La Bpifrance lance un prêt "Usine du futur" pour les entreprises

 |   |  321  mots
Les entreprises peuvent désormais emprunter auprès de la Bpifrance la somme de... 15 millions d'euros /Reuters.
Les entreprises peuvent désormais emprunter auprès de la Bpifrance la somme de... 15 millions d'euros /Reuters. (Crédits : reuters.com)
La Bpifrance lance un nouveau prêt, "Usine nouvelle", pouvant atteindre la somme de 15 millions d'euros par entreprise. Ce plan s'incrit dans la volonté de la Bpifrance de redynamiser la compétitivité des entreprises françaises.

Perte de compétitivité, retard des entreprises françaises, manque d'innovation. La banque publique d'investissement a-t-elle la solution ? Elle a annoncé, mardi, dans le cadre de son programme la Nouvelle France industrielle, un nouveau prêt baptisé "Usine du futur". Une opportunité pour les entreprises.

Un coup de pouce pour modernier les industries

Ce nouveau prêt plafonné à 15 millions d'euros par entreprise, s'inscrit dans la continuité du Programme d'investissement d'avenir. Le budget global fixé à 1,2 milliard d'euros a pour ambition de "moderniser les industries françaises pour gagner en compétitivité et développer l'emploi".

Une volonté affichée de la part de la Bpifrance de financer les investissements matériels ou immatériels des entreprises, pour des investissements. Pouvant aller de 100.000 euros à 3 ou 5 millions d'euros, "en contrepartie d'un financement privé ou d'un apport en fonds propres (...) d'un montant au moins équivalent", souligne la Bpifrance. D'une durée de 7 ans, ce prêt peut être cumulable et atteindre les 15 millions d'euros.

Un volet "prêts verts" pour encourager la transition écologique

Virage écologique oblige, le prêt "Usine du futur" comporte un volet "prêts verts" destiné aux entreprises qui investissent dans la transition écologique. Dotée d'une enveloppe de 340 millions d'euros, la Bpifrance a pour ambition d'accompagner ce virage. D'où la possibilité pour les entreprises de toucher des subventions ou des avances remboursables, pouvant aller jusqu'à 305 millions d'euros pour des "des projets choisis en fonction de leur potentiel de croissance pour les filières de la transition énergétique".

Des "prêts robotiques" pour des équipements de production automatisée sont également prévus avec une enveloppe de 300 millions d'euros. Des "prêts numériques" pour les entreprises engagées dans la transition numérique sont dotés d'un budget de 300 millions d'euros.

Sans oublier le soutien à l'industrie à travers le "prêts pour l'industrialisation" devant servir à financer l'industrialisation d'un produit, service ou procédé innovant, pour un budget de 270 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :