Softbank annonce un plan de rachat d'actions : le titre décolle de plus de 17%

 |   |  304  mots
(Crédits : Toru Hanai)
L'action du géant japonais Softbank s'est envolé de plus de 17% ce jeudi 7 février à la Bourse de Tokyo. Le PDG de l'entreprise Masayoshi Son s'était plaint la veille, durant la présentation des résultats trimestriels, d'une sous-évaluation de l'action, et avait annoncé le rachat de 10% de ses titres en circulation.

L'action du géant japonais des télécommunications et services en ligne Softbank Group s'est envolée de 17,72% ce jeudi 7 février à la Bourse de Tokyo, au lendemain de l'annonce d'un plan de rachat d'actions d'une ampleur inédite pour la société de Masayoshi Son. Le titre, qui avait débuté sur un gain de l'ordre de 10%, n'a cessé de grimper davantage au fil des heures et a fini ainsi au maximum autorisé pour cette séance, avec un gain de 1.500 yens à 9.962 yens.

Le PDG de l'entreprise s'était offusqué mercredi durant la présentation des résultats financiers des neuf premiers mois de l'exercice 2018/2019, d'une sous-évaluation de l'action, d'après lui, au regard de l'état financier de l'entreprise et de ses performances. Il avait alors annoncé qu'il allait utiliser une partie de l'argent encaissé lors de la mise en Bourse d'un tiers de sa filiale japonaise de services mobiles pour racheter une partie de ses propres actions. Un type d'opération qui plait aux actionnaires.

Le groupe compte consacrer 600 milliards de yens (4,8 milliards d'euros) au rachat de 10% de ses titres en circulation.

Un bond du bénéfice net de 52%

Softbank Group, qui est désormais davantage une société d'investissement dans diverses firmes technologiques jugées à haut potentiel, a par ailleurs fait état d'un bond de 52% de son bénéfice net sur les neuf premiers mois de l'exercice 2018/19 (avril-décembre 2018), en grande partie grâce aux gains réalisés par son fonds Softbank Vision Fund.

Le Vision Fund détenait fin décembre des parts dans 49 entreprises, mais son portefeuille évolue rapidement. Softbank a précisé que le fonds s'était défait des actions qu'il détenait dans l'entreprise de cartes graphiques NVidia, valorisée autour de 398 milliards de yens (3,2 milliards d'euros) en décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2019 à 23:47 :
J'estime que c'est une opération illégale qui devrait être interdite, car c'est manifestement une opération financière spéculative prévisible, qui n'a rien à voir avec les résultats de l'entreprise. Et il y a certainement délit d'innitiés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :