Retraites : l'erreur d'un sénateur permettra (peut-être) aux Français de travailler moins longtemps

 |   |  231  mots
Fatigue ou daltonisme ? Un sénateur s'est trompé sur la couleur du bulletin de vote. Du coup, l'article de la réforme concernant la durée de cotisation a été rejeté.

Par 181 voix contre et 155 pour, l'article 4 de la réforme des retraites a été rejeté ce jeudi au Sénat. Son contenu? La sanctuarisation pour 2020 du principe reliant la durée de cotisation nécessaire pour obtenir le taux plein (41 années en 2012, 41 ans et 6 mois prévus pour ceux nés après le 1er janvier 1958) à la durée de vie une fois à la retraite. Autrement dit, plus l'espérance de vie augmentera, plus la durée de travail exigée s'allongera. Logiquement, la durée dit d'assurance devrait donc s'arrêter à 41 ans.

Le rejet de cet article est, apparement, dû à une erreur. Un sénateur centriste, Adrien Giraud, sénateur de Mayotte, se serait trompé dans la couleur du bulletin. Une bévue qui a suffi à inverser le cours du vote puisqu'il possédait les délégations de vote de l'ensemble du groupe centriste!

D'après Eric Woerth, qui demande une seconde délibération sur cet article, il s'agit d'une erreur matérielle. Un éventuel nouveau vote ne pourrait toutefois intervenir qu'à la fin de la lecture du texte, ce qui retardera à nouveau le vote final.

Rappelons qu'il y a quelques jours, les sénateurs avaient également rejeté un amendement, le n°249 sur... l'alignement de la retraite des parlementaires sur celle le régime général.  Mais, cette fois, il ne s'agissait apparemment pas d'une erreur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :