Electricité : les compteurs intelligents seraient superflus

 |   |  931  mots
Dans le cadre du troisième paquet sur l'énergie de 2009, les États membres de l'UE doivent mettre en place des compteurs intelligents partout où cela est rentable, dans l'objectif de remplacer 80 % des compteurs électriques par des compteurs intelligents d'ici à 2020.
Dans le cadre du troisième paquet sur l'énergie de 2009, les États membres de l'UE doivent mettre en place des compteurs intelligents partout où cela est rentable, dans l'objectif de remplacer 80 % des compteurs électriques par des compteurs intelligents d'ici à 2020. (Crédits : Olivier Guerrin)
La transition européenne vers un réseau électrique intelligent pourra se passer de compteurs intelligents, selon des industriels. Un constat qui risque d’embarrasser la Commission, tout comme ERDF et son compteur Linky en France. Un article de notre partenaire Euractiv.

Il existe d'autres moyens plus efficaces que les compteurs intelligents pour développer des réseaux électriques intelligents, ont déclaré des délégués de l'industrie lors de la convention annuelle de l'association européenne de l'électricité - Eurelectric - organisée à Vilnius début juin.

Ces moyens sont par exemple une intégration plus rapide des renouvelables, le développement des réserves d'énergie, et une meilleure gestion de la demande d'énergie, ont expliqué les représentants.

Les bénéfices réels des compteurs intelligents ont aussi été remis en question lors de la conférence. Plusieurs États membres avaient déjà douté de leur efficacité. L'Allemagne par exemple a décidé de ne pas élaborer de stratégie de lancement au niveau national, allant ainsi à l'encontre des exigences contenues dans les lois européennes.

>> Lire : L'ère de la consommation traditionnelle d'énergie bientôt révolue

Objectif de déploiement de 80 %

Dans le cadre du troisième paquet sur l'énergie de 2009, les États membres de l'UE doivent mettre en place des compteurs intelligents partout où cela est rentable, dans l'objectif de remplacer 80 % des compteurs électriques par des compteurs intelligents d'ici à 2020.

L'objectif de 80 % s'applique aux foyers et aux bâtiments commerciaux, a confirmé un porte-parole de la Commission. L'exécutif publiera dans les deux prochaines années un rapport sur les compteurs intelligents « dans le contexte de notre exercice de surveillance régulière des progrès des États membres », a commenté le porte-parole. Mais les avancées sont lentes, car seuls quelques pays ont achevé le déploiement alors que les autres - notamment l'Allemagne - s'opposent au lancement de cette technique.

Par ailleurs, les pays qui se sont lancés dans l'installation de compteurs intelligents, comme le Royaume-Uni, se sont heurtés à des obstacles pour terminer le déploiement, car certains compteurs ne pourraient plus fonctionner si le consommateur décide de changer de fournisseur d'énergie.

Markus Merkel, membre du conseil d'administration du gestionnaire de réseau de distribution allemand EWE, a déclaré lors de la conférence Eurelectric que les compteurs intelligents en Allemagne ne présentaient pas de rentabilité positive.

>> Lire : Compteurs intelligents : les ambitions de l'UE ne répondent pas aux attentes

Données en temps réel

Le passage de la société EWE vers un réseau électrique intelligent s'est fait en grande partie en modernisant le système pour intégrer la grande quantité d'énergies renouvelables à un rythme plus soutenu. Selon Markus Merkel, les compteurs intelligents seraient plus utiles pour eux s'ils fournissaient des données en temps réel de la consommation d'énergie plutôt que les écarts d'environ 15 minutes donnés par les compteurs actuels.

« Nous avons besoin de quelques choses de différent, et peut-être qu'un système de mesure 2.0 - la prochaine génération de compteurs intelligents - nous donnera quelque chose de plus que nous, en tant que gestionnaire de réseau de distribution, nous pourrons utiliser », explique-t-il.

Laurence Carpanini, responsable des solutions intelligentes pour l'énergie chez IBM, a fait écho à cette remarque sur les données en temps réel. « Je ne vois pas les compteurs intelligents comme des moteurs de changement - nous n'en avons pas vraiment besoin. »

Les acteurs de l'industrie devraient plutôt « réfléchir à des solutions plus flexibles » et se concentrer sur un mélange de technologies de réponse à la demande, de fréquence de la réponse et de stockage de l'énergie, a-t-elle déclaré.

Les commentaires de l'industrie viennent faire de l'ombre à la stratégie de la Commission européenne de déployer les compteurs intelligents à travers l'Europe d'ici à 2020. Le porte-parole de la Commission a pour l'instant refusé de commenter l'avis des industriels sur la nécessité, ou non, des compteurs intelligents dans la transition vers des réseaux intelligents.

Les États membres devraient quant à eux mener leur propre analyse coût-bénéfice pour le lancement des compteurs intelligents au niveau national, a-t-il tout de même indiqué.

___

CONTEXTE

Les bases d'un déploiement des compteurs intelligents en Europe ont été jetées en 2006 dans une directive européenne sur les services énergétiques et l'efficacité énergétique dans les utilisations finales. La loi demandait aux États membres de s'assurer que les consommateurs d'énergie et d'eau étaient équipés de compteurs individuels et recevaient des informations de facturation précises, notamment avec le temps de consommation.

Les directives sur le gaz et l'électricité du troisième paquet européen pour l'énergie, adopté en 2009, obligent les États membres à préparer un calendrier pour l'introduction de systèmes de mesure intelligents. Dans le cas de l'électricité, au moins 80 % des consommateurs devraient être équipés en compteurs intelligents d'ici 2020, à la suite d'une évaluation coûts-bénéfices.

La directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments demande aussi aux États européens « d'encourager la mise en place de système de comptage intelligent » lors de la construction d'un bâtiment ou d'une rénovation.

___

PROCHAINES ETAPES

  • 2017/2018: Rapport d'évaluation de la Commission sur les progrès des États membres en matière de déploiement des compteurs intelligents.
  • D'ici 2020 : La loi européenne exige des États membres qu'au moins 80 % des consommateurs soient équipés de compteurs intelligents.

___

Par Elza Holmstedt Pell (traduit par Marion Candau, Euractiv.fr)

(Article publié le 7 juin 2016 sur Euractiv.fr)

---

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2016 à 16:07 :
Lettre de réponse à Enedis :

Je viens de recevoir votre lettre datée du 7 septembre 2016. Je prends note que le compteur électromécanique qui se trouve chez moi ne m’appartient pas (même si j’ai du le payer avec mes factures) mais à la Mairie. Si celle-ci me commande de le lui redonner, je ne m’y opposerais évidemment pas, mais à ses frais. Le libre accès à ce compteur a d’ailleurs été pendant de nombreuses années facilité par mes soins, comme mes factures peuvent en témoigner. Reste que les Français ont voté le 29 mai 2005 contre le traité de Lisbonne à 54,68%, refusant ainsi la constitution européenne. Qui demande à ce que 80% des pays européens soient équipés de ces compteurs intelligents d’ici 2020 ? La Commission européenne dont les membres n’ont été élu par personne. Souffrez donc à ce que je fasse partie des 20% restants.

Dernièrement, l’intelligence toute relative, de votre nouveau compteur, vient de prendre du plomb dans l’aile. puisqu’il s’est mis à confondre le jour et la nuit. Depuis l’installation du nouveau compteur électrique, des usagers se plaignent de lampes de chevet tactiles qui s’allument et s’éteignent toutes seules, ou d’une domotique qui s’emballe avec des volets qui se ferment en plein jour… Sur le web, à l’échelle nationale, on trouve des forums compilant des témoignages ahurissants. « Depuis l’installation de Linky, mon ordi est constamment en surchauffe, avec la ventilo qui tourne à fond. » Certains s’agacent : « Si les appareils s’allument dans la journée, qui va payer la facture ? » D’autres s’alarment : « Franchement, c’est flippant. Moi j’ai peur pour ma santé et celle de mes enfants ! » Que fut la réponse des ingénieurs ? Ils ont rétorqué que la responsabilité de ces éclairages intempestifs incombait aux constructeurs de lampes (souvent chinois) qui ne se plient pas aux normes. En clair, les fabricants asiatiques foulent du pied les normes françaises (la norme cenelec). Le hic, c’est que ces lampes sont quand même agréées CE (norme européenne).

Le principal problème, Linky est connecté à Internet, non pas par wi-fi, ou GSM, mais par un système de courant porteur en ligne (CPL), sur les fils électriques de la maison. Mais voilà, son réseau de distribution de l’électricité n’est pas adapté au transport de ces fréquences radiatives, car il n’est pas blindé. En conséquence, la plus grande partie de l’énergie injectée est rayonnée. C’est une pollution environnementale qui impacte tout le vivant car la durée d’exposition est pérenne. Ce type d’émissions électromagnétiques est classé « cancérogène possible » par l’OMS, l’organisation mondiale de la santé. Un cerveau est influencé par tous les objets connectés. Les champs électromagnétiques artificiels micro-ondes ouvrent la barrière hémato encéphalique. Via le sang, les substances toxiques pénètrent dans le cerveau, modifient les influx nerveux et engendrent des pathologies neurodégénératives. Car le cerveau est une véritable centrale d’énergie électrique, chaque neurone joue le rôle de générateur.

Tout dysfonctionnement du réseau électrique du cerveau provoque à long terme des maladies invalidantes. Les compteurs intelligents s’ajoutent aux multiples autres sources de rayonnement de radiofréquences. Cela a des effets biologiques ressentis personnellement : mal de tête, palpitation du coeur, nervosité, impossibilité de dormir, douleur à la poitrine… A d’autres, cela peut perturber leur stimulateur cardiaque, favoriser un cancer du cerveau… C’est en quelque sorte un inhibiteur qui permet d’exercer à l’insu de l’individu un contrôle comportemental. Tout le monde est sensible aux ondes électromagnétiques. Il y a deux marqueurs d’inflammation, le TGF-Beta 1 et la MMP-9 (métalloprotéinase matricielle 9), qui augmentent dès que le compteur linky est installé. Le niveau de cuivre dans le sérum monte aussi, ce qui est un autre signe d’une inflammation chronique causée par quelque chose qui déstabilise les hormones et les neurotransmetteurs.

D’autre part, les nanoparticules vaccinales injectées (aluminium, argent, carbone etc…) se comportent comme de véritables implants bioniques. Ces implants métalliques, que la cellule va stocker, vont se conduire comme des micro-antennes, captant les fréquences de ces ondes artificielles. Celles-ci devenant toxiques, oscilleront en permanence en ondes stationnaires dans le corps, créant une « bouillie vibratoire » qui va avoir un impact délétère sur la biologie et le cerveau. Car elles interfèrent avec les bio-fréquences naturelles des neurones cérébraux, des bactéries, virus, prions, plasmides etc… perturbant la reconnaissance des antigènes et affaiblissant le système immunitaire. Ainsi, des fréquences « ennemies » pourront influencer la biologie d’une population à son insu, métamorphosant clandestinement l’humain en véritable cyborg. Comme sous l’effet d’une hypnose « métallo-bionique » le comportement d’un individu, son caractère, ses humeurs, ses pulsions… seront pilotables à distance par ces fréquences étrangères. Les autistes, dont le cerveau fut souvent endommagé par les nano-vaccins, sont en fait l’expression de cerveaux ultra-sensibles qui se protègent contre toute intrusion. On comprend pourquoi l’Allemagne a renoncé de rendre obligatoires aussi bien les compteurs « intelligents » que les vaccinations. On attend de voir quelle sera sa décision quand cette commission européenne réclamera le puçage de tous les Européens, puisqu’ils veulent supprimer les espèces. Chaque personne équipée d’une puce injectée, pourrait très bien interagir avec le compteur Linky… Bref, l’Union Européenne semble bien nous préparer un avenir orwélien comme déjà le pressentait Soljenitsyne.

Etant donc sensible aux ondes, il ne me serait pas raisonnable d’accepter votre nouveau compteur, qui en plus est selon plusieurs industriels, totalement superflus. “Il existe d'autres moyens plus efficaces que les compteurs Linky pour développer des réseaux électriques intelligents” ont déclaré des délégués de l'industrie lors de la convention annuelle de l'association européenne de l'électricité - Eurelectric - organisée à Vilnius début juin 2016.
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/electricte-les-compteurs-intelligents-seraient-superflus-579820.html
Pourquoi donc alors embêter les citoyens français, sachant que ce changement de compteurs a un coût de 5 milliards d’euros ? D’autant plus qu’EDF est en très mauvaise forme, financièrement parlant. Ce n’est pas pour rien que son directeur financier Thomas Piquemal a démissionné. Le véritable montant de la dette d'EDF n’est-il pas de 66 milliards d’euros fin 2015 ?
http://www.europe1.fr/economie/edf-est-elle-proche-de-lexplosion-2686246
Et pourquoi avoir voulu supprimer le mot France au nom de votre société ? Le nom ERDF vous faisait honte ? Combien à coûter aux clients ce changement d’appellation ? 300 millions d’euros (selon les syndicats), alors que déjà en 2015, EDF était devenu ERDF, moyennant là aussi beaucoup d’argent. On semble jeter l’argent par les fenêtres dans votre société.


Il me reste maintenant à envisager un autre moyen énergétique, puisque vous tenez tant à me rendre malade avec vos ondes rayonnantes. Je me mets donc à la disposition du Maire pour qu’il m’indique quand est-ce qu’il désirera me retirer mon compteur. Un double de cette lettre lui sera envoyé par mes soins, vous facilitant ainsi la tache.
a écrit le 04/09/2016 à 13:17 :
Bonjour, le 22/08/2016 nous avons reçus un appel d'erdf nous informant de l'installation prochaine du compteur linky. Nous avous exprimé notre refus sans nous justifier. La personne nous a répondu que notre consentement n'était pas nécessaire à l'installation : "c'est comme ça" selon eux.
1 semaine plus tard nous recevons un courrier de la part de l'installateur. En résumé nous n'avons pas le choix, c'est gratuit et inoffensif ! Nous sommes en colère, et nous refusons de nous laisser faire.
Nous espérons utiliser les mêmes armes que le Canada et l'Allemagne. Hollande nous a vendu encore une foi. Ça suffit.
Réponse de le 19/09/2016 à 17:02 :
J'ai pris un huissier, qui a remis à Enedis une "sommation de ne pas faire".
Pour le moment, ça fonctionne, l'installateur n'a pas changé mon compteur.
Mais il l'a fait dans tous l'immeuble, ce qui me prend en sandwich entre les Linky du dessous et ceux du dessus.
a écrit le 23/06/2016 à 14:07 :
c'est un abus de pouvoir, nous sommes en démocratie!!!!! l'Allemagne, le canada ont refusé ce compteur dit intélligent le gouvernement hollande fait le jeu de ERDF
actuellement j'ai un compteur bleu qui à été installé en 1978, aucun problème !!!!!!!
arrêtons de nous prendre pour des demeurés.
a écrit le 17/06/2016 à 19:25 :
esque l augmentation des tarifs e d f? ne serais pas le payement de ces compteurs que nous en tant que consomateur nous n avons pas demande, cela s appelle de l abus de pouvoir de la pars d e d f en tant que fourniseur dominent,et que le gouvernement aprouve???
a écrit le 16/06/2016 à 21:08 :
Avec l'abandon du pétrole, les états veulent savoir lorsque vous chargerez votre voiture électrique à votre domicile votre consommation à ce moment là, même avec 15 minutes de retard, pour lui appliquer une taxe spéciale. Mesure dans les cartons, mains non révélée au public.
Réponse de le 17/06/2016 à 9:14 :
Il y a même une hypothèse de travail (réflexion) pour absorber les pointes de consommation réseau 230V~ en pompant l'énergie de la batterie qui constitue un stock, puis de la recharger une fois la pointe passée. Un ou dix millions de voitures électriques, ça en fait de l'énergie dormante, mais pas valable pour celles à hydrogène.
Avec un télé-relevé par jour, comment vous appliquez votre surtaxe ? La théorie du complot, ça fonctionne pas mal. Peut-être un mail à l'employeur quand une personne reste trop longtemps au lit (pas de consommation électrique), et va arriver en retard au travail ? :-)
a écrit le 16/06/2016 à 19:04 :
Pour connaître la réelle utilité des ces compteurs, il suffit de chercher à qui profite le marché ??
Réponse de le 17/06/2016 à 9:18 :
3 ou 4 entreprises (faudrait chercher leurs noms, c'est public). Vous pensiez à qui en particulier ?
Un problème est plutôt quelle durée de vie ? Des anciens rustiques tournent depuis 50 ans, ceux là, pas certain que ce soit le cas, même avec les meilleurs composants (faut pas que ça coûte trop quand même, ce ne sont pas des satellites). Une fois en panne, ça coupe le courant ou ça ne compte plus ? Linky HS, plus de jus. Zut, pas moderne. :-(
a écrit le 16/06/2016 à 16:12 :
"compteurs intelligents" un peu voire très exagéré. Ils sont communicants mais sont assez bêtes en tant qu'automates.
Leur but essentiel est de ne pas avoir à faire relever les compteurs par du personnel motorisé,sachant que les modèles modernes ont un système pour lire les données de l'extérieur sans avoir à entrer chez les gens parfois absents. Et aussi de couper quand quelqu'un déménage, relever chaque mois pour une vraie facturation... Rien d'intelligent.
Le compteur GazPar fera presque pareil, mais juste la transmission des relevés, pas couper le gaz.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :