France : déficit et dette à des niveaux très élevés mais un peu moins que prévu

 |   |  573  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Selon l'Insee, le déficit public a atteint 7,5% du PIB en 2009 et la dette 77,6% du PIB, un tout petit peu mieux que prévu par le gouvernement.

Toute petite consolation pour Bercy... Le déficit public de la France a en effet représenté 7,5% de son produit intérieur brut (PIB) en 2009, un chiffre un peu moins mauvais que prévu, a annoncé l'Insee ce mercredi. Le gouvernement avait jusque là une estimation de 7,9%.

Le déficit public a augmenté au total de 80,1 milliards, sous l'effet d'une baisse de 4,3% des recettes et d'une hausse de 3,8% des dépenses, a précisé l'Insee.

La dette publique a quant à elle augmenté de 31,7 milliards d'euros au quatrième trimestre 2009 pour atteindre 1.489 milliards, soit environ 77,6% du PIB. Ce pourcentage représente une hausse de 1,8 point par rapport à la fin du troisième trimestre quand la dette, au sens de Maastricht, s'élevait à 1.457,3 milliards d'euros ou 75,8% du PIB.

La dette de l'Etat a augmenté de 11,7 milliards d'euros au quatrième trimestre pour s'élever à 1.162,6 milliards, précise l'Insee. Outre la dette de l'Etat, la dette publique au sens de Maastricht prend en compte celle des administrations de sécurité sociale (54,3 milliards), des administrations publiques locales (156,8 milliards) et des organismes divers d'administrations centrales (Odac, 115,3 milliards).

Dans son programme de stabilité transmis à la Commission européenne, le gouvernement prévoit que la dette publique passera de 67,4% du PIB en 2008 à 77,4% en 2009 puis à 83,2% en 2010 et 86,1% en 2011. Le seul déficit public, lui, représenterait cette année 8,2% du PIB avant d'être ramené à 6% en 2011 et de revenir sur la barre de 3% en 2013.

Pour ramener le déficit dans les clous en 2013, la France compte sur une croissance de 2,5% entre 2011 et 2013, après 1,4% attendu cette année.

Christine Lagarde, ministre de l'Economie, et François Baroin, ministre du Budget, ont "pris note" de la publication de l'Insee et soulignent, ce mercredi matin,
la "légère amélioration" du déficit par rapport à la prévision retenue dans le projet de loi de finances rectificative de janvier 2010. "Cet écart paraît en partie lié à une meilleure tenue des recettes sur la fin d'année et à des investissements locaux qui se concrétisent un peu plus lentement que prévu initialement. La dégradation du déficit public par rapport à l'année 2008 est intégralement liée aux effets de la crise mondiale", commentent les ministres.

Par ailleurs, l'Insee (Institut national de la statistique et des études économies) a annoncé ce mercredi que les prix à la production ont augmenté de 0,1% en février en France après une hausse de 0,6% en janvier. Huit économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,2%. Sur un an, ils affichent une augmentation de 1,0%.

L'évolution des prix producteurs pour l'ensemble des marchés, France et extérieurs, ressort à +0,2% par rapport à janvier et à +0,7% sur un an. Sur le marché français, les prix des produits du raffinage du pétrole ont augmenté de 0,3% en février, après +6,2% le mois précédent, dans un contexte de repli des prix du pétrole brut après une hausse sensible en janvier.

Les prix des denrées alimentaires n'ont progressé que de 0,1% après leur hausse de 0,3% en janvier. "La poursuite de la baisse des prix des matières alimentaires (notamment du sucre) et la stabilité des prix de la viande expliquent cette modération", précise l'Insee. Les prix des équipements électriques, électroniques et informatiques ont baissé de 0,4%. Les prix des autres produits industriels sont stables ou en légère baisse, à l'exception des prix des produits chimiques qui ont augmenté de 1,5%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2010 à 4:42 :
Comme le Titanic, la France coule et n'a pas assez de canoés... les élus et les fonctionnaires y montent en premier, les TPE/PME et les ouvriers sont précipités à l'eau ou sombrerons avec le navire. La France de demain: Désert d'emploi privé avec plein de fonctionnaires le contemplant.....
a écrit le 31/03/2010 à 13:37 :
A quand la faillite de l'Etat français? Chers fonctionnaires, les jours sombrent sont à venir.
a écrit le 31/03/2010 à 7:54 :
Un tout petit peu mieux que prévu par le gouvernement,oui heureusement que le gouvernement se trompe,de toute façon cette dette n'est que du papier et la France est un pays riche avec seulement 35 heures de travail hebdo. Ou sont les années 60 avec 60 heures par semaine avec un salaire de 500 frs par mois, pas riche et surtout sans dette.Aujourd'hui le gouvernement endette mais le peuple est riche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :