent faire voyager leurs enfants seuls dans le train. Un service concurrent de celui que propose la SNCF.

Alors que les grandes vacances approchent, l'heure est à l'organisation. Surtout pour les enfants que l'on aimerait occuper ou les envoyer au grand air deux mois durant. Ce qui n'est pas forcément évident à faire lorsqu'on a soi-même une ou deux semaines de congés, et peut-être des impératifs inhérents aux familles dites recomposées à gérer. C'est un peu la problématique à laquelle souhaitaient répondre Joanna Faulmeyer et Thomas Dournet, deux étudiants, en créant la startup Kidygo, fin 2014.

Aucune limite

Pour cela, les deux Lyonnais ont lancé une campagne de crowdfunding (financement participatif) qui leur a permis de récolter 3.000 euros. Concrètement, il s'agit d'une plateforme de mise en relation entre des accompagnateurs potentiels et des parents. Ceux-ci inscrivent sur le site le nombre d'enfants à garder, leur âge, ainsi que l'indemnisation pour le trajet en question. Notons à cet égard que le site n'a pas établi de liste de villes desservies : tous les voyages sont possibles - pourvu qu'un accompagnateur soit disponible. Et pour se rémunérer, le site prélève une commission de 10% sur le montant remboursé sur le prix du billet.

Par exemple, on peut trouver l'annonce de Madame B. qui propose un billet Paris - Toulouse le 8 juillet, intégralement pris en charge (Kidygo prélèvera alors une commission de 5 euros) pour accompagner ses deux enfants de 11 et 14 ans. Un billet qui est proposé au prix de 63 euros sur le site de la SNCF pour un adulte entre 26 et 59 ans. Autant dire que l'offre paraît intéressante pour l'accompagnateur.

Une sécurité relative

Oui mais quid de la sécurité des enfants, que l'on laisse alors "entre les mains de parfaits inconnus?", s'inquiète Isabelle, une mère de trois enfants, plus que sceptique. Pour rassurer les parents, il y a un système de messagerie instantanée qui permet de faire connaissance avec les "kidysitters" avant le voyage, veut rassurer Joanna, la cofondatrice du site. Celle-ci part toutefois du principe qu'il s'agit d'une question de confiance et de "feeling" assimilable à celle qui se pose lorsqu'on choisit un(e) babysitter d'un soir, tout en conseillant aux parents de contacter voire de rencontrer la personne "choisie" avant le voyage.

"Travailler avec des enfants, ça ne s'improvise pas", met en garde Eric, un jeune Responsable Educatif de la Ville de Paris. Et de poursuivre: "Le minimum, c'est d'exiger un certificat d'aptitude à travailler avec des enfants, mais surtout un extrait de casier judiciaire"! Sauf que "Kidysitting n'a pas les statuts nécessaires, contrairement à une structure physique agréée pour se permettre de réclamer un tel document- le web, c'est nouveau", déplore Johanna, qui assure cependant que son service juridique met tout en oeuvre pour pallier ce manque associé à ce type de nouvelles plateformes technologiques. Celle-ci rappelle en outre qu'à l'instar d'Airbnb, Uber, etc. les membres de l'application se verront attribuer des commentaires.

Un concurrent de la SNCF

En attendant, pour répondre aux besoins et aux attentes de parents les plus récalcitrants, il reste toujours la possibilité d'opter pour l'offre de la SNCF, qui vient d'ailleurs de rebaptiser son service Junior&Cie. Cela dit, la faiblesse de Kidygo en matière de sécurité n'empêche pas certains parents d'être séduits par le concept. En effet, "suite à un pic d'inscriptions le week-end dernier, le site a passé la barre des 4.000 utilisateurs", se réjouit Joanna. Et l'été ne fait que commencer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2015 à 20:34 :
Je m’interroge pour savoir si la SNCF est encore une société nationale vu comment elle parle de moins en moins français !
Réponse de le 24/10/2018 à 13:18 :
La sncf parle en français...kidygo n'est pas un service de la sncf... chez nous c'est junior et compagnie et c'est bien francais
a écrit le 23/06/2015 à 13:19 :
On comprend bien l'aspect lucratif de cette entreprise. En revanche, qui contrôle la moralité des accompagnateurs ? Qui est responsable en cas de malversation ? Quelles sont les qualifications des accompagnateurs ? A-t-on vérifié leur casier judiciaire ? Les deux joyeux lurons de cette entreprise ne seraient-ils intéressés que par le fric ?
Réponse de le 24/06/2015 à 11:20 :
Bonjour Patrick !

Je suis la cofondatrice de KidyGo :).

La notion de confiance est notre priorité numéro 1 !
Sur le site, la communauté est évaluée par un système de notation (note sur 5 et commentaire obligatoire).
Nous obligeons les KidySitters à renseigner des profils détaillés et travaillons pour mettre en place une vérification des cartes d'identité directement sur le site.
Enfin, l'échange entre le parent et le KidySitter est très important ! La messagerie interne est très appréciée par les parents et tous les KidySitters acceptent de rencontrer les parents avant le trajet sur leur demande et rentrent ainsi dans un processus de recrutement similaire à celui d'une baby-sitteur.

Pour la petite histoire, avec mon associé nous sortons tout juste de nos études et avons créé ce service car nous étions des grands habitués du babysitting et utilisateurs du train pendant nos études. Nous avons décidé de créer ce service car c'est un super moyen de s'entraider. Les uns évitent un aller-retour quand les autres peuvent prendre le train moins cher !

N'hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d'informations supplémentaires.

Très bonne journée !

Joanna - joanna@kidygo.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :