Syrie : John Kerry poursuit son offensive diplomatique en Europe

 |   |  921  mots
Pendant tout le week-end, Paris et Washington ont affiché leur détermination à sanctionner militairement le régime syrien.
Pendant tout le week-end, Paris et Washington ont affiché leur détermination à "sanctionner" militairement le régime syrien. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après avoir obtenu samedi le "soutien politique" des Européens à une "réponse claire et forte" à l'attaque chimique en question, John Kerry a rencontré à Paris ses homologues de plusieurs pays arabes, ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a poursuivi dimanche en Europe son offensive diplomatique, afin de justifier des frappes contre la Syrie, accusée d'avoir perpétré un massacre chimique le 21 août, près de Damas. Une allégation une nouvelle fois démentie par le président Assad, qui a "nié avoir quelque à voir dans cette attaque", selon la chaine CBS. Après avoir obtenu samedi le "soutien politique" des Européens à une "réponse claire et forte" à l'attaque chimique en question, John Kerry a rencontré à Paris ses homologues de plusieurs pays arabes, ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.

"Nous étions unanimes à dire que le recours odieux par Assad aux armes chimiques (...) a franchi une ligne rouge internationale", s'est félicité le secrétaire d'Etat américain, à l'issue de cette rencontre. "Un certain nombre de pays ont immédiatement signé le communiqué (endossé par douze pays) du G20" appelant à une "réponse forte" à la Syrie, a-t-il ajouté. Parmi ceux-ci figurent l'Arabie Saoudite et le Qatar, qui soutiennent l'opposition syrienne. Pour les autres, "chacun fera sa propre annonce dans les 24 heures", a précisé John Kerry, alors que le Congrès américain doit se prononcer dans les prochains jours sur une action militaire en Syrie.

L'Iran et l'Irak prônent une solution pacifique

Principal soutien régional de Damas, l'Iran a de son côté réaffirmé dimanche son hostilité à toute intervention étrangère en Syrie, intervention qui serait "illégale" selon la charte de l'ONU, a affirmé le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, en visite à Bagdad. "Nous appelons tous les pays à s'asseoir à la table des négociations pour résoudre pacifiquement la crise syrienne", a déclaré M. Zarif. Son homologue irakien Hoshyar Zebari a lui aussi appelé à une solution pacifique à la crise, affirmant qu'"une frappe militaire nuirait aux efforts politiques en cours".

Paris et Washington sont favorables à une sanction militaire

Au contraire, pendant tout le week-end, Paris et Washington ont affiché leur détermination à "sanctionner" militairement le régime syrien, se targuant d'un soutien international "large et grandissant" à une action militaire. "C'est notre Munich à nous!", avait lancé samedi soir à Paris M. Kerry, dans l'espoir de convaincre des opinions publiques réticentes, voire hostiles, en France et aux Etats-Unis. La France et les Etats-Unis, qui s'étaient durement opposés en 2003 sur l'Irak, affirment d'une même voix qu'une action armée contre la Syrie ne ressemblera en rien aux interventions en Irak, en Afghanistan ou même au Kosovo ou en Libye.

Evoquant le "soutien politique" apporté la veille par les 28 de l'Union européenne, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a précisé dimanche que la France et les Etats-Unis n'avaient "pas besoin matériellement, militairement, que tous ces pays s'engagent. La plupart d'entre eux n'ont pas les moyens de le faire", a-t-il relevé.

L'issue du vote du Congrès américain est très incertaine

Le secrétaire d'Etat américain regagnera Washington lundi, après avoir rencontré à Londres, dimanche soir, le président palestinien Mahmoud Abbas, et, lundi matin, le chef de la diplomatie britannique, William Hague, dont le gouvernement a dû renoncer à s'associer à une intervention militaire en Syrie après un véto du parlement. La situation serait "alarmante si les différents Parlements du monde" décidaient eux aussi qu'il ne faut pas intervenir, a estimé dimanche M. Hague, pour qui "le risque de ne rien faire est plus grand que celui d'agir".

Le Congrès américain doit donner ou non dans les prochains jours son feu vert aux frappes, comme l'avait décidé le week-end dernier le président Obama. L'issue du vote est très incertaine, notamment à la Chambre des représentants. Alors que les télévisions américaines diffusaient en boucle ce week-end des images de victimes des attaques à l'arme chimique du 21 août, le président américain a prévu d'enregistrer lundi une interview avec les grandes chaînes américaines. Diffusée dans la soirée, l'interview précédera le message à la Nation d'Obama mardi, avant le vote du Congrès.

Le rapport des inspecteurs de l'ONU est très attendu

Son homologue français François Hollande a aussi promis de s'adresser à son opinion, mais après le vote du Congrès et la remise du "rapport des inspecteurs" de l'ONU qui ont enquêté fin août. Aux yeux de la plupart des Etats de l'Union européenne, ce rapport attendu dans les jours à venir est une étape essentielle, susceptible de confirmer de manière indépendante les accusations d'attaques aux gaz toxiques. M. Hollande s'est engagé à attendre ce document avant d'agir éventuellement militairement. Pour M. Kerry en revanche, les Etats-Unis n'attendront pas s'ils doivent frapper.

Selon le Los Angeles Times, le Pentagone prépare des frappes plus longues et plus intenses qu'initialement prévu, pendant trois jours. Les stratèges américains optent pour un barrage massif de tirs de missiles, suivi de frappes supplémentaires contre les cibles manquées, selon des responsables du Pentagone cités par le quotidien. Sur le terrain, les combats se poursuivaient entre rebelles et fidèles du régime de Bachar al-Assad. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les rebelles, constitués notamment de jihadistes du Front Al-Nosra lié à Al-Qaïda, ont pris dans la nuit le contrôle du village chrétien de Maaloula au nord de Damas après de violents affrontements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2013 à 15:09 :
CONFIRMATION SI BESOIN AIT!!!
Selon le journal israélien yedioth ahronoth du 8/9/13 et d'après également le site Debka, très proche du milieu du renseignement d?Israël,les activistes du lobby juif américain de
l'AIRPAC se sont mobilisés pour faire aboutir coûte que coûte au Congrès US l'option militaire contre la Syrie ;celle-ci devra avoir comme cibles prioritaires pour Israël (ainsi donc!) d'abord la destruction du IVè corps de la Garde républicaine, l'unité la mieux équipée et la plus aguerrie de l'armée syrienne,ensuite les rampes de lancement des fusées balistiques et en dernier ressort les bases aériennes et les systèmes de radars.
De ce fait,il apparaît donc clairement (et au grand jour maintenant!) que l?invocation du "gazage des populations civiles"n'est qu'une couverture médiatique destinée à dissimuler les véritables objectifs et les authentiques artisans et vrais bénéficiaires d'une opération de guerre conçue et programmée à Tel Aviv et qui est en passe d'être fidèlement et docilement exécutée par Paris et Washington!!La logique du vrai détenteur du pouvoir dans ces deux pays est ainsi scrupuleusement respectée!
Réponse de le 09/09/2013 à 15:39 :
Définition wiki, AIPAC : "American Israel Public Affairs Committee est un groupe de pression né en 1951 aux États-Unis visant à soutenir Israël en particulier dans son conflit avec les États arabes de la région, ainsi que l'idéologie sioniste". La réinformation, jour après jour, après en effet l'excellent passage de Michel COLLON chez F. TADEI, les masques tombent, on mesure à présent les vrais enjeux et les connivences entre les US et le lobby de la famille scélérate, véritable donneur d'ordre.
Réponse de le 09/09/2013 à 15:46 :
je crois bien que c'est "fouarré" ce coup la, le "grand" Israel c'est pour plus tard !
Réponse de le 09/09/2013 à 17:45 :
Que Israel y voit son intérêt, c´est fort possible. Mais ce n´est certainement pas le seul pays dans ce cas lá. Des lobbies qui font pression pour des bombardements de la Syrie viennent de tous les bords, en autre, le lobby de l´industrie de l´armement que cela soit aux USA, en Angleterre, ou en France. Ainsi que des lobbies Syriens venant de groupes aussi nébuleux les uns que les autres. Que veut dire "la famille scélérate"?.......
Réponse de le 09/09/2013 à 19:01 :
@ Le Vigilant ;
Et si le véritable enjeu, était l'Iran : principal souci d' Israël . On élimine l' aviation et la défense aérienne, ensuite c'est le boulevard en direction de Téhérant..
a écrit le 09/09/2013 à 13:12 :
Il faut bien faire fonctionner l´industrie de l´armement. Alors une petite guerre par ci, une petite guerre par lá, cela épuise les stocks et vide les hangars pour les remplir á nouveau avec des engins de destruction. Et puis, n´oublions pas que la Syrie a probablement achetée les siennes chez les mêmes qui veulent aujourd'hui bombardés ce pays. Voilá la Real Politik dans toute sa splendeur. Sauver le peuple Syrien? Mon oeil!
a écrit le 09/09/2013 à 12:24 :
Merci à mes trolls Julie, Julien et Jean de venir porter la bonne parole sur ce forum.
Réponse de le 09/09/2013 à 13:13 :
Merci John, il faut bien que je trouve de l'occupation pour mes "emplois d'avenir" !
Réponse de le 09/09/2013 à 18:24 :
Julie, Julien, Jean, Vincent... 3 ans, 100 000 morts... (nos) services de renseignement ...Ils sont toujours aussi repérables...
Réponse de le 10/09/2013 à 10:53 :
@Moi John Kerry: Porter VOTRE "bonne parole", pas celle des autres.
a écrit le 09/09/2013 à 11:04 :
Oui pour que KERRY, OBAMA, et HOLLANDE partent faire la guerre en Syrie avec leur gilet pare-balles. Ha ! oui KERRY et les "SKULL AND BONES" une société secrète US qui envoie un de ces bons élèves.
L?université de Yale était un terreau particulièrement fertile pour qu?y prospère une société secrète aussi élitiste et influente que les Skull & Bones. Mais le succès de cette organisation secrète doit aussi beaucoup à la personnalité de son fondateur, William H. Russell. Celui-ci appartient à la grande famille Russell, dont l?un des membres, le révérend Noadah Russell, membre éminent de l?Église congrétionnaliste, a participé à la création de Yale. La famille Russell s?est également impliquée dans la grande guerre de l?opium qui oppose le Royaume-Uni à la Chine dans la première moitié du XIXe siècle. Samuel Russell, cousin de William Russell, est un important protagoniste de la guerre de l?opium. De nationalité états-unienne, il est le fondateur de la Russell & Company en 1813, qui va concurrencer, dans les années 1820, la domination britannique sur le trafic de drogue en direction de la Chine. L?un des membres éminents de la société était Warren Delano, Jr, le grand-père de Franklin Delano Roosevelt....
http://www.voltairenet.org/article14367.html
Réponse de le 09/09/2013 à 12:03 :
Quel rapport avec le chmilbick???
Réponse de le 09/09/2013 à 16:11 :
Le rapport "Mordrakheen" c'est BUSCH père et fils, aussi chez les "SKULL AND BONES" et la guerre en Irak. Tu as un ordinateur avec l'internet, et tu sais t'en servir pour faire des recherches ? Sinon on t'apporte un coca (à l'aspartame), tes pantoufles (made in china), autres choses ?
Réponse de le 09/09/2013 à 23:06 :
SKULL AND BONES n´est qu´une société de francs-maçons, WASP, á l´américaine. Le fantasme du pouvoir de ces sociétés est bien connu.
a écrit le 09/09/2013 à 9:28 :
L'amérique est à la manoeuvre pour obtenir le scalp de la Syrie, après l'ingérence, elle pousse des factions à la rebellion, les finance, les armes, destabilise le pays. La même méthode est employée par les US dans tous les pays où elle entre en guerre, c'est un préalable et nous sommes tjrs les cocus de l'histoire. Souvenez-vous la prétendue agression du navire US dans le golfe du Tonkin, pretexte déjà à la guerre du VietNam reconnue par le chef d'etat major aujourd'hui comme étant un montage permettant l'entrée en guerre. Plus près de nous, le pathétique POWELL agitant ses petites fioles pour justifier la guerre en Irak et requerant la présence du haut responsable aux armées pour livrer ce pot de merde sur un plateau télé, tellement contrit qu'il n'osait y aller seul, qui confesse aujourd'hui avoir été promené par les services de renseignements américains. L'histoire se répète et doit urgemment vous faire réfléchir, les US sont à l'origine de toutes les galères de notre monde moderne, du Kosovo, à l'Afgahnistan en passant par l'Irak et la Lybie...
a écrit le 09/09/2013 à 8:59 :
Ceux qui croyaient que le régime démocratique était le meilleur pour préserver les citoyens des guerres en sont pour leurs frais avec des dirigeants comme Hollande , qui , alors que la France n'est pas menacée, déclarent unilatéralement la guerre à un autre pays !!..............La France est-elle réellement une démocratie si on se compare à d'autres grandes nations européennes ?
Réponse de le 09/09/2013 à 10:39 :
Les rebelles donc l'opposition demandent de l'aide, mettez vous à la place des syriens qui subissent près de 3 ans de conflit, plus de 100.000 morts, plus encore de blessés, un pays ruiné, supportent une dynastie de dictateurs depuis des décennies, revoyez les causes initiales de cette guerre civile qui aurait pu aussi avoir lieu en Turquie et bien d'autres pays avec les mêmes causes initiales mais qui n'a pas dégénéré et pour cause, ce n'est pas le même régime. C'était le même problème en Espagne lors de la guerre civile. Vous auriez fait partie de la bande des munichois de la dernière guerre qui s'en lavent les mains et ne voient pas plus loin que leur bout de lorgnette ni la géopolitique de cette région. Et vous fait de la politique partisanne à la petite semaine. C'est nul !
Réponse de le 09/09/2013 à 12:24 :
non Vincent ça n a rien à voir a voir avec l'Espagne de 1936 c est principalement une guerre de religion entre sunnite et une branche du chiisme Outre que je doutes que les "rebelles" soient pour certains gens recommandables cette crise se situe sur un noeud stratégique des plus plus fragile Assad est un sinistre personnage je suis d accord mais qui viendra a sa place? L Iran bougera certainement en cas de prise de controle par les sunnites du pouvoir le hezbollah mettra le feu au poudre au Liban et tout ceci va peter de façon incontrolés il faut surtout pas s en meler il n y a pas de gentils dans cette histoire que des victimes : les civils
a écrit le 09/09/2013 à 1:09 :
Les USA avec l'aide de l'Arabie saoudite font ce que la francafrique a fait : former des milices pour renverser des chefs d'etats africains peu cooperatif, ou au contraire aider des chefs d'etat a mater des rebellions....tout ceci pour assurer des approvisionnements de petrole comme ELF...le cas de la Syrie est similaire au centreafrique sous giscard : avoir du poids dans une zone geostrategique...francais, si une attaque se fait, le prochain president syrien defendra les interets occidentaux et isra?liens..et se tetachera du Liban et de l'Iran
Réponse de le 09/09/2013 à 10:45 :
C'est stupide comme raisonnement car si le peuple syrien dans la quasi totalité de la Syrie ne s'était pas soulevé contre Bachar et si cette guerre ne durait pas depuis bientôt 3 ans avec autant de morts et blessés, aucune intervention des américains et français n'aurait lieu. De plus les américains sont bien moins dépendants du pétrole désormais, bien moins que les chinois et d'autres. Allez vivre en Iran chez les ayatollahs ou chez Bachar ou Poutine, nous verrons si vous pouvez écrire aisément autant d'âneries et si c'est si bien.
Réponse de le 10/09/2013 à 10:33 :
@Julie: Personne n´écrit des "âneries", mais seulement ses opinions. Alors écrivez le votre et gardez vous de juger les autres.
a écrit le 09/09/2013 à 0:57 :
La Syrie et les pays arabes sont aux USA ce que les pays d'Afrique noir ?taient ? la France...souvenez vous de cette epoque ou les milices francaises installees au Gabon formaient des combattants qu'ils envoyaient par la suite au sud Niger par bateau...et les interventions armees de la France en cote d'ivoire pour proteger le regime en place...voir meme armer
a écrit le 09/09/2013 à 0:08 :
Le coupable est-il Bachar al-Assad? « Oui, pour huit raisons ». Première raison: le régime d'Assad détient « 1000 tonnes de gaz » chimique et a utilisé les vecteurs. Deuxième raison : le régime a procédé a des « préparatifs » avant l'attaque. Troisièmement, « les tirs sont partis de zones contrôlées par le régime vers des quartiers aux mains de l'opposition ». Quatrièmement, « la séquence opérationnelle est une séquence militaire parfaitement coordonnée, conformément aux techniques de l'Etat-major syrien » avec des bombardements opérés en même temps que l'attaque chimique. Cinquième raison, « les bombardements perpétrés après l'attaque pour en effacer les traces ». Sixièmement, l'ampleur de l'attaque est telle « que seul le régime en était capable ». Septième raison : « personne n'a de doutes sur la détention des produits par Bachar al-Assad ». Huitième raison : les zones attaquées avaient un « intérêt stratégique » pour le régime.
Réponse de le 09/09/2013 à 7:02 :
Neuvième raison: C'est John Kerry qui l'a dit.
Réponse de le 09/09/2013 à 9:10 :
Revoyez vos lectures...
Réponse de le 09/09/2013 à 10:24 :
Ce n'est pas John Kerry mais le rapport des renseignements français qui le dit en plus de bien d'autres éléments qui viennent confirmer, dont allemands, anglais etc En face on attend toujours ceux de Poutine...
Réponse de le 09/09/2013 à 12:29 :
désolé mais 280 morts pour une attaque chimique en zone urbaine ce n est pas une attaque de vaste ampleur on voit que vous ne savez pas ce que peut faire une saloperie de gaz de type sarin ou VX Et je doutes qu assad soit suffisament stupide pour utiliser ce genre d attaque alors que le monde a les yeux rivés sur la Syrie il savait parfaitement le genre de réaction que ca causerait
Réponse de le 09/09/2013 à 12:53 :
Mais si, Assad est stupide, il a attendu que les inspecteurs soient sur place pour faire péter ses bombes aux gaz sarin à 3 km de l?hôtel des inspecteurs ! A moins que ce ne soit un coup monté du pouvoir pour faire croire que c'est l'opposition qui voulait nous faire croire l'inverse.
Réponse de le 09/09/2013 à 12:59 :
@julien

Croyez-vous que la presse a accès a l'intégralité du point de vue des services français ? Fort à ,propos alors, pour épouser la cause du belliciste, sinon, la presse libre fourmille de sources démentant vos propos...
Réponse de le 10/09/2013 à 10:44 :
@Julien: Comment pouvez vous être aussi sur, alors qu´il n´y a aucune preuve formelle et des rapports contradictoires venant d´un peu partout dans le monde.
a écrit le 08/09/2013 à 23:11 :
Depuis quand Laurent Fabius se sent-il solidaire des"peuples arabes" dans leur souffrance et martyre permanents au point de lutter mordicus pour qu'une guerre destructrice soit absolument déclenchée-aux frais des français-contre prétendument le dictateur de Damas mais qui n'épargnera certainement pas la population syrienne déjà décimée par deux ans de "guerre civile"?N'est-il pas mobilisé en réalité pour débarrasser sa "patrie de c?ur" de la "menace"du seul pays arabe qui comptait encore dans le voisinage d?Israël sur le plan militaire après que l'Irak,la Libye et l?Égypte aient été mis hors jeu par d'autres de ses " vrais compatriotes"?
Mais alors pour qui roule de son coté son simplet de supérieur hiérarchique?Serait-ce pour la même cause?Le sait-il au moins?Sarko,lui,le savait pour le cas de la Libye...
Réponse de le 08/09/2013 à 23:47 :
Propos totalement infondé puisque l'on ne peut pas prétendre également que la France soutiendrait par cette intervention les islamistes d'Al Nosra etc clairement hostiles à Israël. La guerre dure depuis près de 3 ans, a fait plus de 100.000 morts sans compter les blessés, a ruiné ce pays. La Syrie ne s'est pas soulevée à ce point sans raison, elle ne voulait plus de la dynastie Bachar en place depuis des décennies. L'intervention facilitera le travail des rebelles qui sont en grande majorité syriens, les intervenants extérieurs ne réprésentent au mieux que 20% des opposants à Bachar. Les russes auraient dû favoriser un départ de Bachar et une intervention plus tôt pour un nouveau gouvernement accepté de tous en Syrie au lieu d'un tel massacre. Le droit de veto à l'Onu est injustifié.
Réponse de le 09/09/2013 à 9:07 :
Sait-on au moins qui a mis le pouvoir en Syrie entre les mains de la minorité "Alaouite" à laquelle appartient le clan Assad?Aujourd'hui,le tandem Fabius/Kerry ne fait que continuer l'oeuvre sioniste et coloniale de "charcutage" de la nation arabo-islamique mise au point en 1916 par le duo franco-anglais Sykes/Picot!
Réponse de le 09/09/2013 à 10:49 :
Si l'on suit votre raisonnement c'est donc une bonne chose de venir défaire ce que l'on a mis en place avant et qui s'avère une mauvaise chose ! Un peu de réflexion en évitant de mélanger les motifs et les époques serait plus intelligent et réaliste de votre part.
Réponse de le 09/09/2013 à 11:55 :
Les mêmes causes génèrent toujours les mêmes résultats!C'est de la myopie intellectuelle pour ne s'en rendre compte!
a écrit le 08/09/2013 à 22:04 :
Syrie, deux ans et demi de conflits avec le soutient de l'Occident, plus de 110.000 morts dont au moins 5800 enfants. Le 21 août 2013, c'est le réveil, 500 ou 1400 victimes de l'attaque au gaz, c'est un crime? Politic-tac.... tic-tac....tic-tac....tic-tac.... ????
http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE98002P20130901
Réponse de le 08/09/2013 à 22:26 :
Heureusement l'empire du bien va s'en occuper ...
Réponse de le 08/09/2013 à 23:02 :
Le soutien n'est pas qu'occidental, sinon ca ne serait pas drole. Il me semble que Russie et Iran soutiennent l'autre camp.
Réponse de le 08/09/2013 à 23:29 :
Oui caravanes@, mais comment faire tourner les usines d'armement si l'adversaire tombe trop vite, les exemples du passé ne manquent pas et une guerre masque si bien les problèmes.
Réponse de le 08/09/2013 à 23:52 :
Ridicule l'argument des usines d'armement, c'est un petit conflit. C'est le droit de veto à l'Onu qui a posé problème et qui devrait être suprimé car dès le départ il était possible de stopper le conflit avant qu'il ne soit trop tard et d'amener tout le monde à négocier. On trop attendu à cause de la position de Poutine qui défend des intérêts telle une base militaire en méditerranée qui dépassent largement le cadre de l'intérêt des peuples. L'empire soviétique c'est fini et c'est tant mieux.
Réponse de le 09/09/2013 à 12:41 :
Bonjour Jean@ , je vous ai compris, petit conflit, petit ?le futur nous le dira ??? La démocratie c'est un problème, hop suppression de l'Onu, votre diplomatie est au top !!!. La citation ci-après est pour vous :
''Quand on prend la peine de découvrir les ficelles, on se sent moins marionnette...'' (BLONDIN Robert) . Salutations respectueuses.
a écrit le 08/09/2013 à 20:16 :
Décidément la diplomatie internationale n'est guère à la portée de nos élites socialistes.Hier il combattait les islamlistes au Mali aujourd'hui ils veulent donner un coup de main à ces mêmes islamistes en Syrie alors que la clé du conflit syrien est une rivalité ente chiites et sunnites( cherchez l'erreur) ). N'oublions point que les sunnites sont des islamistes radicaux qui ont instauré la charia et les tribunaux révolutionnaires dans les quelques villes syriennes qu'ils occupent. D'autre part les intérêts des USA ne sont pas du tout les nôtres(domination énergétique pour assurer à bon prix leurs appros) alors que nous France ce ne sont que des emmerdes qu'on ira chercher à moins que notre président envisage d'importer l'islamisme sunnite pour faire plaisir au Quatar et à l'Arabie Saoudite.
Réponse de le 09/09/2013 à 0:04 :
Totalement ridicule, on croirait lire des arguments du FN. Le peuple syrien s'est soulevé contre Bachar, ce n'est absolument pas à l'origine un conflit chiites sunnites etc. C'est Bachar le problème. Il a très mal géré la crise de son pays. Erdogan en Turquie dans une situation similaire au départ qui aurait pu dégénérer a mieux géré la situation. Bachar - et avant lui son père - est un dictateur depuis trop longtemps au pouvoir et ne veut en rien le céder ni négocier une solution acceptable pour tous. Les extrêmistes de cette guerre civile ne représentent qu'une minorité, 20% tout au plus environ. Faire croire que tous sont des extrêmistes et que la France vient les soutenir est en déphasage avec la réalité. Il est clair que le véto russe et les intérêts de Poutine sont en bonne partie à l'origine de cette situation inacceptable qui aurait pu être réglée bien plus vite sans ce droit de véto qui a paralysé l'Onu.
Réponse de le 09/09/2013 à 8:14 :
La révolte n'est pas liée à une rivalité sunnites chiites qui vivaient depuis longtemps sans problèmes majeurs en Syrie. C'est la dynastie Bachar qui est à l'origine de la révolte de l'ensemble et sa réaction très excessive. Les sunnites dans leur majorité ne sont pas radicaux. Les extrêmistes actuels en Syrie représentent moins de 20% des opposants rebelles. Quant aux intérêts américains ils sont aussi ceux de la plupart des pays quant au prix du pétrole. Et il faudrait peut être regarder plus loin la stratégie de l'Iran dans la région avec le nucléaire, les missiles longue portée, sa main mise sur la Syrie et le Liban, de la Russie dans la Méditerranée dans son ensemble. Il faudrait également avant tout voir que cette guerre dure depuis près de 3 ans et a fait plus de 100.000 morts et bien plus de blessés et mis les pays a plat pour longtemps. Quant on veut éviter les "emmerdes" à court terme on en oublie souvent de voir qu'il peut y en avoir de bien plus gros à venir un peu plus tard, un peu comme dans les années 1930 si vous observez plus en détails les manoeuvres des uns et des autres dans cette région, sans parler des liens avec la Corée encore prise à envoyer des armes à la Syrie il y a peu.
a écrit le 08/09/2013 à 19:34 :
Kerry c'est " Weak knees " il n'ira pas loin.
a écrit le 08/09/2013 à 19:29 :
Les inspecteurs de l'ONU doivent prouver QUI a utiliser ces armes chimiques. Leurs utilisations à déjà été invoqué par le nouveau président iranien Hassan Rohani dés le 24 aout, il y a déjà 2 semaines !
La rhétorique ne créer pas la vérité.
Réponse de le 08/09/2013 à 22:59 :
Ca n'est pas leur mission, ils l'ont dix 100 fois. Leur mission est de dire s'il y a eu usage d'armes chimiques et quelle est cette arme.
De toutes facons, a ce stade, je ne vois pas comment on pourrait prouver qui a fait quoi: chaque camps peut infiltrer l'autre.
On peut simplement remarquer que Bachar promet de retorquer a toute attaque, il fairait mieux d'utiliser cette hypotetique force pour defendre son peuple.
Réponse de le 08/09/2013 à 23:39 :
@ Caravannes : Dans la mesure où les gazés sont tou(te)s du coté des "insurgés", pour autant que ce terme ait encore un sens quand les victimes sont des gosses ou des femmes, il me semble que le doute est mince. Les réserves de gaz et les vecteurs sont du coté d'Assad alors que les victimes sont du coté des insurgés. Il vous faut un dessin en plus? Il n'y a pas eu une mais plusieurs attaques, et la plus violente, la dernière, a fait des centaines de victimes. Ceci exclut l'hypothèse d'une erreur de munition et établit que le gouvernement syrien a délibérément et massivement utilisé une arme interdite dans la répression des opposants à son régime, dont des civils. Quelque soient leurs motivations réciproques, c'est légalement un crime. D'autre part, je ne doute pas que les analyses chimiques permettront de tracer l'origine des gaz. François Hollande ne fait que constater que les tentatives diplomatiques pour amener El assad au dialogue avec ses opposants ont échouées et qu'il faut maintenant passer à des actions plus dures. Détruire les pistes d'où partent les avions, les lieux de fabrication et de stockage des armes chimiques, les postes de commandement, les réseaux de communication militaires, le tout en épargnant les vies civiles. Le but n'est pas de mener une guerre mais de faire réfléchir Assad sur sa vulnérabilité. L'opération peut être menée à moindre risque, notamment avec des missiles lancés depuis des sous marins.
a écrit le 08/09/2013 à 19:27 :
je n'y connais rien à l'évangile , mais j'ai lu récemment un article qui faisait référence à la bible en citant le passage ou il était prédit que Damas serait rasée et que cela serait le début de l'apocalypse !
Réponse de le 09/09/2013 à 12:38 :
je suis athée mais quand j étais encore croyant j ai lu la bible et l apocalypse j ai pas souvenir de ca ...Quelqu un de plus érudit sur le sujet peut il nous éclairer ? Merci aux fanatiques de tout bord de voir ailleurs ..
Réponse de le 09/09/2013 à 13:04 :
Vous pouvez voir utilement pour éclairer ce point de vue les videos en ligne de Pierre HILLARD, elles doivent répondre à vos questionnements, notamment sa théorie -et il n'est pas seul-, de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial. Glaçant, tout le monde devrait y accéder pour se faire une opinion et suivre également ce qui touche à Bilderberg, éclairant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :