Florange : François Hollande se porte "garant" pour que les "engagements soient "tenus".

 |   |  284  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Les mutiplies rebondissements de l'accord sur Florange ont conduit François Hollande à promettre de tout mettre en oeuvre pour qu'ArcelorMittal respecte ses engagements.

Sous le feu des projecteurs l'affaire Florange mobilise toutes les strates du gouvernement. Appelé par certains syndicats à reprendre "le dossier en main", le président François Hollande a affirmé jeudi soir à propos de l'accord sur Florange entre le gouvernement et ArcelorMittal que les engagements seraient "tenus" et qu'il en serait "le garant". Dans une intervention lors d'un déplacement à Emmaüs, le président a fait la promesse pour que "ce qui a été engagé aussi pour faire que le projet Ulcos voit le jour auprès de l'Europe soit mené à bien". Le chef de l'Etat s'est prononcé pour que la filière chaude ait un avenir. Lequel ? La Commission européenne a annoncé jeudi qu'ArcelorMittal avait retiré une première version d'Ulcos d'un appel d'offres pour obtenir des financements communautaires. Cette annonce a immédiatement provoqué un tollé des syndicats de Florange qui ont menacé de prendre possession du site mosellan. "On est tous écoeurés, on a été trahis", a réagi les larmes aux yeux Edouard Martin (CFDT), leader de la lutte syndicale à Florange. "On a deux ennemis: on va se battre contre Mittal et contre le gouvernement". Dans l'entourage de François Hollande, certains conseillers se voulaient rassurant et ont tenu à préciser qu'ArcelorMittal renonçait à un premier projet Ulcos mais comptait en proposer un second à la Commission européenne. "L'objectif reste de réaliser un démonstrateur industriel" à Florange, ont précisé les services du Premier ministre, tandis qu'ArcelorMittal a réitéré "sa volonté de poursuivre le projet de recherche et de validation technologique". Ces belles promesses vont-elles suffire à convaincre des syndicats de plus en plus suspicieux quant au rôle joué par le gouvernement ? (Source : AFP)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2012 à 19:23 :
Trop drôle, et il se foutait de Sarkozy. Moi président....
a écrit le 07/12/2012 à 18:50 :
mr le président votre nez s'allonge
a écrit le 07/12/2012 à 15:35 :
La biographie à contre courant de lakshmi Mittal...très intéressante : http://mariequantier.fr/2012/12/07/lakshmi-mittal-un-industriel-de-talent-avant-tout/
a écrit le 07/12/2012 à 11:10 :
"Promettre de tout mettre en oeuvre" voilà bien une promesse fallacieuse qui, en fait n'engage à rien. "Promettre de réussir à..." voilà une vrai promesse, mais Hollande neconnait pas. Les autres politiques non plus d'ailleurs.
Réponse de le 07/12/2012 à 13:33 :
Quand on lit le contenu de l'accord on réalise bien que Mittal n'a pas pris d'engagements formels, de ce fait Hollande ne prend pas de risques avec ses promesses...
a écrit le 07/12/2012 à 11:02 :
c est la même promesse le changement c maintenant nous dire la VERITEE il en est INCAPABLE
a écrit le 07/12/2012 à 10:41 :
Facile ! Etre garant des promesse de Mittal: il n'a absolument rien promis !
C'est la meme promesse que pour le plan social de Peugeot ? que celle de Doux comme le dit un autre commentateur ?
M. Hollande est un grand professionel de la politique. Il sait des faire des coups pour etre sous les feux de la rampe: il a diriger longtemps le PS c'est un performance. Mais voyez vous maintenant qu'il est président de la république son talent de politique on s'en fiche on a besoin de talent d'homme d'état et là son expérience est.... quasi nulle: Maire de Tulle, Député et président du conseil général de Corrèze. C'est court comme formation gouvernementale surtout pour diriger la France en pleine crise ! Mais bon je me suis dit qu'il allait prendre un premier ministre de premier plan pour compenser son manque d'expérience.... Raté M.Ayrault malgrés une longue expérience parlementaire n'a jamais été ministre non plus ! Triste ! Je ne suis pas socialiste mais je respecte le choix de la majorité des électeurs : j'aurais cru dans ce quinquénat si M. Hollande avait eu le courage de nommer à la tete du gouvernement M. Védrine par exemple, ou meme M. Sapin, pourquoi pas Fabius ou Charasse.
En ces temps difficile il nous manque un capitaine clairevoyant qui ne cède pas ni face à l'adversité ni à la tentation de faire des coups médiatiques.
Dans l'affaire de Mittal c'est un problème régional de perte d'emploi industriels en Lorraine ceci ne devrait pas dépassé de cadre meme si le gouvernement peut apporter son aide en sous main. La sidérurgie n'a plus d'avenir en Lorraine faute de minerais. Prenons en acte et travaillons à le reconversion industriel de la sidérurgie restante avec l'appui de Mittal pourquoi pas ?
a écrit le 07/12/2012 à 9:33 :
et Hollande s eporte t'il garant des promesses de Montebourg faites sur le dossier DOUX qui ferme ce jour deux sites
ah c'est vria ce n'était que de la gesticulation médiatiques à chaud et puis trois mois après on se fiche de l'avenir réel des salariés on est passé à un autre coup médiatique, sauf que ...il y a des centaines de salariés qui ont crut aux promesses PS
SCANDALEUX de mentir à ce point ,
a écrit le 07/12/2012 à 9:05 :
cher sidérurgistes, vous reprendrez bien un peu de vaseline!
la france n'a plus besoin de vous, elle va fonctionner qu'avec du commerce et des boites de communication!!! enfin, après tout le monde mourra de faim, mais ça les visions court-termistes des politiques s'en foutent!!!!!
Réponse de le 07/12/2012 à 9:17 :
Parceque c'est certain que l'acier est connu pour ses vertus nutritives.
Réponse de le 07/12/2012 à 14:11 :
vous expliquerez vos traits d'humours à vos enfants quand ils seront au chômage.
a écrit le 07/12/2012 à 8:38 :
Au final tout ça est pitoyable ! Tout le monde sait depuis longtemps que le marché baisse et qu'on ne pourra pas indéfiniment faire de l'acharnement thérapeutique sur des activités qui n'ont plus de clients !!! Mais, si on injecte de l'argent public dans cette activité déclinante, pourquoi pas reconvertir le site dans la fabrication de locomotives à vapeur ou de diligences....? On ne les vendra à personne, mais ca occupera toujours le terrain médiatique ...
Ce qu'il faut, c'est dire la vérité aux salariés du site, que la personne la plus importante d'une entreprise c'est le client, et quand il n'y a plus de client pour une activité, il faut en faire une autre qui a de l'avenir. Tout le reste est de la poudre aux yeux et de la gesticulation pour donner l'impression de faire quelque chose.
Réponse de le 07/12/2012 à 9:08 :
Après la dépendance au pétrole, la dépendance à l'acier à venir... vous le voyez comment l'avenir lorsqu'on ne produira plus rien et que tout viendra de l'étranger? La Somalie en France, ça vous tente????
A cause de gens comme vous, on va paupériser le pays. ce ne sont pas les boites de communication qui créent de la valeur, c'est l'agriculture et l'industrie.
Réponse de le 07/12/2012 à 11:11 :
Tout ça parce que trop de Français sont des fainéants et que beaucoup jouent les assistés.
a écrit le 07/12/2012 à 8:23 :
Hollande, ce menteur attitré, Hollande l' autre pays du chômage.....
a écrit le 07/12/2012 à 8:04 :
Quelle caution !
L'homme de la relance se porte garant de l'accord !
Les cravailleurs et les masses populaires peuvent être sûrs qu'ils auront ce qu'ils attendent !
Cé un skandâl !
a écrit le 07/12/2012 à 7:33 :
Je ne comprend pas cette obstination a vouloir faire tourner une unise totalement depassee, rouillee et obsolete qui coute une fortune en maintenance. Que ces 600 ouvriers profitent de leur reclassement et basta. Et fait, pour bien faire il faudrait demanteler ce tas de ferraille et le recycler dans des hauts fourneaux en interne !!!
Réponse de le 07/12/2012 à 9:42 :
@ Frenchkiss: La fabrication d'acier par recyclage des ferrailles se fait dans des fours électriques pas dans des hauts-fourneaux. Cela représente 40% de la production d'acier en France. C'est la filière chaude (hauts-fourneaux) de l'usine qui est dépassée, pas la filière froide qui est alimentée par Dunkerque et Fos.
a écrit le 07/12/2012 à 5:56 :
un président de la république et son gouvernement au chevet d'une usine alors que le nombre de chômeur ne cesse de croître. Mais où va t-on ?
a écrit le 07/12/2012 à 0:27 :
Deux présidents laisseront leur peau sur la sidérurgie Lorraine. Sarkozy s'est planté avec Gandrange, il n'a jamais pu tenir ses promesses, il l'a payé très cher; Hollande n'a pas retenu la leçon, il veut à son tour jouer au grand chef dans un projet ULCOS non abouti, et s'engage dans la relance de hauts fourneaux déficitaires. Il se discréditera sur Florange et ULCOS et ne s'en remettra pas.
a écrit le 06/12/2012 à 22:31 :
Enfin on va être plus tranquille !
a écrit le 06/12/2012 à 22:21 :
Dans l'accord Etat français/Mittal, ce dernier ne prend aucun engagement ferme sur ULCOS 2, il parle de" poursuite de développement de nouvelles technologies qui nécessitera des phases importantes de validation technologiques intermédiaires" et de ne pas démonter les installations pendant 6 ans (mise sous cocon). Mittal est un fameux négociateur et pourtant il n'est pas passé par Sciences Po / ENA...
Réponse de le 07/12/2012 à 11:07 :
Et ne serait-ce pas, justement, parce qu'il n'a pas fait Sciences Po et/ou l'ENA mais l'école du terrain qu'il est un bon négociateur ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :