Comment Twitter pourrait bientôt permettre de prédire l'évolution de la Bourse

 |   |  517  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un jeune Britannique de 28 ans, a mis au point un outil pour analyser la centaine de millions de "tweets" diffusés chaque jour. Objectif : "comprendre" l'humeur boursière du moment et prédire ainsi l'évolution des marchés.

Et si Twitter était le prochain outil pour prédire l'évolution de la Bourse ? L'idée, qui en fera bondir plus d'un, est très sérieuse. Un jeune Britannique de 28 ans, Paul Hawtin, est en train de lancer un « hedge fund », Derwent Capital Markets, qui sera entièrement basé sur ce concept. Ce courtier, qui cherchait depuis longtemps à lancer son propre fonds, compte en effet « lire » et analyser, via un algorithme, la centaine de millions de « tweets » diffusés chaque jour pour « comprendre » l'humeur du moment. Le fonds devait être lancé le 1er avril mais le succès de la formule rencontré auprès des investisseurs devrait décaler de quelques semaines l'ouverture officielle. Et au lieu de 40 millions de dollars initialement prévus, le fonds pourrait bien démarrer avec 100 millions de dollars.

Le concept ne sort pas d'une soirée bien arrosée. Il se fonde sur des recherches très sérieuses d'un professeur d'informatique de l'université d'Indiana aux États-Unis, Johan Bollen. Ce dernier a analysé quelque 10 millions de tweets diffusés pendant dix mois en 2008. Le résultat, publié dans un article scientifique en octobre dernier, est spectaculaire : à 87 %, le résultat de l'humeur du jour prédit trois à quatre jours à l'avance la direction (à la hausse ou à la baisse) de l'indice Dow Jones. Le modèle n'est pas parfait : il ne prédit pas si la hausse ou la baisse est importante, ni sur quels secteurs elle doit avoir lieu. Mais la corrélation est claire, et le chercheur estime que la marge d'erreur est de 6 %.

Pour analyser les tweets, Johan Bollen les passe tous - y compris ceux incongrus des stars hollywoodiennes les moins intéressantes - à travers deux outils d'analyse. Le premier s'appelle OpinionFinder et il sert à analyser le sentiment positif ou négatif de l'opinion publique. Le second s'appelle Google-Profile of Mood States et fournit une indication de six humeurs : calme, heureux, alerte, sûr, vital, gentil. De ces six paramètres, c'est celui de calme qui est le meilleur élément de prédiction. Ce qui rend l'étude de Johan Bollen vraiment intéressante, c'est qu'il ne cherchait pas dans cette direction : il imaginait au contraire que le mouvement de la Bourse aurait un impact sur l'humeur générale. Il a trouvé exactement l'inverse.

L'idée d'utiliser cette corrélation pour en faire un outil de gestion peut faire frémir. Vraiment, quelle peut être l'influence sur la Bourse du tweet « Aujourd'hui, mon frère s'est cassé le nez » ou celui qui souligne que « La Bible nous apprend à nous aimer les uns les autres. Le Kama-sutra, comment procéder ». Paul Hawtin relève que c'est la quantité des messages qui compte. « Il y a 100 millions de tweets par jour. Chacun, individuellement, est insignifiant, mais ensemble, ils donnent une bonne idée de ce que pensent les gens », explique-t-il. Et il précise : « Pour réaliser un bénéfice, il faut que 55 % de nos prises de position soient correctes. » Étant donné que la corrélation trouvée pour Twitter est de 84 %, la tentation peut être grande...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2011 à 12:47 :
Encore une opération de com destinée à soutenir un nouveau fonds pour pomper le fricdes gogos et surtout, comme toujours, prendre de grosses commissions au passage : l'occupation favorite des banquiers, comme toujours : faire croire que l'on va vous faire gagner de l'argent, avec une caution scientifique, pour vous plumer sans que vous en ayez conscience. Et en cas de problème, demander l'aide des états ou des banques centrales. Bingo pour les banquiers.
a écrit le 06/05/2011 à 22:10 :
Ah! J'oubliais: personne ou presque n'a parlé du flash crack de ces derniers jours pour les matières premières...
Une sacré chance qu'on ait une bonne statistique!
Enfin, bonne si on en croit ce qu'elle nous dit: a-t-on vraiment une création d'entreprises qui permet de passer 175 000 emplois non vérifiés, mais présumés créés? C'est le mystère du fameux birth/death ratio qui permet d'affecter de manière discrétionnaire un certain chiffre de création de postes qu'on imagine corresponde aux entreprises si nouvellement créées qu'on ne les connait même pas! Vous croyez que je plaisante? Vérifiez!
Personne ne parle plus de l'effet McDoanld qui a quand même annoncé 62 000 embauches... Pour vous amuser je vous donne les chiffres du secteur dans lequel McDonald apparait (retail trade en milliers d'emplois):
Avril 2010: +15.9
Février 2011: +0.1
Mars 2011: -3.2 (chiffres préliminaires)
Avril 2011: +57.1 (chiffres préliminaires)

Alors vous en pensez quoi?
a écrit le 06/05/2011 à 21:53 :
En gros 70% des ordres sont déjà passés par des algorithmes.
Résumer ainsi le sentiment et l'humeur du moment risque de donner un coup d'accélérateur à la volatilité qui n'en a pas besoin.
On remarquera déjà qu'en dehors des blogs, règne une quasi unanimité des commentaires, rendant une stat bonne ou mauvaise, souvent bonne quand elle est en fait mauvaise d'ailleurs, mais le hazard du calendrier fait que les milliards déversés sur les marchés et les algorithmes réglés comme du papier à musique pour "rendre vrai" l'effet de richesse des américains par l'envolée des indices, fait que pour l'instant "tout va bien"...
Par contre si un jour...
a écrit le 05/05/2011 à 13:25 :
Le fait que c'est rendu public rend le modèle ultra manipulable.
Il suffit de déverser une grande quantité de tweets (positif ou négatif) pour faire basculer le modèle.
a écrit le 04/05/2011 à 20:21 :
dans le genre outil de prédiction il y avait aussi à un moment en mode une forte corrélation avec la luminosité( jour de soleil) à l'emplacement des grandes places, en effet l'explication scientifique était que la luminosité influe sur l'optimisme et booste donc les acheteurs.
a écrit le 04/05/2011 à 7:35 :
Juste imaginons si cela marche reellement et que ça devient un outils général de prédiction du marché.

Ca conduirait à un nouveau krach boursier...
a écrit le 03/05/2011 à 3:39 :
A tous les sceptiques, regardez les modelisations qui ont ete realisees sur la grippe ou la crise des subprimes en utilisant les mots les plus recherchés... La pertinence du modele et le caractère prédictif est tout simplement bluffant!
Réponse de le 03/05/2011 à 16:25 :
Soient les twitteurs savaient à l'avance qu'une épidémie de grippe se préparait, ou qu'un problème lié aux subprimes se posaient, et dans ce cas, ils sont soient des génies ou ont des pouvoirs extralucides ( ce qui est possible pour un ou deux mais pas pour une foule de personnes ), soient ils en ont parlé une fois les processus enclenchés : dans ce cas le pouvoir de prédiction d'un évènement réalisé n'est pas vraiment impressionnant ! XD
a écrit le 02/05/2011 à 20:35 :
Twitter c'est nouveau, mais l'analyse d'humeur pour la bourse n'est pas nouvelle et s'applique depuis des années sur les fils d'information.
a écrit le 02/05/2011 à 20:06 :
Il est vrai que la bourse et ses adeptes sont avant tout des moutons qui vont dans la même direction un ou plusieurs jours(voire années) de suite avant de faire demi-tour pour revenir sur leurs pas! Entre temps certains seront tombés dans le précipice des krachs ou se seront fait tondre par leurs banquiers!
a écrit le 02/05/2011 à 13:02 :
C'est c'là, ouuui ! Quant on lit que les 2/3 des transactions sont le fait de robots qui analysent les courbes à la micro/nanoseconde, on a le droit d'avoir des doutes... Les ordinateurs ne "tweettent pas entre eux".
a écrit le 02/05/2011 à 12:55 :
Arf, coefficient de corrélation de 0,8... C'est pas mal, mais quand on voit le graphique, on remarque qu'on tombe quand même pas mal à côté de la plaque encore lol

http://fr.wikipedia.org/wiki/Corr%C3%A9lation_(statistiques)

Et puis, il a rien développé du tout, il utilise deux logiciels en libre service!
Les traders font la même chose avec des modèles prédictifs, mais sur des séries de données qui ont du sens ou ont un rapport direct avec leur domaine d'observation. Ca paraît plus logique.
Bref, un gusse qui a eu son quart d'heure de gloire, yipie!
a écrit le 02/05/2011 à 8:04 :
Quelqu'un qui trouve la recette miracle de la richesse et qui la diffuse !? C'est louche.
C'est typiquement ce qui m'empeche de boursicoter, on nage dans le traffic d'informations.
a écrit le 02/05/2011 à 7:32 :
Vous en connaissez des Traders ou petits boursicoteurs qui perdent leur temps à "Twiter" ? Moi je pense que c'est un gag, quand les ado qui "Twitent" beaucoup sont de bonne humeur, les parents aussi et vont investir en bourse ??
a écrit le 02/05/2011 à 5:49 :
Hahahaha.... en ce moment, pas besoin d'être bien malin pour prévenir l'avenir des USA.

Leur situation financière est pire que celle de la Grèce, 26 millions de personnes dépendent des "food-stamps" pour subsister, walmart annonce que ses magasins vont recommencer à vendre des armes, les tornades vont coûter bonbon, donc les apprentis sorciers de la finance peuvent bien sûr faire joujou, mais pas avec l'argent de tout le monde.
a écrit le 01/05/2011 à 20:36 :
non?
a écrit le 01/05/2011 à 16:25 :
L'ensemble de ces "ordres" donnés, de ces paramétres, sur twitter par exemple, ne fait qu'accompagner une "humeur" du marché complétement indépendant de ces "avis". Ils ne font qu'accompagner, parfois juste à quelques mano secondes de l'instant I mais ne font pas le marché. De cela j'en suis certain.
Je crois, je pense que, et ce par milliers, ne fera jamais une réalité. On ne fait que de collectionnerr des espérances, des "avis"... Le marché est plus mécanique et indépendant
a écrit le 01/05/2011 à 15:55 :
Et hop une petite claque pour les anti libéralisme... Si ce systeme était mis sur un gros hedge fund investi sur les matière première agricole... on tweeterait jusqu'au fin fonds de la savane....
a écrit le 01/05/2011 à 14:27 :
Cette invention est très belle car elle remet la confiance(bonne humeur)au centre du jeu de l'argent.
a écrit le 01/05/2011 à 11:17 :
Le problème est que ce ne sont pas les petits boursicoteurs qui font les tendances mais les grandes banques. Ce sera juste un outils supplémentaire pour les "markets makers" pour mieux prendre à contre pied les petites mains en intraday.
a écrit le 01/05/2011 à 9:56 :
Si cela fonctionne tous les hedg founds font faire de méme donc cela ne sera plus viable
a écrit le 01/05/2011 à 9:34 :
la bourse fonctionne avec des rumeurs !! donc si l'infos est déjà diffusé c'est sure que tout le monde est déjà au courant bien avant !! seul quelques initiés pourront en bénéficier
a écrit le 01/05/2011 à 8:13 :
Intéressant. Mais si une telle corrélation existe, le fait de la rendre publique introduit une
réaction pouvant grandement la modifier.
Réponse de le 01/05/2011 à 12:53 :
Oui mais j'ai bien peur que les gagnant seront ceux qui risquaient gros avant et risqueront d'autant plus après. ça ne m'inspire pas confiance...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :