ISF ou IR, il faut choisir

 |   |  240  mots
Copyright Reuters

Prenez garde à bien calibrer votre investissement dans les FIP ou FCPI en fonction de votre ISF à payer : les éventuels excédents ne sont désormais plus reportables sur l'impôt sur le revenu et ils sont perdus au plan de l'optimisation fiscale. D'où l'importance de viser juste, en fonction du taux réellement investi dans les PME éligibles par les fonds sélectionnés - donc du quota éligible qui permettra la défiscalisation finale - et de votre ISF à payer.

Cette évolution a la plupart du temps conduit les sociétés de gestion à créer des fonds spécifiques pour le règlement de l'ISF et d'autres pour l'allègement de l'impôt sur le revenu, qui seront souvent vendus à des périodes différentes de l'année. Ceux-ci étant commercialisés par les mêmes établissements, ne vous trompez pas de catégorie au moment de souscrire ! Dans certains cas toutefois, le même fonds donc le même support d'investissement peut être décliné en deux versions IR et ISF.

Les FIP et FCPI « IR » ouvrent droit à une réduction de 22 % de l'impôt sur le revenu dans la limite de 12.000 euros pour chacun d'eux ; soit 24.000 euros pour un FIP plus un FCPI et le double dans un couple marié. Le montant de l'avantage fiscal peut être non négligeable : dans un foyer qui investit 48.000 euros, la réduction d'impôt sur le revenu atteint 10.560 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :