"Made in local" : à chacun son label, et confusion pour tous

 |   |  500  mots
Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, visitant le stand Toyota lors du premier Salon du Made in France, en novembre 2012. Reuters
Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, visitant le stand Toyota lors du premier Salon du Made in France, en novembre 2012. Reuters
Nationaux ou régionaux, généralistes ou spécialisés, les labels se multiplient, avec des cahiers des charges et des objectifs différents. Au risque de désorienter les consommateurs.

Quelques opérations de finition réalisées en France sur des articles importés et... hop! l'industriel peut apposer l'étiquette « made in France » sur son produit... C'est pour lutter contre cette règle officielle jugée trop laxiste, car fondée sur la notion floue de « dernière transformation substantielle » réalisée dans l'Hexagone, qu'ont été créés des labels nationaux ou régionaux, généralistes ou spécialisés : « Saveurs en'Or » pour l'alimentaire du Nord-Pas-de-Calais, « Sud-Ouest France » pour celui de l'Aquitaine et du Midi-Pyrénées... Les cahiers des charges imposés par ces labels sont plutôt draconiens. « L'obtention de "Produit en Bretagne" n'est pas simple, et il faut accepter des contraintes, raconte Bruno Degrenne, direc-teur commercial de la biscuiterie Kerfood, à Belle-Île-en-Mer, qui fabrique aussi la crème de caramel au beurre salé Carabreizh. Il nous a fallu mettre en place une traçabilité informatique. Mais cela nous a fait gagner en productivité et rencontrer des entreprises bien plus importantes que la nôtre. Commercialement, ce label est un moteur énorme. » L'association Produit en Bretagne a déjà labellisé 4000 produits de tous types.
Le label cherche à promouvoir l'emploi local et distingue les entreprises développant un véri-table savoir-faire, si possible avec des matières premières bretonnes, mais pas nécessairement. On peut trouver du café ou du jus d'orange porteurs du logo, car « il y a un vrai savoir-faire des entreprises concernées dans la torréfaction ou la sélection du concentré, précise Loïc Héna, PDG de l'entreprise qui porte son nom (215 salariés). Le consommateur est intelligent, il sait bien que le café ne pousse pas dans les monts d'Arrée. »

Les paradoxes de la certification

« Ridicule », estime Yves Jégo à propos de ce jus d'orange breton. L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy préside l'association Pro France, créatrice du label « Origine France Garantie » (OFG). « Nous avons déjà labellisé 400 gammes de produits et 600 autres sont en cours. Notre label certifie que 50% au moins de la valeur unitaire du produit est français. » La Toyota Yaris ou les bières Kronenbourg ont ainsi obtenu le logo. Mais aussi les lave-linge Electrolux fabriqués dans l'usine de Revin... que le géant suédois veut fermer en 2014.Les audits, réalisés par le bureau Veritas, donnent parfois du fil à retordre aux industriels. « Pour mes interrupteurs en verre, j'ai eu beaucoup de mal à obtenir le label, raconte André Bousquet, le PDG de Meljac. Le travail du verre représente plus de 50% de la valeur ajoutée de ce produit et je le faisais faire par une entreprise d'Eure-et-Loir. Mais le bureau Veritas a audité uniquement nos locaux, pas ceux de ce sous-traitant. Il rechignait donc à nous accorder le label, alors qu'avec un verre moins cher acheté en Chine nous l'aurions obtenu sans peine! J'ai donc décidé de rapatrier le travail du verre. »
L'ambition d'Yves Jégo? « Créer le grand catalogue des produits français. » Titanesque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2014 à 16:41 :
Les labels qui n'imposent pas du 100% pourront toujours être remis en cause car les méthodes de mesures différent suivant les bureaux d'audit et les types d'entreprises. Comment mesurer de manière totalement objective qu'elle valeur ajoutée vient de chaque pays? Dans une bouteille de coca faite en France, la valeur ajoutée vient elle du remplissage de la bouteille ou de la recette de la poudre importée des US?
Personne, j'ai fait mon choix, je prends du 100% local dès que je le peux, j'habite sur Tours et je prends mes fruit et légumes sur www.made-in-local.fr
Mes paniers de fruits et légumes me coûtent moins cher qu'en grande distribution et l'approvisionnement local coûte moins cher à la nature. Tout le monde y gagne
a écrit le 09/10/2013 à 18:18 :
Les labels ont le mérite de mettre l'accent sur l'origine des produits... et de montrer qu'il est malaisé de le faire dans le cadre actuel ! Si l'on peut aller au-delà des résistances au changement, ils peuvent jouer un rôle. Mais le 'Made in local", c'est aussi bien d'autres dimensions de l'action économique, comme l'illustre un livre qui vient de sortir chez Eyrolles: "Made in local. Emploi, croissance, durabilité : et si la solution était locale ?"
www.madeinlocal.info
a écrit le 15/03/2013 à 9:04 :
Le label, un bon moyen pour augmenter le prix sous couvert de qualité. Si ça continue, on verra tellement de labels sur les produits que l'on ne le verra plus ce que l'on achète
a écrit le 14/03/2013 à 11:33 :
Plutôt qu'un label dont le consommateur ne saura JAMAIS ce qu'il y 'a derrière, on peut imaginer de reprendre une vision un peu plus détaillée de la localisation des principales étapes du produit. Quant à la Toyota Yaris, une présentation comme ça : http://www.les-produits-made-in-france.fr/produit/fiche/yaris , ca permet de voir en un clin d'oeil la part du made in France réel !!
a écrit le 14/03/2013 à 9:35 :
"L'Europe" a toujours voulu désorienter les consommateurs par de soit-disante réformes qui vont plutôt dans le sens des lobbys et l'uniformisation du marché mais pas dans le sens de la qualité mais dans le sens financier!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :