1.500 salariés attaquent Carrefour aux Prud'hommes

Plus de 1.500 salariés de Carrefour Market réclament devant les Prud'hommes le paiement de temps de pause non payés depuis 2005. Ces rappels de salaire représentent près de 4,5 millions d'euros, selon la CFDT, qui défend les salariés.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Plus de 1.500 salariés de Carrefour Market (ex-Champion, racheté en 2000) réclament à leur employeur, devant les tribunaux des Prud'hommes, des rappels de salaire sur des temps de pause non-payés depuis 2005, pour un montant moyen d'environ 2.800 euros, a annoncé ce jeudi la CFDT, qui défend les salariés.

La société ne paie plus les temps de pause à ses 33.000 salariés depuis 2005 en violation de la convention collective, selon le syndicat. Les 1.500 dossiers, dont 612 en Nord-Picardie, représentent 4,5 millions d'euros d'impayés, selon Sophie Jacobik, délégué syndicale CFDT. "Le recours n'est déposé que si dix personnes d'un magasin y participent, pour les protéger", a-t-elle précisé.

Exemples précédents

Les Prud'hommes de Creil (Oise) ont déjà donné raison le 8 septembre à une cinquantaine de caissières du magasin de Carrefour Market à Lamorlaye (Oise), par un rappel de 2.800 euros en moyenne, mais Carrefour Market a fait appel. Le groupe a également été condamné en septembre au pénal à 1 million d'euros d'amende par le tribunal de police de Lyon, le non-paiement des pauses violant la loi sur le Smic, selon la CFDT.

Carrefour Market est "en totale conformité avec le code du travail" et ne "paie personne en dessous du Smic"? Nous avons gagné, sur ce point, "devant les tribunaux de Police d'Angers et Pontoise en novembre", a répondu à l'Agence France Presse, un porte-parole du groupe.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.