Exclusif : les restaurateurs n'osent plus augmenter leurs prix

 |   |  231  mots
L'évolution des prix mesurée au mois de juillet par l'Insee montre qu'un an après l'entrée en vigueur de la TVA à 5,5% dans la restauration les cafetiers et les restaurateurs ont fait progresser leur prix nettement moins vite que l'inflation. Du jamais vu depuis plus de dix ans.

C'est sans doute l'une des vertus du passage de la TVA à 5,5% dans la restauration. Depuis son entrée en vigueur, le 1er juillet 2009 les prix pratiqués par les cafetiers et les restaurateurs ont nettement moins augmenté que l'inflation générale.

Si l'impact de la baisse de la TVA dans les restaurants et les cafés a longtemps fait débat, jusqu'à présent les comparaisons de prix permettaient uniquement d'évaluer la répercussion de cet effort de l'Etat sur l'addition. Mais un an après la mise en place de la mesure il devient possible d'évaluer l'évolution des prix sur une longue période, à taux de TVA constant.

En douze mois, ils ont augmenté de 0,4%. Une croissance largement inférieure au niveau de l'inflation générale ( +1,7%). Or depuis plus de dix ans, restaurateurs et cafetiers avaient tendance à faire progresser leurs prix au mieux au même niveau et bien souvent au-delà (voir tableau). Par exemple, en janvier 2009 la hausse avait atteint 3% alors que l'indice des prix à la consommation n'avait progressé que de 0,7%.

L'effort de ces professionnels est d'autant plus notable que les produits alimentaires et les boissons (hors alcools) ont vu leurs prix augmenter de 1,5% en un an. Il peut aussi se mesurer à l'aune de l'évolution des tarifs des cantines : + 2,2% sur un an soit 1,8 point de plus que dans les cafés et restaurants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :