Déficits français : amélioration budgétaire, stabilisation pour le commerce extérieur

 |   |  399  mots
Le déficit budgétaire français s'est nettement amélioré en février par rapport au même mois de 2009, grâce à une stabilisation des dépenses et une hausse des recettes, notamment de TVA. Et le gouvernement prévoit un déficit public légèrement moins fort cette année (8% du PIB) qu'initialement prévu. De son côté, le déficit commercial est resté stable à 3,604 milliards d'euros en février.

Le déficit du budget de l'Etat s'établissait à 21,8 milliards d'euros fin février contre 32,6 milliards un an plus tôt, selon la dernière situation mensuelle budgétaire publiée ce jeudi par le ministère du Budget. Cette amélioration est due à une stabilisation des dépenses et à une progression des recettes, avec notamment une augmentation de 15% du produit de la TVA par rapport à février 2009, précise le ministère.

Au 28 février 2010, les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 57,7 milliards d'euros, soit le même montant qu'à fin février 2009. Les recettes (nettes des remboursements et dégrèvements) s'établissent quant à elles à 39,4 milliards contre 32,1 milliards à la même date en 2009, soit une hausse de 23%. Le produit des recettes fiscales nettes s'élève à 37,3, en progression de 6,2 milliards ou 20% par rapport à un an plus tôt.

"Cette hausse est imputable, d'une part, à hauteur de 5,3 milliards d'euros, au contrecoup positif en 2010 des mesures de relance et, d'autre part, à une reprise de l'activité économique qui se traduit par une forte progression de la TVA nette (de 15% par rapport à 2009)", précise le ministère.

Les recettes non fiscales, après correction d'une recette exceptionnelle de 1 milliard d'euros perçue en janvier, sont quant à elles au même niveau que l'année précédente et le solde des comptes spéciaux ne présente pas non plus d'écart significatif d'une année sur l'autre.

En outre, le gouvernement a revu à la baisse sa prévision de déficit public pour 2010 à 8% du produit intérieur brut (PIB), contre 8,2% précédemment, a indiqué Bercy, confirmant une information du Figaro.

Par ailleurs, le déficit commercial est resté quasiment stable en février, à 3,604 milliards d'euros contre 3,534 milliards enregistré en janvier, en données corrigées des variations saisonnières (CVS), ont indiqué les Douanes jeudi. Le solde de janvier a été révisé légèrement à la baisse par rapport au montant de 3,681 milliards annoncé en première estimation il y a un mois.

Les exportations en données corrigées ont atteint 30,371 milliards d'euros en février (contre 30,182 milliards en janvier), tandis que les importations se sont élevées à 33,975 milliards d'euros (33,716 milliards le mois précédent). En février la France a vendu vingt Airbus qui lui ont rapporté 1.637 millions d'euros après dix-neuf Airbus et 1.340 millions d'euros en janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2010 à 8:12 :
laurent, c'est toi qui a une vision idylique de la gestion de ce pays, ce pays est mal géré et pour moi, tu verras que c'est la sortie de crise qui va poser probleme!!!
a écrit le 08/04/2010 à 6:45 :
Nous sommes tous raleurs, moi y compris. Mais, si on compare la situation avec celle de nos voisins, on se rend compte qu'on s'en sort avec relativement moins de dommages. quelques chiffres pour s'en rendre compte:
- 18% de taux de chomage en Espagne contre un peu plus de 9% en France
- 11% de deficit prevu en 2010 au RU contre 8% en France
- stagnation voire recession au premier trimestre en Allemagne contre 0,5% de croissance en France.
- Notre dette souveraine bien que tres elevee se situe dans la moyenne de la zone euro.
Reste encore le chomage qui n'a pas encore commencer a diminuer mais il a commencer a augmenter significativement au moins six mois apres le debut de la crise financiere, un delai equivalent sera observer pour son amelioration une fois la recession terminee. Je tiens volontier le pari d'une decrue importante des le debut du troisieme trimestre.
Meme si le bling bling Sarksien ennerve et que sa politique economique plutot liberale deplait, il faut bien reconnaitre que le gouvernement a gerer cette crise de maniere pragmatique avec des methode efficaces typiquement de gauche (contrats aides, extension des droits au chomage, relance industrielle avec la prime a la casse...).
Le desamour du gouvernement actuel n'est pas merite au regard du travail accompli qu'on soit d'accord ou pas avec le projet de societe dont il est porteur, mais il sera grand temps d'en juger en 2012.
a écrit le 08/04/2010 à 5:59 :
Bon! D'accord! "Tout va mieux que mal": Mais il y a toujours un déficit budgétaire (souhaitons que la balance des paiements se porte mieux); nos élus et dirigeants baignent toujours dans la gabegie financière. Quousque tandem, vos, abutere patientia nostra? Quand nos élus et dirigeants passeront-ils à la moulinette de la Cour des Comptes? Tout électeur devrait recevoir, en dehors du Journal Officiel - mais plutôt Officieux - les comptes annuels pour approbation

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :