Retraite  : les salariés séduits par l'épargne collective

 |   |  460  mots
L'employeur représente de plus en plus, aux yeux des salariés, une solution à la baisse des pensions. Pourtant, ils sont encore peu nombreux à adhérer à un dispositif.

A quelques jours de la présentation par le gouvernement Fillon de son avant-projet de réforme des retraites, les Français semblent résignés. Malgré cette situation préoccupante, seuls 21 % des salariés ont tenté d'évaluer le montant de leur future retraite, selon le baromètre « Tendances épargne & retraite entreprise » publié par BNP Paribas et Altedia. Et parmi ceux qui ne l'ont pas fait, 81 % n'envisagent pas de s'en occuper. Il faut tout de même préciser que les chiffres de cette étude réalisée fin janvier/début février ne prennent pas en compte le battage médiatique de ces derniers mois autour des retraites. Ils devraient être aujourd'hui sensiblement différents. Néanmoins, selon un sondage d'Amundi réalisé par TNS Sofres auprès d'un échantillon représentatif d'actifs âgés de 25 à 34 ans, 83 % d'entre eux ne sont pas confiants dans l'avenir du système de retraites par répartition.

Pourtant des solutions existent. L'épargne collective (Perco, PERE, Article 83...), notamment, est un bon moyen de préparer sa retraite. 91 % des chefs d'entreprises et 86 % des salariés qualifient ainsi de « démarche naturelle » le fait de placer ses économies dans des dispositifs d'épargne et retraite entreprise. Et ils sont respectivement 79 % et 69 % à voir dans l'épargne salariale un moyen efficace de se constituer un capital en vue de la retraite.

Profiter de l'abondement

D'ailleurs, le Perco (plan d'épargne pour la retraite collectif) a un taux de notoriété de 85?% auprès des chefs d'entreprise et le PERE (plan d'épargne retraite d'entreprise) de 76 %. L'intérêt de l'actionnariat salarié, de son côté, ne cesse de progresser auprès des travailleurs et séduit toujours autant les chefs d'entreprise (voir illustration). Les salariés y voient plusieurs avantages. Préparer leur retraite, bien sûr, mais aussi profiter de l'abondement de l'employeur, et, plus généralement, avoir l'opportunité de réaliser un bon placement.

Néanmoins, malgré la forte popularité de ces dispositifs, ils restent peu utilisés. A peine 7 % des entreprises ont mis en place un PERE, et 14 % un Perco. Dommage, car 73 % des jeunes actifs se disent prêts à souscrire ce dispositif pourvu que l'employeur le leur propose, selon Amundi. L'autre frein au développement de ces outils d'épargne collective est l'information. A peine plus de 50 % des salariés se considèrent « bien informés » sur l'épargne entreprise. Concernant l'actionnariat salarié, 56 % des employés s'estiment mal informés, 26 % se déclarent même « très mal informés ». La profusion des explications accessibles via Internet, la complexité de la législation en la matière et l'opacité de la terminologie dans les notices adressées aux salariés ne sont certainement pas étrangères à ce phénomène.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :