Nathalie Kosciusko-Morizet : "les technologies de rupture vont changer le monde"

 |   |  1104  mots
Chaque jour, cet été, nous interrogeons un grand témoin de l'actualité sur sa vision de l'après-crise. Aujourd'hui, pour la secrétaire d'Etat Nathalie Kosciusko-Morizet, la convergence entre la "high-tech" et la "green tech" va permettre de bouleverser nos anciens modèles.

La crise que nous traversons débouchera-t-elle sur un monde nouveau ?

Cette crise a un caractère exceptionnel, à la fois par son ampleur, ses motifs et les incohérences de notre système qu'elle a mises en lumière. Ce sentiment, bien partagé il y a quelques mois, commence, il est vrai, à se dissiper avec les premiers signes de reprise et le retour à des habitudes que l'on croyait, à jamais, balayées. Pourtant, les questions soulevées sont à la fois trop nombreuses et trop structurelles pour que cette crise soit une simple parenthèse qui se referme. J'ajoute que la conviction, voire le désir, de la majorité de l'opinion, est que les choses ne pourront justement plus être comme avant, qu'elles doivent changer.

Quelles sont les grandes ruptures que cette crise a révélées ?

La crise est née d'une conjonction de mauvaises incitations micro-économiques, d'un déficit de coordination macro-économique et d'une répartition internationale du travail trop déséquilibrée, entre un Nord qui consomme à crédit et un Sud qui produit à bas coût. Mais deux aspects de la crise me frappent plus particulièrement. Tout d'abord, la crise du "court-termisme". Le système économique s'est peu à peu ordonné au court terme, alors que nos politiques publiques et nos systèmes sociaux sont calés sur des calendriers de long terme. Ce qui crée des tensions, y compris dans les représentations que les gens ont de la société. La même opposition peut être soulignée entre, d'une part, un monde productif de plus en plus virtuel, éloigné du consommateur par une multiplication d'intermédiaires, et, d'autre part, un besoin de proximité, de sens concret. C'est en cherchant à résoudre ces tensions, ces distances, que nous pourrons contribuer à résoudre les crises connexes : la crise de modèle, la crise de sens, la crise du système de production et de consommation et bien évidemment, la crise écologique puisque nous devons faire face à la raréfaction des ressources naturelles et au réchauffement climatique.

Les nouvelles technologies peuvent-elles jouer un rôle dans la construction du monde de l'après crise ?

Je peux vous faire une première réponse, en rappelant que les nouvelles technologies peuvent constituer un moteur de la relance économique, la preuve en est que ce secteur reste dynamique pendant la crise. On peut appliquer ce même raisonnement à l'économie "verte". Mais il me semble qu'une réponse de ce type, si juste soit-elle, resterait réductrice. Elle tend en effet à considérer les économies numérique ou verte comme une simple opportunité susceptible de maintenir "le monde d'avant", en lui trouvant de nouveaux leviers. Dans l'économie numérique, il existe en réalité deux tendances. La première, la plus visible, est celle des gains de compétitivité, celle qui participe à l'achèvement du processus d'automatisation des biens et finalement à la destruction de l'ancien système. Mais il existe aussi un deuxième processus, moins commenté mais bien plus porteur, celui de la diversification des biens, en qualité et en quantité. Elle ouvre un champ complètement nouveau pour répondre aux attentes des consommateurs qui rejettent de plus en plus la consommation de masse et cherchent une consommation plus personnalisée, au plus près des besoins exprimés et du sens que l'on souhaite leur donner. L'économie numérique permet de déployer un nombre incroyable de nouveaux services, d'en augmenter fortement la valeur d'usage, notamment dans les services à la personne, et surtout de créer des emplois. Le potentiel est immense, mais encore mal perçu, et parfois un peu dénigré, comme le furent d'ailleurs les technologies vertes il n'y pas si longtemps de cela.

Quel rôle donnez vous justement à l'écologie verte dans la mutation de nos modèles ?
C'est probablement dans la convergence de la "high tech" avec la "green tech" que se trouvent les technologies de rupture qui permettront de changer le monde, ou d'accompagner la transformation radicale désormais indispensable. Pour des raisons techniques, tout d'abord. L'économie verte nécessite beaucoup de technologies numériques pour développer la domotique, la gestion intelligente des réseaux électriques, ou encore les énergies renouvelables qui sont des énergies décentralisées, qui réclament donc une gestion fine de connexion via les réseaux. Mais l'économie numérique participe également à la création d'un nouveau service, par nature plus économe en énergie : celui qui consiste à produire le bien ou le service dont vous avez besoin au moment où vous en avez besoin. Par exemple, on n'achètera plus une voiture mais un service de mobilité, ce qui évitera de surconsommer un bien, de gaspiller une ressource rare et permettra de répondre à un objectif environnemental.

Le discours sur un monde nouveau, plus vert et plus high tech, n'est-il pas finalement un écran de fumée pour contenir justement la mutation de nos systèmes ?

Bien sûr, beaucoup tentent de faire de la com' sur l'écologie, la sortie de crise ou les nouvelles attentes du consommateur. Mais je reste convaincue que ceux qui tentent simplement de surfer sur la vague finiront échoués ! On ne peut pas tricher durablement avec des tendances de fonds, qui correspondent à un réel désir, à une aspiration profonde des sociétés.


Quel rôle peut jouer l'Etat dans ces évolutions ?

Cette crise a effectivement appelé au retour des Etats, à la fois en matière économique, avec par exemple la nécessité de revenir à des politiques industrielles, mais également à l'occasion de débats renouvelés, sur la société, sur l'éthique, le vivre ensemble, la mise en place d'une gouvernance mondiale. C'est une demande très forte de l'opinion, comme en témoigne toute la polémique autour des bonus des banquiers. En même temps, ce retour de l'Etat ne doit pas être compris comme un simple "come back", à la façon d'un interventionnisme classique. Nous assistons à un mouvement paradoxal de présence plus forte de l'Etat et d'ouverture à des acteurs de plus en plus divers. Et la question de l'Etat face à la société reste posée.

Bio express : polytechnicienne, ingénieure du génie rural, issue d'une vieille famille politique française, Nathalie Kosciusko- Morizet est entrée en politique, sous l'égide de Jacques Chirac, en 2002. Spécialiste des questions environnementales et industrielles, elle fut, sous le premier gouvernement Fillon, la cheville ouvrière du Grenelle de l'environnement, lancé à l'initiative de Nicolas Sarkozy.

Demain, suite de notre série avec l'interview de Paul Jorion

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les grandes ruptures vont bien sûr muter notre société, mais il y a loin de la coupe aux lèvres, et les résistances vont être féroces. Le grand défit est d'enfin <b>redistribuer les fruits du progrès<b>, on ne compte plus les gains de productivité (division par 10 voir 100 ou plus ) alors que le prix payé se maintient ou augmente en apportant certes de nouveau progrès.

Il faut évidemment que des pans entiers des dépenses des ménages disparaissent pour faire la place aux nouvelles opportunités. Inutile d'augmenter les retraites, diminuons juste les dépenses !
Cela ne se fera pas sans drame, considérant la puissance des monopoles de situation des futures victimes du progrès: Énergie et Banques en tête

Si on raisonne "écosystème", en prenant l'exemple de l'énergie:
Postulat: à 50 ans l'énergie est gratuite, produite localement (Cf. l'expérience Islandaise, maison à énergie positive)
Les résistances:
- comment l'État remplace les ressources fiscales énergétiques ?
- comment l'Etat organise la décroissance d'EDF et Total vouées à disparaître ?
- comment la société réagit libérées des chaines de cette dépendance aux réseaux (énergie, communications, ...)

Regardons ce que propose l'énergie solaire aujourd'hui: le rachat de l'électricité par EDF à un tarif fiscal avantageux !
Surtout ne pas toucher à la distribution de l'énergie, alors qu'il s'agit là d'une aberration technique: ne pas consommer localement, convertir et réinjecter le 3Volts des panneaux solaire en 220v ou plus se traduit par des pertes en lignes et en conversion importantes.
Comment croire, un distributeur d'énergie qui vous propose du solaire: il ne va pas détruire son modèle économique de distributeur !

Le métier de banquier n'est plus un métier de financier mais d'informaticien, comme celui d'horloger est devenu un métier d'électronicien dans les années 70. Un banquier sait transférer des milliards instantanément sur n'importe quel point du globe sans risque. Plus d'attaque de convoi de la Wells Fargo, plus d'attente de l'arrivée deniers pour entreprendre la découverte de l'Amérique. Où est ce gain phénoménale de productivité dans mes frais bancaire ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ok ok c'est bien woody
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout d'abord, la crise du "court-termisme" dit Mme la Ministre. C'est vrai et pas vrai. Les délocalisations complètement absurdes sur le long terme ne se sont pa
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Enfin une femme s'exprime - et plutôt bien.
Dites donc, La Tribune, on est très très loin de la parité dans cette série ! Il n'y a pas de femmes économistes ? ou banquières ? qui pense la crise ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Selon le rapport Smart 2020, les technologies de l'information (TIC) durables pourraient réduire les émissions de CO2 liées à l'humanité de 15% d'ici à 2020. Ca c'est concret. source : http://www.greenit.fr/tag/smart-2020

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :