Altice en passe d'avaler Molotov

 |   |  336  mots
Co-fondateur de Molotov, Jean-David Blanc voit l'arrivée d'un poids lourd comme Altice au capital comme un moyen de démocratiser sa solution.
Co-fondateur de Molotov, Jean-David Blanc voit l'arrivée d'un poids lourd comme Altice au capital comme un moyen de démocratiser sa solution. (Crédits : Capture d'écran Molotov.tv)
Le groupe de télécoms et de médias de Patrick Drahi est entré en négociations exclusives pour prendre une participation majoritaire dans la plateforme de télévision.

Cette emplette sera-t-elle le catalyseur de la "convergence" entre les télécoms et des médias chère à Patrick Drahi? Ce mercredi, son groupe Altice a annoncé être entré en négociations exclusives pour prendre une participation majoritaire dans Molotov, le spécialiste de la télévision en ligne. L'objectif est double. Il s'agit, d'une part, "d'accélérer le développement de Molotov", qui revendique sept millions d'utilisateurs, affirment les deux groupes dans un communiqué commun. Ils ambitionnent, ainsi, de faire de cette plateforme qui agrège les programmes du petit écran "un acteur majeur de l'OTT en France et à l'étranger". D'autre part, Altice France compte sur la solution de Molotov pour améliorer l'"expérience digitale et OTT" de ses clients SFR et RMC.

Le communiqué précise que même si Altice prend le leadership sur le capital de Molotov, il n'est donc pas question de fondre le spécialiste de la télé en ligne dans son groupe. Mais de lui laisser, affirme-t-il, les coudées franches pour assurer son propre développement.

"Devenir le Spotify de la télé"

"Molotov conservera sa marque, ainsi que sa démarche universelle et ouverte à tous, précise le communiqué. La start-up pourra s'appuyer sur l'ensemble des actifs télécoms et médias d'Altice, notamment ses contenus premiums, sa puissance commerciale et son empreinte à l'international afin de poursuivre son développement."

Co-fondateur de Molotov, Jean-David Blanc voit l'arrivée d'un poids lourd comme Altice au capital comme un moyen de démocratiser sa solution. "Cette nouvelle étape nous dotera de moyens à la mesure de cette ambition et nous permettra de devenir le Spotify de la télé en France et à l'international", ambitionne-t-il. Même son de cloche pour Alain Weill, le PDG d'Altice France, qui perçoit Molotov comme un "véritable trait d'union entre les contenus et les infrastructures très haut débit".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :