Règle d'or : tout le monde n'a pas entendu l'appel à l'union sacrée

 |   |  719  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Après l'appel de Nicolas Sarkozy pour rééquilibrer les comptes publics, la polémique enfle au sein de la classe politique à neuf mois de la présidentielle.

L'appel de Nicolas Sarkozy à l'union sacrée pour remettre en ordre les finances publiques de la France a pris un tour polémique, le gouvernement accusant l'opposition de prendre le parti des déficits.

"Il n'y a pas le choix : ou on est pour les déficits, ou on est pour la règle d'or" de retour à l'équilibre des comptes publics, a déclaré mercredi sur France Info la ministre du Budget Valérie Pécresse.

Le nouveau ministre de l'Economie, François Baroin, a estimé sur France 2 que les socialistes français étaient les "seuls socialistes au monde" à ne pas vouloir accompagner le gouvernement "sur une règle fondamentale qui va fixer une garantie pour la France". François Baroin a assuré que le moment choisi pour lancer cette initiative, à neuf mois de la présidentielle, était dicté uniquement par la crise de la dette en Europe, après l'adoption d'un nouveau plan de sauvetage pour la Grèce.

Les deux favoris de la primaire socialiste pour la présidentielle de 2012, Martine Aubry et François Hollande, ont dénoncé chacun de leur côté mardi une "opération de pure communication" du chef de l'Etat avec sa proposition de règle d'or qui imposerait à tous les gouvernements de limiter les déficits publics.

"Ce calendrier est une déclinaison de la crise, ce n'est pas un choix tactique du président de la République, ce n'est pas une malice du gouvernement (...) c'est une conséquence de la crise, cette règle d'or", a-t-il dit.

"L'affaire grecque a changé la donne en Europe. Tous les pays européens ont dit qu'ils allaient se doter d'une règle stricte de retour à l'équilibre budgétaire", a renchéri Valérie Pécresse.

Ségolène Royal ajoute de son coté que "depuis que M. Sarkozy est là, on est passés de 50 à 100 milliards de déficit. Il a creusé lui-même le déficit qu'il prétend réduire". Elle compare le chef de l'Etat à "un conducteur sans permis donnait des leçons de conduite".

Communication électoraliste

Le président socialiste de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Jérôme Cahuzac, a dénoncé en retour une "ficelle un peu grosse"."Nicolas Sarkozy devrait se soucier vraiment de la dette et non faire de la politique médiocre plus de neuf mois avant d'affronter le jugement des Français", dit-il dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France, en faisant valoir que le dernier gouvernement à avoir significativement réduit la dette de la France était celui de Lionel Jospin entre 1997 et 2002.

"Toutes les réformes fiscales depuis 2007 ont été financées par l'endettement : paquet fiscal, taxe professionnelle et ISF représentent près de 20 milliards chaque année à emprunter. A chacun de juger qui est laxiste du PS ou de l'UMP", a-t-il ajouté.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a critiqué pour sa part les "artifices de communication de Nicolas Sarkozy pour tenter de se présenter comme un gestionnaire vertueux", lui reprochant d'être le président de la Ve République "qui aura le plus creusé notre dette".

"Nicolas Sarkozy ferait mieux de se mettre enfin au travail, au service des Français, pour réduire notre dette au lieu de passer son temps à faire de la communication électoraliste, un jour avec cette lettre, le lendemain en proposant une réforme inutile de la Constitution", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a jugé pour sa part que l'idée d'une règle d'or constitutionnelle sur les déficits était bonne.

"J'entends bien ceux qui disent il y a une exploitation politique, qu'il y a un avantage politique que Nicolas Sarkozy entend tirer de cette règle d'or après avoir laissé beaucoup filer les déficits", a-t-il déclaré sur France Inter, ajoutant :

"Je crois qu'il ne faut pas faire de calculs partisans sur de telles échéances. Il faut saluer la décision du chef de l'Etat et il faut le prendre au mot : le grand bénéficiaire, ce sera la France (...) je crois qu'il faut savoir devant de telles situations s'unir, se rassembler et avancer".

"L'intérêt national c'est que, pour l'avenir, cette règle soit appliquée", a-t-il encore dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2011 à 7:36 :
Les chiffres sont tétus , seuls JOSPIN et son gouvernement "ayant muselé le dépensier CHIRAC" ont réduit la dette publique depuis plus de 10 ans.
a écrit le 07/08/2011 à 9:25 :
Peu de personne en vérité à l'intelligence de comprendre que sans cette augmentation de la dette publique, nous aurions combien de chomeurs en plus? Nous avons eu à faire face à une crise sans précédent, et déjà on oublie. L'engagement du chef de l'état à l'égard de cette dette est à saluer au contraine, et évidemment les socialistes ne comprennent rien à l'enjeu de cettye décision. Comme toujours ils sont incapable de prendre une décision car ils savent pertinemment que dès qu'ils seront au pouvoir, ils auront à coeur d'augmenter cette dette pour mettre en place leur politique d'un autre temps
Réponse de le 11/08/2011 à 11:10 :
Lisez le rapport de la cour des comptes....pas vraiment une annexe des socialistes...et vous avez " Le déficit est du pour 1/3 à la Crise et pour 2/3 à la politique de N Sarkozy !
Depuis 2007 , votre "champion de la communication inutile" a DOUBLE la dette à lui tout seul !
a écrit le 27/07/2011 à 12:57 :
Cette règle d'or est-elle le seul objet du vote proposé ou l'abandon supplémentaire de souveraineté permettant un contrôle a priori du budget par une instance non élue et non démocratique (la Commission Européenne) y est-elle également?
a écrit le 27/07/2011 à 12:44 :
alors lui il est fort de cafe !!!! il plombe la france depuis 2007 et aujourd'hui à 9 mois d'une election présidentielle il veut mettre en place un reéquilibrage de la dette public vraiment incompétent et politicard comme c'est pas possible il à distribué des cadeaux en niches fiscales a qui en voulaient !!!! et aujourd'hui il va nous jouer Mr propre ?? et bien revotez pour lui en 2012 et vous allez voir comme on va morfler les couches moyenes et l'ascenseur du bas les biens heureux du CAC 40 doivent se marrer vraiment comment pourrions nous être si stupide pour le croire et lui faire confiance une 2e fois !!! lui il nous aura tout fait !!
Réponse de le 27/07/2011 à 13:32 :
Chacun a son opinion sur les raisons profondes de l'endettement actuel de la France... Ceci étant, comment ne pas voter pour cette loi ? Il faudrait un de ces jours que le PS arrête l'anti jeu permanent, surtout lorsque il s'agit de sujets d'une telle importance. D'autres vous diront que la meilleure santé de l'Allemagne en la matière est du à la bonne gestion de Schroder il y a 10 ans. Vous vous rappelez cette époque où en France les caisses de l'Etata étaient trop pleines et où le gouvernement a sciemment choisi de reculer sur toutes les réformes structurelles pour des raisons purement électoralistes... qui n'ont d'ailleurs pas porté leur fruit ! Pour être équitable, l'UMP de Chirac n'a pas fait mieux par la suite. Alors quelle importance que Sarkozy fasse cette loi pour des raisons électoralistes à partir du moment où c'est de l'intérêt général dont il s'agit. D'autant plus qu'apperement, tout le monde est d'accord !!!
Réponse de le 27/07/2011 à 14:57 :
Certes il faut mettre fin au déficit. Ce cher Monsieur Sarkozy qui bénficie de l'appui aveugle et inconditionnel de sa majorité, il peut, sans loi, mettre fin au déficit pour l'exercice en cours et le budget 2012. Après, il pourra, si Dieur le veut, profiter des avantages de son ancien mandat
a écrit le 27/07/2011 à 12:32 :
Je vais être méchant, mais plus on est petit, plus grande on a la gueule... Beaucoup de paroles, mais d'actes points. Même la réforme des retraites, soi disant grande réforme de l'ère Sarkozy, ce n'est pas lui qu'il la faite, il n'a fait que reprendre le flambeau de ses prédécesseurs... De Gaulle avait dit "Français, vous avez la mémoire courte...", et il avait malheureusement bien raison!
Réponse de le 27/07/2011 à 19:16 :
carpatrick De Gaulle l'a bien dît, et au bout de 50 voir plus, on à toujours rien compris.
a écrit le 27/07/2011 à 12:01 :
Certains, ici, ont la mémoire courte.
On oublie un peu rapidement la "petite" crisette (c'est de l'ironie) qu'il a fallu passer il y a quelques années. Alors, probablement, on peut dire que notre président n'a pas toujours été dans la bonne ligne de ce qu'il aurait fallu faire, mais on ne peut pas lui enlever sa plutôt bonne gestion de la crise, ni le fait que le déficit soit en grande partie dû à cette crise.
Je ne suis vraiment pas sûr que les "autres" auraient fait mieux, et je pense (c'est mon avis personnel) qu'ils auraient même fait pire.
Et que dire du PS qui plonge dans le piège la tête la première en annonçant des augmentations de budget à qui le demande !!
Réponse de le 27/07/2011 à 12:30 :
Votre raisonnement ne tient pas puisque rendez vous sur le site du monde cet après midi et vous y verrez 2 tableau sur la dette et sur le déficit qui sont absolument cruels pour la gestion de la droite en général et de sarkozy en particulier. Dois je vous rappeler qu'entre 1993 et 1995 sarko était déja ministre du budget et la dette a explosé et qu'entre 2007 et 2008 avant la crise le déficit et la dette avait commencé à exploser. Sarko n'est en rien un bon gestionnaire et si la France s'en est un peu mieux sortie c'est grâce aux amortisseurs sociaux que le même sarko voulait supprimer d'ailleurs. De plus au niveau du chômage la situation se dégrade encore comme les chiffres du chômage le démontreront ce soir.
Réponse de le 30/07/2011 à 7:24 :
1997 -Juppé : dettes publiques 59.3% et déficit - 3.3 %

2001 -Jospin, mieux : dettes publiques 56.9% et déficit -1.5 %

2004 -Raffarin, pire : dettes publiques 64.9% et déficit -3.6 %

2006 -Villepin, un peu mieux : dettes publiques 63.7% et déficit -2.4 %

2010 - Fillon, le cancre : dettes publiques 81,7 % et déficit de ? 7,1 %.C
a écrit le 27/07/2011 à 11:48 :
Faites vous entendre. Pour soutenir cette règle, inscrivez vous:
https://www.facebook.com/pages/Inscrire-dans-la-constitution-la-r%C3%A8gle-dor-du-budget-de-l%C3%89tat/184966578232957

et voter.
Cette page est apolitique.
a écrit le 27/07/2011 à 11:41 :
Attendez qu'il soit réélu notre bon président , il va enfin avoir les mains libres pour remettre nos finances dans les normes européennes . Vive notre bon président!
a écrit le 27/07/2011 à 11:41 :
Force est de constater que depuis 2007 le déficit est devenu un gouffre. A l'époque des socialistes ce déficit resté sur la meme ligne, conclusion ce que ce gouvernement a été incapable de faire, sauf d'enrichir les actionnaires, voudrait obliger les autres; c'est tout simplement scandaleux.
a écrit le 27/07/2011 à 11:40 :
Notre CHER, très CHER président présente les prémices du "mieux avant l'agonie", il ne sait plus qu'inventer : Nous faire croire qu'il a besoin de manipuler la Constitution alors qu'il a la majorité absolue dans les 2 assemblées,( il s'en est assez servi!) et ainsi rendre le P.S. responsable de tous les maux. Ne croyez-vous pas que la ficelle est un peu grosse?
Réponse de le 28/07/2011 à 18:54 :
regardez Françafrique en août sur LCP !!! et vous comprendrez ou est passé le " FRIC " depuis De Gaulle à ce jour ??
50 années de corruption ??
a écrit le 27/07/2011 à 11:40 :
Quand même presque 20 ans avec notre droite au pouvoir et un déficit pareil!!!!
Réponse de le 27/07/2011 à 13:33 :
20 ans moins Chirac qui était clairement socialiste dans sa politique !
Réponse de le 28/07/2011 à 11:12 :
maminova vous pedalez dans le yaourt si chirac comme vous le dites a fait une politique socialiste c'est bien avec des ministres de droite qu'il l'a faite et approuvee par les deputes de la droite
a écrit le 27/07/2011 à 11:39 :
Si si il faut de la rigueur : baisse massive des salaires et retraites des politiciens , nationalisation des banques et des pourvoyeur en energie ( total , edf , gdf ,)
çà c?est de la rigueur!!
Réponse de le 27/07/2011 à 12:09 :
C'est du bon sens. Malheureusement, cela sera plutôt au Français de se serrer encore plus la ceinture et de payer encore plus d?impôts, ça, se sera la réalité.
Réponse de le 27/07/2011 à 13:04 :
Je vais surement comme vous le dites payer 1000 euros de plus d'impots pour cela et je crains aussi une hausse tva de 4 points l'été prochain...alors autant etre pret pour cet effort ..que de le découvrir .. Vous avez raison!
a écrit le 27/07/2011 à 11:14 :
Sarkozy sait qu'il va perdre le pouvoir, avec la règle d'or il limite la marge de man?uvre du prochain gouvernement, comme les Républicains aux États-Unis.
a écrit le 27/07/2011 à 11:06 :
comme dit le proverbe,il n'est jamais trop tard pour agir,mais on peut dire que le president actuel, aura était celui de la dépense ,contrairement à ses promesses en 2007 et ce n'est certainement pas le fait qu'il aura remplacé un fonctionnaire sur 2 ,qui nous sauvera d'affaire...,la dette étant abysale.
bonne chance au nouveau gouvernement en 2012.
Réponse de le 27/07/2011 à 11:40 :
pas assez courageux N S ......seul la suppression du statut de fonctionnaire était suffisant
Réponse de le 27/07/2011 à 18:05 :
Quel intérêt à se répondre à soit même ???
a écrit le 27/07/2011 à 11:05 :
"La régle d'or" n'est jamais pour soi-même mais toujours pour les autres! Une hypocrisie de plus de la part de celui qui a contribué a aggraver notre déficit et qui veut passer pour un sauveur! Toujours des paroles mais, d'actes... point!
a écrit le 27/07/2011 à 11:03 :
Le Problème de M. Sarkozy est qu'il n'est pas M. Obama :

l'un s'est amusé à semer le trouble et la division par des effets d'annonces et des débauchages chez l'adversaire non pas des plus talentueux mais des plus achetables, alors que l'autre à toujours été droit dans ses bottes......

Rééditer le coup de l'appel à l'union sacrée et cloner ,'attitude de M. Obama n'a aucun sens alors que M. Sarkozy restera dans l'histoire comme le grand liquidateur de la France.

Un petit rappel : M. Balladur et M. Sarkozy ont lancé un grand emprunt de 100 milliard de Francs en 92-93, emprunt qui a servi notamment à financer les avantages fiscal du PEA à sa création.

Par ailleurs les sommes tirées des entreprises nationalisées, au lieu d'être affectée en remboursement de la dette à hauteur de leurs coûts d'acquisitions ( lors de la vague de nationalisation de 1981-82) ont servi a financé la politique de M. Balladur.

Car s'il est vrai que la France s'est endettée durant cette phase de nationalisation elle avait des actifs en contre partie. Actifs qui ont été cédés avec "PV de cession" au profit de l'Etat. Ces sommes auraient du servir partiellement au remboursement de la dette....

Maintenant, M. Sarkozy remet le couvert, car on oublie le grand emprunt de 30 M d'euros ( soit 180 milliards de francs). bis repetita eternaum.......

et après, il savonne la planche à ses éventuels successeurs ?

Un peu de modestie, M. Sarkozy.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :