La Tribune

Et si, pour la France, la croissance se trouvait... au fond des océans ?

Les océans, une chance pour l'économie française ?
Les océans, une chance pour l'économie française ?
Fabien Piliu  |   -  611  mots
Un rapport du Conseil économique social et environnemental (CESE) recommande au gouvernement d’étendre ses droits souverains sur les ressources du sol et sous sol de son plateau continental. Grâce à l’outre-mer, la France est la deuxième puissance maritime derrière les Etats-Unis et devant l'Australie en terme de surfaces exploitables.

Plutôt que de se creuser la tête pour trouver la martingale permettant à l'économie française de retrouver le chemin de la croissance, ne serait-il pas plus simple de creuser le fond des océans ?

Accroître la souveraineté de la France

C'est ce que recommande fortement un rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) présenté mercredi au Palais d'Iéna à Paris. Les conclusions de ses auteurs sont très claires : la France doit se donner les moyens d'accroître sa souveraineté maritime afin de bénéficier dans les décennies à venir des richesses potentielles du sol sous-marin.

Car elle le peut ! En effet, la Convention de l'ONU sur le droit de la mer signée à Montego Bay en Jamaïque en 1982 donne la possibilité à la France, qui est déjà la grâce à l'outre-mer, est la deuxième puissance maritime mondiale derrière les Etats-Unis et devant l'Australie, d'étendre ses droits souverains sur les ressources du sol et sous-sol de son plateau continental.

"Cette possibilité d'extension sur près de deux millions de kilomètres carrés est une chance", explique à l'AFP Gérard Grignon, le rapporteur de l'avis, présenté au nom de la délégation à l'Outre-mer du CESE. Avec ses 1.111.000 kilomètres carrés, la France s'étend sur toutes les latitudes et sur trois océans et possède une Zone Economique Exclusive (ZEE) de 11.025.760 kilomètres carrés.

Une ZEE est un espace maritime qui s'étend sur 188 nautiques au-delà des limites des eaux territoriales, dans lequel l'Etat riverain exerce des droits spécifiques en matière de pêche et d'exploitation des fonds marins

Du cobalt et des nodules polymétalliques à foison

"L'accès à des richesses potentielles, comme des hydrocarbures, des encroûtements cobaltifères, nodules polymétalliques et terres rares", matériaux indispensables aux industries de pointe, constitue "un atout considérable pour notre pays s'il contribue à un nouveau modèle de développement durable, en particulier au profit des collectivités ultramarines. Il faut une prise de conscience de ce que cela peut rapporter à la France", poursuit l'ancien député de Saint-Pierre et Miquelon.

En 2003, la France s'est dotée d'un programme national dit "Extension raisonnée du plateau continental" (Extraplac). Ce programme permet au gouvernement français de construire les dossiers qu'elle dépose, territoire par territoire, devant les instances internationales.

Saint Pierre et Miquelon, sujet de friction avec le Canada

Le dossier Saint Pierre et Miquelon, dont le sous-sol est riche en hydrocarbures, suscite régulièrement des frictions diplomatiques avec le Canada. Pour le moment, aucun accord n'a été trouvé. Mais la France entend tout de même déposer un dossier d'ici la fin de l'année. Une initiative vaine puisque la Commission chargée de l'étudier ne peut se pencher sur des dossiers faisant l'objet d'un litige.

Le CESE regrette que le dossier concernant la Polynésie, qui fait l'objet d'une contestation du Vanuatu voisin soit bloqué comme celui de Clipperton.

Des dossiers avancent

D'autres dossiers sont déjà avancés. Après avoir obtenu l'aval de la Commission, la France doit désormais obtenir la signature d'accords avec des pays tiers. Il s'agit de l'Espagne et de l'Irlande pour le Golfe de Gascogne, du Brésil et du Suriname pour la Guyane, de la Barbade pour les Antilles, et de l'Australie pour le dossier de la Nouvelle-Calédonie comme des Kerguelen.

"Au Quai d'Orsay de se bouger maintenant pour signer ces accords. Dans un contexte de crise économique mondiale, quel pays côtier ne saisirait pas l'opportunité d'accéder à des droits sur des ressources naturelles ?", s'interroge Gérard Grignon.

 

 

Réagir

Commentaires

Didier  a écrit le 22/10/2013 à 17:52 :

Ces ressources ne nous appartiennent pas vraiment, hélas : la Polynésie est un territoire officiellement inscrit par l'ONU comme devant être décolonisé, la Nouvelle-Calédonie, future Kanakie, est une Algérie océanienne, S.-Pierre-et-Miquelon et les îles citées sont à des milliers de kilomètres de Paris. Nous ne vivons pas en 1913 mais en 2013.

jojo  a écrit le 12/10/2013 à 20:54 :

les nappes de pétrole au large de St pierre et miquelon a qui pourraient elles appartenir ?

siantago  a écrit le 12/10/2013 à 16:22 :

Le bateau navigue depuis des années en dessous la ligne de flottaison , il est naturel que son avenir soit au fond de l'Océan ! enfin ce que j'en dit ! l'homme de la Rochelle dans sa citation verbale aurait pu dire la même chose . Pour les incultes. "une vérité de La palisse"

action binaire  a écrit le 10/10/2013 à 15:32 :

Oui c?est vrai ce que cet article a dit car ce n?est pas seulement sur la productivité des grandes entreprises que repose la croissance de la France mais c?est aussi possible par les richesses potentielles, les ressources naturelles? Ces autres ressources peuvent devenir une grande opportunité pour retrouver le chemin de la croissance.

capcha  a écrit le 10/10/2013 à 13:32 :

Pourquoi croyez-vous que la Nouvelle-Calédonie est tant prisée par ... l'Australie qui rêve que "virer" la France!

acier  a écrit le 10/10/2013 à 10:29 :

il y aussi clipperton
http://www.clipperton.fr/incagen.html?nodules.htm~main

Illusion  a écrit le 10/10/2013 à 9:17 :

Quand un pays fait des investissements dans l'armée c'est qu'elle a foi en l'avenir parce qu'elle pense devenir assez riche pour être convoiter! Mais pour l'instant nous subissons le contraire et l'on va se faire piller!

Oui mais  a répondu le 10/10/2013 à 11:04:

Le problème va se poser quand il faudra obligatoirement partager les ressources maritimes avec le reste de l'Europe, la part sera bien moins grande...pardi!

Illusion  a écrit le 10/10/2013 à 9:08 :

Si la France pense être tranquille dans l'exploitation de ses richesses elle se trompe! Elle se fera pillé par le reste de l'Europe!

ahlouf  a écrit le 10/10/2013 à 8:14 :

si on veut étendre ces zones de recherche et exploitation, il faudra aussi songer à les défendre face aux ambitions australiennes, us,chinoises, etc...

balzac  a répondu le 10/10/2013 à 11:37:

beuh si il y'avaient qu'eux , non il faudra aussi ce protéger des écolos , verts et autres sigles qui seront vent debout contre toute idée d'exploiter ces ressources , d'ailleurs si certains états exploiteront leurs fonds marins , nous on le fera pas , regardez le gaz de schiste , donc tout cela finira dans un placard , on a pas fini le concours lepine de taxes et d'impôts a gogo , merci l'écologie sectaire ..

Rogger  a écrit le 09/10/2013 à 22:34 :

Bonjour, l'exploitation des réserve maritime, demande du temps et beaucoups d'argent, deux éléments que la France ne dispose pas vraiment.... Ensuite, cherche ne veux pas dire trouver, et avec nos socialo écol l'exploitation d'un gisement n'est pas prêt d'être rentable.... Pour se qui est des richesses naturelle, la France dispose de mine d'or en Amérique du sud, mais comme il n'y a pas de volonté on laisse les gisements exploite n'importe comment pas les brésilien... Pauvre France. Pauvre de nous.

nEtRICk  a écrit le 09/10/2013 à 22:22 :

Pour défendre un espace maritime aussi grand, il faut disposer d'une marine militaire bien
équipée et largement déployée ! alors que la réduction des moyens de ladite Marine
Nationale est rognée de plus en plus par le pouvoir socialiste. Une "variable d'ajustement"
pour financer toutes les absurdités de ce régime. (Un ancien officier de réserve de la
"Royale")

plouf  a écrit le 09/10/2013 à 21:25 :

alors ,, on plonge ou on plonge pas ???

demo  a écrit le 09/10/2013 à 20:24 :

Nodule polymétallique une solution vieille de 50 ans mais jamais employée et pourtant décrite comme une des solutions d'avenir

zoucafon  a écrit le 09/10/2013 à 19:34 :

Voila la solution !!
Le retour du chasseur cueilleur... oh p'tain!

VERITE  a écrit le 09/10/2013 à 18:50 :

si c est pour deposer des dosiers pour des terrains qui ne serons pas exploitable avant 50ans ou 10oans je n en vois pas l utilisse on seras ou dans 50 ou 100ans ,,??? et conbien cette idee va nous coutez alors que l on narrive pas a renboursee nos dettes ,,,???

jac  a répondu le 09/10/2013 à 20:10:

Ce seront nos descendants qui en profiteront, et alors?

@ jac  a répondu le 09/10/2013 à 21:27:

Si y en a...

Harpagon  a répondu le 09/10/2013 à 23:13:

@ VERITE : le principe de précaution veut qu'on dépose les dossiers, au moins, si ensuite on a besoin de ses terres, nos descendants ne se diront pas que par fainéantise ou par manque de solidarité intergénérationnelle, leurs ancêtres les ont privés d'une ressource qui leur serait bien utile.

lemans  a écrit le 09/10/2013 à 17:20 :

Oui si on y mettait tous les socialos.

Chris  a écrit le 09/10/2013 à 17:07 :

Le Fond des Oceans geres par les Socialistes ... Ils sont deja dans le fond.

dupont  a écrit le 09/10/2013 à 16:39 :

Pour un bilan : http://www.extraplac.fr/FR/sig/sig.php

ivanleterrib  a écrit le 09/10/2013 à 16:33 :

Ce programme ne va pas résoudre la crise économique. Avant d'exploiter ces ressources (si elles existent), il faudra compter plusieurs décennies. Par ailleurs, on ne gère pas des relations bilatérales avec des pays comme avec des petits commerces... Le plus urgent est de renforcer les moyens des agences publiques chargées de gérer ces programmes.

Paulo  a écrit le 09/10/2013 à 16:30 :

Il ne semble que cela vient du programme de Marine le Pen ? Je me rapelle l'avoir entendu parler de cela à plusieurs reprises l'an dernier.

rafale  a écrit le 09/10/2013 à 16:24 :

et la protection de la planète et des espèces marines dans tout çà!!!!!! finalement tout le monde s'en fout, y que le fric qui compte. C'est bien triste.....

bof  a écrit le 09/10/2013 à 15:35 :

Encore un truc qui va vite être enterré par nos amis de gauche.

Tout est résumé  a écrit le 09/10/2013 à 13:51 :

"Au quai d'Orsay de se bouger"....

Nos petit Enarque ne vont pas le faire car pas assez visible, prestigieux! Ils travaillent pour eux et ensuite pour la France...

francois  a écrit le 09/10/2013 à 12:55 :

Bon article un peu répétitif par rapport aux précédent déjà paru.
La France se doit d'explorer toutes les options en matières de ressources maritimes, le problème que nous avons des difficultés pour surveiller l'ensemble de la ZEE et que certains pays en profitent (Chine...). Nous n'avons pas besoin de la flotte de combat conséquente pour surveiller notre ZEE mais une quarantaine de patrouilleur OPV Gowind (prix=45millions?) avec de l'armement modulaire suffirait amplement.
La France a les capacités pour devenir dans la prochaine décennie une puissance minière et gazière voire pétrolière.

kro magnon  a répondu le 09/10/2013 à 13:32:

N'importe quoi! avec 40 Gowind vous surveillez quoi, envoyez un gowind aux Kergelen. Il faut de la patrouille maritime et des frégates de la taille d'une FS avec un NH90, des communication des moyens satellites. 45M? c'est une barque qui ne surveillera qu'un cercle de 25 Nq. C'est tout un système pas simplement des bateaux.
Vous travaillez a DCNS non?

francois  a répondu le 09/10/2013 à 19:11:

L'actuel OPV Gowind, démonstrateur technologique, a coûté à DCNS 30m? (regardez par vous même les équipements installées). Des frégates armées de SCALP, Exocet, Aster 30 pour... dire à des chalutiers et navires de recherche qu'ils se sont trompés de route? Un OPV Gowind équipé du système de combat POLARIS et d'un Narwhall est suffisant. L'administration Bush avait un projet de faire surveiller leur ZEE par satellites, après les études de levée des risques et les premiers coûts prévisionnels ils y ont tout de suite renoncés.
Pour info, on a surveillé Kerguelen pendant plus de 20ans avec des P400... et un NH-90? ridicule.

croissance  a écrit le 09/10/2013 à 12:38 :

croissance, croissance, croissance, croissance, ce mot est une obsession dans le monde en 2013, vraiment plus que pitoyable l'humanité, des milliards d'années d'évolution pour ça.

Tintin  a répondu le 09/10/2013 à 14:45:

@croissance : Que voulez-vous, la décroissance de ces dernières années ne plaît absolument pas au peuple français, à part peut être à vous même. La France n'a aucune envie de poursuivre volontairement la récession, ce qui légitime l'obsession pour la croissance. Mais nous sommes dans un pays libre, et vous êtes libre de ne moins produire en abandonnant votre travail à temps complet, et de moins consommer, personne ne vous en empêche.

décroissance...  a répondu le 09/10/2013 à 15:35:

...des millions d'années d'évolution pour ça...

Chich  a répondu le 09/10/2013 à 16:12:

+1 quand on comprendra que c'est la recherche permanante de "croissance" qui nous mènera à notre perte il sera trop tard. Le problème est que les gens, engoncés dans leur individualisme, ne voient pas plus loin que la fin de la semaine (au mieux la fin du mois)

@Tintin  a répondu le 09/10/2013 à 16:49:

Je suis né dans la pauvreté, j'en ai l'habitude, j'ai besoin de très peu pour survivre et pourtant je me plains pas. Je ne suis pas un gaté, toujours en train de se plaindre de ne pas avoir plus , plus, plus , plus , plus, encore plus...

yo sauve qui peut  a répondu le 09/10/2013 à 18:45:

l' effondrement de la croissance ( club de Rome sur des projections du MIT de 1972 ) j' ai lu çà quelque part, on y serait pas ou pas loin ? Il n' est pas nécéssaire de sortir de math sup pour comprendre ou l' on va ( en l' occurence et cela est bien vu, dans les abysses ! ) que l' histoire n' est qu' un éternel recommencement. les merchantilistes, le concept de guerre économique.. http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_%C3%A9conomique

balzac  a répondu le 10/10/2013 à 11:44:

facile de critiquer la croissance , décroissance , bon mais a chaque seconde que nait un humain c'est un consommateur de plus , donc logique au niveau des besoins ils seront croissants , un humain qui ne consomme plus est au cimetière , les écolos me font rire ils ont vraiment des idées qui ne disent pas le fond du programme .. plus de crise , moins de consommation donc plus de pauvres , plus de violence aussi .. l'humain et l'écologie ne peuvent pas se marier c'est comme le capitalisme et le communisme ..

@balzac  a répondu le 10/10/2013 à 12:10:

Pas forcément, au contraire ! Y a des milliards d' humains, les plus pauvres justement, qui vivent sans consommer comme des malades et sans s'empiffrer et gaspiller et polluer et détruire l'environement.

Etude ?!;,!  a écrit le 09/10/2013 à 12:33 :

Bonjour, Et notre Marine ira protéger ces terres en canoë, Kayaque...A part de raconter des âneries le CESE a t'il encore d'autre projets?

hibiscusez-moi  a répondu le 09/10/2013 à 16:00:

"Et notre Marine ira protéger ces terres en canoë, Kayaque..."

Non, en pédalo. mélenchon connait un excellent capitaine!

serge  a écrit le 09/10/2013 à 12:24 :

Il faut sans délai valoriser notre ZEE (2ème au monde). Et pour cela, il est nécessaire d'avoir les moyens de la faire respecter, y compris par la méthode russe, par une force navale en conséquence. Ce qui malheureusement ne prend pas le chemin, au vu de nos budgets militaires en permanence en baisse.