Salaire des patrons : l'Europe pourrait rattraper les Etats-Unis

 |   |  541  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Contrairement à une idée reçue, les dirigeants d'entreprises américaines ne seraient pas beaucoup mieux rémunérés que leurs collègues européens. C'est du moins ce qu'indique une étude menée par des universitaires d'une école suisse qui s'appuient sur des données datant d'avant la crise.

Aux Etats-Unis, les dirigeants d'entreprises ne cherchent pas à cacher qu'ils gagnent bien leur vie. Mais ils seront sans doute surpris de découvrir que contrairement à une idée reçue, ils ne sont pas champions du monde en la matière. C'est ce qu'indique une enquête menée par l' International Management Institute of development de Lausanne. Utilisant des données de 2006 et 2007 "pour éviter des fluctuations non signficatives dûes à la crise en 2008 et 2009" ne perturbent les résultats, cette étude portant sur les salaires de patrons dans 14 pays indique que les Américains gagnaient alors presque autant que les autres et que la tendance allait à la convergence. Leur rémunération moyenne atteignait 2.4 millions de dollars contre 1,99 millions pour l'ensemble des patrons des 13 autres pays. 

Ces chiffres sont bien inférieurs aux 11 millions de dollars moyens relevés par l'agence Standard & Poor en 2010, car ils tiennent compte d'un certain nombre de données comme la taille de l'entreprise, la structure de son conseil d'administration ou encore l'âge et le parcours professionnel du dirigeant.

Compétition internationale de "talents"

Une fois les ajustements réalisés pour comparer ce qui est comparable, cette enquête démontre que la différence entre les rémunérations des patrons américains et de leurs collègues ailleurs dans le monde à commencé à se réduire avant la crise. La différence représentait ainsi 26% en 2006 - année prise comme référence - et tombait à 2% en 2007.

Pourquoi une telle convergence ? Parce que les entreprises, surtout les multinationales et les sociétés étrangères implantées aux Etats-Unis, distribuent de plus en plus de rémunérations variables comme les stock-options à leurs dirigeants. Cette pratique est plus développée aux Etats-Unis qu'ailleurs. Pour s'aligner, les firmes d'autres pays paieraient de plus en plus leurs patrons en revenu variable. Elles le font "pour attirer des patrons américains et s'adapter à la législation et au marché des Etats-Unis" lorsqu'elles y sont fortement implantées" explique Nuno Fernandes à l'origine de cette étude. "Cette enquête montre à quel point les compagnies s'affrontent pour attirer des talents à l'échelle internationale" ajoute le professeur de management.

La Grande-Bretagne paye mieux que les Etats-Unis

Sur ce terrain, c'est la Grande-Bretagne qui semble la plus compétitive. C'est dans ce pays que les patrons bénéficient des remunérations les plus attractives. Ces derniers reçoivent environ 2,5 millions de dollars selon ces données corrigées. Les émoluments des dirigeants britanniques, irlandais et italiens sont tous supérieurs à 2 millions de dollars par an, tout comme ceux des patrons canadiens.

Les PDG français moins bien payés que les Sud-africains

Les dirigeants français sont toujours bien moins lotis que les autres, même après ajustements. Ces derniers gagnent en moyenne 1 million d'euro par an soit près de deux fois moins que la moyenne, et 400.000 euros de moins en moyenne que les Sud-africains. En 2010, toutefois, les niveaux de gains des patrons du CAC ont atteint des sommets et augmentent de 24% par rapport à l'an passé.

Rémunération moyenne des PDG en 2006 (en millions de dollars)
Grande-Bretagne : 2,5
Etats-Unis : 2,4
Australie : 2,3
Irlande : 2,2
Italie : 2,1
Canada : 2,1
Suisse : 1,8
Pays-Bas : 1,6
Allemagne : 1,5
Norvège : 1,4
Afrique du Sud : 1,4
Belgique : 1
France : 1
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2012 à 22:55 :
Et un joueur de foot ça gagne combien de fois le smic ? Jamais un article de presse n'a fait l'écho de l'indécence des revenus du ballon rond... Le grand patron se fait du pognon sur la sueur des ouvriers, les joueurs de foot eux c'est encore pire : ils leur prennent du pognon pour les regarder jouer à la baballe dans les stades et pour ceux qui ne peuvent aller dans ces cours de récré chauffées en hiver, il y a la télé payante ! ! ! Si ça c'est pas du racket... ah non désolé c'est du sport... Vive l'opium du peuple !
a écrit le 08/09/2011 à 7:15 :
On aimerait pouvoir se référer à l'article en question pour comprendre un peu mieux les tenants et aboutissants de cette étude...mais il semble que la journaliste a oublié ce qu'elle a pu apprendre lors de son brevet de journaliste?
a écrit le 13/06/2011 à 1:14 :
"comparer ce qui est comparable" : pas de référence permettant un accès aisé à l'article original (même pas le titre de la publication) ; aucune définition même approximative de PDG (taille d'entreprise...)
Cet article brasse encore du vent en mettant en avant des conclusions qui ne sont que l'opinion du rédacteur.
a écrit le 11/06/2011 à 9:26 :
Quels patrons ???? Vous voulez parlez des hauts fonctionnaires mis en place par l'intelligencia politique à la tete des entreprises a capitaux francais ?
a écrit le 11/06/2011 à 7:58 :
RIEN ne peut justifier des salaires aussi exhorbitants. Ces pratiques ne peuvent être pérènnes, du moins je veux le croire, car un jour l'exaspération des "petites gens" sera telle que ce capitalisme débridé explosera . On ne peut durablement dire que les salariés doivent être raisonnables en terme de revendications salariales, car les coûts de production sont élevés et les marges de manoeuvres sont faibles, sinon les délocalisations des outils de production sont inévitables, et dans le même temps accorder des salaires indécents aux patrons de ces mêmes entreprises. Tout ceci fait le lit des extrêmes, ce constat commence à s'imposer dans les démocraties occidentales.
a écrit le 11/06/2011 à 6:45 :
L'Europe qu'on ne voulait pas est incapable la aussi de jouer commun.
Le salaire des grands patrons reste en France et en dans le monde hors d'étique humaine au 3eme millénaire.
Un salaire (rémunération sous toutes ses forme) maximum c'est urgent.
Pour rétribuer, finalement, la capacité de nos élites à exploiter le dumping social mondial c'est bien trop payé.
a écrit le 10/06/2011 à 21:05 :
Nous allons certainement arriver à les rattraper dans ce domaine comme bien d'autres, notamment dans le précipice économique qu'ils générent. Nous serions éclairés de ne pas prendre le même chemin. Avoir les même armes économiques ne signifie pas prendre les mêmes travers.
a écrit le 10/06/2011 à 14:30 :
UIl y a une grande différence entre les US et la France. Aux US, on ne laisse pas couler la boîte et si le patron n'atteint pas les objectifs, il est viré. En France, on joue au jeu des chaise musicales. Autrement dit, on les transfère d'une entreprise à l'autre et au besoin on les nomme ambassadeur quelque part dans le monde :-)
a écrit le 10/06/2011 à 11:40 :
Faut-il que les patrons du CAC 40 gagnent 10, 20 ou 30 millions par an pour que les choses changent ? méritent-ils leurs salaires ? ne feraient-ils pas aussi bien si ils avaient un revenu plus proche des réalités ? Qu'est-ce qui justifie des revenus si haut ? - L'amélioration du ROE probablement mais l'argent ne doit pas être une fin en soit.
a écrit le 10/06/2011 à 11:11 :
tant qu'on sera assez bête pour croire "être" parce qu'on achète des merdes, hors de prix. i.phone, nike, des marques fabriquées en Chine par des gosses, de la bouffe en boite, du jeunisme... un mouton est un mouton. allez faut aller voter pour que nos élus continuent à favoriser le système, on leur jette des miettes.
a écrit le 10/06/2011 à 10:03 :
Normal! C'est l'élite qui fixe les règles: pour les salariés on cherche à s'aligner sur les plus bas salaires...sinon je délocalise....et pour les dirigeants sur les plus haut....sinon je me délocalise. C'est la morale du capitalisme financier qui vit en cercle fermé et n'a que faire des salariés machine à profit que l'on peut remplacer à tout moment par un des 4 millards d'hommes dans le monde
a écrit le 10/06/2011 à 9:14 :
Le salaire des patron est tant suivant le résultat qu'il a fait pour l'entreprise. S'il a fait un mauvais résultat, il touche un minimum salaire, par contre il a bien fait bénéfice, il obtiendra un gros prime.
Réponse de le 10/06/2011 à 10:06 :
L'article évoque les drigeants de grandes entreprises qui eux ne sont pas soumis aux aléas puisque l'on a même pu constater des hausses alors que les résultats baissaient. Lerevenu moyen de 1,5 millions aujourd'hui ne concerne en effet que les grandes entreprises.
a écrit le 09/06/2011 à 20:23 :
au lieu de comparer les salaire des patrons Français à ceux des Américains on ferait mieux de comparer les salaires des ouvriers Français aux ouvriers Allemands, ce serait bien plus enrichissant à tous les niveaux
a écrit le 09/06/2011 à 18:21 :
Ce jour meme ,dans le Figaro ,un article sur les salaires trop forts en France qui favorisent les délocalisations .....mais salaires des ouvriers ,pas ceux dont vous parlez ici !
Réponse de le 10/06/2011 à 10:10 :
Les salaires français supérieur aux allemends? Faux. Les cadres sont moins payés et les ouvriers plus. La différence c'est au niveau des charges sociales et même avec celles ci l'écart est faible. La différence c'est qu'avec ce salaire l'Allemagne produit des articles à forte valeur ajoutée, uniques comme le japon donc exportables partout à l'inverse de la France qui n'a que peu de secteur d'excellence. D'ailleurs les produits allemands sont chers...voir BMW, Mercedes, AUDI...Miele, Baucnecht...D'ou les faibles exportations.
a écrit le 09/06/2011 à 18:00 :
C'est toujours trop
Réponse de le 14/06/2011 à 12:15 :
"1,99 millions pour l'ensemble des patrons des 13 autres pays". "Les dirigeants français gagnent en moyenne 1 million d'euro par an". Ben voyons, les 99% de dirigeants français qui gagnent moins de 50 k? / an seront ravis de l' entendre...Pauvres pommes, va...(et je suis poli)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :