Les maraîchers luttent contre l'effet de serre

 |   |  569  mots
Copyright Reuters
Les Français ne dépensent plus chaque année que 11% de leur budget en alimentation, et dans celui-ci, 9% en en fruits et légumes. En plus, la production en serre a mauvaise réputation. A tort, selon les maraîchers.

"J?ai commencé avec un cheval et une houe, je finis avec une serre et un ordinateur !", s?amuse Henri Boxberger, producteur de tomates sous serre à Montpouillan, dans le Lot-et-Garonne. Les techniques ont évolué et la production aussi. La culture de tomates sous serre représente aujourd?hui 95% de la production des tomates en France. Pourtant, la serre a mauvaise presse.

Les maraîchers étaient présents au salon de l?Agriculture "pour sensibiliser le grand public à la qualité des produits français et pour trouver des consommateurs", explique Pierre Diot, producteur de tomates en serre à Chavagnes, dans l?Ile-et-Vilaine. Président de l?Association d?organisation de producteurs de tomates et concombres de France, il souhaite "démystifier la méthode de production sous serre, les siennes sont en verre - pour modifier leurs comportements alimentaires". Pierre Diot met donc en avant le fait que la production est respectueuse de l?environnement et économe en eau. Les plants sont arrosés au compte goutte, directement à la racine, selon les besoins et la température extérieure calculée par le réseau informatique. Cette technique permet en effet de faire des économies en eau significatives. "Il y a trente ans, j?utilisais 32 litres d?eau pour produire un kilo de tomates en plein champ. Aujourd?hui, j?en utilise 12, soit une économie de 60%", s?enorgueillit Henri Boxberger.

Goutte à goutte

Arrosée juste ce qu?il faut, protégée des insectes et autres maladies par la serre : la tomate cultivée sous serre en verre est non seulement vertueuse pour l?environnement, autrement dit, elle combat l?effet de serre, et en plus, elle est meilleure au goût. Bref, c?est un bon produit. Mais qui a un coût. Reste que "pour avoir des produits de qualité, il faut y mettre le prix", martèle Pierre Diot. Car la serre en verre se révèle être plus coûteuse que les méthodes classiques - des serres en plastique, utilisées en Espagne et au Maroc, sans goutte à goutte pour l?eau, ni contrôle sanitaire. Le président des producteurs de tomates et concombres de France fustige les grands distributeurs, qui refusent de payer la qualité et préfèrent les tomates marocaines ? moins chères, aux tomates locales.

Quand le TGV écrase la tomate

Et critique également les accords internationaux qui pénalisent les maraîchers français. Ainsi, "l?Union européenne a passé un accord privilégié avec le Maroc. Résultat, il envoie en France un contingent de 200.000 tonnes de tomates par an, soit un quart de la consommation annuelle française", relève Pierre Diot. Le Maroc, de son côté, a acheté le TGV, que la France cherchait absolument à vendre. "Et les producteurs de tomates ne pèsent rien par rapport à la vente de TGV à Rabat", regrette notre professionnel de la tomate. Même chose sur l?Espagne. "Quand l?Espagne est entrée dans l?Union européenne, on a été vendu contre de l?industrie", s?insurge encore Pierre Diot. Les producteurs rêvent de discussions avec les pays, mais ont conscience que les grands enjeux économiques supplantent leurs intérêts. Ce qui ne les empêche pas de vouloir se battre. Avec un allié de poids, José Bové, qui travaille actuellement en sa qualité de député européen sur le dossier du Maroc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2011 à 10:46 :
Quoi ? les Français ne consommeraient pas plus de 800 000 tonnes de tomates par an ? ridicule !
Réponse de le 29/04/2011 à 11:39 :
Avant d'écrire n'importe quoi, apprenez à compter: 800 000 tonnes celà représente quand-même plus de 12 kilos par an et par personne, bébés compris!!
Si vous avez d'autres chiffres, donnez les, au lieu de dire que c'est ridicule!!
a écrit le 01/03/2011 à 13:00 :
il est vrai que depuis l'euro, les prix ont flambés hors limite du raisonnable, mais il faut aussi préciser que les légumes et fruits élevés en serres manquent de saveurs, ils sont utiles l'hiver et hors saison, mais ils n'ont pas ce goût de terroir du vrai légume cultivé en pleine terre et au soleil dans des champs, idem pour les fruits. pour les animaux, c'est la même chose, goûtez moi 1 animal élevé en plein champ pendant 9 mois et au foin les 3 mois d'hiver et 1 autre élevé avec des farines et de la paille à longueur d'année, la différence est vite décelée, qu'on laisse faire dame nature, elle, elle est douée et ne coûte que de l'effort et très peu d'argent.
a écrit le 01/03/2011 à 9:36 :
Depuis l'Euro, la salade à 10francs, les patates à 10francs, les radis à 10francs, etc...
Le commerce a fait passé le F au ? et le consommateur paye 600% plus cher. Il faut pas s'étonner de la baisse des ventes . Quand à la valse d'autres étiquettes il faut pas s'attendre à un renouveau de la consommation. Il n'y a que l'INSEE qui ne voit rien. Ils sont des spécialistes...
a écrit le 01/03/2011 à 8:53 :
Et les consommateurs contre la surchauffe!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :