Déficit sous les 3% du PIB : Christine Lagarde s'engage pour 2014

 |   |  342  mots
Christine Lagarde estime possible de ramener le déficit public français sous les 3% du PIB en 2014, alors que Bruxelles le souhaiterait pour 2013. De son côté, Eric Woerth affirme que l'Etat aura dépensé 2 milliards d'euros en moins qu'initialement prévu en 2009, somme qu'il va utiliser à rembourser ses dettes envers la sécurité sociale.

La France ramènera son déficit sous les 3% du PIB pour 2014, a réaffirmé dimanche Christine Lagarde, ministre de l'Economie, alors que la Commission européenne demande que cet objectif soit tenu pour 2013. Invité sur Canal Plus, le ministre de l'Economie a expliqué qu'elle voulait "pouvoir tenir ses engagements" et "ne pas faire des promesses en l'air." "Je dis que 2014, on arrivera à les tenir", a-t-elle précisé.

Christine Lagarde a souligné avoir obtenu de la Commission européenne "que ce soit en fonction des circonstances économiques". "Si on a une croissance exceptionnelle, on y arrivera (en 2013). Sinon, ce sera difficile", a-t-elle insisté, expliquant être en train de "négocier avec la Commission."

Le ministre du Budget, Eric Woerth, avait déjà estimé la semaine dernière que la réduction des déficits publics français demandée par la Commission européenne ne devait pas hypothéquer la reprise économique.

L'exécutif de l'UE souhaite que la France réduise son déficit public et le ramène à 3% du PIB, norme prévue pour les Etats membres de l'Union, en 2013. Le déficit public français est actuellement au-dessus de 8%.

Par ailleurs, l'Etat aura dépensé 2 milliards d'euros en moins qu'initialement prévu en 2009, somme qu'il va utiliser à rembourser ses dettes envers la sécurité sociale, le déficit public restant donc inchangé, a indiqué ce dimanche Eric Woerth. "Pour la première fois de mémoire de budgétaire, la dépense de l'Etat va baisser de 2 milliards par rapport à la loi de finances initiale (pour 2009, NDLR). Elles seront aussi inférieures à l'exécution du budget 2008, c'est-à-dire à l'année dernière", a affirmé le ministre sur radio J.

Il n'a pas précisé dans quels domaines les dépenses ont été inférieures à ce qui était prévu dans le budget 2009. "Nous allons consacrer cette somme pour continuer à réduire la dette de l'Etat à la sécurité sociale", a-t-il ajouté, précisant que cette dette était de "plus de 5,5 milliards" en 2007 et de "3,5 milliards d'euros cette année".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :