L'union fait la force "émergente"

 |   |  363  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Un fonds, proposé par Sycomore Asset Management, combine le talent de plusieurs gérants du monde émergent.

À l'origine, en 2003, l'idée était de créer un club de gérants qui partageaient une approche commune de gestion. Cette initiative a, entre autres, permis de proposer le fonds Synergy Smaller Cies (+ 44 % sur 3 ans), investi sur les petites et moyennes capitalisations européennes. En 2010, le club s'est ouvert à de nouveaux gérants internationaux : Quantum (Inde), Jardim Botanico Investimentos (Brésil), Avaron (Europe de l'Est) et Allard Partners (Chine). Ainsi a été créé UIS Synergy Emerging Markets, qui s'appuie donc sur la pertinence de la sélection de valeurs de chacun des partenaires émergents sur ses marchés de prédilection.

Le portefeuille comprend environ 90 titres et s'articule autour de quatre « poches » géographiques avec une prédominance de l'Asie (55 % de l'encours), suivi par le Brésil (20 %), l'Inde (15 %) et l'Europe de l'Est (10 %). On notera que cette allocation, proche de celle de l'indice MSCI Emerging Markets, exclut de fait l'Afrique du Sud et ses valeurs aurifères. Lancé en début d'année, le fonds est orienté vers les entreprises locales qui ne sont pas nécessairement présentes dans les grands indices émergents. On retrouve les valeurs brésiliennes de consommation TeleSP ou Bermatech, ainsi que les industrielles Gerdau et Mills. Petrobras, qui représente pourtant 12,5 % de l'indice brésilien (le Bovespa) est absent du portefeuille. Sur le marché indien, Hindustan Unilever et Indiahotels.com ont été sélectionnés, de même que le promoteur immobilier local Housing Development. En Europe de l'Est, ce sont les banques OTP et Sberbank qui ont été retenues, de même que le groupe polonais Tauron Polska Energia. Enfin, pour l'Asie, on retrouve China Mobile, Jardine Strategic, E-mart ou encore Bank of China. Les frais de gestion annuels sont fixés à 1,8 % du capital investi. Pour chaque « poche » géographique, une commission de surperformance de 20 % de l'excédent de gain est prélevée dès lors que le gérant local a battu son indice de référence. Le fonds, qui a bien résisté depuis le début de l'année (- 11,8 % contre - 19,6 % pour la catégorie) est valorisé quotidiennement mais un préavis de 5 jours est nécessaire en cas de sortie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :