Premier recul de l'Elysée sur les niches fiscales

 |   |  304  mots
Selon un communiqué de l'Elysée diffusé ce jeudi midi, le gouvernement renonce à interdire le cumul de l'aide personnalisée au logement (APL) pour les étudiants et de la demi-part fiscale dont bénéficient leurs parents.

Annoncée le 6 juillet par le ministre du Budget, François Baroin, confirmée le 12 du même mois par Nicolas Sarkozy, la décision de ne plus autoriser, pour les étudiants, le cumul du bénéfices des aides personnalisées au logement (APL) et la demi-part fiscale pour leurs parents est enterrée. "Le Président de la République a décidé de ne pas modifier, pour les jeunes rattachés au foyer fiscal de leurs parents, les règles d'attribution des aides personnalisées au logement" peut-on lire sur le communiqué officiel diffusé ce jeudi à 12h30.

Depuis des semaines, la mobilisation montait au sein des associations étudiantes et familiales - une pétition circulait même sur le réseau social Facebook - pour s'opposer à cette mesure annoncée dans le cadre de la chasse aux "niches". 

Le gouvernement s'est fixé comme objectif de réduire de 10 milliards d'euros les niches fiscales et sociales lesquelles représentent un montant total de 115 milliards d'euros. Cette reculade illustre la difficulté dans laquelle se trouvent les pouvoirs publics pour s'attaquer à des niches sur lesquelles veillent parfois de féroces molosses. Selon l'entourage du secrétaire d'Etat au Logement, 650.000 étudiants touchent des aides au logement (1.200 euros par an en moyenne) et 80 % d'entre eux sont rattachés au foyer fiscal de leurs parents.

La décision de ne plus autoriser le cumul de ces deux avantages aurait particulièrement affecté les étudiants issus des classes moyennes, ces derniers n'étant, le plus souvent, pas éligibles aux bourses.  

La volonté de réduire le coût des niches pour les finances publiques est par ailleurs compliquée par le calendrier politique. Le gouvernement craint particulièrement qu'au moment où s'engage dans la rue la bataille des retraites ne viennent s'agréger à ce dossier d'autres mécontentements.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :