Les entreprises françaises n'économisent pas l'eau

 |   |  474  mots
Infographie La Tribune/BHEDOUIN
Infographie La Tribune/BHEDOUIN
La plupart des sociétés ne se soucient pas de cette ressource. D'importantes économies pourraient pourtant être réalisées.

Accessible, bien gérée, sans risque de pollution ni de pénurie... C'est ainsi que la plupart des chefs d'entreprises français (6 % de la consommation nationale) perçoivent la ressource en eau. Ou qu'ils la percevaient lorsque l'Ifop a mené, en février dernier, l'une des toutes premières études sur le sujet auprès de 502 entreprises de plus de 50 salariés, selon la méthode des quotas. C'était avant que 56 départements français ne soient frappés par la sécheresse.

Aussi, alors même qu'ils sont une majorité (78 %) à la juger plutôt coûteuse, et prétendent prêter attention à leur consommation, en réalité ils ne sont qu'une petite moitié (49 %, contre 60 % pour la facture d'électricité) à connaître le montant de leur facture annuelle. Et ils sont moins nombreux encore (47 %) à mettre en place des mesures pour la faire baisser en diminuant leur consommation. Les industriels et les plus grandes entreprises sont les plus nombreux à avoir mis en place des mesures d'économies, tout comme celles qui ont déjà connu des incidents liés à l'eau (accidents, fuites, inondations, etc.). Ceux-ci ne sont pas rares : 45 % des entreprises de l'échantillon y ont déjà été confrontées et en ont subi des coûts, de la réalisation de travaux jusqu'à la destruction de stocks, l'interruption d'activité, voire le paiement d'amendes.

Manque d'informations

Pourtant, même les actions les plus simples, telles que la relève régulière des compteurs ou la détection systématique des fuites, ne sont réalisées que par une minorité (46 %) des entreprises. Alors même que celles qui ont franchi le pas affirment (à 59 %) avoir réalisé d'importantes, voire de très importantes (11 %) économies, 74 % de celles qui ne font rien pensent que le jeu n'en vaut pas la chandelle. Elles reconnaissent aussi qu'elles manquent d'informations sur les solutions, et les attendent d'abord (55 %) de la part des opérateurs d'eau, dans une moindre mesure (34 %), des collectivités locales, mais beaucoup moins de l'État (8 %).

De quoi conforter Hydrelis, commanditaire de cette étude. Cette entreprise de Boulogne-sur-Mer a développé une gamme de disjoncteurs, parfois complétés d'un compteur et d'une radio, dotée d'une autonomie de sept à douze ans. Capables de couper l'eau suite à la détection d'anomalies (fuite, robinet laissé ouvert, rupture de canalisation), ils permettent une économie moyenne de 30 %. Bien implantée sur le marché des collectivités locales (lycées, stades, parcs, logement social...) aux côtés des opérateurs, Hydrelis s'attaque à celui des entreprises.

France Telecom est en train d'équiper ses sites des régions Centre et Rhône-Alpes. De nombreux appels d'offres sont en cours. « En permettant une gestion centralisée, notre solution est particulièrement adaptée à des entreprises multisites, comme des chaînes de distribution », précise Thierry Sartorius, président fondateur d'Hydrelis. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2011 à 22:17 :
et toutes ces copropriétés qui arrosent leurs pelouses alors qu'on est en période de sécheresse !!! Les syndics ne sont pas motivés a économiser l'eau !
a écrit le 06/06/2011 à 8:36 :
dans ces entreprises , vous incluez les agriculteurs ??......
a écrit le 06/06/2011 à 5:39 :
Qu'attend-t-on pour mettre en place une taxe sur l'eau pour les entreprises?
Réponse de le 06/06/2011 à 14:20 :
Une taxe, une taxe, ça ne règle pas le problème! Au niveau national, voir mondial il est plusque temps de retraiter notre "merde"!!!!!!!! un bain=200 litres, une douche=30litres!!!!!!! L'homme se détruit tout seul et à grande vitesse!!!!!
a écrit le 05/06/2011 à 16:05 :
Les entreprises, l'administration, le bon peuple, n'économisent ni l'eau ni l'électricité ni le chauffage. A 5? le mètre cube qui sait qu'un seau d'eau de 10 litres coûte 5 cts ? soit une chasse d'eau, un goutte à goutte ? qui sait que baisser la température du chauffage de 1 °C diminue la facture de 7% ? qui connait le coût du chauffage par mètre carré de son logement et le nombre de litres d'eau par occupant et par jour de son appartement? Et bien il va falloir s'y mettre les papas , c'est pas le tout de savoir que la nouvelle béhème consomme 0,3 litres au cent Km de moins que la précédente!
a écrit le 05/06/2011 à 14:02 :
L'eau, élément vital pour l'homme, étant aux mains de sociétés privées qui doivent satisfaire la boulimie financière de leur actionnaires, si elle est économisée les actionnaires gagnent moins et exigent l'augmentation du prix du m3, c'est un marché de dupes et devinez qui sont les dupés ?
a écrit le 04/06/2011 à 15:10 :
Ouais ! étude demandée par une entreprise de la gestion de l'eau ,quelle crédibilité. Les entreprise sont soumissent au moindre coût d'exploitation,une conso trop élevée sera réparée vu la facture ,elles possédent un service de maintenance. Ceci n'est pas le cas de l'agriculture grosse consommatrice d'eau du en partie au prix du m3 peu cher ,bien en deça du prix réel ,une mauvaise implatation de celle ci ,(maïs par ex ) c'est dans cette activitée qu'il faut absolument chercher ,obliger.
Réponse de le 06/06/2011 à 10:26 :
mais l'agriculture présente aussi la plus grande surface de captation d'eau pluviale!
Réponse de le 06/06/2011 à 11:14 :
pas en ce moment !
a écrit le 04/06/2011 à 12:33 :
le coupable numéro 1 c'est l'agriculture . Réglons ce problème et on passera à la suite !
Réponse de le 04/06/2011 à 16:37 :
et que mangers-tu bananes ?
Réponse de le 04/06/2011 à 16:47 :
Et bien montrez l'exemple cher monsieur et commencer par manger du sable et des cailloux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :