Serge Papin (Système U) : "les consommateurs sont devenus raisonnables"

 |   |  1177  mots
Pour Serge Papin, « il faut qu'on puisse arrêter des prix abusivement bas sur les grandes marques pour redonner des marges aux PME et aux filières agricoles ».
Pour Serge Papin, « il faut qu'on puisse arrêter des prix abusivement bas sur les grandes marques pour redonner des marges aux PME et aux filières agricoles ». (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Si le PDG de Système U voit des « signes positifs » pour le renouveau du « made in France », il ne considère pas qu'il faille pour autant espérer « se retrouver avec de grandes industries de main-d'œuvre ». En revanche, oui, le « made in France » est bel et bien devenu « un argument de vente » auprès de consommateurs de plus en plus affûtés. Une tendance que Système U veut accompagner « avec bienveillance ».

LA TRIBUNE - Le « made in France », ça marche?
SERGE PAPIN -
On ne peut pas répondre à cette question de manière simple, parce qu'elle ouvre sur un certain nombre de sujets, en particulier celui de l'emploi. Les filières alimentaires ne sont pas forcément les plus concernées, parce qu'elles restent essentiellement « made in France ». Pour nos produits alimentaires de marque U, nous faisons par exemple intervenir plus de 85% d'entreprises françaises. Là où il y a un sujet, c'est sur le non-alimentaire, les vêtements, l'électroménager, dont la production a été presque totalement délocalisée.

Est-ce que, là, il y a de nouveau une tendance à retourner au « made in France »? Oui, je vois en effet des signes positifs aujourd'hui. Mais il ne faut pas s'attendre à retrouver des grandes industries de main-d'?uvre. Contrairement à l'Allemagne, qui a beaucoup robotisé son outil industriel, les entreprises françaises n'ont pas assez investi dans ce secteur depuis la crise, faute de marges suffisantes. Nous sommes en train de le faire aujourd'hui, y compris dans nos entrepôts logistiques. Les emplois de demain risquent donc d'être moins nombreux et plus techniques. Mais, grâce à cela, on peut de nouveau vendre des jouets, des couettes, des sous-vêtements ou de la lingerie « made in France ». Et on le fait.

Ce « made in France » est-il un réel argument de vente? Et comment le concilier avec l'image de prix bas qui est celle de la distribution française?
Oui, c'est un argument de vente. Et il ne me pose pas de problème. Aujourd'hui, les gens arbitrent. Ils dépensent de plus en plus intelligemment. Il n'y a pas que la notion de pouvoir d'achat, il y a la notion de pouvoir d'acheter. De résister aux sirènes du marketing. De se demander quel est l'impact de son achat sur la santé, sur l'emploi, etc. C'est un vrai changement d'époque. Je pense que l'on quitte la consommation quantitative, qui était le marqueur des Trente Glorieuses, pour aller vers une consommation plus qualitative. D'ailleurs, cela va poser un problème, car on a toujours pensé en France que le moteur du PIB, c'était la consommation interne. Cela veut dire que le rapport qualité-prix va davantage compter que la notion de prix. Le rayonnement du « made in France », nous y sommes donc favorables. À partir du moment où les gens y sont sensibles, si l'on peut conjuguer à la fois le « made in France » et un bon rapport qualité-prix, on va fédérer la demande.

Jusqu'où pouvez-vous aider ce mouvement?
On l'accompagne. On ouvre de plus en plus notre réseau à ces produits : par exemple, on soutient certaines ex-employées de Lejaby à Bourg-en-Bresse et on commercialise ces sous-vêtements féminins à notre marque. Cela fonctionne, car le rapport qualité-prix est là.

Mais quand votre centrale d'achats va négocier avec un industriel, allez-vous privilégier le produit fait en France?
Clairement oui. Évidemment, nous n'allons pas référencer des articles qui sont hors du marché au seul motif qu'ils sont « made in France ». Il faut que ce soit en cohérence avec notre offre et, dans ce cas, on recevra ces ores avec plus de bienveillance. Pour autant, cela ne fera pas forcément disparaître des rayons les produits bon marché, car certains clients les réclament aussi. La construction de l'offre, c'est un travail, un vrai savoir-faire des enseignes. Et le « made in France » sera sans doute, dans chaque catégorie de produits, un marqueur de l'offre.

Qu'est-ce qui vous fait dire que le comportement du consommateur change? Vous avez des enquêtes?
Il n'y a pas forcément une tendance à acheter le moins cher possible. Pourquoi vendons-nous de moins en moins de premiers prix? Pourquoi le hard discount en France perd-il des parts de marché? Le problème du pouvoir d'achat en France, c'est la peur du déclassement social, du chômage. Mais pour ceux qui travaillent, pour le moment, le pouvoir d'achat se maintient plus ou moins, il y a des craintes mais il n'y a pas de « dévissage ». Ce qui se développe aujourd'hui, on le constate, ce sont les produits qui offrent la qualité. Pour l'alimentation, les Français sont de plus en plus nombreux à préférer acheter moins et mieux. Et nous, en tout cas chez Système U, nous sommes de plus en plus responsables face à des consommateurs de plus en plus raisonnables. Regardez ce qu'on fait en matière de transparence, quand on se bat pour enlever les produits controversés. Pour les ?ufs de marque U, par exemple, nous nous sommes associés à la démarche « Bleu Blanc C?ur », qui intègre du lin dans l'alimentation des poules, ce qui a des vertus pour la santé. Cela entraîne, pour une famille de quatre personnes, un surcoût annuel de 2 euros en moyenne. C'est un choix.

Un industriel très impliqué dans le « made in France » comme Hénaff demande une hausse de 25 centimes de sa boîte de pâté pour absorber la hausse du prix du porc. Et il craint un refus de la grande distribution. Que lui répondez-vous?
Ce sujet renvoie à la loi de modernisation de l'économie (LME), dans laquelle on a fait de l'alimentation le symbole de toute la problématique de pouvoir d'achat en France, alors que les gens dépensent beaucoup plus pour se loger et se déplacer que pour s'alimenter. Le problème de la société Hénaff, outre le prix du porc, c'est que sa marque est référente dans les pâtés. Elle entre, de ce fait, dans ce qu'on appelle la guerre des prix, qui est destructrice de valeur et donc potentiellement destructrice du « made in France ». La LME permet de vendre au seuil de revente à perte (SRP) les produits référents considérés comme un marqueur des prix : le Nutella, le Coca-Cola, etc.

Sur ces produits-là, fabriqués par de grandes marques internationales en général, la grande distribution ne gagne pas d'argent. Elle finance cette guerre des prix en augmentant ses marges sur les produits des PME ou des filières agroalimentaires. Cette démarche nous conduit droit dans le mur. Parce que, pour Nestlé ou Coca, une enseigne comme la nôtre représente au mieux 0,5% du chiffre d'affaires mondial. Alors qu'une PME comme Hénaff, fatalement, va faire 15% de ses ventes avec nous. Ce qui crée une dépendance. Notre responsabilité ne peut donc pas être la même avec ces PME françaises. Pourtant, la loi est la même. Il faut donc qu'on sorte de cette logique absurde pour équilibrer les marges par le jeu de la péréquation. Car la grande distribution, c'est de la péréquation. Il faut qu'on puisse arrêter des prix abusivement bas sur les grandes marques pour redonner des marges aux PME et aux filières agricoles. Il faut donc changer la loi, l'amender.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2013 à 10:48 :
le centre de profit à changé d'étage ... ce ne sont plus les magasins ... mais les centrales d'achats !
a écrit le 17/03/2013 à 0:43 :
Je comprends pas trop cette histoire du made in France. Apparemment, ça transgresse complétement le droit de l'Union européenne, du moins si c'est encouragé par l'Etat.
a écrit le 16/03/2013 à 16:22 :
Tout est à revoir.
Dire au consommateur qu'il ne fait pas d'affaires en choisissant le prix le plus bas, donc dans la majorité des cas la qualité la plus médiocre voir la tromperie ( ex les lasagnes au cheval). J'ai connu la grande distribution coté fournisseur et coté hyper, c'est comme si un citoyen était en face d'un dictateur. il faut toujours donner plus jusqu'à faire faillite.
Réponse de le 17/03/2013 à 9:59 :
les grandes surfaces sonts des requins, ils profitent des clients et des fournisseurs, ils les tondent au maxi
a écrit le 16/03/2013 à 14:38 :
ils ne sont pas devenus raisonnables , ils osnt juste devenus pauvres !
a écrit le 16/03/2013 à 14:29 :
"les gens dépensent beaucoup plus pour se loger et se délacer que pour s'alimenter" Monsieur Papin peut considérer que le logement étant voué à baisser (atterrissage forcé ou lent peu importe il baissera) le poste de l'alimentation devrait donc logiquement passer en première position (ou en deuxième) mais ne restera pas à la place qu'on lui accorde actuellement!!! Pour ce qui est du mythe de la grande distribution ne gagnant pas d'argent......., on attend toujours pour en juger que la grande distribution se plie au jeu de la transparence!!!
a écrit le 16/03/2013 à 12:31 :
Bien sûr qu'on regarde le prix au kg, et souvent le prix d'un petit paquet est moins cher qu'un grand paquet . Et les prix les plus bas sont au bas des rayons . La qualité par contre, on a de plus en plus du mal à la trouver dans les grandes surfaces, vu qu'elles achètent au prix les plus bas . Le consommateur est loin d'être "C.." . Le made in France c'est du passé ! ou l'avenir qui sait !
a écrit le 16/03/2013 à 9:10 :
chers consommateurs vous n'avez qu'une seule chose à faire l'orsrque vous faites vos courses en hyper ou super marché regardait et faite le comparatif du PRIX AU KG et vous allez voir les économies que vous allez faire cela fait des années que vous êtes piègés par le systeme des grandes surfaces car votre comparatif prix vous le faites que sur le boitage ? et non sur le rapport prix/kg!!!!
Réponse de le 16/03/2013 à 10:48 :
Oui moins cher, mais la qualité ? Car vous avez vu la qualité diminue chaque année....où va t on je vous le demande ?
a écrit le 16/03/2013 à 8:26 :
Les gens ont moins confiance, ils achètent moins. Voir la viande de boeuf avec du cheval, la viande halal avec du porc, les vêtements en plastique au lieu du coton, les légumes ogm, la viande avec des médicaments et des hormones, la qualité n existe plus...Alors les gens n achètent pas.
Réponse de le 16/03/2013 à 16:16 :
J'ai diminué fortement ma consommation de viande je m'en porte pas plus mal et je fais des économies,il y a tellement de bons plats sans viande
a écrit le 15/03/2013 à 20:09 :
Les consommateurs n'ont pas le choix, ils choisissent ce qu'il y a en rayons ; le made in France , on veut bien mais pourquoi tant de produits sont transformés en France . . Dans la viande, si elle n'est pas d'origine française, d'où provient-elle ? c'est de la semelle ! Pour les chaussures , le plastique a pris le pas sur le cuir .
Le pouvoir d'achat des français est en baisse, et les prix ne font que grimper .
a écrit le 15/03/2013 à 18:50 :
"" Pourquoi vendons-nous de moins en moins de premiers prix?"" <-- je vais aider ce monsieur... le poulet 25% moins cher qui fond des 3/4 quand on le cuit n'est pas moins cher... une fois cuit!! et le reste c'est pareil! comme disent les grands meres ' je n'ai pas les moyens d'acheter pas cher'
a écrit le 15/03/2013 à 17:07 :
Made in France ? Assemblé en France oui, Fabriqué non ;)
a écrit le 15/03/2013 à 17:04 :
prendre Mr PAPIN en référence sur votre journal;
Il faut lui demander son passé avant d'arriver a "SUPER U"; pas très clair l'OISEAU!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 16/03/2013 à 9:07 :
La solution évitez de rentrer dans ses magasins et c'est gagné .
Réponse de le 16/03/2013 à 12:55 :
@gégé31: Quand on accuse, on donne des preuves en général...
Réponse de le 16/03/2013 à 17:28 :
@gégé31 ;
méme si on n'aime pas Mr Papin, c'est le raisonnement global qui compte. Si les Français faisaient
un effort de consommation franco-Française méme temporairement, le tout dans les limites de leur budget.
Il y a du grain à moudre......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :