Ubisoft : Vivendi bloque une résolution stratégique

Le géant des médias, premier actionnaire de l’éditeur de jeux vidéo, a fait échec pour la deuxième année consécutive à la volonté de la direction de l'éditeur de jeux vidéo de distribuer des actions gratuites à ses salariés en s'abstenant vendredi lors du vote en assemblée générale.

2 mn

Vivendi a déclaré dans un communiqué qu'il aurait souhaité voter la résolution sur les actions gratuites aux salariés mais que l'attitude de la famille fondatrice ne l'a pas permis.
Vivendi a déclaré dans un communiqué qu'il aurait souhaité voter la résolution sur les actions gratuites aux salariés mais que l'attitude de la famille fondatrice ne l'a pas permis. (Crédits : Jonathan Alcorn)

Vivendi continue d'afficher son mécontentement. Le premier actionnaire d'Ubisoft a fait échec pour la deuxième année consécutive à la volonté de la direction de l'éditeur de jeux vidéo de distribuer des actions gratuites à ses salariés en s'abstenant vendredi lors du vote en assemblée générale. Le vote du géant des médias sur cette résolution considérée comme clef par Ubisoft pour attirer des talents dans un secteur concurrentiel était la principale inconnue d'une assemblée générale où Vivendi s'était abstenu de présenter ses propres résolutions.

La résolution, examinée en assemblée générale extraordinaire, n'a pas obtenu les deux tiers des voix nécessaires, Vivendi s'étant abstenu comme sur la plupart des autres résolutions. Les autres dispositions, concernant notamment l'entrée de nouvelles administratrices indépendantes au conseil ou la rémunération du PDG Yves Guillemot, ont en revanche toutes été adoptées.

"Absence totale d'ouverture"

Vivendi a déclaré dans un communiqué qu'il aurait souhaité voter la résolution sur les actions gratuites aux salariés mais que l'attitude de la famille fondatrice ne l'a pas permis. "Vivendi, fort attaché au soutien et à la fidélisation des talents, aurait voulu soutenir la résolution 31 autorisant l'attribution gratuite d'actions mais déplore que le conseil d'administration d'Ubisoft y ait mêlé intérêts des salariés et des dirigeants du groupe", a expliqué le groupe de médias.

Les frères Guillemot ferraillent depuis deux ans pour préserver l'indépendance de l'éditeur des jeux à succès "Just Dance" et "Lapins Crétins" face à l'irruption au capital du géant des médias, devenu le premier actionnaire avec près de 27% du capital. "Force est de constater que l'absence totale d'ouverture de la part des actionnaires familiaux d'Ubisoft prive l'entreprise d'un soutien important dans son développement et d'une expérience éprouvée dans le domaine des médias et du divertissement", a ajouté Vivendi dans son communiqué :

"Vivendi regrette qu'au mépris de toute logique de gouvernance, il n'ait toujours pas été invité à être représenté au conseil d'administration de l'entreprise, alors qu'il en est le premier actionnaire avec 26,63% du capital. Il considère dans ces conditions avoir été dans l'impossibilité d'approuver les résolutions soumises au vote."

(avec Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.