Merkel et Sarkozy réconciliés, la Grèce sauvée

 |   |  536  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A quelques heures d'un sommet européen capital, le président français et la chancelière ont trouvé un compromis sur les modalités d'un second plan d'aide à la Grèce. Ce dernier ne prévoirait pas de taxe bancaire. Suivez ce sommet capital en direct avec notre correspondante à Bruxelles ce jeudi.

La France et l'Allemagne sont parvenues cette nuit à sortir de l'impasse sur un nouveau plan d'aide à la Grèce, peu de temps avant un sommet à Bruxelles où la zone euro doit impérativement stopper la contagion de la crise de la dette pour réserver son avenir. Les deux acteurs-clé de la réunion, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy, ont préparé le terrain à un compromis jusque tard dans la soirée à Berlin.

Ce deuxième plan d'aide à la Grèce ne prévoit pas de taxe bancaire, selon une source européenne rapporte l'agence Reuters ce jeudi. "Vous devriez partir du principe qu'il n'y aura pas de taxe bancaire", a déclaré cette source, ajoutant que le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, qui a rejoint Angela Merkel et Nicolas Sarkozy lors de leur entretien, était également de cet avis.

Au terme de sept heures de discussions, impliquant aussi le patron de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet, Mme Merkel et M. Sarkozy ont réussi à dégager une "position commune" sur le sauvetage de la Grèce, a indiqué un membre de la délégation française, sous couvert d'anonymat, sans donner de détails.

Elle servira de base aux négociations du sommet des dix-sept pays de l'Union monétaire lors du sommet qui s'ouvre à 13H00 (11H00 GMT) à Bruxelles et s'achèvera sans doute dans la soirée.

"Nous devons absolument trouver une solution pour arrêter la spéculation internationale et stabiliser la zone euro (...) Si cette zone euro éclatait ce serait une catastrophe", a mis en garde le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, à Madrid.

Les marchés financiers attendent des résultats tangibles après des semaines de tergiversations. A défaut, ils risquent de jeter à nouveau leur dévolu sur les pays considérés comme fragiles, tels l'Italie, l'Espagne, voire la Belgique.

Au centre des tractations: la mise sur pied d'un deuxième plan d'aide à la Grèce pour lui éviter la faillite. Le premier, décidé au printemps 2010, de 110 milliards d'euros, ne suffit déjà plus.

Les négociations ont buté jusqu'au bout sur une exigence politique de l'Allemagne de voir cette fois les banques contribuer au financement, quitte à ce que cela provoque un "défaut de paiement" du pays. Plusieurs de ses partenaires, à commencer par la France, ainsi que la BCE, sont réservés en raison des risques.

La délégation française n'a parlé dans la nuit que d'un accord franco-allemand sur la Grèce et non d'un compromis associant la BCE, ce qui pourrait signifier que le compromis n'est pas forcément du goût de l'institut monétaire. Depuis le début du mois, les capitales européennes semblent s'être résolues à accepter un défaut, à condition qu'il soit circonscrit au maximum.

Parmi les idées sur la table figurent un rachat d'une partie de la dette grecque, une taxe sur les banques pouvant rapporter 50 milliards d'euros, ainsi qu'une réduction de la dette du pays de jusqu'à 90 milliards d'euros via un échange des obligations détenues par le secteur privé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2011 à 16:41 :
Si l?Europe, le FMI, Merkel ou Sarkozy veulent aider la Grèce, ce n?est pas en imposant de nouvelles coupes budgétaires, en freinant le développement du pays qu?ils y parviendront, mais bien en aidant la Grèce à récupérer son argent, en imposant à la Suisse et aux autres paradis fiscaux de restituer à l?Etat grec les sommes qui lui ont été volées. Comme Sarkozy veut « moraliser le capitalisme », c?est le moment de le montrer.
a écrit le 23/07/2011 à 16:03 :
C'dans l'Air - si vous ne voulez pas perdre votre clientèle vous devriez inviter des économistes qui préconisent la sortie de l'euro -avec Marine Le Pen, Mr. Dupont-Aignan, Mr. A. Gérin, fut maire de Vénissieux, et d'autres , tant d'autres .... les réclames seront toutes entendues pour une fois.
a écrit le 22/07/2011 à 19:09 :
Mais vraiment n'est-ce-pas se "foutre de notre gueu.. !" ?
Nos politiques ne sont guère probants mais les journalistes non plus ... excusez du peu...
Endettés jusqu'au cou on s'endette davantage pour ne point casser un jouet (qui entre nous n'est pas la notre) !
Nous sommes contraints d'emprunter pour payer les retraites (malgré nos 2.1 de naissances - une stupidité de plus dans les calculs : un petit qui bosse cotise et rapporte, un petit au "chôme dû" coûte ! et que je sache nous en avons une palanquée au "chome dû").
Nos politiques, tous des planqués (voleurs pour certains , blanchis ou pas par notre "dîte" justice) quelque soit le bord eux n'ont pas le moindre souci à se faire -ils en ont mis de côté AVEC leurs indemnités parfaitement indécentes- mais nous OUI !
En 2012 nous virons l'UMP nous virons le PS et nous sauvegarderons tout ce qui n'est pas pro-européen à savoir lorsque l'on est de gauche on votera montebourg et lorqu'on est de droite on votera ou Marine LE PEN ou Nicolas DUPONT AIGNAN;
SINON POINT DE SALUT MAIS LE DESASTRE qui se profile à l'horizon car les grecques ne paieront jamais.
Entre parenthèses mais non négligeables cependant pour : les armateurs grecques, l'église grecque : point d'impôt à l'horizon !!!!
Il nous faudrait dire amen ? JAMAIS !!
Nous sommes gouvernés par des guignols qui ont tout intérêt effectivement à rendre le peuple de France inculte !
Réponse de le 23/07/2011 à 15:57 :
Marie210917, et encore vous n'avez pas entendu C'dans l'Air vendredi 22 /07 - un quarteron d'économistes se relayant à qui mieux-mieux comme les aime Sarko. Plus un fonctionnaire dans la future cité, plus d'aide en quoi que ce soit, il faut sauver la Grèce à tout prix c'est bien le cas ! un personne dit " moi j'ai 700 euros mensuels comment faire " silence " bof il y a 500.000 personnes comme çà " personne n'a rien dit . je ne les regarde plus !!!!!!
a écrit le 22/07/2011 à 16:36 :
la Cigale Grèce a obtenu un sursis ! à quand une sortie de ce pays indiscipliné de l'euro ? peu de grecs paient vraiment leurs impôts ! qu'est-ce qui change ? MARRE DE PAYER et vous ?
a écrit le 22/07/2011 à 6:00 :
Du Sarkosy pur jus, ce qui a été "décidé" ne re présente que 10% de ce qu'il faut faire. Le roi de la mesurette a encore frappé ! En 2012 la raclée sera à 100%.
a écrit le 21/07/2011 à 16:59 :
L'europe prend l'eau et nous avec. Nous voilà aujourd'hui à payer la dette des autres !

L'europe qu'en faire ? La virer tout bonnement.

à quand la prochaine réunion pour re re re sauver la grèce ?
a écrit le 21/07/2011 à 15:57 :
"la Grèce sauvée" belle affaire, les dettes sont encore la et les intérêts aussi, alors une fois de plus l'axe Franco-Allemand n'a rien résolu.
La vrai solution ce serait des solutions prises par la majorité des pays de la zone euro et dans l'intérêt de la zone euro et non comme cela a été le cas jusqu'à présent ou les décisions sont prises par les deux acolytes et dans leur propres intérêts et seulement les leurs. Comme des boutons les autres suivent et se laissent sacrifier les uns après les autres avec en plus un sentiment de culpabilité. Cela a un goût de National-Socialisme tout ça, il ne manque que Petain.
a écrit le 21/07/2011 à 15:51 :
et dire qu'ils nous disent il ni à pas d'argent pour les caisses de retraites,de qui se moque ton????et la sécu rembourse de moins en moins,aux armes citoyen
Réponse de le 21/07/2011 à 16:52 :
Ce jour viendra...
Réponse de le 22/07/2011 à 8:36 :
Indignons-nous !
A quand un printemps européen ?
a écrit le 21/07/2011 à 12:01 :
Ouf, on échappe à une nouvelle et nième taxe sur les banques qui, avec Bâle 3 sans que la réforme Bâle 2 ne soit encore appliquée sur les fonds propres, vont suffisamment déguster comme cela.
C'est quand même fou que la seule créativité de nos dirigeants s'exerce dans l'invention de taxes et non de solutions intelligentes ...
a écrit le 21/07/2011 à 11:54 :
AIDER LES PAYS ÈTRANGER C'EST BIEN MAIS QUAND IL SAGIT D'AIDER SON PROPRE PEUPLE Y A PLUS PERSONNE ON VOUS FAIT COURIR.

a écrit le 21/07/2011 à 10:25 :
Sauvez la Grèce évite que le système tombe maintenant mais ne règle rien, tant que les déficit ne seront réduits les marchés puniront les Etats défaillants....à suivre
Réponse de le 22/07/2011 à 16:38 :
Un jour la France aussi ne pourra plus payer non plus ! à force de boucher les trous des Cigales ...
a écrit le 21/07/2011 à 10:23 :
Un peu de serieux dans les titres ?
La Grece Sauvee ?

Concretement, chaque investisseur sait que la Grece va faire default sur ses Dettes.
La question est quand ?

La vraie question n'est pas la Grece, mais l'Eurozone.
Et pour l'instant les leaders Europeens sont plusieurs KM derriere les evenements du marche, qui a deja fait exploser les yields des bonds espagnols et Italiens.
Bon, retournons sur le FT ou les articles seront plus reels.
a écrit le 21/07/2011 à 10:20 :
Titre un peu "léger".... le point d'interrogation aurait été de rigueur!
Pour sauver l'euro il faudrait:
a) Que les 17 s'engagent à réduire la dette de leur état sans étrangler la population.
b) Que les 17 décident de travailler rapidement ensemble afin de voir comment créer cette "fédération des états" dans les meilleurs conditions et soumettre le traité fondateur aux 17 états le même jour et que seuls les états ayant ratifié le traité se éfédéralisent" et prévoyant le cas des éventuelles défections....
c) Qu'enfin on avance vers une union fiscale ( impôts, retraites etc...)
Si ils n'arrivent pas à proposer un véritable saut QUALITATIF, je ne sais pas si l'euro survivra.
Réponse de le 23/07/2011 à 15:31 :
eurofédéral, avec des "si " on refait le onde...l'Europe ! constatez que les pays endettés sont ceux du sud - on ne peut pas demander à des pays chauds de travailler autant qu'ailleurs , il c'est instauré un laxisme , des mentalités différentes par rapport autres. si vous utilisez la chlague ça ne marchera pas non plus, donc les pays du Nord travaillerons pour l'entretien du sud , c'est ce qui se passe pour la Grèce !
a écrit le 21/07/2011 à 10:16 :
vous y croyez donc ! la Tribune c'est comme Gala ! il n'y a pas d'entente ! seulement un scoop médiatique et politique ! on aimerait que ce soit vrai ? Pauvre Tribune qui a été bernée elle aussi... à suivre -
a écrit le 21/07/2011 à 9:28 :
Et vous croyez être crédible avec de tels articles? Pauvre Tribune!
a écrit le 21/07/2011 à 9:23 :
Il était temps que l'Allemagne, pays qui a été le plus sauvé de la faillitte au 20ème siècle (3 fois de mémoire) par le monde en général et même en partie par la Grêce en particulier se souvienne de ce temps et l'applique enfin aux autres. Europe n'est pas l'acronyme de chacun pour sa gueule et l'Allemagne n'aurait rien à gagner à l'explosion de l'Euro !
Réponse de le 21/07/2011 à 10:18 :
à midi il n'y a "rien de nouveau " HELAS - Et pourtant il faudrait bien que Merkel se "bouge" - T
Réponse de le 21/07/2011 à 10:49 :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Deutsches_Eck
rappelez vous !!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 23/07/2011 à 15:43 :
véner, mimosa, dautreville, La Tribune, lisez ce que dit Ben le 21/07 à 10 h.52 ! Moi, je demande aux américains de nous payer toutes les destructions qu'ils ont faites en bombardant jusqu'à l'anéantissement des villes dans toute l'Europe- des familles entières tuées, bléssées c'est en plus .. assez d'âneries on en sort plus !et ensuite le plan Marschal pour nous ....
a écrit le 21/07/2011 à 8:53 :
Ou sont les details qui pourraient justifier le titre de cet article?
Réponse de le 21/07/2011 à 9:35 :
voulez vous des details, lisez FINANCIAL TIMES
a écrit le 21/07/2011 à 8:52 :
Ce n'est pas la Grèce qui est sauvée. Ce sont les profits des banques créancières de la Grèce qui sont sauvées des griffes des hedges-funds qui ont spéculé sur le défaut de paiement de la Grèce après que celle-ci eut payé Goldman Sachs a prix d'or pour apprendre comment maquiller ses comptes publics. Que la Grèce soit en défaut de paiement n'aurait pas eu grande conséquence et serait juste sanction, mais malheureusement Angela Merkel est bien isolée dans son souci de rigueur dans la gestion des deniers publics que ne partage évidemment pas N S (cf ce qu'il pratique dans son propre pays).
a écrit le 21/07/2011 à 8:45 :
Pourquoi, ils étaient fachés? Regardez bien leurs visages: il y a un problème avec la Grèce? Ca ne se voit pas, bien au contraire, ils ont un grand sourire, alors pourquoi se faire du soucis TOUT VA BIEN!!!!!!!!!!!
a écrit le 21/07/2011 à 8:35 :
Il y a nettement plus important a sauver...PAR EXEMPLE LES ENFANTS QUI MEURTS DE FAIM EN AFRIQUE, ALORS QUE LEURS PAPAS SE FONT LA GUERRE CIVILE!!!!!!!!!!!!!PAUVRES HUMAINS!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 21/07/2011 à 11:43 :
pierre, pourquoi vous parlez de l'afrique, il y en FRANCE des gens qui ne joigne pas les 2 bouts finançièrement, il y à des gens qui dorment dans la rue, il y à pas qu'en AFRIQUE qu'il y à de la pauvreté.
Réponse de le 23/07/2011 à 5:29 :
@Pierre, Pathinder a raison! En FRANCE de la misère il y en a! et en général les pauvres, ils ont hontes de la situation dans laquelle ils se trouvent! Monsieur vous devriez vous rendre dans certaines régions de FRANCE ,des mères de famille qui ne peuvent pas habiller les enfants!
Réponse de le 23/07/2011 à 18:07 :
Messer, pathinder, je suis entièrement de votre avis , mais ce genre d'articles pourtant liés à l'économie n'intéressent pas La Tribune !!
a écrit le 21/07/2011 à 8:22 :
Un minimum de commentaires aurait été souhaitable sur "les risques pour les banques" L'arthrose intellectuelle qui bloque le système et fait que les dirigeants des banques crient "au loup" ne sauvera pas les banques, et ne redonne en rien l'initiative aux politiques. En tant qu'électeur et client des banques, je souhaite plus d'informations précises et je regrette que beaucoup trop souvent les gouvernants et les banques ne voient manifestement pas la méfiance qu'ils génèrent de plus en plus en pensant que "les autres" ne voient rien, ne réfléchissent pas etc.
a écrit le 21/07/2011 à 8:07 :
Qui c'est "la Grèce"? Ses gouvernants qui ont non seulement menti au monde sur leur réalité économique mais ont mis leur pays en cette situation? Ils devraient passer devant le tribunal international et être démissionnés immédiatement. On pourrait également procéder de la même façon avec nos gouvernements (et nos parlements) depuis 1981!
Réponse de le 21/07/2011 à 9:13 :
bien je suis entierement d accord avec vous henry
Réponse de le 21/07/2011 à 10:29 :
C'est vrai vu le pétrin dans lequel ces irresponsables ont plongé tout le monde, il faudrait mettre en place une juridiction international pour les retrouver, les juger et les faire payer. Comment ce fait-il que les hommes et femmes politiques grecs des années 1990 - 2000 n'aient pas encore eu a rendre des comptes publiquement?
a écrit le 21/07/2011 à 7:55 :
Je ne vois pas la catastrophe Que Mr Juppé évoque . par contre je vois dans quelle catastrophe nous sommes en train d'aller en Europe avec cette idéologie devastatrice pour pour les nations et ses peuples . mais bon quand on nous dit que c'est notre bonheur .............des monstres je vous dis des monstres
a écrit le 21/07/2011 à 7:50 :
Un vrai conte de fée . J'adore le titre
Réponse de le 21/07/2011 à 8:46 :
Bécassine... C'est ma Cousine....
a écrit le 21/07/2011 à 7:50 :
Jusqu'à quand ? Chasse le naturel il revient au galop.
a écrit le 21/07/2011 à 7:46 :
Après la montée de la tension dramatique, le happy end hollywoodien s'annonce.. Les politiques, les banquiers et la presse prennent vraiment les gens pour des imbéciles.
En réalité la tragédie grecque continue son déroulement implacable.
a écrit le 21/07/2011 à 7:09 :
La grèce sauvée ????
Pas le peuple en tout cas mais plutôt les spéculateurs et les patrons des politichiens: les banksters.
RDV dans moins de 3 mois pour le prochain round.
a écrit le 21/07/2011 à 7:09 :
quel titre, mais la réalité de l'article est moins positif, en fait se pose la vraie question qui va payer, ensuite réduire le déficit n'st pas la solution, il faut mettre les compteurs en positif, je ne sais pas rééquibrer un bilan si l'année suivante je ne fais pas des bénéfices qui couvre les déficits plus les frais financiers, les annonces genre limiter le déficit à Moins trois (aubry hollande.... et les autres) ne permettent qu'une chose aggraver le trou....
a écrit le 21/07/2011 à 7:06 :
"Merkel et Sarkozy réconciliés, la Grèce sauvée"
Sauvé de quoi ? hémorragie commence à peine...ils pourront jamais rembourser 5% et nous, nous pourrons donc pas rembourser à 3%....ce n'est que le début.
a écrit le 21/07/2011 à 6:57 :
Tout sera dit, rien ne sera fait; voilà ce que l'on peut attendre à l'issue de cette réunion théâtrale afin de rassurer les spectateurs. Comme tout consensus sur la chose est impossible! Le seul consensus a avoir c'est de faire semblant!
a écrit le 21/07/2011 à 6:53 :
La Grèce sauvée est impropre, il s'agit de sauver les banques au frais des contribuables
Réponse de le 22/07/2011 à 6:30 :
@plipli, bien sûr! cela va nous coûter chère! taxe, taxe!! pas d'autre solution! Si! une, ce pays n'aurait jamais dû rentrer dans la CEE! le mouton noir de la CEE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :