Sprint-T-Mobile  : le département de la Justice favorable à une fusion

 |   |  310  mots
Ce feu vert serait cependant assorti de conditions, notamment l'obligation pour les opérateurs de céder des actifs, dont la marque Boost Mobile à l'opérateur de télévision par satellite Dish Network Corp, ont précisé les sources.
Ce feu vert serait cependant assorti de conditions, notamment l'obligation pour les opérateurs de céder des actifs, dont la marque Boost Mobile à l'opérateur de télévision par satellite Dish Network Corp, ont précisé les sources. (Crédits : DADO RUVIC)
Le département américain de la Justice (DoJ) devrait approuver ce vendredi le projet de fusion à 26 milliards de dollars (23 milliards d'euros) entre les opérateurs télécoms Sprint et T-Mobile US, a appris Reuters de sources proches du dossier.

La décision était très attendue. Le département américain de la Justice (DoJ) devrait approuver ce vendredi le projet de fusion à 26 milliards de dollars (23 milliards d'euros) entre les opérateurs télécoms Sprint et T-Mobile US, a appris Reuters de sources proches du dossier. Makan Delrahim, chef des services de la concurrence du DoJ, fera vendredi une annonce importante sur une fusion, a annoncé le département américain de la Justice.

Ce feu vert serait cependant assorti de conditions, notamment l'obligation pour les opérateurs de céder des actifs, dont la marque Boost Mobile à l'opérateur de télévision par satellite Dish Network Corp, ont précisé les sources. Dish serait également prioritaire pour acquérir les droits de location des tours télécoms que T-Mobile estimera comme redondants à l'issue de sa fusion, ajoutent les sources.

Accord de principe de la FCC

T-Mobile US, filiale de Deutsche Telekom et troisième opérateur de téléphonie mobile aux États-Unis, veut fusionner avec Sprint, contrôlé par le japonais Softbank, pour mieux concurrencer Verizon Communications et AT&T, les deux leaders du marché américain. Ajit Pai, président de la Commission fédérale des communications (FCC), a donné son accord de principe à la fusion et devrait officialiser sa position dans les semaines qui viennent.

La FCC devrait accorder à Dish davantage de temps pour exploiter le spectre de fréquences acquis auparavant, mais pourrait également lui imposer des sanctions s'il ne parvient pas à mettre sur pied un réseau de téléphonie mobile grand public selon un calendrier déterminé à l'avance. Le projet T-Mobile-Sprint, annoncé en avril 2018, reste confronté à d'importants obstacles. Plusieurs États américains ont engagé une procédure en juin pour bloquer cette fusion, estimant qu'elle coûterait au consommateur plus de 4,5 milliards de dollars par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2019 à 12:25 :
Faut voir «  aussi » si les fusions plaisent «  aux clients »
En essayant de concurrencer pour gagner 2 grains de riz vous risquez de perdre tout le riz...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :