Le "Made in France" fait-il (encore) vendre ?

La désindustrialisation et la montée du chômage ont sensibilisé les Français à la nécessité de consommer des produits fabriqués dans l'Hexagone. Devenu porteur dans une conjoncture de crise, le thème a été repris par les politiques. Les consommateurs sont-ils vraiment prêts à payer plus cher pour sauver l'emploi de leurs compatriotes ? Ils exigent avant tout traçabilité, qualité, service et innovation, sans pour autant accepter des surcoûts importants. Les industriels commencent à entrer dans le jeu.
Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, en visite à l'usine d'assemblage de l'Airbus A380, à Blagnac, près  de Toulouse, le 25 janvier. DR
Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, en visite à l'usine d'assemblage de l'Airbus A380, à Blagnac, près de Toulouse, le 25 janvier. DR (Crédits : AFP)

Même s'il a été incarné ces derniers mois par un ministre socialiste en marinière rayée, le sujet transcende les partis politiques. Lors de la dernière campagne présidentielle, il revenait dans la bouche de tous les candidats, soucieux de réhabiliter le « made in France » afin de stopper la désindustrialisation de notre pays et d'enrayer la montée du chômage. Un v?u pieux alors que la crise incite plutôt les Français à se ruer sur les prix bas? Une vraie prise de conscience qui gagne tous les pays développés, affirment au contraire les entreprises décidées à jouer le jeu. « Le marqueur d'une façon plus raisonnée de consommer », renchérit Serge Papin, le PDG du groupe de distribution Système U.

Pour autant, l'exercice a ses limites. Derrière l'étiquette, le consommateur ou l'acheteur professionnel, français ou étranger, exige plus que jamais garantie, traçabilité et qualité. Et, en cette période de grand doute sur les origines de ce qui est dans son assiette ou dans sa maison, il n'hésitera pas à punir les tricheurs. Il n'est pas prêt non plus à payer un surcoût exorbitant, fût-ce pour sauver l'emploi de son voisin. Et se lassera vite si l'innovation n'est pas au rendez-vous. Pour les industriels, l'exercice s'apparente donc parfois à de l'équilibrisme. Mais le jeu en vaut la chandelle, assurent-ils. Explications.

Des consommateurs de plus en plus sensibilisés

Jean-Pierre Blanc en est convaincu, « le consommateur est friand du fabriqué en France ». Le directeur général des Cafés Malongo (400 salariés, 100 millions d'euros de chiffre d'affaires) qui vient de lancer une machine à dosettes éco-conçue et produite dans l'Hexagone, juge « étonnant » l'écho rencontré par cette thématique. Pour ce pionnier du commerce équitable, pas de doute, « le grand public éprouve désormais un sentiment de nécessité de faire travailler sur le territoire ».

De fait, avec la litanie des fermetures d'usines, les Français s'interrogent. Selon un sondage réalisé début janvier par l'Ifop pour la chaîne d'opticiens Atol, 77% d'entre eux seraient prêts à payer plus cher pour un produit fabriqué en France, à condition que l'écart de prix ne dépasse pas 5 à 10%. Fin 2011, ils n'étaient que 72% à accepter de dépenser un peu plus pour du « made in France ». Toujours selon cette enquête, 52% des personnes interrogées déclarent accorder de l'importance au pays d'origine d'un produit lors du passage à l'achat. Les grandes marques ne s'y trompent pas.

La Biscuiterie nantaise (BN, filiale de United Biscuits), qui briguait le label « Origine France Garantie » (OFG) pour ses fameux biscuits fourrés, « a été obligée de changer de fournisseur de pulpe de fraise pour que son BN à la fraise remplisse les critères, raconte Yves Jégo, le président de l'association Pro France, créatrice de ce label. Mais l'enjeu était de se démarquer de Lu qui produit ses Prince en Répu-blique tchèque. Nous entrons dans un siècle où la traçabilité sur l'origine des produits devient incontournable. Le xxe siècle a été celui des marques, le XXIe sera celui des origines. » Et le scandale de la viande de cheval devrait renforcer ce sentiment.

Pour autant, le consommateur n'est pas prêt à tout. « Dans les biens de grande consommation, le "made in France" seul ne réussit pas si on n'est pas au même prix que ses concurrents et si on n'est pas innovant, avertit John Persenda, le PDG du groupe Sphere, leader européen des emballages ménagers (350 millions d'euros de chiffre d'affaires, 1.300 salariés, dont 700 en France), connu pour sa marque Alfapac. Et l'on ne vous pardonnera pas si vous trichez sur la qualité. » Le groupe a gardé six de ses treize usines en France et y fabrique 70% de ses produits. Son patron s'était illustré dans une publicité, fin 2012, en posant lui aussi en marinière. « Le consommateur est attiré par l'origine, mais il veut avant tout une machine qui lui plaise, confirme de son côté Jean-Pierre Blanc, chez Malongo. Le "made in France", c'est la cerise sur le gâteau, l'argument qui va faire basculer l'achat. »

Une prise de conscience balbutiante des professionnels

Si le grand public regarde les étiquettes, les acheteurs professionnels, de leur côté, sont encore une minorité à se préoccuper d'acheter français. « Une centrale d'achats qui prône pourtant le "made in France " vient de m'annoncer qu'elle remplaçait nos sacs poubelles par des sacs de concurrents fabriqués en Pologne, s'indigne John Persenda. Certains tiennent un double langage! »

Toutefois, un frémissement se fait sentir. Éric Neri, le PDG de la petite société textile Maille Verte des Vosges, qui s'est lancé dans le vêtement professionnel et le vêtement d'image, témoigne d'une « demande croissante de la part des entreprises clientes pour des produits d'origine européenne ». « On sent une dynamique chez les acheteurs, même si cela ne se traduit pas encore dans les contrats et dans les faits, confirme Emmanuel Sabonnadière, président de Silec Cable, dont plusieurs produits sont labellisés OFG. De toute façon, des grands clients comme ERDF ou RTE n'ont pas le droit de spécifier l'origine dans leurs appels d'offres. Pour nos propres achats, nous nous approvisionnons en aluminium auprès de l'usine Rio Tinto de Saint-Jean-de-Maurienne, mais le cuivre vient de Belgique ou d'Espagne, car il n'y a plus de producteur en France. »

Cet engouement pour le « made in France », le cabinet AgileBuyer a voulu le mesurer dans la toute dernière mouture de son enquête annuelle sur « les priorités des services achats », réalisée avec le groupement Achats Supply Chain des anciens élèves de HEC. Résultat : acheter « made in France » est un objectif pour 19% seulement des départements achats. « Cette préoccupation est assez concentrée sur certains secteurs, constate Olivier Wajnsztok, directeur associé du cabinet. Dans les sociétés qui fournissent les collectivités locales ou l'État, la sensibilité est assez importante. »

Petite consolation, peut-être, les entreprises souhaitant accroître leurs achats dans les pays à bas coûts ne sont plus que 32%, contre 40% en 2012. « Il y a eu des ratés, analyse Olivier Wajnsztok. Gérer un fournisseur en Chine prend du temps. Pour résoudre les problèmes de qualité, il faut aller sur place. » Ces déceptions liées au « tout chinois » ont laissé des traces. « La mode d'externalisation des années 2000 est terminée, estime Yves Eterno, directeur distribution de KSB France, filiale du géant allemand des pompes KSB, qui possède quatre usines en France. Dans notre métier, pour les produits sécurisés, les clients ne veulent plus de matériel chinois. »

Une carte intéressante à l'export

Le « made in France » ouvre aussi des portes à l'export. Dans la gastronomie, les arts de la table, le luxe, la « french touch » reste vendeuse. « Je participe à des salons en Allemagne ou en Suisse et je constate que les clients sont sensibles au fait que nos produits soient de fabrication française », raconte André Bousquet, fondateur de la petite société Meljac (57 personnes, 6,4 millions d'euros de chiffre d'affaires), spécialiste des interrupteurs et des prises de courant haut de gamme, en laiton ou en verre, qui réalise 40% de ses ventes à l'export. « Dans mon métier, le "made in France" est un plus, et mon objectif est de monter à 75% d'export dans les 5 à 10 ans », ajoute ce patron, qui assure avoir un carnet de commandes en hausse de 45% sur un an.

Le « made in France », cependant, peut séduire bien au-delà du luxe. John Persenda exporte une partie de sa production française vers les États-Unis, le Benelux ou la Grande-Bretagne. « À l'étranger, le "made in France" a une image de qualité alors que les acheteurs ont souvent eu de grosses surprises avec des produits asiatiques. Et les États-Unis nous achètent nos sacs poubelles biodégradables, car ils n'ont pas de production de ce type sur place. »

Chez Malongo, « nous réalisons 17% de notre chiffre d'affaires à l'export, vers les pays asiatiques, les Émirats, les États-Unis, indique Jean-Pierre Blanc. Nos machines fabriquées en France sont très bien perçues à l'étranger, notamment en Asie, ce qui peut sembler surprenant pour du matériel. Mais l'image des produits français reste bonne et gage de qualité ». Dans le matériel électrique aussi, la qualité française est reconnue. « À Abu Dhabi, le label "made in France" apporte quelque chose de plus, assure Emmanuel Sabonnadière, le patron de Silec Cable. Et aux États-Unis, il bénéficie d'une vraie cote d'amour. Les Allemands ont travaillé sur le "made in Germany" et ils en ont fait une marque de solidité. Nous essayons de faire de même avec le "made in France" pour en faire une marque d'innovation. »

Un atout stratégique nécessaire mais pas suffisant

Pour autant, difficile pour les entreprises de faire du « made in France » le pilier de leur stratégie. « L'année 2012 s'est mal passée à cause des fortes hausses de matières premières que nous n'avons pas pu répercuter sur nos prix, confie Loïc Hénaff, PDG de l'entreprise bretonne de charcuterie familiale, bien connue pour son pâté. Nous avons conservé notre propre abattoir, ce qui nous permet de bien contrôler notre matière première. Mais le prix du porc a grimpé de 27% en deux ans. Il nous faudrait augmenter le prix de notre boîte de pâté de 25 centimes, ce sera difficile à faire accepter à la grande distribution. Les enjeux d'une fabrication française tiennent à quelques dizaines de centimes... »

Le prix des matières premières, c'est aussi ce qui handicape John Persenda, le PDG du groupe Sphere, leader européen des emballages ménagers. « Nous achetons notre polyéthylène à 30 kilomètres de notre usine de Dieppe, mais son prix en euros est identique à celui payé en dollars par nos concurrents étrangers. Avec le taux de change actuel, cela fait un différentiel de 30%. Les usines pétrochimiques françaises ont été rachetées par des groupes saoudiens ou américains qui, pour les maintenir en vie, vendent leurs produits beaucoup plus cher. » Comment lutter?

John Persenda cite quelques atouts hexagonaux : le coût modéré de l'électricité, le crédit d'impôt recherche et la productivité des salariés qui lui permet de « produire 30.000 tonnes en France avec 170 personnes, là où il en faudrait 1.000 en Chine, assure-t-il. Mais c'est seulement en étant très innovant qu'on peut continuer à produire en France. Nous avons été les premiers à lancer des sacs à lien coulissant. Puis, en 2006, nous avons racheté la société allemande Biotec. Ses ventes étaient quasi nulles et on nous a traités de fous, mais elle avait un portefeuille de 200 brevets. Aujourd'hui, nous produisons des sacs à base de matières végétales et leurs ventes ont crû de 8% en 2012, alors que nos concurrents sont, eux, en repli de près de 10%. Mais, innover, cela implique d'avoir davantage d'entreprises de taille moyenne, car il est très dicile de maintenir de la recherche dans une PME. » Une recette « à l'allemande » qui a sans doute aidé au succès du fameux « made in Germany ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 74
à écrit le 08/12/2013 à 12:28
Signaler
Tu crois encore que le cuisse de grenouille viennent de France ? Tu es nul !

à écrit le 19/03/2013 à 18:29
Signaler
Le "Made in France" fait-il (encore) vendre ? La réponse est simple: NON. A part les cuisses de grenouille et le pinard, il y a bien longtemps que le terme "Made in France" n'existe plus

à écrit le 15/03/2013 à 18:16
Signaler
Because la crise la plupart des Français est prête à manger à tous les rateliers étiquetés "made in low cost" !!

à écrit le 15/03/2013 à 13:52
Signaler
" Lu qui produit ses Prince en Répu-blique tchèque" !!! on rêve !!!!! biscuits tcheques à l'huile de palme !!! prince veille à nos enfants !!!

à écrit le 15/03/2013 à 13:40
Signaler
fff

à écrit le 15/03/2013 à 11:31
Signaler
A l'instar des pays en développement qui exigent un transfert de compétence, il faudrait que notre ministre de la productivité impose l'installation de sites de montage sur notre territoire. Comme le disent certains commentaires, essayer d'acheter un...

le 15/03/2013 à 12:51
Signaler
et oui ça s'appelle l'europe... il faut a tout sortir de l'europe pour pouvoir avoir des produits fabriqués en france

le 15/03/2013 à 13:32
Signaler
Démanteler cette institution mafieuse qu'est l'UE, je suis pour à 1.000 %. démanteler une zone euro criminogène, entièrement à la solde des banksters et du monde de la finance au détriment des populations, je suis également à 1.000 % pour. Par contre...

le 15/03/2013 à 14:17
Signaler
c'est ça, la france va se battre toute seule contre la chine, l'amérique, l'inde.. les entreprises ce n'est pas la finance, c'est le lieu de création des emplois !!!! créez votre entreprise si vous êtes si compétent ! ou partez en chine, les salaires...

le 15/03/2013 à 15:07
Signaler
Vous avez tort sur toute la ligne ! Comment se fait-il alors que les pays qui ne sont pas membres d'organisations mafieuses telles que l'Ue ou la zone euro s'en sortent nettement mieux que les pays qui en font partie ? Trouvez-vous normal le coût éno...

le 16/03/2013 à 19:11
Signaler
tout à fait d'accord avec le constat de l'innefficacité de la colossale dépense publique, du mille feuille politique, de la gabegie du monde politique et administratif qui ne connait rien de la vraie vie et nous impose ces dépenses qui tuent l'emploi...

à écrit le 15/03/2013 à 9:35
Signaler
J'ai acheté des prises électriques murales (pour fabriquer une multiprises télécommandée sur une goulotte), les Legrand : 6 euros, les chinoises : 1 euro. J'ai cassé ma tirelire pour les Legrand en espérant Made in France. Il y a 30 ans, j'avais ache...

le 15/03/2013 à 11:48
Signaler
J'ai ajouté un commentaire sur l'article: "Le patriotisme économique n'existe pas qu'en France !". Il va dans le sens de votre réflexion, moi aussi j'achète du Legrand. Vidéo à l'appui, cette entreprise vous démontre le danger des disjoncteurs à bas...

à écrit le 15/03/2013 à 8:33
Signaler
encore faudrait-il qu'il y ait un produit français répondant à ce qu'on cherche. Expérience très récente: poste de radio basique, tous made in China, quel que soit le prix.

le 15/03/2013 à 9:34
Signaler
C'est évident que les petits produits électroniques surtout basique soient fabriqués en Chine ou dans d'autres pays encore plus low cost ! Il n'y a plus de fabrication de téléviseurs en Europe, ils sont tous produit en Chine ou en Corée, à par du trè...

le 15/03/2013 à 9:41
Signaler
Je cherchais une pendule avec ou sans affichage lumineux. En magasinS, que du PRC pour "masquer" Chine (même Thomson). Ai trouvé sur internet une marque Allemande (peut-être fabriqué par des Polonais en Allemagne ?), sinon, tout vient de là bas par d...

le 15/03/2013 à 10:36
Signaler
@ Simplet: oui, mais ne pas alors se plaindre du chômage

à écrit le 15/03/2013 à 7:55
Signaler
Perso , je pense que le problème n est pas la ... En temps de crise , quand en plus on se fait saupoudrer de taxes et impôts qui au final nous bouffent notre pouvoir d achat , quand de plus on malusse les investisseurs et les acheteurs de voiture neu...

à écrit le 15/03/2013 à 5:19
Signaler
Ça soulage de vomir sa haine grâce à l'anonymat d'Internet hein ?

le 15/03/2013 à 13:49
Signaler
Merci de votre remarquable intervention, cher ami. Mais ne confondez pas "haine" (après tout, je suis comme le monde entier : dans le fond, je me contrefous de la france qui n'a plus d'importance que pour elle-même !) avec "objectivité". Je n'y peux ...

à écrit le 15/03/2013 à 5:12
Signaler
Oui on sait ou ça mène mais quel rapport avec le "made in france" et que pensez-vous de la préférence nationale allemande ? On attend vos arguments ...

à écrit le 14/03/2013 à 20:04
Signaler
avec mes revenus continuellement a la baisse et la hausse de tous les produits j'achète le prix uniquement le prix.....

à écrit le 14/03/2013 à 19:10
Signaler
Sortons de l'Euro et revenons au Franc! La monnaie sera moins forte et les exportations repartierons. Les produits étrangers concurrents des produits français seront plus chers ( Chinois) ce qui permettra de relocaliser des productions!

le 14/03/2013 à 22:55
Signaler
Avec joie !!!!!

le 16/03/2013 à 19:15
Signaler
sauf qu'on perdra énormément en pouvoir d'achat, dévaluations en série garanties, appauvrissement accéléré - il n'y a aucun miracle, le seul remède est la saine gestion, ne pas dépenser plus qu'on ne gagne, réformer pour réduire l'état et les adminis...

à écrit le 14/03/2013 à 18:29
Signaler
Je vais vous donner un exemple j'ai acheté des fraises faite en france la petite barquette faisait 3,99?, à côté il y avait des fraises espagnols 2,44? une plus grande barquette, j'ai pris la barquette enfin (plusieurs) française, et le goût je peux ...

à écrit le 14/03/2013 à 17:44
Signaler
Je rêve d'un retour de la France aux années Pompidou ! Peugeot et les grandes marques Françaises... Etre fier de son pays, bosser plus, gémir moins...

le 14/03/2013 à 18:19
Signaler
Pompidou, celui qui a vendu la France aux banquiers et nous a mis dans un état de dépendance duquel on ne sortira probablement jamais... Moi aussi j'aimerais retourner à cette époque... mais pour mettre un bon coup de boule au nom de la France de 2...

le 14/03/2013 à 19:08
Signaler
A la bonne vôtre !

le 14/03/2013 à 20:42
Signaler
Pour répondre à celui qui sait, je ne sais pas quoi il sait d'ailleur mais ce que je sais c'est qu'il ne sera jamais, parce que la france de 2013 n'est pas vendu au banquier, mais en attendant c'est pas pompidou qui finance les banques en 2013

le 15/03/2013 à 9:29
Signaler
Vous devriez être un peu plus clair j'ai rien compris, moi je pense qu'avec Montebourg comme ministre le made in France est fini, il est nul et toutes ses sorties sont dramatiques pour notre commerce extérieur. Comme l'on indiqué plusieurs commentate...

le 15/03/2013 à 10:56
Signaler
Je répond à celui qui sait si vous ne comprenez pas, je ne vais pas joindre un déssin avec

le 15/03/2013 à 11:14
Signaler
a la pluie , c'est vrai que vote premier post n'est pas tres "made in france " ;-)

le 22/09/2015 à 18:25
Signaler
A-t-on vérifier que le patron de VW n'avait pas de capsule de cyanure dans une dent creuse..?

à écrit le 14/03/2013 à 17:24
Signaler
Le Made In France fabriqué en France ou bien ...le Made in France ...bien moins cher fabriqué à l'étranger....?

le 14/03/2013 à 22:57
Signaler
ouais, parce que ça commence en France, et puis ça s'en va se balader et se finir à l'étranger! faudrait savoir :FRANCAIS ou pas Français ? !

le 14/06/2014 à 21:26
Signaler
Je connais un site e commerce qui vent des vêtements réellement fabriqués en France; Je leur achète des boxer qui sont d'un confortable incomparable. Il y a même indiqué sur les étiquettes toutes les étapes de fabrication. www.vet-e-mages.com

à écrit le 14/03/2013 à 17:11
Signaler
Normal que le made in France intéresse les consommateurs entre désindustrialisation, scandales alimentaires... http://www.magtuttifrutti.com/article-le-retour-en-force-du-made-in-france-114252016.html

à écrit le 14/03/2013 à 17:04
Signaler
l'estate laguna depasse la mercede par sont confort c 220 dans le choix l'argument confort est décisif avec mon épouse 'sont véhicule est une mercedes a 180 ,en ville j'aime sa conduite souple et economique 6,2 laguna route 130 5,8environ 6000 en...

à écrit le 14/03/2013 à 17:03
Signaler
Faire passer la préférence nationale avant l'excellence est DÉJÀ du RACISME ! On sait ou ça mène...

le 15/03/2013 à 13:24
Signaler
C'est surtout le contraire mis en pratique depuis quelques décennies qui nous permet de constater et de déplorer où cela nous a conduit.

à écrit le 14/03/2013 à 16:36
Signaler
bien sûr que ou mais vous ne pourrez jamais convaincre d?acheter PSA ou Renault quand les syndicats voyous continuent de saboter les lignes de fabrication. C?est simple mais au royaume des aveugles socialistes les borgnes Hollandistes sont les rois

le 14/03/2013 à 17:09
Signaler
Qu'est-ce que les syndicats ont à voir là-dedans ? C'est n'importe quoi ! Ce qui est avant tout jugé, c'est le produit, et l'éthique de la marque, et ça, ça dépend des orientations fixées par la direction, pas par les salariés !

le 14/03/2013 à 17:57
Signaler
@Nom : ce n'est pas la direction qui ne pose pas correctement les joints, ou oublie de mettre des vis ou des boulons, ou ... J'ai eu une fois à choisir à prix égal entre Peugeot et BMW, j'ai pris Peugeot sur du haut de gamme et je m'en suis mordu les...

le 14/03/2013 à 21:47
Signaler
BMW ou AUDI/VW, c'est la même chose, ce sont des entreprises qui sont su faire de bons choix industriels, et inculquent à leurs troupes une passion maniaque du détail, tant dans la réalisation des produits que dans la gestion du SAV. Les ouvriers fon...

le 15/03/2013 à 3:55
Signaler
@nom en France les patrons ne sont mm pas des gestionnaires, Ce sont souvent des pantouflards de l administrations ( polytechnique, ena, tresor )

à écrit le 14/03/2013 à 16:15
Signaler
Tout est une question de stratégie, si on prend l'exemple des bagnoles on a tout misé sur le grand public résultat renault et psa sont concurrencé par le bas de gamme. Et franchement dans ce segment on prend le moins cher qui n'est pas fabriqué en Fr...

le 14/03/2013 à 16:58
Signaler
Bonjour, vous n'en avez pas marre de toujours répéter les mêmes choses, que vous rouliez étranger cela vous concerne. Mais arrêter la critique systématique....Je roule français depuis plusieurs années tout na pas été parfait mais depuis 6 à 7 ans je ...

le 14/03/2013 à 17:08
Signaler
Renault est une marque qui a plutôt innové (Espace, Scénic, etc.). On ne peut pas dire que ses voitures soient de mauvaise qualité. Par contre elles ne sont plus "made in France" justement (autour de 30% seulement)! C'est bien là la différence avec l...

à écrit le 14/03/2013 à 16:14
Signaler
Surtout quand cette bourde de montebourde fait du bashing contre les autos francaises pour faire le beau devant la presse.. Une honte, et un ministre qui aurait du etre viré sur le champ...

à écrit le 14/03/2013 à 15:15
Signaler
le "made en France" on le mesure avec les résultats de la balance commerciale.A présent le " made en France " va trés mais trés mal.Dire que la gastronomie ou produits de niche sont bon, cela n'aide pas à résoudre les problèmes et l'image du pays

à écrit le 14/03/2013 à 14:48
Signaler
France ou Kamtchatka, on s'en fout ! Ce qui importe avant tout (ou, en tout cas, ce qui devrait importer), c'est la qualité du produit. Acehter une merde "made in france", même si son oprix de vente est compétitif (ce qui reste à prouver !) revient b...

le 14/03/2013 à 15:26
Signaler
Oui, c'est bien connu, on ne fait rien de bon en France, tout est a jeter a la poubelle. L'autoflagellation par contre, c'est plus que jamais "made in France".

le 14/03/2013 à 15:40
Signaler
Ayant le privilège de ne pas être français et de ne pas être cotraint de vivre dans l'hexagone, (et, d'ailleurs, de ne pas vivre dans un pays francophone), je n'ai aucune notion d'autoflagellation. Par contre, comme je suis forcé de me rendre de temp...

le 14/03/2013 à 15:47
Signaler
@Calimero : +1. Le français se croit au centre du monde. Si on lit les commentaires de ce site la France est le PIRE pays au monde. La preuve par l'absurde que la pluspart de nos concitoyens n'ont jamais dépassé leur quartier. A part se plaindre et s...

le 14/03/2013 à 16:14
Signaler
A Chich Vous avez raison,tous ces écrits ne servent qu'à faire des fautes d'ortographe,et bien sûr finissent à la poubelle,après avoir fait le bonheur financier des annonceurs des revues qui ouvrent leurs colonnes à ces commentaires. Et pourles écr...

le 14/03/2013 à 16:33
Signaler
Tout a fait d'accord avec vous. Malgre ma faible experience, j'ai aussi eu la chance de vivre a l'etranger; notamment aux Etats-Unis, et je vis actuellement en Allemagne. Autant dire deux pays qu'on porte souvent aux nues et qu'on envie . Et pourtant...

le 14/03/2013 à 23:03
Signaler
Trentenaire....et globe trotter! pas mal ! " la France, vue comme le pays ou les gens travaillent pour vivre et pas l'inverse..."actuellement, en êtes vous si sûr?..........

à écrit le 14/03/2013 à 14:32
Signaler
L'image du made in France n'est réellement mauvaise que chez les Français eux même . Rares sont les peuples qui aiment aussi peu leur pays, ont honte de son histoire, de son présent et peur pour l'avenir.

le 14/03/2013 à 15:05
Signaler
A voir la france d'aujourd'hui (et par aujourd'hui, je veux dire celle que les français subissent depuis des dizaines d'années, cela n'a rien à voir avec la couleur politique de tel ou tel psdt), ils n'ont peut-être pas tort. Des produits "made in fr...

le 14/03/2013 à 15:41
Signaler
entierement d'accord! Il n'y a plus grand chose d'attirant dans ce pays. PAUVRE FRANCE

le 14/03/2013 à 15:49
Signaler
@ louis Honte à vous! Partez donc vous si la France vous fait tant horreur. L'herbe est toujours plus verte chez le voisin, Jusqu'à jour où l'on est dessus et que l'on découvre ce que cachais le gazon.

le 14/03/2013 à 16:00
Signaler
Bonjour cher ami.Juste pour info, j'ai le privilège de ne pas être français et de ne pas être obligé de vovre dans l'hexagone. Par contre, devant m'y rendre de temps à autre (et sans le moindre plaisir) pour le travail, j'ai la chance d'avoir un recu...

le 14/03/2013 à 16:07
Signaler
@louis +1

le 14/03/2013 à 16:37
Signaler
@ Louis Entièrement d'accord avec vous et je le regrette amèrement mais le constat est malheureusement là.

le 14/03/2013 à 16:57
Signaler
Je suis dans la même situation... résident au Grand-Duché, je dois souvent me rendre en France (et en Suisse). Et bien que cela plaise ou non aux Français? Quand on compare TOUS les critères de qualités de vie entre le Luxembourg, la Suisse et la Fra...

le 14/03/2013 à 18:50
Signaler
à @ Jeff N'est ce pas vous l'étriqué? Celui qui dit que tout est mauvais dans un pays est au moins aussi idiot que celui qui dit que tout va bien. Pour voyager souvent en Europe, je me rends compte que chaque pays a ses qualités et ses défauts. Ceux ...

le 14/03/2013 à 23:06
Signaler
Bien dit ! + UN

le 15/03/2013 à 13:23
Signaler
c'ets bel et bien de critiquer ceux qui ont l'intelligence de voir la france telle qu'elle est et de la considérer pour ce qu'elle est réellement. mais c'est un peu courtn cher ami. Pourriez-vous nous donner une seule (ce n'est pas très exigeant, tou...

le 14/05/2013 à 11:23
Signaler
Bravos la démagogie, et la facilitée, tu exprimes à merveille les stéréotypes actuel de la France qui vas mal, qui est nul, qui ... merci BFM tv et I-Télé etc.. NON mais on est la 5 ou 6ème puissance mondiale encore aujourd'hui. Et pour te répondre :...

à écrit le 14/03/2013 à 14:31
Signaler
Tiens, un article un peu approfondi pour une fois ! Le nerf de la guerre en export c'est effectivement l'innovation et la fiabilité, deux caractéristiques qui ne sont pas évoquées spontanément pour un produit français à l'étranger mais qui sont tout ...

à écrit le 14/03/2013 à 14:02
Signaler
La rêgle des centrales d'achat devrait déjà d'afficher en gros bien visible le code emballeur ça nous éviterait de chercher si c'est Français ou pas et de quel département ça vient. Ca serait évidement un plus si on voit bien le made in France. D'un...

à écrit le 14/03/2013 à 13:32
Signaler
oui ! .......... et pourquoi pas made in europe ?

le 17/03/2013 à 15:40
Signaler
Parce l'Europe détruit l'emploi français mais ça il ne faut pas en parler. D'ailleurs rien que pour l'alimentation sans le savoir vous consommez de la viande issue d'élevages européens mais transformée en France comme le cheval frauduleux incorporé d...

à écrit le 14/03/2013 à 13:26
Signaler
les etudes de marches declaratives sont pavees de bonnes intentions; pf drucker a dit ' la fidelite du client s'arrete a une reduction de 1 cent'... le reste c'est pipo... le francais est pour des barrieres douanieres sur les pdts fabriques dans son ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.