Terra Nova préconise la suppression des « corps » dans la fonction publique

 |   |  516  mots
Le point d'indice de la fonction publique a perdu 9% de pouvoir d'achat depuis 2000
Le point d'indice de la fonction publique a perdu 9% de pouvoir d'achat depuis 2000 (Crédits : reuters.com)
La seule manière de remotiver aujourd'hui les fonctionnaires serait de leur offrir des perspectives de carrière, de mobilité, estime le think tank Terra Nova. Pour ce faire, il faudrait il supprimer les corps de la fonction publique, qui bloquent les mouvements

Comment remotiver les fonctionnaires ? Ceux-ci perdent objectivement du pouvoir d'achat, si l'on compare le traitement des nouveaux arrivants à leurs prédécesseurs il y a quinze ans. La valeur du point d'indice de la fonction publique, qui sert de base au calcul des traitements, a chuté de 9% en -une fois l'inflation déduite- depuis 2000. Et l'Etat n'est pas en mesure de se lancer dans une politique de revalorisation sur une grande échelle des rémunérations.

Des primes inefficaces

En attribuant des primes aux plus méritants ? Pour le think tank Terra Nova, qui publie ce jeudi un rapport sur l'avenir du management public, les primes ont montré leur inefficacité. Elles incitent les agents à se focaliser sur les seules tâches permettant d'obtenir la prime, de à développer des traitements différents selon les usagers.

Paradoxalement, « elles ont un aspect démotivant » souligne l'auteur du rapport, Maya Bacache-Beauvallet. Car «elles sapent les motivations intrinsèques qu'ont la plupart des fonctionnaires pour leur travail, auquel ils veulent donner du sens ».

Organiser la mobilité

La solution pour « rebooster » des fonctionnaires souvent démotivés, en manque de sens, c'est de leur redonner des perspectives de carrière. D'organiser leur mobilité, afin qu'ils ne restent pas « scotchés » à leur poste. Ce qui apparaît particulièrement complexe aujourd'hui, en raison des rigidités de la fonction publique. « Près de 60% des enseignants souhaiteraient changer d'emploi, après plusieurs années à faire la même chose, devant le même public » relève Thierry Pech, directeur général de Terra Nova.

Pour permettre cette mobilité si essentielle, il faut mettre fin à l'organisation de la fonction publique selon un système de corps, qui bloquent les agents dans leur métier d'origine, estime Terra Nova. Certes, une fusion de ces corps a été entamée, leur nombre a été réduit. Il est passé de 700 en 2005 à 380 en 2010 puis 305 en 2014. Mais le mouvement semble interrompu, puisque entre 2014 et le premier janvier 2016, un seul corps a été supprimé. « On a commencé par le plus anecdotique, maintenant, le mouvement semble bloqué » affirme Maya Bacache-Beauvallet.

Conserver le statut, mais supprimer les corps

Il faut donc supprimer cette structuration en corps de fonctionnaires. Ce qui ne signifie pas mettre fin au statut des fonctionnaires, ni renoncer à l'idée d'une fonction publique de carrière. Cette suppression « permettrait une réelle mobilité et des carrières plus motivantes au sein de la fonction publique » affirme le rapport. Ce serait s'inspirer de modèles étrangers : « les pays comme l'Allemagne, l'Espagne, le Japon, la Grèce ou Israël ont des fonctions publiques de carrière avec des statuts comparables aux nôtres mais ans la multiplication des corps qui redoublent ce statut ».
Pourquoi les différents gouvernements, qui ont diminué sensiblement le nombre de corps, ne sont-ils pas allés au bout de leur logique ? Notamment pour des raisons financières. Quand il y a fusion, elle se fait toujours par le haut, autrement dit, les rémunérations sont alignées sur la plus favorable, ce qui est évidemment coûteux pour le budget de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2016 à 1:00 :
Je note cette phrase : « Près de 60% des enseignants souhaiteraient changer d'emploi, après plusieurs années à faire la même chose, devant le même public » relève Thierry Pech, directeur général de Terra Nova.
C'est vraiment la preuve que ce "think tank" est déconnecté du monde réel.Peut-être que cela leur a échappé, mais dans la fonction publique d'Etat, on supprime en masse des fonctionnaires, sauf des enseignants. C'est donc plutôt le passage inverse qu'il faut organiser.
Par ailleurs, rien dans cette étude sur les plafonds d'emploi, qui au niveau Etat et opérateurs, organisent une sursegmentation du marché du travail interne en une multitudes de micro-marchés. L'enjeu des corps est là complètement secondaire.
a écrit le 22/01/2016 à 7:56 :
Ce ne sont pas les corps de fonctionnaires qu'il faut supprimer, c'est leur nombre. Et il faut arrêter de laisser croire qu'on pourra passer facilement d'un métier à un autre, de maître d'école à contrôleur des impôts, par exemple. En outre, former ces fonctionnaires est un investissement, prend du temps et coûte de l'argent à l'Etat : n'ajoutons pas la gabegie "mobilitaire" à l'incurie de la gestion des finances publiques. Et si l'on veut revaloriser la fonction d'enseignant, par exemple, cessons d'envoyer au bac par démagogie des générations d'élèves qui n'en ont pas le niveau et ne trouveront pas leur place sur le marché du travail, ou un poste déclassé.
a écrit le 21/01/2016 à 23:58 :
Pour connaître de hauts fonctionnaires ayant commencé à la base, là, ça montre qu'ils n'y connaissent rien. Pas étonnant, notes...
a écrit le 21/01/2016 à 23:20 :
Pour se remotiver, il suffit d'aller dans le privée. Se battre pour garder son job, motive !

Par contre, l'emploi n'est pas à vie. Et il ne sera plus possible de répondre à la question : "quel est votre métier ... fonctionnaire". Réponse que l'on entend bien trop souvent.

Reste que la fonction publique/territoriale devrait s'ouvrir à tous les personnes compétentes. Un emploi, un entretien, un test ... comme dans le privé. Ainsi, tout le monde pourra évoluer. Et tant qu'à faire, ne plus fonctionner en vase clos mais permettre systématiquement aux personnes extérieures de postuler, poste après poste selon les compétences, l'entretien, le test, la période d'essai.
Réponse de le 22/01/2016 à 7:50 :
Ben c'est déjà le cas: rien n'empêche de postuler aux concours
a écrit le 21/01/2016 à 20:23 :
Les fonctionnaires sont un tiers en surnombre tant que ce problème ne sera pas réglé on se perdra en conjoncture
a écrit le 21/01/2016 à 20:13 :
Après de bons débuts de décloisonnement de la fonction publique entre 2005 et 2010, qu'a-t-il bien pu se passer entre 2010 et 2014 pour que le mouvement s'arrête ? A vrai dire, non, je ne vois décidément pas.
a écrit le 21/01/2016 à 18:19 :
Terra Nova est le cercle proche du PS qui recommandait à ce parti de travailler pour les fonctionnaires et les immigrés, favorisant ainsi une logique sectaire et communautariste. Des gens qui pantouflent dans la fonction publique ou des postes politiques. Ils ne veulent pas de prime car très attachés à une logique de kolkhoze.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :