Le conflit sur les retraites à un tournant : vote définitif ce mardi du Sénat, mercredi de l'Assemblée

 |   |  731  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le mouvement social contre la réforme des retraites n'affectera pas la croissance selon Christine Lagarde. Le Parlement va voter le texte aujourd'hui et demain. Les syndicats semblent prêts à tourner la page. Le prochain sujet de discussion se dessine déjà : l'emploi des jeunes. Ce sera l'un des grands chantiers du futur gouvernement.

Les représentants de l'Assemblée nationale et du Sénat chargés d'harmoniser les deux versions des textes de la réforme des retraites adoptés séparément par les assemblées sont parvenus lundi à un accord. Ce texte commun mis au point par sept députés et sept sénateurs réunis en commission mixte paritaire (CMP) est soumis ce mardi au Sénat, qui se prononcera dans la foulée. Les syndicats d'étudiants appellent d'ailleurs à manifester ce mardi après-midi devant la Haute Assemblée.

Les députés seront, eux invités, à approuver ce texte mercredi après-midi dans le cadre d'un vote solennel. A la suite de ce dernier, le projet de loi réformant les retraites, qui reporte de 60 à 62 ans l'âge légal de départ et de 65 à 67 ans l'âge pour une retraite à taux plein, quel que soit le nombre de trimestres cotisés, sera définitivement adopté.

"Nous assumons cette réforme, totalement", a déclaré lors d'une conférence de presse le président UMP de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, Pierre Méhaignerie. La député PS Marisol Touraine a pour sa part dénoncé "un texte ni juste, ni responsable", qualifiant le débat sur les retraites, tant au Parlement qu'avec les organisations syndicales, de "véritable naufrage démocratique".


Recours "probable" au conseil constitutionnel

Les deux représentants du groupe communiste, le député Roland Muzeau et le sénateur Guy Fischer, ont quitté la réunion de la CMP, dénonçant un "simulacre de discussion parlementaire".

Un recours devant le conseil constitutionnel apparaît comme de plus en plus probable. Le socialiste Laurent Fabius, qui qualifie cette réforme de "fiasco total", a de son côté jugé "probable", sur Canal Plus, que les socialistes déposent un recours auprès des "sages". "Il y a beaucoup d'aspects dans ce texte qui juridiquement sont contestables", a précisé l'ancien Premier ministre de François Mitterrand.

Ce recours retarderait la promulgation définitive de la loi, que le gouvernement souhaite la plus rapide possible. Le conseiller social de l'Elysée, Raymond Soubie, estime que la réforme devrait être promulguée vers le 15 novembre.

Pas d'impact des mouvements sociaux sur la croissance

La ministre de l'Economie Christine Lagarde a estimé ce mardi sur Radio Classique que le mouvement de protestation contre la réforme des retraites - grèves et manifestations - était à un tournant et surtout qu'il n'affecterait pas la prévision de croissance de la France pour 2010.  "J'espère que l'effet sera mineur", a-t-elle déclaré sur Radio Classique. "Je ne conteste pas que nous ayons eu plusieurs jours avec des effets économiques certains. Je ne pense pas que ce soit de nature à modifier sur l'ensemble de l'année notre prévision de croissance", a-t-elle ajouté. Le gouvernement table sur une croissance de 1,5% du PIB cette année.

Encore un peu de mouvement tout de même. Ce mardi matin, une centaine de manifestants ont bloqué pendant une heure et demie le dépôt de carburant de Grigny, dans l'Essonne, en région parisienne. Neuf des douez raffineries françaises sont encore à l'arrêt mais elles étaine ttoutes stoppées il y a quelques jours. Et à Marseille, le conflit des éboueurs a pris fin après douze jours, officiellement pour éviter les risques sanitaires.

Après la retraite, les jeunes ?

Le conflit social parait en tout cas à un conflit. Le leader de la CFDT, François Chérèque, tout en soulignant qu'une loi "est toujours perfectible", s'est dit prêt à passer à d'autres sujets et notamment celui de l'emploi des jeunes. Le patronat par la voix du Medef a sauté sur l'occasion en se disant prêt à l'ouverture de négociations sur le sujet. Il semble d'ailleurs que le futur gouvernement issu du remaniement lancera un vaste plan jeunes, surtout si c'est Jean-Louis Borloo qui succède à François Fillon à Matignon.

Même la CGT commence à tourner la page. Le mouvement contre la réforme des retraites "continuera" et "prendra d'autres formes", a assuré lundi soir son secrétaire général Bernard Thibault, sur France 2. "Je persiste, le mouvement n'est pas fini. Il continuera, il prendra d'autres formes, les sujets soulevés par ce mouvement ne sont pas clos, quels que soient les épisodes des prochains jours".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :