Alcatel-Lucent broie du noir et affiche une perte plus importante que prévu

L'équipementier télécoms français a publié vendredi une perte nette de 146 millions d'euros au troisième trimestre, bien supérieure aux prévisions des analystes.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Alcatel-Lucent est toujours à la peine. Après avoir annoncé récemment la suppression de 15% de ses effectifs en France, le groupe de télécommunications a publié vendredi une perte nette de 146 millions au titre du troisième trimestre. C'est bien supérieur aux prévisions des analystes, qui tablaient sur 108 millions. De juillet à septembre, le groupe a subi une perte d'exploitation ajustée de 125 millions d'euros, tandis que le chiffre d'affaires a baissé de 2,8% sur un an à 3,59 milliards d'euros. Un repli cependant plus limité que les prévisions des analystes qui anticipaient un recul de 6,5%. L'action Alcatel-Lucent perd  plus de 6% dans les premiers échanges à la Bourse de Paris vendredi.

"L'heure est à la fermeté"

Ces mauvais chiffres ne vont pas améliorer le climat au sein du groupe français. A la mi-octobre, celui-ci avait annoncé la suppression de pas moins de 1.430 postes sur 9.000 en France. "C'est un coup de massue de plus en France, une catastrophe humaine et industrielle", s'était alors désolée la CFDT.

Pour expliquer cette restructuration, Ben Verwaayen, le directeur général d'Alcatel-Lucent, avait argué que la "structure de coûts [du groupe, Ndlr] n'est pas adaptée à la réalité nouvelle du marché", en annonçant son "Programme Performance" à la fin juillet. Avant d'ajouter qu'il « faut être réaliste, aujourd'hui, l'heure est à la fermeté ».

 

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 02/11/2012 à 12:03
Signaler
Aucune entreprise ne peut survivre si ses coûts sont supérieurs aux recettes. Les syndicats peuvent trépigner tant qu'ils veulent, ça ne changera rien à cette loi d'airain. A refuser de la comprendre, on finit avec plus de 5 millions de chômeurs en F...

le 03/11/2012 à 6:04
Signaler
ne donnez pas d'indication boursiere.Laissons les gauchistes racheter les actions des societes qui sont obliges de licencier en croyant faire de bons investissements,vous etes trop purs les capitalistes,rappelons que ces gens veulent nous vendre la c...

à écrit le 02/11/2012 à 9:55
Signaler
Alcatel-Lucent, Siemens, Nokia, Ericsson ont tous les mêmes faiblesses: des clients opérateurs européens en décroissance de CA et de marge, peu présents sur les coeurs de réseaux opérateurs IP/Internet et peu présents (et non profitables) sur les mar...

à écrit le 02/11/2012 à 9:31
Signaler
En France les syndicats, pas plus que le Gouvernement, ne sont réalistes. Ils se croient encore sous les 30 Glorieuses !

le 02/11/2012 à 19:31
Signaler
Il est temps maintenant qu'ils mettent la clé sous la porte défintifevent. Le prochain est Thales: Le début de la Fin Remercions tout les syndicats de faire de la france un pays déindustrialisé!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.