35 heures : Sarkozy met les points sur les "i"

Devant les syndicats et les organisations patronales invités à l'Elysée pour la traditionnelle cérémonie des vœux, le chef de l'Etat a expliqué que le gouvernement pouvait être ouvert à des propositions d'évolution sur la question des 35 heures à condition de ne mettre en péril ni le pouvoir d'achat des salariés, ni la compétitivité des entreprises.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

A l'occasion de ses v?ux aux organisations syndicales et patronales, Nicolas Sarkozy n'a pas éludé le sujet des 35 heures qui divise la droite et la gauche. Le président de la république a d'abord fait référence, sans la citer, à la loi Tepa en insistant sur le fait que "les 35 heures uniformes et obligatoires n'existaient plus". Une façon de donner raison à son ministre du Travail, Xavier Bertrand.

Le chef de l'Etat a néanmoins souligné qu'à ses yeux, il ne devait pas y avoir de "sujet tabou" : "je le dis d'autant plus clairement que la crise a changé la donne. La question du coût du travail, la question de la compétitivité de nos entreprises sont de véritables questions que nous ne pouvons mettre de côté. Et si les partenaires sociaux ou les partis politiques ont des propositions à faire, bien évidemment le gouvernement y sera attentif", a insisté Nicolas Sarkozy.

Mais dans la foulée, le président de la république a mis deux conditions à toute éventuelle modification du cadre légal actuel : "ne pas toucher au pouvoir d'achat des salariés. Cela, c'est clair, je n'accepterai pas ça", et "ne pas peser sur la compétitivité de nos entreprises. Je n'ai pas été élu pour ça mais au contraire pour donner les moyens aux entreprises de se battre dans la compétition internationale", a martelé le président de la république. Une façon habile de ne froisser personne et notamment pas le Medef qui redoutait que le débat tourne autour de la remise en cause des allègements de charges sociales dont profitent les entreprises.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.