Mobilité des fonctionnaires : la colère monte

 |   |  441  mots
Le décret sur la mobilité des fonctionnaires pourrait s'appliquer rapidement, en avril ou mai. Les syndicats ont exprimé ce mercredi leur opposition au texte tandis que le Premier ministre, François Fillon, a promis que les fonctionnaires auraient "plus de garanties" avec ce décret qu'avec la législation précédente.

Selon l'entourage du ministre du Budget et de la Fonction publique, Eric Woerth, le décret controversé sur la mobilité des fonctionnaires pourrait s'appliquer "autour d'avril-mai".

Il doit être examiné par le Conseil national de la fonction publique qui se réunit le 11 février et passer ensuite au Conseil d'Etat.

Ce décret vise à appliquer la loi promulguée le 6 août 2009 et adoptée par les députés de la majorité (UMP et Nouveau Centre), l'opposition (PS, PCF, PRG, Verts) ayant voté contre. L'idée est de permettre une mobilité accrue pour le personnel de la fonction publique, notamment au niveau territorial d'un service, voire d'un département à l'autre.

Le Premier ministre François Fillon a cherché ce mercredi sur Europe 1 à apaiser le débat et s'est engagé à que les fonctionnaires aient "plus de garanties que dans la législation précédente".

"Franchement, cette polémique est grotesque [...] ; dans le texte en préparation, l'Etat aura l'obligation de proposer trois postes à un fonctionnaire dont l'emploi est supprimé. Ces trois postes devront correspondre à son grade, à son projet professionnel, tenir compte de sa situation de famille et de son lieu de domicile", a-t-il promis.

Syndicats vent debout

Les syndicats contestent pourtant certains aspects de ce texte, notamment le risque de se retrouver privé de salaire en cas de trois rejets de proposition de postes.

Le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a accusé, ce mercredi, sur France Inter, le gouvernement de pratiquer la "provocation" à l'égard des fonctionnaires. Il a cité "le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux" ; la révision générale des politiques publiques qui "désorganise le travail" ; la remise en cause des retraites des fonctionnaires. Le gouvernement "dit qu'on va pouvoir licencier sans indemnité, sans autre procès" des agents publics et dans le même temps "donne des leçons à Total" sur l'emploi, a-t-il souligné.

"C'est une sérieuse attaque contre le statut, c'est une sérieuse attaque sur le service pblic à destination des usagers", a déclaré sur RMC le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly. Il a fait observer que "la garantie de l'emploi" des fonctionnaires vise à leur "permettre d'avoir une neutralité" à l'égard du pouvoir politique.

