"Prime Sarkozy" : enfer et intentions...

 |   |  758  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Le projet de prime obligatoire proposée par Nicolas Sarkozy, reste encore inconnu dans son détail. Probablement d'un rare complexité, elle pourrait faire "pschitt".

L'enfer est pavé de bonnes intentions. L'adage est bien connu. On pourrait s'attendre à ce qu'il serve de pense-bête à nos politiques en mal de réformes utiles. La récente annonce par le chef de l'État d'une prime obligatoire peut faire douter. L'idée : imposer aux entreprises de plus de 50 salariés, dont les dividendes augmenteraient, une prime d'un montant de l'ordre de 1.000 euros. On peut subodorer que le projet, encore inconnu dans son détail, sera d'une rare complexité et pourrait faire pschitt. Il n'en reste pas moins que le choix de la méthode laisse perplexe.Sur le fond, le sujet n'est pas neuf ; dès 2008, M. Sarkozy avait souhaité voir cesser un système donnant tous les bénéfices aux dirigeants et aux actionnaires au détriment du pouvoir d'achat des travailleurs. Pour remettre ainsi le capitalisme à l'endroit le chef de l'État recommandait début 2009 l'adoption de la règle des trois tiers : un tiers des bénéfices pour les salariés, un autre pour les actionnaires et le reste réinvesti dans l'entreprise. M. Sarkozy faisait ainsi écho à une idée maintes fois préconisée par Serge Dassault, par ailleurs enracinée dans la conception gaulliste du partage des fruits du travail à l'origine des ordonnances de 1959 sur l'intéressement et de 1967 sur la participation.

M. Cotis, dans son rapport sur le partage de la valeur ajoutée, tout comme MM. Cette, Delpla et Sylvain, dans leur rapport sur le partage des fruits de la croissance, faisaient pourtant, dès 2009, le constat d'un partage de la valeur ajoutée stable au cours des vingt dernières années. De plus, la théorie des trois tiers fut combattue tant par certains économistes, pour qui le profit ne se partageait pas (par exemple Pascal Salin), que par Madame Lagarde, qui jugeait impossible de cadrer ainsi la répartition des profits, la diversité des entreprises ne s'accommodant pas d'une règle mathématique rigide. M. Sarkozy maintint néanmoins son souhait que les partenaires sociaux ouvrent une discussion sur le sujet : Soit ils arrivent à quelque chose, soit l'État prendra ses responsabilités.  Nous y voilà donc. Et il faut aujourd'hui, selon le chef de l'État, combattre les murs du conservatisme et de l'immobilisme. Un objectif louable, mais des moyens critiquables. Tout d'abord, le combat aurait pu se porter sur la réduction des écarts de salaires, dont les rapports précités démontraient qu'ils conduisent à l'émergence d'un sentiment de nombreux salariés de ne pas bénéficier équitablement des fruits de la croissance. Une prime uniforme ne peut pas répondre à cet objectif.

De plus, ce type de mesure contribuera nécessairement au durcissement du plafond de verre des 50 employés, alors même que la croissance de nos PME, insuffisante, devrait être un enjeu prioritaire. Mais c'est surtout le principe de l'immixtion du politique dans la sphère privée qui nous interpelle ici. Il fut un temps où l'État, interventionniste ou dirigiste, agissait sur l'économie au travers de politiques planifiées, au sein desquelles des moyens tels que la fiscalité, la redistribution ou les nationalisations jouaient un rôle légitime, sinon systématiquement efficient. Actionnaire de sociétés publiques ou simplement aidées, l'État pouvait ainsi, dans un cadre juridique cohérent, intervenir jusque dans la gestion de ces entreprises. Usant de son pouvoir régalien sur les autres, il intervenait par voie d'incitations, fiscales ou sociales. Avec la prime obligatoire, on assiste à l'émergence d'un interventionnisme new age consistant à imposer aux entreprises des décisions de gestion relevant par principe du domaine privé. On avait vu pointer cette tendance, sous la plume de parlementaires socialistes (proposition Ayrault...), au travers d'un objectif différent, mais relevant d'une logique identique : plafonner les rémunérations des dirigeants.

Tentatives sans lendemain. Jusqu'à présent seulement, car la prime obligatoire, plutôt que de s'inscrire dans le principe plus acceptable - mais moins médiatique - d'une refonte de la participation, s'inspire d'une logique d'expropriation, dont on pourrait peut-être douter de la conformité à nos principes constitutionnels, mais pas de l'incongruité dans le système libéral qui reste le nôtre. S'il est heureux que l'on s'indigne aujourd'hui des injustices criantes, et légitime que l'on se préoccupe de notre pouvoir d'achat, le recours à de tels expédients, aux effets incertains, mais d'un symbolisme profond, devrait inquiéter le citoyen épris de liberté et contribuer à l'aversion à la croissance de nos entrepreneurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2011 à 12:32 :
On ose espérer que cet avocat parle un peu mieux qu'il n'écrit. Quel labeur, le français !
a écrit le 09/05/2011 à 10:28 :
Cette prime n'est qu'un effet d'annonce, insincère, purement électoraliste. Elle ne peut conduire qu'à une usine à gaz inefficace, qui ne fera que déplacer des sommes des augmentations de salaire (compensation de l'inflation) vers les primes exonérées, donc en vidant un peu plus les caisses sociales et de l'état. La seule cohérence des différentes "réformes" de ces 9 années, c'est de vider les caisses pour casser l'état.
a écrit le 09/05/2011 à 8:08 :
Alors effectivement, cette prime est une triste nouvelle parce qu'elle illustre l'incapacité des patrons et des syndicats de salariés français à s'entendre sur le partage de la richesse. Quel échec pour notre pays que d'avoir un président contraint à systématiquement intervenir dans tous les domaines parce que les français sont incapables de négocier entre eux. Alors oui Sarkozy se mêle de choses dont il ne devrait pas avoir à se mêler. Oui la solution est peut-être médiocre. Mais depuis combien d'années, les gouvernements successifs de droite et de gauche demandent aux syndicats de patrons et de salariés de renouer le dialogue ? Si cette prime sonne comme une sanction tant mieux ! Car il y en a assez de ces syndicats de salariés et de patrons qui s'accaparent le pouvoir et vivent encore en pleine guerre froide communiste contre capitaliste.
a écrit le 07/05/2011 à 23:18 :
Le problème, c'est que l'investissement aujourd'hui ne vient ni de l'état (avant la lois du 3 janvier 1973) et finalement ni du peuple. Si on augmentait le nombre d'entreprise ou les salariés sont actionnaire majoritaire, ou alors pour les plus grosse où ce serais carrément l'état, ça éviterais les dérives augmenterais le pouvoir de la classe moyenne. Le phénomène est aujourd'hui à l'opposé et la classe moyenne ne peut que disparaitre... Proposer des primes de cette sorte, c'est encore une fois coller des rutines qui ne vont peut etre jamais coller et donner une bonne raison au entreprises de clouer les salaires. Sarkosy et meme l'UMP sont complètement largué. Après 16 de privatisation ils commence enfin à se rendre compte qu'il ont créer un monstre économique incontrolable. Il faut refondre le système, faire tabla rasa de tout les guignol de la scène politique, que les français soit moins consommateur et aient un peu plus de volonté d'acheter français avant que l'on soit au pit de l'investissement étranger, jusqu'à ce que l'état n'aient qu'une fonction symbolique. Alors moi non plus je ne voterais pas sarko, ne serais ce que pour l'augmentation monumentale de la dette qu'il a pu faire en seulement 3 ans (différenciel endettement que mitterand aura mis 14 ans à atteindre sous politique sociale). Comme le dit fafa360, y en marre...
a écrit le 07/05/2011 à 19:43 :
Et non, sans être malheureux je ne mène pas la belle vie. Personne ne travaille pour moi. J'épargne pour ma retraite (je bénéficiais d'un régime spécial, mais il a bien fallu le supprimer ; et le retard de rendement accumulé ne sera jamais rattrappé...). Je n'ai pas non plus de Ferrari et je travaille dans le neuf-trois en prenant les transports en commun. Et je rappelle que les 80 milliards de dividendes distribués ne représentent que 2 à 3 % de rendement. Mais si c'est si facile de s'enrichir en achetant des actions, que tous les bénéficiaires de la prime à 1000 euros ne se gènent pas pour en acheter avec leur prime !
a écrit le 07/05/2011 à 13:06 :
Tout a fait d'accord avec vous fafa360.si certains réagissent à votre commentaire en n'étant pas de votre avis dite vous que vous avez atteint votre but, les piquer au vif et ils en seront certainement d'autant plus ridicules
a écrit le 06/05/2011 à 22:31 :
stop,stop,stop. il y en a marre. Marre que ceux qui mènent la belle vie crient au scandale, ils n'ont qu'à se lever à 1 ou 2h du matin, produire, qu'on leur supprime du personnel pour qu'ils travaillent pour 2 voir 3 et sans augmentation de salaire, car ses personnes ne gagnent que 1000 voir pour les plus chanceux 1500?. Et qui fait l'interview? 1 AVOCAT SPECIALISE qui a 1 super portefeuille en action. On s'attaque à son pouvoir d'achat, au plein de sa ferrari. Vous aussi vous avez le droit à canal+, canal sat, aux vacances, à des supers noël, vous bossez dur pour élever vos familles, cette prime aurait dû exister depuis très longtemps. Il faurt prendre l'argent où IL Y EN A. Pour info, je ne voterai pas Sarkosy, car les 5 prochaines années ouie ouie ouie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :