L'envolée des prix agricoles fait grimper l'inflation en France

 |   |  326  mots
Copyright Reuters
En un an, les prix des produits agricoles ont, selon l'Insee, bondi en France de près de 22%. Ces derniers mois, la tendance inflationniste générale a pris de l'ampleur.

4,2%, c'est la hausse des prix agricoles à la production observée en France par l'Insee en décembre. Ces derniers mois, cette tendance inflationniste a donc pris de l'ampleur. Les prix ont progressé de 21,6% en un an. L'indice des prix d'achat des moyens de production agricoles (Ipampa) est monté à 120,8, niveau sans précédent depuis décembre 2008.

La hausse observée en décembre tient pour beaucoup à l'évolution des prix des céréales (+7,9% par rapport à novembre), du fait notamment des inondations en Australie, qui ont compromis une partie de la récolte de blé du pays, l'un des quatre principaux exportateurs mondiaux. Sur un an, les prix des céréales ont bondi de 87,4%. Ceux des fruits frais ont parallèlement enregistré une hausse de 23,3% en rythme annuel tandis que celle des prix des légumes frais atteignait 36,9%

Là encore la météo y est pour beaucoup. Le sol gelé en profondeur a limité les arrachages de poireaux et de carottes, tout en augmentant les coûts de manutention. Le froid a aussi eu pour conséquence le ralentissement de la production de mâches, de salades et de choux-fleurs", explique l'Insee dans un communiqué.

Hausse des prix du pétrole

La progression substantielle des prix agricoles explique - avec le renchérissement des prix du pétrole - la poussée inflationniste observée en décembre. Selon l'Insee, l'inflation française a atteint 0,5% en décembre, soit une hausse de 1,8% sur un an, un niveau raisonnable même si l'inflation ressentie par les consommateurs, notamment en ce qui concerne l'alimentaire et le carburant, ne cesse de grimper en flèche.

En revanche, dans l'ensemble de la zone euro, la hausse des prix a atteint 2,4% sur un an en janvier selon la première estimation publiée lundi par Eurostat, dépassant ainsi pour le deuxième mois consécutif l'objectif de 2% en dessous duquel la Banque centrale européenne entend la contenir.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2011 à 16:30 :
il faut remettre les terres en jachère en service sans pour cela enlever les subventions que l'europe met a disposition des pauvres agriculteure . s:c
a écrit le 01/02/2011 à 14:30 :
On fait à tort la confusion entre inflation et perte de pouvoir d'achat. L'inflation est un phénomène de hausse du niveau général des prix, mais de tous les prix, y compris des salaires; de sorte que le consommateur n'y perd pas. L'inflation peut même être un signe positif pour l'économie dans certains cas et quand elle erste modérée. En France fin 2010, c'est le pouvoir d'achat qui a encore baissé contribuant à un appauvrissement de la population, ce qui est trés mauvais pour notre économie et la consommation. On est donc de plus en plus pauvre ce qui est mauvais pour tous.
a écrit le 01/02/2011 à 11:18 :
L'inflation Française est scandaleusement sous estimée par l'INSEE.
a écrit le 01/02/2011 à 9:00 :
alors supprimons leurs subventions en meme temps nous aiderons les producteurs des pays pauvres.
Réponse de le 01/02/2011 à 13:43 :
Vous etes vraiment sur que les producteurs des pays pauvres soient capables de produire ?
a écrit le 01/02/2011 à 7:48 :
La seule richesse qui reste à la france, c'est l'agriculture. Nous sommes un pays agricole, et je ne comprends pas pourquoi nous payons aussi cher notre viande, notre pain, nos fruits et légumes; nous sommes des producteurs et nous n'achètons pas en Chine ou en Allemagne nos produits. Je ne comprends pas cette économie.Il y a dans ce pays quelque chose qui ne fonctionne vraiment pas ou qui ne fonctionne vraiment plus. Nous payons très cher notre seule richesse L'agriculture.
Réponse de le 01/02/2011 à 10:26 :
L'augmentation des céréales est dûe à la ponction nécessaire pour la fabrication des agrocarburants en Europe et aux USA. Les écologues ont dénoncé cette dérive dangereuse car elle privilégie les carburants à la lutte contre la faim dans le monde. En tête, M. Barroso qui encourage également la culture des palmiers en défrichant les foêts primaires de Bornéo pour l'huile de palme qui est mauvaise pour la santé et que l'on retrouve dans tous les produits alimentaires ou presque. Il faut boycotter l'Ethanol, les essences avec de l'éthanol et les produits avec de l'huile de palme. Les affamés du Tiers-monde et la biodiversité vous remerciera !
Réponse de le 01/02/2011 à 15:02 :
Pour une foi d'accord avec Eiffel. D'ailleurs arrêtons de les appeler biocarburants et n'utilisont que le terme agrocarburants. le nouveau président de la FNSEA étant un gros céréalier de la Beauce gageons que malheureusement cette filière peu rentable et écologiquement contestable continuera malheureusementà être encouragée!
a écrit le 01/02/2011 à 0:02 :
Certains ici vont un peu vite en tapant sur les céréaliers et les producteurs de lait.
Les céréaliers ont pris de plein fouet la mondialisation et les producteurs de lait la concurrence du lait de stabulation des pays de l'est.
La PAC n'a donc pas que des inconvénients !
De plus il ne faut pas faire trop de "josé bové".Qui demain va nourrir la Chine et l'Inde ?
quant à la spéculation sur les céréales ,elle ne concerne que 10 % des volumes
a écrit le 31/01/2011 à 19:27 :
c'est scandaleux de spéculer sur les matières premières vitales pour la population mondiale. Ces riches personnes qui exercent directement un crime contre l'humanité, car les populations les plus pauvres ne pourront plus se nourrir et mourront. c'est du propre le capitalisme...
Réponse de le 31/01/2011 à 22:31 :
@ raphael: le capitalisme, c'est faire de l'argent, pas du social ! on ne peut pas pleurer en mangeant du caviar !!! ce serait comme embrasser les gamins sur le marché le dimanche pour mettre la mère à la rue le lundi, non ?? je ne fais que constater, pas approuver.
a écrit le 31/01/2011 à 18:32 :
Caricaturer les petits paysans en parlant des subventions, c'est très mal connaitre le monde de la petite paysannerie.
Réponse de le 31/01/2011 à 22:39 :
@ legall: et je répète: les subventions, c'est l'argent du contribuable. Nous vivons dans un monde capitaliste et chacun doit assumer tout seul ses responsabilités. Y en a marre des pseudo-capitalistes qui font les beaux avec notre argent (qu'ils soient petits ou grands) !!!
a écrit le 31/01/2011 à 17:43 :
Les céréaliers et producteurs de légumineuses font parties des gens les plus riches.
Un paysan avec 45 hectares de champ touche pour environ 40 bêtes à lait 45 000 euros/an
a écrit le 31/01/2011 à 16:27 :
@ Question: c'est là que le bât blesse. tout le monde se plaint que son vision est un assisté, mais tout le monde veut des subventions ! Une entreprise, c'est fait pour gagner de l'argent par ses propres moyens, pas pour pomper l'argent du contribuable.
a écrit le 31/01/2011 à 13:40 :
Dans ce cas, et je suis très content pour les agriculteurs, prévoit on de baisser ou supprimer leurs aides? Ils ont moins de raisons de se pleindre?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :