Restauration : un comité de suivi pour assurer le contrôle des prix

 |   |  655  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Hervé Novelli, secrétaire d'Etat au commerce, a dévoilé ce mercredi la composition de cet organe et son rôle. Un premier bilan est attendu pour la rentrée.

"J'attend de ce comité des résultats, de la transparence et un vrai succès". Hervé Novelli, secrétaire d'Etat au commerce, en attend donc beaucoup du comité de suivi chargé de veiller au respect des engagements signés par les professionnels de la restauration dans le cadre du contrat d'avenir. Officiellement lancé ce mercredi, cet organe se réunira chaque semestre pour faire le point sur l'évolution des prix après la baisse de la TVA à 5,5%. Il devra aussi faire état des avancés en matière de salaires et d'investissements dans le secteur de la restauration.

Pour un maximum d'objectivité, ce comité se compose d'organisations pro-signataire du contrat d'avenir, mais aussi de parlementaires, de sénateurs, de députés de la majorité et de l'opposition, sans oublier des membres d'associations de consommateurs et d'organisations syndicales. Sa première mission sera de surveiller l'évolution des prix, "la matérialisation la plus concrète du contrat, celle qui représente l'essentiel des discussions", selon le secrétaire d'Etat. Le comité se chargera d'un suivi semestriel quand la DGCCRF fera les relevés sur le terrain.

Transparence

A ce sujet, Hervé Novelli s'est montré clair: il n'y aura pas d'"Etat policier. Nous ne mettrons pas un contrôleur derrière chaque restaurateur. Contrairement à ce qui se dit, ceux qui apposeront la signalitique bénéficieront de l'indulgence de la DGCCRF car ils feront signe de transparence". La transparence était justement le terme favori du ministre ce mercredi. Tout le travail du comité étant bâti autour de cette notion. Pour les membres, les informations sur les prix doivent être mise à disposition du client. "Il faut faire connaître et faire savoir. La vitrophanie (signalitique, ndlr) est l'une des solutions".

Pour le gouvernement, aucune sanction n'est à l'ordre du jour. "Le seul juge sera le consommateur qui pourra choisir son restaurant de façon rationnelle. En revanche, nous pourrons de notre côté refuser de donner l'avantage à ceux qui ne joueraient pas le jeu. C'est plus intelligent", a précisé le secrétaire d'Etat. Il a par ailleurs annoncé que des éléments d'encouragements pour les meilleurs élèves seraient annoncés le moment venu. Et pour pousser la concurrence entre restaurateurs jusqu'au bout, le gouvernement compte demander aux guides de tenir compte, dans leurs classements, du respect du contrat d'avenir par chaque restaurant.

Patience

Autre volet d'étude pour le comité, le suivi des engagements en matière de salaire et de protection sociale. Christine Lagarde, ministre de l'économie, a court-circuité son secrétaire d'Etat en annonçant ce matin qu'une revalorisation des salaires était en passe d'être signée. L'information a été confirmée par Hervé Novelli qui annonce également la mise en place d'un salaire minimum supérieur au Smic, "une avancée historique". A la rentrée, une réunion avec les responsables d'apprentissage en hôtellerie et restauration fera le point sur les modalités d'embauche de 20.000 apprentis d'ici deux ans.

Enfin, le comité veillera sur les investissements de modernisation du secteur. Un fond permettra l'octroi de prêts préférentiels à taux bonifiés. "Dans les trois ans, 1 milliard d'euros de prêts sera octroyé", promet Hervé Novelli.

Après une première réunion en juillet, les membres du comité se retrouveront début octobre. Une première série d'indicateurs sera alors rendue publique. Le premier bilan global interviendra à la fin de l'année. Entre temps, des associations de consommateurs rendront publiques leurs propres analyses.

Après les résultats publiés la semaine dernière par la DGCCRF, le comité prône la patience. Hervé Novelli, lui, garde le même discours depuis une semaine. "C'est un bon début. C'est encourageant mais les restaurateurs peuvent mieux faire. Il est encore trop tôt pour juger de l'ensemble des termes du contrat. Mais je suis convaincu que cela va aller progressivement". Affaire à suivre...

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour ce pauvre ce secretaire d'état Hervé Novelli ca fait beaucoup d'échecs, toutes ses trouvailles bébêtes se plantent LAMENTABLEMENT, il n'a de cesse de parler, parler, inventer une stupidité de plus à chaque fois qui succède à une betise inutile, comme les auto-entrepreneurs qui ne déclarent pas de chiffre d'affaire, ou quelques BROUTILLES, avec la TVA 19,6% dont l'échec est MATERIALISé PAR CETTE COMMISSIION DE SUIVI, et encore ce sera quoi la prochaine INUTILITé et LE REMPLACEMENT de Monsieur NOVELLI, c'est POUR QUAND ? les parlementaires ils n'en ont pas marre de ce geotrouve tout et de ses erreurs et de ces inventions
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
SI LE MINISTERE DE L'ECONOMIE et des FINANCES NE PUBLIE PAS LES STATISTIQUES des DISPARITIONS / LIQUIDATIONS / RESILIATIONS / MISES EN SOMMEIL d'ENTREPRISES , c'est que leur nombre est ENORME et GIGANTESQUE - IL FAUT QUE LA PRESSE FRANCAISES FASSE UN TRAVAILLE DE COMPILATIOON en PUISANT LESSOURCES DANS LES GREFFES DES TRIBUNAUX DE COMMERCE - IL Y A MOINS DE GREFFES, donc CELA DOIT ETRE BEAUCOUP PLUS FACILE - ALLEZ LE PREMIER TITRE DE PRESSE QUI VA PUBLIER CETTE STATISTIQUE VA FAIRE UN ENORME SUCCES DE LECTORAT , DEPECHEZ VOUS MESSIEURS DAMMES LES JOURNALISTES, VOTRE SUCCES EST ASSURé tellement les chiffres SONT ENORMES, GIGANTESQUES ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et pourquoi pas bientôt un comité de surveillance pilotant un comité d'analyse et de prospective pour veiller sur le comité de suivi. On se fout de qui là ?????
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Controler des prix fixés librement, liberte des prix , il fallait y penser avant de faire cadeau de la taxe aux restaurateurs, taxe perdue a l'état et sans contre partie et qui sera compensée par une taxe ou imposition supplémentaire redevable par tous les consommateurs , et meme par ceux qui ne peuvent se payer le restaurant
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bon. Stop avec ce sujet. Les restaurateurs ne baisseront pas leurs prix, on a compris. On ne va encore nous bassiner avec ça pendant 107 ans.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Entrée : Salade. Plat : Daube. Dessert : Flan. Zut. Pas de réduction sur le menu Sarko ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pour loger tous ses amis, il pourra créer une commission de validation du bien fondé de la Loi, puis une commission pour établir la nouvelle loi qui tiendra compte des résultats du comité de suivi, et ensuite créer un nouveau conseil supérieur de la restauration sélective de luxe qui verifiera si la restauration des pizzaiolos se donne les moyens de controler elle meme l'application des textes relatifs aux fabricants de sandwich, TOUT CA VA DONNER DU TRAVAIL AUX AUTOCOMPTES ROULEURS DANS LA FARINE, et permettre de créer des AUTO COMITés qui se chargerons de controler les AUTO COMMISSIONS DE NOTES DE FRAIS de ce CHER secretaire d'etat de délabrement
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et qui va assurer le contrôle du comité de suivi? De celui-là comme de tous les autres qui ont été créés pour amuser la galerie et ne font guère avancer les choses.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si on peut dormir et qu'on est bien payé, ça m'intéresse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :