L'audiovisuel et le cinéma dans le viseur de la Cour des comptes

 |  | 378 mots
Lecture 2 min.
les dépenses publiques pour le cinéma français et l'audiovisuel sont mal maîtrisées selon la Cour des comptes
les dépenses publiques pour le cinéma français et l'audiovisuel sont mal maîtrisées selon la Cour des comptes
Dans un rapport de la Cour des comptes à paraître mercredi 2 avril, les aides versées à l'audiovisuel et au cinéma français sont vivement critiquées : trop de dépenses et pas assez d'efficacité.

"Sans rapport avec les montants investis".  La cour des comptes épingle "les soutiens à la production cinématographique et audiovisuelle" dans un rapport, sous embargo jusqu'à mercredi 2 avril, mais dont les principales conclusions ont été dévoilées ce mardi par Les Echos. L'audiovisuel est le secteur le plus sévèrement critiqué.

L'audiovisuel et le cinéma, une gabegie ?

Globalement, la Cour des comptes estime que "la dépense publique en faveur du secteur, en forte croissance depuis dix ans, est insuffisamment maîtrisée". D'après le rapport, les aides directes ont augmenté 88% en dix ans. En 2012, leur montant total s'élevait à 601 millions d'euros. Par aides directes, il faut comprendre notamment les aides à la production versées par le Centre national du cinéma (CNC), mais aussi par les collectivités territoriales et les dépenses fiscales...

Le rapport se montre plus particulièrement sévère à l'égard de l'audiovisuel, un secteur  qui "bénéficie d'un système de soutien sans équivalent en Europe" avec près de 800 millions d'euros d'investissements des chaînes de télévision en 2012. Quant aux aides publiques, elles avoisinent les 332 millions d'euros. Point noir des ces investissements: "des performances décevantes" et "une efficacité économique incertaine". Le secteur de la fiction étant notamment "peu performant".

Quels changements ?

Après le diagnostic, les recommandations: les Sages proposent de "relever le seuil de soutien automatique" afin de "favoriser la consolidation du secteur". Autre possibilité: "prendre en compte les résultats obtenus par les programmes aidés dans l'octroi du soutien automatique du CNC".

Concernant le cinéma, le modèle de financement français est "sous tension" et connaît "des risques d'essoufflement" liés à "une hausse des coûts pour une partie de la production et à une saturation des fenêtres de diffusion des films", estime la Cour.

Constatant "un déséquilibre croissant entre les décisions d'investissement dans la production et les capacités d'exposition des films produits", elle préconise notamment de "réduire le nombre de projets éligibles" ou d'"assouplir le régime des jours pendant lesquels la diffusion d'œuvres cinématographiques est interdite sur les chaînes de télévision".

>> La culture contribue 7 fois plus au PIB que l'industrie automobile

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2014 à 13:32 :
excellent article qui confirme que trop de taxes tuent un secteur économique , car en taxes sur la culture cela y va bon ton , certains entreprises ne veulent meme plus traduire des biens culturels étrangers en france vu le nombre de taxes au nom de la culture française , cette gabegie nous coute presque 1 milliard d'euro par an ? , non sans rire .. coté créativité on voit chaque jour le déclin progressif et la rente de certains qui ensuite courent avec la cagnotte jusqu'en russie mais qui s'assurent que la rente demeure .. incroyable et ecoeurant
a écrit le 02/04/2014 à 10:57 :
Encore une démonstration de l’inefficacité des services publiques et de ses agents publics, territoriales et chu... Et démontre l’efficacité pour augmenter la dette et ruiner notre pays... Y a pas photo... Les futures générations en payeront malheureusement les conséquences...
Réponse de le 02/04/2014 à 13:33 :
je vous rassure on paie déjà , taxe sur ceci , taxe sur cela , taxe sur le cinema américain , taxe sur les copies , taxe sur les disc durs , taxe sur tout et finalement la gabegie finale arrive ..hourrrra
a écrit le 01/04/2014 à 17:37 :
c'est un bon principe mais encore un trou en dérapage non contrôlé +88% en 10 ans....sans compter les allocations des " intermittents du spectacle" et le trou de 1 milliard..; à 1.6 milliard cela fait 105 € pour une famille avec 2 enfants de "taxe" par an, cela fait pas mal de places de cinéma "obligatoires"
a écrit le 01/04/2014 à 17:26 :
Un scoop dont la cour des comptes à le secret....Les sages...le titre n'est il pas usurpé?
En tout les cas une sagesse impossible à transmettre à nos gouvernants successifs.
Quant au courage de la décision, consultation du dictionnaire obligatoire.
a écrit le 01/04/2014 à 17:12 :
tiens, c'est pas nouveau... vive les intermittants

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :