Le patron de Telecom Italia sur le point de démissionner ?

Selon l'agence AGI qui cite des sources financières proches du dossier, Marco Patuano aurait en fait déjà démissionné, mais cette décision, pour être effective, doit être communiquée officiellement. Le groupe français de médias Vivendi est désormais propriétaire de près d'un quart du capital de l'opérateur italien et détient quatre sièges au conseil d'administration.
Selon des chiffres révisés, le groupe a enregistré une perte nette de 72 millions d'euros l'an passé, contre un bénéfice de 1,35 milliard en 2014, avec des ventes en recul de 8,6%, à 19,718 milliards d'euros.
Selon des chiffres révisés, le groupe a enregistré une perte nette de 72 millions d'euros l'an passé, contre un bénéfice de 1,35 milliard en 2014, avec des ventes en recul de 8,6%, à 19,718 milliards d'euros. (Crédits : © Remo Casilli / Reuters)

L'administrateur délégué de Telecom Italia (TI), Marco Patuano, serait sur le point de présenter officiellement sa démission, selon les médias italiens et l'agence Bloomberg samedi.

Selon l'agence AGI qui cite des sources financières proches du dossier, M. Patuano aurait en fait déjà démissionné, mais cette décision, pour être effective, doit être communiquée officiellement. Ce n'était pas le cas samedi.

M. Patuano serait le seul membre du conseil d'administration du géant italien des télécommunications à avoir démissionné et le président de la société, Giuseppe Recchi, en assurerait l'intérim, selon la même source.

De nombreuses rumeurs

Les rumeurs sur un éventuel départ de M. Patuano et sur ses mauvais rapports avec M. Recchi s'étaient multipliées ces dernières semaines, souligne l'agence.

Selon AGI, la récente visite de M. Patuano à Paris, au siège de Vivendi, premier actionnaire de Telecom Italia, aurait accéléré la sortie du dirigeant, le groupe français demandant une "discontinuité" dans la gestion de TI.

Vivendi, propriétaire d'un quart de l'opérateur italien

Le groupe français de médias Vivendi est désormais propriétaire de près d'un quart du capital de l'opérateur italien et détient quatre sièges au conseil d'administration.

Selon le site du quotidien financier Il Sole-24 Ore, Vivendi aurait demandé à M. Patuano de nouvelles coupes dans les dépenses.

M. Patuano a prévu des économies de 600 millions d'euros sur la période 2016-2018, mais Vivendi aurait demandé des coupes pour un milliard d'euros supplémentaires, selon le site, un effort difficile à supporter alors que le groupe prévoit des investissements en Italie de 12 milliards d'euros sur la même période.

Interrogé par l'AFP, Vivendi s'est refusé à tout commentaire.

Des chiffres qui en disent long...

Telecom Italia a vu son bénéfice net s'évaporer en 2015 et ses ventes reculer fortement.

Selon des chiffres révisés, le groupe a enregistré une perte nette de 72 millions d'euros l'an passé, contre un bénéfice de 1,35 milliard en 2014, avec des ventes en recul de 8,6%, à 19,718 milliards d'euros.

Plusieurs noms ont été avancés pour prendre la succession de M. Patuano, dont celui de Flavio Cattaneo, administrateur délégué du transporteur ferroviaire privé NTV, qui a cependant assuré ne pas être intéressé par le poste.

Les deux autres noms cités par AGI sont celui de Max Ibarra, l'actuel administrateur délégué d'un autre opérateur de téléphonie, Wind, et celui de Corrado Sciolla, président de Bt Global Services Europe.

L'agence assure que le délai pour choisir un nouveau patron pour Telecom Italia sera bref.

L'association des petits actionnaires de TI a déploré dans un communiqué le silence du gouvernement italien dans une affaire qui concerne un secteur stratégique.

Selon AGI, M. Patuano obtiendrait un bonus de 7 millions d'euros à son départ et "2-3 autres hauts dirigeants qui lui sont proches pourraient quitter le groupe".

(AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.