La liste des évadés fiscaux du gouvernement présumée volée

 |   |  340  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les 3.000 noms de contribuables français "exilés" en Suisse, qui est entre les mains du ministère de l'Economie depuis août, pourrait avoir été volée chez HSBC à Genève, selon Le Parisien.

Ce qui est en train de devenir "l'affaire de la liste" se rappelle le scandale des évadés fiscaux allemands au Lichtenstein. D'après Le Parisien / Aujourd'hui en France, une liste de 3.000 noms de contribuables français fraudant le fisc en Suisse a été volée à HSBC. Cette même liste qui se trouve entre les mains du gouvernement français depuis le mois d'août.

Le quotidien affirme que le vol a eu lieu à Genève fin 2008 dans les bureaux d'HSBC. La "liste" comporte le nom de 3.000 évadés fiscaux, dans trois banques suisses et pour un montant total de 3 milliards d'euros. Il serait, toujours selon le journal, le fait d'une ancienne employée qui se trouve aujourd'hui en France.

Les autorités françaises ont annoncé posséder cette liste en août dernier. Mais ce mercredi matin, Eric Woerth, le ministre du Budget, dément fermement tout paiement de l'Etat en échange de ces informations. A la sortie du Conseil des ministres, il a affirmé que la liste "provient de plusieurs sources", que celles-ci sont "légales" et que les informations des services fiscaux "n'ont pas été payées". Il en a profité pour de nouveau inviter les contribuables français qui ont placé de l'argent à l'étranger pour fuir le fisc à régulariser leur situation avant le 31 décembre. Plus tard dans la journée, il a reconnu que l'ex salarié de HSBC était bien un de ses sources.

La Suisse a ouvert une enquête et réclame des informations de la France, qui fait la sourde oreille. Chez HSBC, on confirme le vol mais on assure qu'il concerne les données ancienne et peu sensibles d'une dizaine de clients tout au plus.

Dans cette affaire aux accents d'espionnage, le procureur de Nice, Eric de Montgolfier se refuse à tout commentaire. Le magistrat a pourtant ouvert une enquête discrète l'été dernier sur la possibilité d'un phénomène de blanchissement d'argent par des clients de HSBC, dont certains résiderais sur son "territoire".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2009 à 10:56 :
Pourquoi aller voler une liste que le Ministére a depuis très longtemps?
a écrit le 09/12/2009 à 10:18 :
Le débat actuel sur l'identité nationale nous demande ce qu'est être Français. Entre autres réponse, on pourrait dire que c'est de ne pas se procurer des fichiers volés...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :