L'IVG devient gratuite pour toutes les femmes

 |   |  311  mots
Les IVG instrumentales doivent être pratiquées avant la fin de la 12ème semaine de grossesse et les IVG par voie médicamenteuse jusqu'à la fin de la 5ème semaine de grossesse. Copyright Reuters
Les IVG instrumentales doivent être pratiquées avant la fin de la 12ème semaine de grossesse et les IVG par voie médicamenteuse jusqu'à la fin de la 5ème semaine de grossesse. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Dès 2013, cette intervention deviendra 100% remboursée par l'assurance maladie, de même que la pilule pour les mineures. Ceci fait suite à un article du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013 voté ce vendredi matin par l'Assemblée nationale.

C'était une promesse de campagne de François Hollande. Elle est désormais actée et entrera en vigueur dès janvier : l'Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) devient totalement gratuite. Jusqu'à présent, elle ne l'était que pour les mineures non émancipées, sans consentement parental et pour les bénéficiaires de la CMU. Les autres femmes enceintes devaient prendre à leur charge 20% du coût de l'opération si l'IVG était pratiquée dans un établissement de santé, et 30% si elle l'était hors de celui-ci.

Une obligation de service public

Ce remboursement de l'acte dans sa totalité a été adopté ce vendredi matin par les députés. Un amendement de l'UMP Dominique Tian, membre de la Droite populaire, qui proposait de supprimer cet article du PLFSS 2013 a été rejeté par 90 voix contre 6. Tous les groupes, y compris la majorité du groupe UMP, ont voté contre cet amendement de suppression. La mesure coûtera 16,73 millions d'euros à l'Etat.

Le gouvernement entend ainsi revaloriser les tarifs de cette procédure afin de la "mettre en cohérence avec les coûts réels des établissements et garantir un accompagnement suffisant des femmes demandant une IVG". Ce dernier est considéré comme une obligation de service public.

Contraception gratuite pour les adolescentes

Coté contraception aussi il va y avoir du nouveau. La pilule - ainsi que les autres contraceptifs - va être remboursée à 100% pour les jeunes filles âgées de 15 à 18 ans. Les députés ont adopté ce 26 octobre un amendement de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, allant en ce sens.

En 2010, 225.000 femmes ont du subir une IVG selon l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS). D'après l'Institut National des Etudes Démographiques (INED), 40% des femmes vivant en France auront recours à une IVG au moins une fois au cours de leur vie.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/08/2013 à 17:16 :
on va payer pour l'irresponsabilité de certaines et pour la lâcheté des parents
a écrit le 25/06/2013 à 9:31 :
Si l' IVG est gratuite pour les femmes , elle est payante pour le contribuable contraint par une loi scélérate de payer de sa poche un acte que bien souvent il regarde comme un meurtre. Dieu jugera.
a écrit le 24/06/2013 à 19:38 :
C est pr s avoir à cke c gratuit pour les gent ki sont la CMU?
a écrit le 12/03/2013 à 8:40 :
voila une mesure qui va reduire le deficit de secu
a écrit le 06/03/2013 à 13:11 :
QUI PAYE ????
et en plus pour cautionner une société déresponsabilisante, mortifère ....

Les finances publiques n'ont elles pas d'autres priorités ?... comme l'emploi !!!!!
oui, continuons à financer une société d'assistés non responsables.... jusqu'à la faillite comme en Grèce
a écrit le 06/03/2013 à 10:08 :
celà signifie qu'il y a eu avant , volonté ou désir d'être enceinte ! dites moi si je résonne comme un coup de marteau sur un tas de m...e !! car j'ai du mal à comprendre ................. c'est de l'infantilisation programmée . j'ai des dettes ! s'pas grave la commission va effacer ! je casse ma boite durant une grêve ! c'est possible avec l'amnistie ! là il faut botter l'arrière train .. de ce président .
a écrit le 09/01/2013 à 13:57 :
En tant que femme, j'estime que l'avortement aurait dû être en partie payant pour les femmes adultes qui y ont recours afin de comprendre que cet acte n'est pas anodin. Il devrait être payant dès le 2ème avortement. S'agissant de la pilule, certaines sont gratuites et donc abordables. J'estime que le progrès doit être payé. Enfin, il serait grand temps que ce moyen de contraception soit substitué à un autre tout aussi efficace. Car la pilule est un médicament que seule une femme doit assumer. Quant aux jeunes femmes qui fréquentent et vont au lycée, les parents qui admettent que leur fille couche, devraient assumer la coût de la contraception. Seules les jeunes femmes sans soutien devraient y avoir accès gratuitement. A force de tout donner, cela devient un droit extrêmement cher alors que les services de santé ont des problèmes financiers. Se prendre en charge, à l'heure d'internet, de réseaux sociaux ne pas être informé, c'est du je-m'en-foutisme notoire.
a écrit le 28/10/2012 à 15:59 :
On va encore payer pour le plaisir sans retenue de certains où certaines. Dire que c'est l'éapoque de faire des économies. Le' PS est en train d'accélérer la décadence de notre civilisation !
a écrit le 27/10/2012 à 11:21 :
Encore un effort messieurs les socialistes, il faut la rendre obligatoire!!!!
a écrit le 27/10/2012 à 11:03 :
après les salles de shoot, l'avortement aux frais du contribuable, les pillules aux petites filles, a quand les bordels gratuits?
a écrit le 27/10/2012 à 10:19 :
Ceux qui veulent interdire l'avortement n'ont qu'à prendre en charge avec leurs propres frics l'éducation de ces enfants non désirés.
Réponse de le 29/10/2012 à 9:38 :
Chacun devrait payer pour les conséquences de son propre plaisir
Réponse de le 09/01/2013 à 14:01 :
L'avortement ne doit pas être interdit. Il doit être accessible mais non gratuit sauf pour certains cas bien précis. A l'heure actuelle, c'est facile comme attitude d'avoir recours à l'avortement avec tout ce qui existe. Nous ne sommes plus au vingtième siècle où l'homme se débinait et la femme devait avoir recours aux "faiseuses d'ange". Aujourd'hui, les hommes sont concernés (tellement que les homos veulent être pères !), les femmes informées, les moyens de contraception abordables et les préservatifs gratuits et distribués ici et là. Par contre, quelqu'un qui n'est pas autonome financièrement ou une femme qui tombe enceinte à un moment délicat ou qui a déjà des enfants, doivent pouvoir se faire avorter gratuitement pour la jeune, payant en partie pour la femme adulte. Cela s'appelle de la responsabilité. Au train où va la société, dans quelques années, la pilule sera devenue inutile.
a écrit le 27/10/2012 à 5:18 :
La sélection par l'IVG ou l'incitation des mineurs à exercer leur sexualité sans contrainte ?
a écrit le 26/10/2012 à 23:59 :
c'est ainsi que chaqu'un de nous qui cotisons pour la Sécu, payons les meutres commis en France sur environ 200.000 enfants qui n'ont rien demandé. Et on ne peut même pas s'y opposer. Nous vivons dans un pays à la dérive.
a écrit le 26/10/2012 à 20:41 :
L'IVG aurait dû rester une boue de secours dans des cas bien particuliers, pas devenir un moyen contraceptif de plus (ce sont des médecins qui font ce constat) ! Et pourquoi la gratuité alors que la sécu est en déficit permanent ?
a écrit le 26/10/2012 à 17:47 :
Les 0.3% pompés chez les retraités , c'est fait pour ca , ils ne vont pas rire les retraités
sur la photo elle n est pas enceinte , elle a mangé trop de choux
Réponse de le 26/10/2012 à 18:15 :
C'est vrai; et après, elle mange les notres
a écrit le 26/10/2012 à 16:35 :
Dire qu'il y en a qui galèrent pendant des années pour pouvoir adopter, et d'autres qui font des IVG car ils ont trop d'enfants; c'est un peu comme la moitié de la planète qui mange trop et l'autre moitié qui ne mange pas à sa faim.
Il y a un côté triste dans tout ceci, mais par pitié changez l'image d'illustration de l'article, car y mettre une femme enceinte, une des plus belles choses qui existent dans un article sur l'IVG c'est vraiment de mauvais goût.
Réponse de le 26/10/2012 à 19:29 :
Complétement d'accord avec vous. Une chose aussi belle à côté d'un sujet aussi triste !
a écrit le 26/10/2012 à 16:26 :
Revient moins cher que toute une vie accrochée à la CAF
a écrit le 26/10/2012 à 16:23 :
La seule mesure efficace pour lutter contre le chômage.
Réponse de le 10/07/2014 à 18:13 :
cette loi sur la pénibilité va être le point d'orgue, le graal, la quintessence du "génie" français pour créer des monstres antiproductifs, des repoussoirs à entrepreneurs, et des gouffres financiers
a écrit le 26/10/2012 à 15:18 :
Ce n'était pas encore remboursée? J'espère que ce Parlement a gagé le coût de la mesure sur une économie. Sinon c'est le vote du déficit, une fois de plus.
Réponse de le 27/10/2012 à 11:23 :
Non, sur une taxe supplémentaire paye par les parents.
a écrit le 26/10/2012 à 14:44 :
Stop a la discrimination. Si les contraceptifs sont gratuits pour les filles mineures il doit en etre de meme pour les garcons: alors préservatifs gratuits dans les lycées.
Par ailleurs 40% des femmes auraient recours à l'IVG durant leur vie: effrayant ! Honteux meme. Je ne pense malheureusement pas que cette mesure va améliorer les choses.
Réponse de le 09/01/2013 à 14:03 :
Préservatifs gratuits : déjà en cours sinon le coût du préservatif n'est en rien celui de la pilule ni les mêmes dangers.
a écrit le 26/10/2012 à 14:37 :
C'est quoi cette photo de femme enceinte de plus de 6 mois pour un article sur l'IVG et la pilule ! NON MAIS FRANCHEMENT ! Haut niveau journalistique encore.
Réponse de le 27/10/2012 à 6:01 :
Exactement ma réaction. Entre ça et Peillon qui veut nous remettre un peu d'éducation sexuelle pour les 6/10 ans, au cas où L'éducation d'état n'ait pas encore réussi à les défaire assez du lien petit bourgeois de la cellule familiale...
a écrit le 26/10/2012 à 14:27 :
Douteuse la photo d'une femme très enceinte pour illustrer un article sur l'IVG...
a écrit le 26/10/2012 à 14:26 :
Ils sont un peu débiles sur les bords... Le problème est prit complètement à l'envers ! Rembourser déjà mieux les contraceptifs serait certainement plus judicieux...
Réponse de le 26/10/2012 à 14:51 :
Remarque judicieuse de prévention. mais il s'agit ici de cout à supporter pour un nombre restreint d'intervention. Une IVG et une boite de pilules c'est pas tout à fait la même charge ni le même nombre de patientes. je pense qu'il y a un problème de moyens au delà. Mais limiter le nombre d'IVG par la prévention est un objectif. D'ailleurs c'est ce qui est ciblé sur les mineures. Après il y a l 'éducation et cela ne coute qu'un peu de dialogue inter générationnel.
Réponse de le 26/10/2012 à 20:32 :
@taranis - "Nombre restreint d'interventions" ?? le chiffre c'est : 210.000 IVG par an en France !!!! inimaginable ce chiffre, alors que les femmes ont lutté dans les années 70 pour la pilule contraceptive ; nous avons fait un bon en arrière de 60 ans !
Réponse de le 02/01/2013 à 13:19 :
J ai surement été maladroite dans le mot choisi Mais le droit à l avortement et l accès à un mode de contraception adapté sont indissociables pour les droits des femmes, en France comme sur la scène internationale. Le droit à disposer de son corps est l une des conditions de l émancipation, une étape indispensable qui en détermine beaucoup d autres. Le contrôle des naissances est un droit fondamental des femmes consacré par la loi depuis 1975 relative à l interruption volontaire de grossesse. la contraception est autorisée en 1967.Il y a 60 ans nous étions des criminelles.et fautives de n avoir pas su se protéger des hommes dominateurs. Chaque femme connaît en moyenne une grossesse non prévue dans son existence et l interrompt une fois sur deux. La légalisation de l avortement n a pas entraîné sa banalisation, pas plus qu elle n a conduit au relâchement de la contraception. L avortement en France joue essentiellement un rôle palliatif lors de l échec de la contraception. Pour la grande majorité des femmes (sept sur dix), le recours à l IVG est accidentel..Malgré une politique plus volontariste de prévention des grossesses non désirées, il persistera toujours chez les adolescentes des demandes d IVG parce que les méthodes contraceptives ne sont ni parfaites ni parfaitement utilisées et qu il y a une réelle différence entre désir de grossesse et désir d enfant. Contraception et avortement ne s opposent donc pas toujours nécessairement. Seules 2 %des femmes sont exposées à un risque de grossesse, ne veulent pas d enfant, et malgré tout, n utilisent pas de contraception. Malgré une augmentation de l accessibilité à certaines contraceptions encore peu utilisées (pilule du lendemain, contraception locale), il restera toujours un nombre incompressible de grossesses non désirées.
a écrit le 26/10/2012 à 14:25 :
En france la mentalite est dans le caniveau.
a écrit le 26/10/2012 à 14:02 :
Je pensais que le temps était à l'économie et aux efforts pour toutes et tout ?!!!
Réponse de le 07/03/2013 à 11:08 :
ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas, un avortement n'est pas anodin pour celle qui le subit. elle est souvent marquée à vie, alors s'il vous plaît, arrêtez de juger!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :