Grèce : un effort supplémentaire pourrait être demandé aux créanciers privés

Les banques et autres créanciers privés d'Athènes pourraient devoir renoncer à une partie des intérêts liés aux obligations grecques, et voir leur compensation en liquide réduite.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

 Voilà qui risque de faire hurler les créanciers privés de la Grèce, emmenés par Charles Dallara, le patron de l'Institut de la finance internationale. Les pays de la zone euro pourraient leur réclamer un effort supplémentaire, dans le cadre du plan de sauvetage d'Athènes, selon des responsables européens cités samedi par l'agence Reuters. Les pays de la zone euro se livrent actuellement à des négociations techniques de dernière minute avant la réunion, lundi, de leurs ministres des Finances, réunion censée déboucher sur le déblocage d'une nouvelle aide de 130 milliards d'euros à la Grèce.

Les créanciers pourraient devoir renoncer à une partie des intérêts des obligations grecques

Parmi les mesures à l'étude ce week-end figure un "ajustement" du programme de restructuration de la dette grecque détenue par les banques, les assureurs et autres investisseurs privés, selon Reuters. Pour mémoire, dans le cadre du plan de sauvetage de la Grèce décidé à Bruxelles le 27 octobre, les créanciers privés avaient accepté de tirer un trait sur la moitié de leurs créances, soit 100 milliards d'euros, en échange de nouvelles obligations grecques. Désormais, les investisseurs privés pourraient en plus devoir renoncer à une partie des intérêts liés à ces obligations.

Une possible réduction de la compensation destinée aux investisseurs privés

Certains gouvernements envisagent également de diminuer la compensation en liquide qui doit être versée aux investisseurs privés en échange de l'abandon d'une partie de leurs créances. Dans le cadre du plan élaboré le 27 octobre, la part consacrée à cette compensation pouvait atteindre jusqu'à 30 milliards d'euros.

Une dette grecque qui risque de représenter encore 129% du PIB en 2020

Si les pays de la zone euro envisagent de demander ces efforts supplémentaires aux créanciers privés d'Athènes, c'est parce que, selon le scénario désormais retenu par les bailleurs de fonds de la Grèce - la Commission européenne, la Banque centrale européenne et  le FMI -, la dette grecque, qui s'élève aujourd'hui à 160% du PIB (produit intérieur brut), ne pourra être ramenée qu'à 129% en 2020, au lieu de l'objectif de 120% fixé le 27 octobre.

La restructuration de la dette du secteur privé doit débuter dans les prochains jours pour éviter la faillite de la Grèce

Pour que la Grèce ne fasse pas faillite, l'accord sur le plan de sauvetage de 130 milliards d'euros doit être conclu avant le 20 mars, date à laquelle arrivent à échéance 14,5 milliards d'euros de dette grecque. Le processus de restructuration de la dette du secteur privé, qui conditionne l'accord sur le plan de sauvetage, doit donc impérativement être mis en branle au cours de la semaine à venir.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 19/02/2012 à 17:44
Signaler
Ah oui je voulais vous dire que la Grèce ; les autoroutes sont vides et personne n'utilise sa voiture . Heureusement les groupes vinci , eiffage , bouygues n'ont pas de concession là bas ..car j'aurai vendu mes titres!!! Des vrais terroristes écolo...

à écrit le 19/02/2012 à 17:24
Signaler
Quand les pauvres banquiers rouleront en clio, je commencerai à les plaindre

à écrit le 19/02/2012 à 15:07
Signaler
Quelque chose m'interpelle: ces pauvres grecques (les petits) qui n'ont rien à voir avec cette crise et qu'on laisse mourir et jeter hors de chez eux ou qui se suicident, cela ne gêne personne!! c'est grave ça.Pire que des animaux.

le 19/02/2012 à 17:37
Signaler
La force de la finance n'est basée que sur la faiblesse des états. Il faut que le peuple se reveille et vote pour quelqu'un qui a du courage et du charisme un peu comme JL Melenchon pour remettre la finance à sa place, c'est à dire au financement de...

à écrit le 19/02/2012 à 14:09
Signaler
Nous donnons des leçons au Grecs mais la France va vers le meme scenario . Pourquoi ? Tout simplement parce que nous ne pouvons plus compenser notre balance commerciale deficitaire par l endettement . Nos mesures dites d austerité sont donc sans effe...

à écrit le 19/02/2012 à 12:36
Signaler
Le seul effort qu'ils devraient faire c'est d'accepter des taux de 3% maximum .Les dirigeants eux devraient imposer cela car qui va payer autrement ?Eh bien ,nous tous les petits .

à écrit le 19/02/2012 à 7:38
Signaler
Et pourquoi personne ne prend pas en charge mon pays? Nous avons un salaire minimum est 246eur.Mano mère de 38 ans travaillant dans un médecin et sa pension est 243eur. Mais la Grèce a eu l'hystérie au sujet 24EUR. Cela Euro 1500 va diminuer. pension...

le 19/02/2012 à 9:43
Signaler
Bien vu!!! mais chez vous,il y a beaucoup de voleurs de poids lourds qui sévissent en France!!!

à écrit le 19/02/2012 à 5:08
Signaler
A ce train, bientot les creanciers devraient se contenter d'un remboursement d'un euro symbolique. S'ils n'etaient pas contents de ce remboursement symbolique, ce serait le declenchement de l'arme nucleaire financiere : les CDS

à écrit le 19/02/2012 à 4:48
Signaler
Il ne faut plus verser d'argent à la Grèce, il faut investir dans leur économie et donner du temps aux remboursements. Tout autre solution revient à remplir un tonneau percé....

à écrit le 19/02/2012 à 0:03
Signaler
Au fait, c'est où la Grèce, par rapport à la Corse?

à écrit le 18/02/2012 à 20:47
Signaler
Pourquoi personne ne parle de ce qu'il s'est passé aujourd'hui dans différents pays à commencer par la France? Une grosse manif à Paris à laquelle j'ai participée, on était entre 5 et 10000 au plus fort de la manifestation. Il y en a eu d'autres en ...

le 19/02/2012 à 0:35
Signaler
Parce que, franchement, on n'en a plus rien à foutre de la Grèce, c'est passé de mode, y en a marre de cracher pour eux !

le 19/02/2012 à 6:25
Signaler
Il faudrait d'abord penser à se soutenir nous-mêmes. La descente aux enfers nous attend après les élections. La misère va s'aggraver d'une façon considérable en France.

le 19/02/2012 à 8:15
Signaler
Les ânos qui souhaitent soutenir la Grèce peuvent envoyer directement leurs chèques à l'adresse suivante: services du Premier Ministre, Athènes, Grèce. Pour ce qui est de faire une petite sortie, il est rappelé qu'il vaut mieux pour la planète aller...

à écrit le 18/02/2012 à 18:41
Signaler
On en est à 75% Qu'est-ce qu'ils veulent. 99% et éviter le défaut? A mon avis, il n'y a rien à discuter, mieux vaut le défaut.

le 18/02/2012 à 18:56
Signaler
Oui, les grecs veulent une annulation de dette de 100% ! Ainsi ils peuvent repartir à zéro !! Seulement les créanciers ne voudront plus preter et c'est la le HIC !! Car la grece a un budget en déficitaire!

le 18/02/2012 à 20:30
Signaler
A charité bien ordonnée commence par soit même!!! Les créanciers pourraient penser à notre économie mise en déclin par l'actuel "patron" dont on parle un petit peu trop en ce moment!!!!

le 19/02/2012 à 6:21
Signaler
L'idée est que la France ne rembourse pas non plus ! Annulation des dettes pour tout le monde ! C'est sans doute la meilleure solution.

à écrit le 18/02/2012 à 18:17
Signaler
Y'en a marre de la pub de bforbank, qui se ferme jamais malgré tous les clics , ça illustre bien la tyrannie des banques sur notre société !!!! JE LES HAIS

à écrit le 18/02/2012 à 17:22
Signaler
Les créanciers "privés" n'ont rien appris de l'histoire en matière de dettes publiques ou souveraines et, qui doit pouvant parler, la Grèce ne manque pas de conversation. Les espoirs nourris par ces créanciers d'être remboursés autrement qu'en monnai...

à écrit le 18/02/2012 à 14:57
Signaler
Mais si ce n'est pas encore assez bien pour la Grèce et l'Union Europpéenne, la Grèce n'a qu'à faire faillite. Comme ça tout le monde paiera équitablement en fonction de ses engagements. Dire que dans cette affaire on veut d'abord sauver l'euro et la...

à écrit le 18/02/2012 à 14:17
Signaler
Une dette grecque encor à 129 % en 2020.....mais la japon est aujourd'hui à 235 % de dette / PIB......pourquoi ne pas parler du Japon ? qui est le plu en difficulté ?

le 18/02/2012 à 14:32
Signaler
Parce que la dette japonaise appartient a + de 95% a des japonais. Donc en gros ce n'est pas un problème... Pour la grece je pense qu'il faut la faire sortir de la zone euro la laisser faire défaut et ce reconstruire tranquillement par la suite

le 18/02/2012 à 14:44
Signaler
La Grèce! Seulement 4% de l'encours des bons gouvernementaux japonais sont détenus par des non-résidents. Donc, l'immense majorité des dettes sont détenues par des citoyens japonais. Le seul réel danger est qu'une petite clique devienne extrêmement r...

le 19/02/2012 à 8:41
Signaler
@AAubut, C'est exactement ce qui va se passer ! Et la petit clique: des politiques, des armateurs, l'égise, quelques grands industiels !!! Et puis il y a ceux qui auront sauvé les meubles, avec un compte en suisse.

à écrit le 18/02/2012 à 14:03
Signaler
...quand l'echeance est venue, je me fais payer , quoi qu'il arrive!!! ...

le 19/02/2012 à 8:38
Signaler
C'est dans :" et pour quelque dollars de plus ! " au momment d'ouvrir avec de l'acide le coffre fort volé !

à écrit le 18/02/2012 à 13:45
Signaler
"Un ajustement". C'est le nouveau terme technique que l'on utilisera en parapharmacie pour demander de la vaseline.

le 18/02/2012 à 16:14
Signaler
excellent!!!

à écrit le 18/02/2012 à 13:35
Signaler
Une chose semble certaine, c'est que les dossiers visant à rechercher des solutions sur la question de la dette de la grèce (et des autres pays d'ailleurs) sont présentés de manière très incomplète à monsieur "tout le monde". La presse spécialisée y ...

à écrit le 18/02/2012 à 13:28
Signaler
Méfiez-vous des créanciers qui apportent des cadeaux!

à écrit le 18/02/2012 à 12:39
Signaler
Tout cela sent de + en + le roussi. Cela va se terminer comme les emprunts russes.

le 18/02/2012 à 18:52
Signaler
Fort probable Gilles

le 19/02/2012 à 14:31
Signaler
pfffffffffffffffffffffff ils nous divisent pour mieux regnés et vous etes en plein dedans ils font ce qu'il veulent de nous

le 19/02/2012 à 17:46
Signaler
Moi je penche pour une théapie choc appliquée à tous les pays européens du sud .. je pense qu'ils pourraient devenir le Mexique des pays du Nord ....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.