Cette startup parisienne qui veut conquérir le monde du sport avec son capteur connecté

Cette filiale de la société suisse Octonion créée par un français a levé 4,9 millions d'euros. Elle compte développer à l'international son capteur capable de mesurer les données des sportifs.
Le capteur développé par PIQ peut être utilisé par les joueurs de tennis.
Le capteur développé par PIQ peut être utilisé par les joueurs de tennis. (Crédits : reuters.com)

PIQ surfe sur la mode du quantified self (mesure de ses données: rythme cardiaque, performances sportives,...). Cette startup parisienne, filiale de la société suisse Octonion, basée à l'Innovation Park de l'EPFL à Lausanne, développe un capteur de 5 mm d'épaisseur pesant 9 grammes. Il peut être adapté à de nombreux types d'accessoires sportifs comme par exemple un gant ou un snowboard et mesurer des données dans des disciplines allant de l'équitation au tennis, en passant par le football et l'escrime.

La commercialisation des premiers accessoires est attendue dès l'été 2015, dans toute l'Europe ainsi qu'aux Etats-Unis et au Japon. Le Français Cédric Mangaud, cofondateur et directeur général de PIQ, espère couvrir 24 disciplines sportives au total.

Foxconn fait confiance à PIQ

La société a annoncé jeudi 21 mai avoir levé 5,5 millions de dollars (4,9 millions d'euros). Le groupe industriel taïwanais Foxconn, sous-traitant d'Apple entre autres, fait partie des investisseurs, avec Ginko Ventures, Robolution Capital et Swisscom.

"Les fonds récoltés vont nous permettre de commercialiser nos produits en partenariat avec trois marques de sport internationales respectivement cet été, à l'automne et à l'hiver 2015", a indiqué à l'AFP  Cédric Mangaud.

Ambitions internationales ?

PIQ, qui a déjà signé des contrats avec trois marques de sport internationales, peut ainsi nourrir des ambitions internationales. La startup espère que les marques lui feront confiance et ne développeront pas leurs projets d'objets connectés sans elle.

"Avec nous, elles ne partent pas de zéro. Créer un objet connecté en partant de rien, ça coûte 4 à 5 millions d'euros et ça prend des années. Avec au final un retour sur investissement incertain puisque les marges sont inférieures à ce dont les marques de sport ont l'habitude d'obtenir", explique Cédric Mangaud à l'Usine Digitale.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 22/05/2015 à 1:42
Signaler
Bravo. La France a pris un tournant important avec la French Tech; Contrairement a bien d'autres pays,la France dispose d'un nombre important d'ingénieurs bien formés qui sont un atout critique dans cette décennie numérique.

à écrit le 21/05/2015 à 17:56
Signaler
Vous ne vous fatiguez pas les gars avec tous ces trucs de que le "made in France" va conquérir le monde ? faites attention, c'est plutôt le monde qui est en train de conquérir la France, connectez vous. Salutations. :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.