"Le gouvernement est en train de se dire : on va accélérer les fermetures [de services publics] mais on va être coincé avec cette garantie de l'emploi, donc il faut qu'on trouve un système qui fasse qu'à un moment donné on puisse dégager les fonctionnaires", a-t-il expliqué. "C'est ça son objectif, c'est encore un objectif comptable", a insisté le dirigeant de FO.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2010 à 4:38 :
Je regrette que vous n'ayez pas retenu mon deuxième commentaire où je m'exprimais sur la mobilité des fonctionnaires mais peut-être les questions sur les médecins vous ont-elles gênées ? Pourtant, la mobilité des médecins et leur implantation géographique ne devraient-elles pas être envisagées pour peupler les déserts médicaux ? Je ne pensais pas être hors sujet. Mais puisque votre coeur balance pour les fonctionnaires, alors, je vous propose un autre sujet qui devrait emporter votre enthousiasme et intéresser bon nombre de vos internautes : les contrôles sur les congés maladies des fonctionnaires. Je m'attends à des commentaires qui seront à la hauteur de la haine et du dégoût que nous leur inspirons, nous les nantis du pays.
Sans rancune.
a écrit le 05/05/2010 à 11:48 :
Vous avez raison de vous en prendre aux fonctionnaires. Lynchons tous ces nantis, ces fainéants, ces incapables. Débarrassons nous de ces parasites, de ces inutiles qui vivent sur le dos des "forces vives" du pays, sur le dos de ceux qui se lèvent tôt. Eliminons tous ces instituteurs, pardon, professeurs des écoles qui s'occupent de vos gosses, ces personnels de santé qui vous accueillent lorsque vous allez mal, ces policiers et gendarmes qui veillent sur votre sécurité, ces agents d'EDF qui rétablissent l'électricité en cas de coupure y compris dimanches et jours fériés, ces agents de la SNCF qui vous accompagnent sur vos lieux de vacances ... Honte à tous ces fonctionnaires de l'Etat, de la Fonction Publique Hospitalière et de la Fonction Publique Territoriale dont les salaires scandaleusement élevés mettent à mal le budget de la France, honte à toute cette "racaille", uniquement préoccupée du maintien de ces petits avantages mesquins.
Tournons nous enfin vers ceux qui souffrent et méritent toute notre estime. Accordons notre soutien et notre compassion à ces grands patrons qui détruisent les entreprises jetant à la rue des milliers de salariés et dont les bonus et les stocks options récompenseront leur incompétence et leur inutilité, à ces banquiers qui se goinfrent, jouent votre argent sur les marchés et se refont une santé sur le dos des contribuables ... Voilà des gens honorables qui méritent notre estime, notre soutien et notre compassion ! Prosternons nous devant ceux dont la réussite est due uniquement aux relations de leur famille et crachons sur tous ces pauvres à qui la vie n'a pas donné les mêmes chances de réussite mais après tout n'est-ce pas de leur faute à tous ces minables ! Eliminons à tout jamais de notre vocabulaire les mots fraternité, solidarité et justice. Faisons en sorte que le monde soit dur et impitoyable pour les plus petits et les plus faibles! Bel idéal ! Alors, je ne sais pas si les fonctionnaires sont des incompétents et des paresseux mais je sais que seuls les services publics sont en mesure de garantir à chaque citoyen, riche ou pauvre, l'accès à l'éducation, aux soins et à la protection. Je vous souhaite, à tous, un jour d'être dans la souffrance et j'espère qu'il existera encore à ce moment-là un service public pour vous venir en aide.
a écrit le 05/03/2010 à 14:11 :
une tactique vieille comme... la politique de bas étage, et qui marche, si j'en juge par les premiers commentaires ! "diviser pour mieux régner" ! Rendre enviable le statut des fonctionnaires.... en oubliant que ces faveurs enviées s'accompagnent d'autres conditions qui le sont moins...
Ne pourrait-on raisonner autrement, et considérer que les salariés du privés étant malmenés, ce n'est pas un motif, une justification pour faire de même avec ceux du public ?
On oublie un peu vite qu'un fonctionnaire est titulaire d'un statut, et non d'un poste.. ce qui veut dire que : on le nomme là où il y a un poste (mutation plus ou moins "enviable" selon un barème toujours discutable...) et si le poste est supprimé, le fonctionnaire est "envoyé" (muté ?) d'office sur un autre poste : non on ne lui demande pas son avis ! Les fonctionnaires non plus ne travaillent pas au pays des bisounours...
Pour ma part, souhaitant changer de fonction dans la même administration, (sans rencontrer de problème dans ma fonction actuelle, considérant avoir les compétences du poste que je vise quitte à devoir suivre une formation d'adaptation) : je ne le peux pas... pas dispositif prévu ! Mais si mon poste était amené à être supprimé, on m'imposerait n'importe quoi d'autre ? Il se trouve qu'il y a quelques problèmes de postes dans ma fonction actuelle : si je libérais le mien, il serait dispo pour une autre personne... mais non... une fois qu'on est dans une fonction, bien difficile d'évoluer, contarirement à ce que semblent montrer certains textes !

Pendant que les salariés se divisent, les gouvernants dansent ?
a écrit le 10/02/2010 à 22:32 :
Au début de la crise, les banquiers se sont plaints d'être les boucs émissaires de toutes les difficultés économiques du pays. Il est vrai qu'ils avaient plutôt mauvaise presse mais, si on regarde la situation avec du recul, je n'ai pas l'impression qu'ils aient tellement souffert de la situation, du moins en France. Un soutien appuyé de l'Etat, pas de plans sociaux massifs, des bonus toujours aussi indécents ou presque... Dans la pratique, les banques n'ont pas outrageusement modifié leurs comportements. Et alors que la situation commence à s'améliorer, j'ai l'impression que c'est une autre catégorie socioprofessionnelle qui va payer les pots cassés. Je veux parler des fonctionnaires.
a écrit le 09/02/2010 à 7:30 :
Pouvoir couper le "bois mort"? Combien de directeurs d'établissement en rêvent... mais pour protéger les fonctionnaires de l'arbitraire toujours possible, il faut alors un recours: le privé a les prudhommes, le public n'aurait rien? Nous avons tous à gagner à une meilleure gestion des RH dans la fonction publique, y compris ceux des fonctionnaires qui passent des heures à prendre en charge le travail de collègues incompétents ou "désinvestis". Mais il faut prévoir des garde-fous légaux au lieu de laisser les syndicats gérer les déraillements.
a écrit le 04/02/2010 à 21:45 :
Ne pas dégraisser la fonction publique à l'explosif est tout simplement suicidaire. L'endettement du pays explose sous le poids du déficit public accumulé depuis 40 ans. Les dépenses de fonctionnement de l'Etat sont pharaoniques. IL suffit d'attendre pour assister aux naufrages.Je cite: les caisses de retraites, la sécurité sociale, les collectivités locales, ect.
Ne faisons rien et notre avenir va ressembler à celui de la Grèce
a écrit le 04/02/2010 à 20:41 :
Bonsoir,
Si l'on veut aligner les fonctionnaires sur le privé, il faut augmenter leurs salaires de 40 %, verser le 13ème mois, la participation, voire l'intéressement, les doter de bons outils, plus coûteux, et quelques autres bricoles. Ils paient pôle emploi sans y avoir droit. Beaucoup font des heures supplémentaires jamais payées qu'il faudra payer.
Il faudra financer cela par la perception de droits et taxes diverses. On achèterait les timbres taxes au kilo ou à la carte prépayée. Imaginons commencer par devoir indiquer son n° de carte bancaire quand on appelle police secours ou les pompiers privatisés. C'est le client rentable contre l'usager du fonctionnaire dévoué.
En cas de privatisation de services régaliens, faut encore compter avec le dividende du fermier général, même rebaptisé d'un nom pompeux. On connaît le résultat au XVIII° siècle pour lequel on a tranché alors à la guillotine. Ce dividende a de grandes chances d'être servi à l'Etranger.
Cette prétendue égalité coûterait au moins le double au citoyen, mais rapporterait à l'Etat un loyer. Il faudrait aussi prévoir les rallonges d'aides sociales pour permettre l'accès aux pauvres, aux frais des communes, donc des impôts locaux.
Cela dit, il faut mettre les gens qu'il faut où il faut, là où sont les besoins, de façon réaliste et pratique, non en rêvant sous des lambris dorés.
Les partisans du tout privé sont attendus à la caisse.
a écrit le 04/02/2010 à 18:48 :
bonsoir, quel débat ....sans fin ! A France Telécom, tous les jours je côtoie des clients en boutique et je suis obligé de leurs rappeler que maintenant ils sont "client" et non plus "abonné" et que plus rien n'est dû ! Tout se monnaye Rentabilité et Service public ne peuvent cohabiter . Externaliser ! Mutualiser ! ...a en oublier les villes moyennes et les campagnes, pourquoi pas , mais ce choix de société , on le fait tous et tous les jours . Donc faîtes attention à votre à très court terme et aveuglée par les sirènes politiciennes qui vous emmènent où elles le désirent et souvent vers les récifs . Réfléchissez toujours avant d'agir et demandez vous quel intérêt peut en tirer le politique . Tout flatteur vit au dépens de ceux qui l'écoutent ! Mais vous avez peut être raison ,"passer tout au privé" pour exploiter encore plus de monde : les écoles les hopîtaux, le courrier , les impôts, les mairies , les transports, la défense, la culture, ....triste avenir ...mais privé !!!
a écrit le 04/02/2010 à 16:09 :
stop, si certains trouvent qu'être fonctionnaire présente des avantages qu'ils n'ont pas, qu'ils s'appliquent leur logique, pourquoi ne deviennent-ils pas fonctionnaires?
et vice versa, si le privé est mieux payé, pourquoi ne pas y aller.
pas si simple finalement d'appliquer ses critiques!
dans chaque cas il y a un contrat de travail et ce qui n'est pas normal c'est de changer les règles du jeux en cours de partie c'est alors ne pas avoir de parole et c'est honteux.
surtout quand c'est pour cacher une réduction peut être plus idéologique que nécessaire des effectifs

certains devraient aussi penser au fait que la stabilité d'un emploi de fonctionnaire dans une famille peut permettre d'éviter une descente aux enfers en période de crise et peut être une révolte qui aurait pu en surprendre plus d'un.
c'est certainement et heureusement une partie du fameux "amortisseur" de crise Français


a écrit le 04/02/2010 à 15:14 :
la colère monte et pas seulement chez les fonctionnaires mais également chez les salariés du privé qui eux se font virer au premier refus. Les français se sont battus pour bâtir une République sur la notion fondamentale de l'Egalité et sur l'abolition des privilèges. Le statut des fonctionnaires est totalement incompatible avec nos valeurs et ceux qui prétendet qu'il en est de meme à l'étranger non seulement ne justifie pas l'injustice mais ne font que démontrer l'ampleur du problème.
a écrit le 04/02/2010 à 13:46 :
A tous ceux qui grognent contre les fonctionnaires je rapellerai qu'un fonctionnaire ça fonctionne, parfois mal, mais sur une stratégie, un objectif, une politique fixée par des politiques, alors commencez par replacer les responsabilités là où elles sont ! Je pense notamment aux soignants qui préfèreraient tous aujourd'hui une autre politique pour l'hôpital et leurs patients aussi !
Mais les soignants sont bien contraints de faire ce qu'ils peuvent avec ce qu'on leur octroit !
Je viens du privé et suis devenu fonctionnaire, pas par goût, mais les employeurs du privé me trouvaient trop vieux pour m'employer. Je le regrette à commencer pour le salaire, à qualifiction égale j'ai perdu 40% de mon salaire alors les nantis de fonctionnaires aujourd'hui j'en doute !
Pire, aujourd'hui si je souhaite quitter la fonction publique je n'ai pas droit au ASSEDIC, autre privilège de fonctionnaire.
Quand au droit social les mesures que l'Etat impose aux entreprises pour améliorer le droit des salariés très souvent à titre d'employeur l'etat s'en exonère ou les met en oeuvre des années plus tard et pas toujours avec les contraintes qu'il impose aux entreprises.
Un détail, mais significatif de cette situation, quand je me déplaçais avec mon véhicule personnel mon employeur privé me remboursait mes frais kilométriques sur la base du tarif des impôts validé par le Ministère des finances. Aujourd'hui fonctionnaire ce tarif n'est que de 50% celui des impôts privilège de fonctionnaire probablement !
Rétablir une égalité, une parité privé public, je suis pour, mais je ne rêve pas, il en couterait bien trop cher à l'Etat !
a écrit le 04/02/2010 à 12:25 :
Ce ne sera que justice au nom de l'égalité. De plus le service public n'a que le mot ,c'est toujours le public qui se trouve a leur service ex.Pour aller a la sécu ou a la prefecture par exemple ,vous prenez sur votre temps de travail ,marre de ces nantis
a écrit le 04/02/2010 à 9:45 :
Admettre qu'il puisse subsister une garantie de l'emploi... a vie ....meme pour une minorite importante de Francais va tres exactement a l'encontre du principe d'egalite dont se reclame la tres grande majorite des salaries de notre pays ! Pourauoi pas un retour au bon vieux systeme des Pays de l'est dont on connait les merites ?
a écrit le 04/02/2010 à 9:37 :
Jr 67, je pense qu'avec toutes vos fautes d'orthographe et de frappe vous devriez être sanctionné, et ne plus pouvoir poster vos messages sur ce site.....
a écrit le 04/02/2010 à 8:38 :
C'est honteux cette haine sur les fonctionnaires. Mieux vaudrait proposer des recrutements à l'interne inter-ministère et faciliter ainsi pour celles et ceux qui le désirent des mutations volontaires sur tout le territoire français... MODERNISER le mode de fonctionnement des emplois des fonctionnaires et non les mettre de force sur un autre emploi...
a écrit le 04/02/2010 à 8:33 :
Si on veut pouvoir appliquer les mêmes règles pour les fonctionnaires que dans le privé, il va falloir augmenter les fonctionnaires...

En effet, à situation comparable (responsabilité, diplômes), un fonctionnaire gagne environ 25% de moins que le même poste dans le privé et cette différence s'accentue quand on s'élève dans la hiérarchie, un cadre supérieur encadrant une vingtaine de personne gagne 80% de plus dans le privé, et on arrive à 300% pour un cadre sup top niveau mais non cadre dirigeant!
Cela va couter cher à l'état, comme l'alignement de la retraite de la SNCF de 2008 qui coute plus que cela ne rapporte à l'état, pour les mêmes raisons!
a écrit le 04/02/2010 à 7:55 :
Ca me fait rire tout ces fonctionnaires qui défendent l'indéfendable. Il faut être réaliste, il y a bien plus de fonctionnaires médiocres que de bons fonctionnaires. Il est pour normale de sanctionner la médicorité actuelle. De plus, cette mesure est nécessaire pour rentabiliser le service public en éliminant les tires au flanc bien trop nombreux et bien trop récompensé par des avantages sociaux inouis (exemple de la retraite en or).
a écrit le 04/02/2010 à 7:53 :
ahonen a écrit le 03/02/2010 à 16:13 :

Près tout pourquoi ne pourrait-on pas licencier un fonctionnaire. Dans le privé celui qui ne fait pas son boulot va pointer a pôle emploi. Dans la fonction publique il doit en être autant

Ceque vous dites est faux , j'en connais moi des gens du privé qui ne font pas leur boulot et qu'on ne peut pas virer, on ne licencie pas comme ça surtout dans les petites entreprises, et pourtant ces gens qui ne font pas leur travail ont bien leur prime et leur 13e mois , dans le public pas de 13e mois.....l'égalité messieurs mesdames , ça va dans les deux sens!!!
a écrit le 04/02/2010 à 7:26 :
pourquoi faire autant de différences entre le privé et le public. Les français ne sont donc pas tous égaux dans le travail ? Pourquoi les fonctionnaires ne prendraient-ils pas les mêmes risques que dans le privé.

POURQUOI TANT DE DIFFERENCES ENTRE LES FRANCAIS ?
a écrit le 03/02/2010 à 20:14 :
Comme d'hab cette mesure va être très bien vue par les français qui trouvent que TOUS les fonctionnaires ne font rien!!!
Ces "feignasses", on leur garantie un emploi alors ils peuvent bien traverser la France!!! Qu'ils aient une vie de famille ou pas, ce n'est pas grave, ils font rien, c'est déjà ça leur avantage!
Signé : Séverine (enseignante qui perd son poste à la rentrée prochaine et qui ne sait pas où elle va attérir... NB : Elle regrette bien d'avoir voté Sarko aux dernières présidentielles!!)
a écrit le 03/02/2010 à 20:03 :
mieux vaut la mobilité sur un poste où il y a du boulot plutot que de conserver trois fonctionnaires sur des postes où ils en regarde un travailler

Pour répondre à ce genre d'idiotie, sachez qu'un poste est toujours supprimé pour une raison de rentabilité et non pas parce que ce poste est inutile.
sachez que la population augmente et donc les besoins de la population augmentent, donc il y aura toujours du boulot pour un poste déjà existant au
lieu même ou il existe.
par exemple les gens qui ne pourront plus disposer d'un tribunal dans leur sous préfecture feront 50 kilomètres pour un simple papier car ils seront obligés de se rendre dans une ville plus importante.
est ce qu'ils vont raisonner de la façon suivante :
(mieux vaut la mobilité sur un poste où il y a du boulot plutot que de conserver trois fonctionnaires sur des postes où ils en regarde un travailler)
la réponse à mon avis est nettement moins supportable
a écrit le 03/02/2010 à 19:54 :
le gouvernement continue encore une foisde mettre de l'huile sur le feu en montant les français les uns contre les autres. et ça marche! C'est bien beau de présenter ces mesures de mobilités et d'accomplissement peronnel, le bonheur quoi, mais faudrait-il encore avoir les moyens de sa politique car toutes les administrations sont en "restructuration" et les places disponibles "de qualité"se font rares M.le ministre, quant à la qualité de la prestation des ressources humaines, il y a encore du boulot!
a écrit le 03/02/2010 à 19:21 :
mieux vaut la mobilité sur un poste où il y a du boulot plutot que de conserver trois fonctionnaires sur des postes où ils en regarde un travailler
a écrit le 03/02/2010 à 18:53 :
Cette nouvelle loi ne s'applique pas aux gens qui ne font pas leur boulot, loin de là , chassez cette idée bandes de jaloux ignorants du privé.
cette loi sera bien pratique pour prétexter des fermetures de services, tribunaux délocalisés, bureaux de poste supprimés, hôpitaux en difficulté,et la liste est
longue, je suis postier fonctionnaire et croyez moi que je bosse encore plus que quand j'étais dans le privé (secteur batiment), je compte pas mes heures pour remplir ma mission quotidienne à laquelle je suis engagé.
je n'hésite pas à dépasser mes heures pour vous amener votre courrier vous les grands travailleurs du privé. on supprime tellement d'emplois à la Poste (12000 emplois en 2009) que nos tournées se rallongent, mais comme j'ai une conscience professionnelle et bien je fini la tournée à toutes les heures, bien sûr ces heures ne sont pas payées, alors que quand j'étais dans le privé je passais à la caisse. mais j'ai une bonne nouvelle pour vous,
désormais quand la poste embauche( plutôt rare) ,ce sont que des emplois du secteur privé. ce sont des facteurs avec la mentalité du privé, en gros ce sont des gens non assermentés, qui ne respectent pas la confidentialité du
courrier, qui finissent avant la fin de service tellement qu'ils se dépêchent, ils
en ont rien à foutre du lien de proximité qu'il existe entre un facteur digne de ce nom et la population, s'ils ne trouvent pas ou distribuer une lettre ou difficile d'accès ils la retourne à l'expéditeur sans chercher à comprendre, ils avisent d'office les colis et lettres recommandées,
c'est comme ça maintenant que ça se passe, et à partir du 1 mars 2010,
la Poste passe en S.A, juste pour vous dire que tout se prépare à faire que du profit au détriment de la qualité de service,
de toutes façons vous aurez que le service minimum que vous méritez vous les exemplaires travailleurs du privé, et puis au moins vous pourrez mieux vous comprendre avec les nouveaux emplois privés de la poste;
et puis comme il n'y aura plus de fonctionnaires comme moi à la Poste, il vous restera plus qu'à fermer vos gueules car vous n'aurez plus rien à dire

demain je continue à remplir ma mission, je vous distribuerais le courrier comme d'habitude même quand il neige car ce sont les derniers instants
du service public que personne ne soutient et que tout le monde profite.

si vous savez le nombre de gens qui tentent des remplacements à la poste et qui abandonnent 3 jours après parce qu'ils n'y arrivent pas, et qui nous disent, et bien j'aurai jamais cru que ce soit si dur de distribuer du courrier.
enfin je pourrai en parler pendant des heures, alors j'imagine dans les autres
services publics comme ça doit se passer
réagissez les donneurs de leçon
a écrit le 03/02/2010 à 18:32 :
Besoin de personne ,je me soigne moi même pas besoin de CQ ni de médecin ni de pharmacien ,je fabrique mes médicaments de toute façon je ne suis jamais malade ,pour l'éducation de mes enfants c'est pareil je fais tout moi même pas besoin d'enseignant , j'ai 3 boulots en même temps que la gestion de ma société ,pas besoin d' allocation chômage ni de retraite je suis prêt à bosser jusqu'à 90 ans .Adaptez vous c'est tout.
a écrit le 03/02/2010 à 18:28 :
je cite Luc Roubanl'Etat cherche en réalité à se décharger de ses fonctionnaires sur les collectivités territoriales qui devront se débrouiller pour les payer, notamment en augmentant les impôts locaux» voila pourquoi il faut toujours analyser et non ingurgiter !
a écrit le 03/02/2010 à 18:23 :
bonjour,je pense que l'employé du privé choisira souvent le licenciement au déplacement de son lieu de travail de 70 à 80 kilométres . le fonctionnaire lui se pliera toute sa carrière à ces mutations . Arrêtons de faire le jeu des politiques qui divisent encore et toujours ! on critique les fonctionnaires mais moins de service public n'enrichira jamais le contibuable mais coûtera trés cher au consommateur !
a écrit le 03/02/2010 à 18:07 :
si le service public disparait par la jalousie des personnesdu privés,tous le monde va y perdre
faut avoir le courage de bosser pour passer des concours ,beaucoup y participe mais tres peu de place ,il y que les meilleurs qui passent
tous les services seront transfere au prive et la vous aller plairer par se que les cantines seront trop chere ex(sodexo)
et j en passe bien d autres
a écrit le 03/02/2010 à 17:28 :
diplome ne veut pas dire qualifier
a écrit le 03/02/2010 à 17:19 :
Si l'on va jusqu'au bout de la logique : que l'Etat n'intervienne plus pour sauver des emplois dans le privé quand ils sont menacés parce que je ne vois pas pourquoi les fonctionnaires perdraient la sécurité de l'emploi et que ceux du privé s'en inventeraient ou en revendiqueraient une qui n'a jamais existé ; que les fonctionnaires licenciés bénéficient des mêmes droits au chômage que ceux du privé (égalité, vous avez dit ?) et là ça risquerait de coûter TRES cher ; que l'on privatise le service public : suppression du concours, recrutement comme dans le privé au "feeling" et sur tests de QI bidons, paiement au comptant du service public (la carte d'identité à 100 euros l'année, ça me semble raisonnable pour dégager une marge bénéficiaire) et enfin que tout le monde se débrouille avec ses propres moyens : si tu peux pas payer les 8000 à 10 000 euros que coûte ton enfant à ... apprends-lui toi-même à lire et à écrire... tu y arriveras mieux surtout si tu trouves un temps libre entre 21h et minuit dans la soirée. ;-)
a écrit le 03/02/2010 à 17:10 :
Le terme n'est pas licencié...juste mis à disposition !! ce qui veut dire, licencié certes et aucune allocation chômage !!


a écrit le 03/02/2010 à 17:10 :
2 ans de reformes, et toujours cette mentalité négative dopé à la jalousie et la haine , je n'aimerai pas être votre place mes chers concitoyens ça va être dur de
le changer ce pays .
a écrit le 03/02/2010 à 17:09 :
Etant dans la fonction publique territoriale depuis 30 ans, il faut savoir contrairement à cetains qui disent que tout le monde peut rentrer dans la FP, c'est faut. Les concours? énormément de monde et peut de place. Pour rentrer? être pistonner..et oui.
Les mairies, en catégorie C(la base)il faut être fils, frères, filles, tontons de personnels communaux trés proche du Maire...ou bien footballeurs, rugbymans voir autres pour alimenter les équipes de la commune. Les épouses aussi de nos sportifs sont souvent des conditions pour que leurs amis ou maris soient recrutés.
Certains cas sociaux extrèmes souvent bon à rien alimentent aussi les communes.
La Police, la FP hospitalière peut être, on peut rentrer sans piston, mais vraiment difficile.
Ensuite pour les catégories B et A (cadres), c'est souvent en interne et en mobilités . Seule, la pénitenciaire recrute sans piston avec concours hyper facile car trés peu de candidats. (région parisienne obligatoire pour 10 ans, sauf pour des supers pistonnés.
De toute manière, ne révez plus, les embauches se font en contrat précaire et trés rarement en CDI.
a écrit le 03/02/2010 à 16:47 :
Vous oubliez tous 1) que les fonctionnaires de l'Etat sont globalement plus diplômés que les salariés du privé (poids de l'Education nationale dans la fonction publique, pourcentage de bac + 5 et plus), alors même que leurs traitements sont sans rapport avec leurs qualifications et diplômes : beaucoup ont échangé lors de leur titularisation la modicité des revenus espérés contre la sécurité de l'emploi et l'esprit du service public ; 2) trop d'envieux et de jaloux qui s'expriment ici seraient certainement bien incapables de réussir un quelconque concours de la fonction publique, et confondent, qui plus est, entre elles les différentes fonctions publiques, et avec même les entreprises publiques ! 3) l'actuelle remise en cause du statut des fonctionnaires est purement tactique de la part de ce gouvernement-là : dresser le public contre le privé, diviser pour mieux détourner, préparer la suppression pure et simple de la retraite par répartition, en attendant, dégraisser massivement, ne pas remplacer les départs en retraite, substituer aux serviteurs de l'Etat en place toujours plus de contractuels et de précaires, ... tout en accroissant la dette de l'Etat ! Demandez-vous plutôt où va l'argent !
a écrit le 03/02/2010 à 16:46 :
La France est bien malade Tirons tout le monde vers le bas, ça fait moins peur de mourir à plusieurs...
a écrit le 03/02/2010 à 16:34 :
Quel service(s) ? Quel Public ? Quand tous ces fonctionnaires seront-ils vraiment au service du public ?(c'est à dire du plus grand nombre ou de la collectivité)
a écrit le 03/02/2010 à 16:22 :
Si les fonctionnaires ont des avantages, alors que 100% des français aient les mêmes garantie de l'emploi etc. etc. Si l'état n'est plus en mesure de la faire, alors, ce sera le même régime pour tous. Il n'y a pas de raison de tant de discrimination entre le privé et le public.
a écrit le 03/02/2010 à 16:07 :
vous raisonnez bien mal, au lieu de tirer le débat vers le bas, la question serait plutot, pourquoi les gens du privé peuvent-ils être renvoyé comme des merdes du jour au lendemain et ne seraient-ils pas mieux considérés? Ayant fait privé puis public, j'ai un conseil : arreter de pleurer et passer des concours, le changement de vie est à la portée de tous..!
a écrit le 03/02/2010 à 16:07 :
Euh, on dit que les fonctionnaires devraient être a égalité avec le privé. Donc ca veut dire : les mêmes retraites, les salaires en hausse, le 13ème mois.. si j'ai bien compris. Ca couterait cher à l'état ça. Non ?
a écrit le 03/02/2010 à 16:06 :
privé et public même statut, le contrat de travail à vie, est complètement anormal...
a écrit le 03/02/2010 à 16:02 :
nous fonctionnaires on passe des concours pour rentrer ; pas facile du tout ; on est pas tous des faieneants le probleme avec vous les gens du priver c est que vous ne pouvez pas en faire autent vous ete jaloux ; essayer de passer un concours de la fonction publique apres on pourrra discuter peut etre
a écrit le 03/02/2010 à 16:01 :
Les vrais fonctionnaires d'Etat ou assimilés sont les militaires (Terre-Air-Mer-Gendarmerie) la Police - Douanes et les catégories A qui eux sont mutés tous les trois ou cinq ans. Ceux-ci ne râlent jamais (ou peu) font tourner la boutique Etat, n'ont pas le droit de grève et sont les plus mal reconnus !
Alors que les pleureuses syndiquées relisent bien leur contrat et l'applique dans les règles... La vraie fonction publique, c'est servir, pas se servir !
a écrit le 03/02/2010 à 15:59 :
ou est le problème par rapport au privé , trois chances, nombreux sont ceux qui auraient bien voulu avoir cette chance avec les fermetures d'entreprises depuis trente ans. Qui d'entre vous à séché une lmarme pour eux. J'ai vécu une fermeture à 48 ans????
a écrit le 03/02/2010 à 15:52 :
Fillon le Fillou?????
a écrit le 03/02/2010 à 15:51 :
etre fonctionnaire est donne a tous le monde ,
suffit de passer un concours et pouvoir l avoir .
y a 25 ans personne voulait l etre car c etait mal payer et il n y avait pas de prime.
alors ne raler pas?
a écrit le 03/02/2010 à 15:39 :
super si ça s'accompagne d'un salaire décent parce que 1.100 euros après 12 ans de service et un Bac+5, un concours catégorie B invalidé parce que l'Etat n'a pas les moyens de les valider alors oui à l'égalité public privé j'en rêve mon salaire augmenterait de 500 euros au minimu alors oui, oui oui
a écrit le 03/02/2010 à 15:26 :
Sauvons les services publics (image de l'article) Services en retard, services en grève permanentes, services du mérite... à l'ancienneté, etc. Pour le consommateur vive le privé, cela vaut mieux que des services qui fonctionnent par intermittence. Allons, soyons modérés. Certains fonctionnaires travaillent et font bien leur boulot. Ce ne sont pas ceux qui défilent conseillés par des syndicats qui flattent les mauvais penchants pour exister. Prenons garde que l'oprobe du client ne retombe pas malheureusement sur tous.
a écrit le 03/02/2010 à 15:05 :
Il y a toujours eu mobilité chez les fonctionnaires
j'ai passé 5 ans à Paris, passage obligatoire avant de revenir en province . Je suis postier dans peu de temps il n'y en aura plus ; cela fait bien longtemps que la poste embauche que des contrats de droit privé
a écrit le 03/02/2010 à 15:00 :
Un fonctionnaire incompétent ou paresseux sera viré après 15 blâmes, 150 avertissements, 1500 remarques
A condition que les syndicats soient d'accord..., c'est-à-dire jamais.

Leur slogan : non à l'efficacité !
a écrit le 03/02/2010 à 14:50 :
Et oui pourquoi un fonctionnaire ne pourrais pas être licencié comme les gens du privé ? C'est ça "l'égalité" en France, ce beau pays ou tout par en sucette ??? Je suis heureux de ne plus y être en tout cas...La France est gravement malade...
a écrit le 03/02/2010 à 14:13 :
Près tout pourquoi ne pourrait-on pas licencier un fonctionnaire. Dans le privé celui qui ne fait pas son boulot va pointer a pôle emploi. Dans la fonction publique il doit en être autant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :