Prime aux salariés : les derniers arbitrages du gouvernement

 |   |  283  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le montant maximal de l'exonération de cotisations, pour cette prime, sera de 1.200 euros. En-dessous, la prime sera uniquement soumise aux prélèvements sociaux classiques : CSG-CRDS (8 %) et forfait social (6 %).

Le mirage des 1.000 euros de prime a vécu. Le ministre du Budget François Baroin a indiqué aux « Echos » qu'il ne serait pas imposé de montant minimum dans les négociations sur le versement d'une prime aux salariés, obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés comme vient de le décider Nicolas Sarkozy.

Ces négociations seront obligatoires pour les entreprises de plus de 50 personnes qui augmentent les dividendes versés à leurs actionnaires, « par rapport à la moyenne des deux années précédentes », a précisé Xavier Bertrand, le ministre du Travail.

Le montant maximal de l'exonération de cotisations, pour cette prime, sera de 1.200 euros. En-dessous, la prime sera uniquement soumise aux prélèvements sociaux classiques :  CSG-CRDS (8 %) et forfait social (6 %). Ce taux total de prélèvement sera donc légèrement supérieur à celui appliqué sur les dividendes (12,1 %).

Ce projet continue de susciter les réticences tant du patronat que des syndicats. Le responsable de la CFDT, François Chérèque, l'a redit ce week-end sur Europe 1. Selon lui, cette prime va engendrer « beaucoup de désillusions » car elle creusera les inégalités entre salariés des grandes et des petites entreprises. Il estime en outre que le versement de cette prime risque d'être compensé par de moindres hausses des salaires. Lui réclame plutôt de l'Etat un « coup de pouce au Smic », au delà de la revalorisation automatique attendue cet été ou à la rentrée en raison de l'inflation. A ses yeux, les bénéficiaires du Smic sont ceux dont le pouvoir d'achat « est le plus atteint» à cause de la flambée de certains prix, énergie et immobilier notamment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2011 à 13:28 :
encore de la poutre au yeux pour des français aveugles. la csg et la crds a été condamné par l'Europe car c'est une taxe social et non un impôts cela est la libre échange de services,tous le monde peux s'assurer ailleurs quand France et gagner le double de salaire car rien ne vous empêche de demander votre salaire directe charge comprise. les syndicats sont tous au courant mais c'est eux qui dirige en partis la secu,
mais il est très dure pour une entreprise de se développé sans capitaux des actionnaires, en revanche crée de la richesse sans argents c'est pas facile surtout que je rappelle que c'est les mêmes capitalistes qui prête l'argent a la France pour ses crédits. cnee.eu ou claude riechman.com
a écrit le 03/05/2011 à 12:10 :
bref, démagogie tout cela ! ! ! _ _ on est bien en période pré-électorale! Une fois les élections passées ....
a écrit le 03/05/2011 à 12:10 :
bref, démagogie tout cela ! ! ! _ _ on est bien en période pré-électorale! Une fois les élections passées ....
a écrit le 03/05/2011 à 9:08 :
et une mesure de plus aux frais non pas de celui qui la décide(l'Etat) mais des entreprises! diminuons les taxes sur l'essence et le diesel, cela est plus simple et améliorera plus sûrement le pouvoir d'achat de tous les français; car en plus cette mesure est disciminatoire!
a écrit le 03/05/2011 à 8:36 :
bonjour je travaille sur une plate forme logistique d un grand hard discount francais son contient TROIS LETRRES sur ma plate forme logistique on est plus de 50 mais classes en 5 societes differentes que se passe t il piur nous,?
Réponse de le 05/05/2011 à 10:33 :
dans l'os!!

sauf mon respect
a écrit le 02/05/2011 à 15:56 :
Et une niche fiscale de plus pour diminuer encore le financement de la sécu. Comment peux t 'elle etre équilibrée si son financement est aussi trouée qu'une passoire? en plus come l'état est censé compenser à chaque fois, ça créé une comptabilité entre l'état et la sécu qui est en permanence source de conflit...
a écrit le 02/05/2011 à 12:57 :
Défiscaliser, créer des niches ficales et aider le privée, c'est facile. Demander aux privée, voir le forcer, dans un second temps à rendre l'appareil, en augmentant les salaires, ben on se rend bien compte que ça coince... c'est plus facile de faire le ménage dans le service public, c'est sur...
Banque publique d'investissement et promotion d'entreprise à actionnariat salarié: pour que l'état retrouve un pouvoir économique et que l'actionnaire principale soit le plus concerné par la réussite de l'entreprise et de son emplois: c'est à dire le salarié. L'investissement privée centralisé et européen est une castrophe morale et politique qui ne mène qu'à l'immobilisme sociale et à une course internationnale et financière qui est perdue d'avance, quand on voit le capitalisme déloyale des état unis et de la chine.
Alors Sarko, s'il veut etre élu, a intéret à proposer un plan d'action sur le long terme, car continuer à coller des rustines là où il y a des fuites ne mène à rien, au final faudra changer la chambre à air...
Réponse de le 02/05/2011 à 16:39 :
Bravo Dix33, vous voulez une économie à la soviétique ! N'avez-vous rien appris du passé ! Quelques apparatchiks et une foule de gens malheureux et privés de liberté, voilà votre souhait. Très peu pour moi. Le collectivisme a été un échec, qu'il reste dans les poubelles de l'histoire.
Réponse de le 02/05/2011 à 19:39 :
@ Démosthène
Et l'ultra liberalisme c'est le bonheur assuré. Une minorite d'actionnaire, financier véreux, qui s'en mettent plein les poches. L'individualisme et la cupidité comme seul valeur...une crise sociale qui dirige lentement mais surement le peuple à voter aux extremes...(ce qui se passe en europe)...des politiques condamnés à jouer le role de potiches devant les "marchés"....
Le collectivisme a été une horreur, mais peut etre qu'entre cette "horreur" et l'ultra liberalisme on pourrait trouver un systéme equilibré.
Quand à la liberté elle a bon dos. Quand on a rien à bouffer Démosthène la liberté on s'en fout.
Réponse de le 03/05/2011 à 15:17 :
à boss : évitez de caricaturer, nous ne sommes pas dans l'ultralibéralisme. Je vous parle de social libéralisme !
a écrit le 02/05/2011 à 9:13 :
Moralité de l'histoire un chef d'entreprise d'une petite PME de 48 personnes va drolement réfléchir à recruter 2 ou 3 salariés de plus. N'as t il pas intérêt à creer une seconde structure ? il y a des arbitrages à réfléchir...
Aprés on s'étonne que les PME n'arrivent pas à atteindre une taille suffisante en France!
Réponse de le 03/05/2011 à 10:23 :
Complètement hors sujet! Il est sûr qu'une PME de 48 personnes doit avoir une GROSSE CAPITALISATION boursière et doit verser d'énormes dividendes à ses actionnaires? Arrêtez de geindre cette prime est reservé aux grands groupes qui refusent malgré leurs bénefices mirobolants d'augmenter les salaires. Pis encore on dégraisse pour augmenter la rentabilité et ainsi engraisser les actionnaires par le dividende. Et qui sont les plus gros actionnaires d'une boîte??? Les patrons qui se gavent de stock options bien sûr et investissent massivement dans leur epargne entreprise...
a écrit le 02/05/2011 à 8:56 :
Décidément ce petit monsieur ne comprend rien. Après les heures sup défiscalisées profondément inégalitaires, la règle insensée du partage du bénéfice en trois, voilà maintenant la prime aux dividendes.
Enfin, personne n?est tombé dans le panneau et c?est une bonne nouvelle !!
Vivement l?année prochaine?.
Réponse de le 05/05/2011 à 10:39 :
effet d'annonce rien de plus
a écrit le 02/05/2011 à 7:54 :
Cette prime est incohérente. Contraire aux règles économiques élémentaires. Contraire au libéralisme économique le plus émémentaire. Sarkozy a mené a terme de courageuses réformes dont la France avait besoin. Et l'on peut le saluer. Mais là il fait une erreur, dommage.
Réponse de le 02/05/2011 à 14:39 :
@ n'étant plus dans le monde du travail à cause de mon handicap, bon çe que fait sarkozy part d'un bon sentiment, mais ils n'aurait pas mieux d'augmenter les salaire, il y à longtemps que je suis sortis du monde professionnelle alors je ne sais pas si j'ai raison.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :