Hervé Novelli demande aux restaurateurs "un effort" sur la baisse des prix

 |   |  262  mots
Le secrétaire d'Etat au Commerce Hervé Novelli a déclaré ce lundi que les restaurateurs devaient encore faire un effort concernant la baisse des prix consécutive à la baisse de la TVA, de 19,6% à 5,5%.

Le secrétaire d'Etat au Commerce Hervé Novelli a déclaré ce lundi que les restaurateurs devaient faire un effort concernant la baisse des prix consécutive à la réduction de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée). "Je pense qu'ils n'en font pas assez, même si la moitié du chemin a été parcourue", a déclaré le secrétaire d'Etat sur RTL.

Depuis le 1er juillet 2009, la restauration bénéficie d'une TVA à 5,5%, au lieu de 19,6% auparavant. En contrepartie, la profession s'est engagée auprès des pouvoirs publics, par le biais du "contrat d'avenir" à baisser les prix d'au moins 11,8% sur au moins sept produits. Ils se sont également engagés à  ce qu'une partie une partie des fruits de la TVA réduite soit réaffectée aux salaires, à l' emploi et à la modernisation de leurs établissements.

Des associations de consommateurs ainsi que la Cour des comptes reprochent cependant aux restaurateurs de ne pas respecter leurs promesses. Dès cet été, la profession a été épinglée pour ne pas jouer le jeu.

Selon Hervé Novelli,  la baisse des prix consentie "est faible, elle est moins importante qu'elle n'était indiquée dans ce contrat d'avenir qui engage les professionnels, mais elle existe". Quant à l' emploi , il s'est voulu "optimiste", ne souhaitant pas "qu'on stigmatise une profession qui emploie autant de salariés et qui a encore des emplois non pourvus".

"Il faut donc maintenant que [la profession] se mobilise, elle a commencé de le faire et je l'accompagnerai, y compris de manière ferme", a poursuivi Hervé Novelli.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2009 à 14:21 :
Dans 9 restaurants sur 10, je parle de la ville de Paris : on se moque du monde. Des non professionnels, qui réchauffent des plats préparés à l'avance, et qui emploient, pour la plupart, des travailleurs pakistanais, ou autre main d'?uvre sous payée, quand elle est déclarée.
Quant aux brasseries, c'est particulièrement lamentable. Ces établissements fonctionnement sur les mêmes schémas depuis plusieurs décennies. Non seulement les cartes restent les mêmes, mais le pain est mou, la salade fatiguée, la viande dure, les frites grasses. Un sandwich baguette ça peut être délicieux. Idem pour une salade. Mais les produits frais, ça demande un effort, et peu d'établissements font cet effort.
Voilà dix ans que je vis dans le 2e, quartier palais-royal. Je mange tous les jours au restaurant. Il y a longtemps que j'ai éliminé les brasseries. Une seule est intéressante. Pourquoi celle-ci et pas les autres ? Question de direction, de professionnalisme, d'honnêteté. Quant aux prix pratiqués, c'est véritablement scandaleux. Rien ne change, donc, si ce n'est la TVA. Et cela ne profite, comme toujours, qu'aux médiocres. Moi, je me moque de payer 20 cts d'euros de moins le café au comptoir, ou un plat 10 euros au lieu de 12. Je veux, ce que nous voulons tous, de la QUA-LI-TE. Quant au service, parlons-en. On passe du je-suis-là-mais-bientôt-je-serai-mannequin-chez-Armani-et-je-t'emmerde des restos branchés, au type totalement autiste et en fin de course des brasseries parisiennes. SCANDALE. En résumé : soit payer très cher (et encore), soit bien connaître son quartier, pour ne pas se faire avoir. Courage.
a écrit le 14/10/2009 à 12:24 :
Novelli confond les restauranteurs avec des ONG. On est pas là pour nourrir à perte la population. Celui qui n'a pas d'argent mange son casse dale sur un banc et c'est marre.
a écrit le 12/10/2009 à 16:23 :
Un petit effort... c'est beaucoup demandé... nous sommes dans un système libéral où la loi n'apporte rien, c'est le marché qui décide et là le marché des restaurateurs se goinfre sur les consommateurs... Mais le système libéral est vraiment fait pour le bien du plus grand nombre...
a écrit le 12/10/2009 à 12:59 :
@ Restau. J'espère que vous n'êtes pas représentatif de l'état d'esprit de la profession. Que pensez-vous de la "restauration" de la TVA à 19,6%? Rien à battre aussi?
a écrit le 12/10/2009 à 12:06 :
Restau peut rêver aussi car maintenant je suis client des boulangeries, pas des rastaurateurs-voleurs.
a écrit le 12/10/2009 à 7:57 :
Je suis restaurateur et je peux vous dire qu'Hervé Novelli peut rèver. Rien à battre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :