Les "grands contrats" ne suffisent plus à soutenir les exportations

 |   |  491  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En France, la balance commerciale affiche au premier semestre un déficit record de 37,5 milliards d'euros. L'aéronautique continue de jouer son rôle mais ne peut à elle seule assurer un redressement significatif.

 Les Français n'ont pas conscience de la gravité de la situation. » C'est ce que déclarait Pierre Lellouche, secrétaire d'État au Commerce extérieur, au cours d'un déplacement en Alsace le 21 juillet. Et de fait : la France connaît, au premier semestre 2011, un déficit record estimé par les douanes françaises à 37,5 milliards d'euros (65 milliards sur 12 mois). Aux déficits monumentaux des mois d'avril et de mai (respectivement ? 7,2 et ? 7,4 milliards d'euros) succède un mois de juin avec un solde négatif mensuel de « seulement » 5,6 milliards d'euros. La facture est notamment alourdie par le renchérissement du coût énergétique, à la suite de l'envolée du pétrole et du ralentissement de la demande mondiale. Depuis 2003, le solde de la balance commerciale est passé de l'équilibre à un déficit toujours plus important. Cependant, d'autres facteurs sont en cause.

Ralentissement des ventes

Une des raisons avancées par le secrétaire d'État serait le fait que « la France ne [puisse] plus compter uniquement sur les grands contrats », pour garantir ses exports. La baisse des ventes d'armes, par exemple, pèse négativement sur les ventes françaises. Quant à l'aéronautique, elle continue de faire la pluie et le beau temps. Le transport représente toujours près de 20 % des exportations françaises. Ainsi, en Asie, le ralentissement des ventes affecte nos ventes vers Hong Kong et Singapour. Tandis que celles à destination de la Chine connaissent un rebond (+ 16,1 % contre + 0,1 %). Le recul des ventes d'Airbus à l'Arabie Saoudite, couplé à celui des ventes d'automobiles à l'Iran, entraîne un repli des exportations vers le Proche et le Moyen-Orient. Idem en ce qui concerne l'Amérique : les ventes au Brésil et au Chili, tirées par l'aéronautique, bondissent de 15,8 % (? 2,2 % au semestre précédent). Bilan en demi-teinte pour les États-Unis : le recul de la chimie et de la pharmacie et l'appréciation de l'euro face au dollar effacent les bonnes performances de ventes aéronautiques.

Le commerce extérieur français subit parallèlement les conséquences d'inflexions dans d'autres secteurs mais aussi de décisions budgétaires prises par nos voisins européens. Tel le ralentissement des échanges de téléphones et d'ordinateurs. Ou les restrictions budgétaires mises en place dans des pays comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni, qui plombent globalement les exportations. En revanche, la mise en place de dispositifs de primes à la casse dans ces mêmes pays a relancé les ventes dans l'industrie automobile, secteur fortement touché par la crise (? 26,6 % à l'exportation et ? 20,5 % à l'importation en 2009). Dans ce contexte, pour stimuler les exportations, le gouvernement tente d'ouvrir la voie du commerce extérieur aux PME avec la signature de chartes régionales (« La Tribune » du 22 juillet). Autre priorité, l'industrie agroalimentaire qui reste l'un des rares secteurs dont les soldes sont excédentaires (avec le transport, la pharmacie, les produits chimiques et cosmétiques). Un secteur qui « doit penser export », selon le secrétaire d'État.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2011 à 11:00 :
Euro : les pyromanes jouent les pompiers
Les pyromanes qui depuis 10 ans conduisent l?Europe dans le mur de la dette et de la pauvreté de masse ont joué toute la journée aux pompiers pour tenter d?abuser encore les opinions publiques.
Mais cet accord « grosse rustine » qui va endetter un peu plus les Français, sans aider les Grecs, ne règle en rien la cause de l?effondrement des économies du sud et de la France : l?euro trop cher.
Dans quelques mois la même crise se reproduira pour le Portugal, l?Espagne, l?Italie ou même la France, pour la simple raison que l?économie de ces pays est asphyxiée par une monnaie unique taillée pour la compétitivité allemande.

L?euro est aujourd?hui comme un vêtement à taille unique que chacun devrait se débrouiller d?enfiler, quels que soient son poids et sa taille ! Il faut au contraire une monnaie commune à tailles multiples, qui constitue une seule devise européenne face au dollar ou au yuan, tout en permettant des ajustements monétaires entre les nouvelles monnaies nationales qui doivent désormais la composer (euro-franc, euro-mark, euro-drachme,?) et dont les parités entre elles seraient revues une fois l?an en fonction des fondamentaux économiques de chaque pays.

Il y urgence à ce que les peuples se réveillent pour mettre fin aux folies de dirigeants incompétents. L?Europe mérite mieux que cet euro qui appauvrit et divise les nations. Une autre politique est possible.

Nicolas DUPONT-AIGNAN - Député de l?Essonne - Président de Debout la République

Réponse de le 10/08/2011 à 13:23 :
Toujours cette idiotie de chercher un bouc emissaire facile, l'euro n est qu un outil!!!!
Alibi à l incompetence des politiques: Si de gauche comme de droite (j y inclue les extremes) vous aviez eu le courage de faire les reformes NECESSAIRE à la competitivite, au bon fonctionnement de l etat sans vous soucier des manigances des lobbys qu ils soient du CAC, de la fonction publique,agricole ou syndicaux... Sans vous souciez de placer des copains, de vous en mettre plein les poches, de penser à votre re-election.....

VOUS ETES ELUS POUR LE BIEN DE LA NATION, pas pour favoriser telle ou telle caste SI UN HOMME a ce courage de faire ces reformes en France et a le courage de mettre en avant la nécéssité d"une Europe qui parle d une SEULE VOIX (Harmonisation fiscale, du marche du travail, re-negociation des accord intra zone euro comme ceux externe a l euro....).
alors je voterais pour lui sinon, de l extreme droite à l extreme gauche vous resterez tous des rigolos incompetent.
a écrit le 10/08/2011 à 10:57 :
Le scandale des délocalisations d?Eric Laurent, chez Plon

Ce livre révèle que le monde des affaires mène une véritable guerre contre l?emploi. Des milliers de postes même hautement qualifiés, sont constamment détruits en France, en Europe, comme aux Etats-Unis, pour être transférés en Chine et en Inde. Une quête du profit à court terme où les salaires sont sacrifiés à l?avidité des actionnaires.

Le scandale des délocalisations entraîne le lecteur dans les coulisses d?une réalité, dont l?ampleur et la gravité sont soigneusement occultées par les dirigeants d?entreprises et les responsables politiques. Il découvrira comment un fond créé par Nicolas Sarkozy pour lutter contre la crise finance les délocalisations. Il apprendra comment l?Union Européenne, déjà impuissante à créer des emplois, s?empresse de détruire ceux qui existent.

En délocalisant massivement, les industriels occidentaux sont tombés dans un véritable piège, soigneusement tendu par l?Inde et la Chine, et les bénéfices de la mondialisation leur échappent désormais.
Au terme de cette enquête emplie de révélations, Le Scandale des délocalisations pose une question : un pays peut-il perdre ses emplois et continuer de prospérer ?
a écrit le 10/08/2011 à 5:08 :
on recolte ce qu'on a seme, je ne vois pas ou est le pb.......... ah, si ! le pb ca sera quand on mettra les multinationales dehors sous pretexte qu'elles ont le culot de gagner de l'argent ( a l'export)... populisme de bas etages, quand tu me tiens...
a écrit le 08/08/2011 à 19:29 :
les francais sont aussi responsables que les elites, car certes les grandes entreprises sont importantes mais les pme le sont plus, seulement 2 problemes :

les francais par leurs pessimisme à la limite du suicide, en font des entrepreneurs pitoyablent, en france nous somme plus nombreux qu en allemagne et en angleterre et pourtant nous creeons 2 fois moin d entreprises;

en termes d exportation nos pme sont nul, de part nos niveau d anglais, nos peurs de tenter la moindre chose, resultat les pme francaise vendent 3 fois moin à l etranger que les pme des 2 citées au dessus.

Dire que les elites sont responsablent de tous les pets de travers, est ridicule de la part des francais, si nous nous contentons de critiquer les autres et de ne pas voir les defaults des travailleurs et pme francaises, alors oui, ont se rassurent, mais ont ameliorent pas la cituation.
Réponse de le 09/08/2011 à 9:03 :
Je suis assez d'accord avec ce commentaire mais voir le nombre de fautes d'orthographe pour quelqu'un critiquant le manque de niveau en France ça décrédibilise un peu le commentaire. Et les chiffres ne sont pas bons non plus, l'Allemagne compte plus de 80 millions d'habitants et nous sommes 65 millions de français à peu près. Donc on est pas "plus nombreux".
a écrit le 08/08/2011 à 12:21 :
La France connaît le plus fort taux de désindustrialisation, de surcroit les pouvoirs publices et les plétoriques agences de développement économiquent se trompent lourdement depuis 10 ans sur l'innovation ... l'ex ANVAR devenue OSEO est le principal étouffoir des innovations individuelles, les grands groupes sont à bout de souffle engoncés dans leurs certitudes et paralysés par leurs hiérarchies et les carriéristes incompétents co-optés par copinage ... VOILA n'attendez plus rien de la France, elle est en vrille comme l'A330 Rio Paris ---
a écrit le 08/08/2011 à 12:00 :
Réponse à Jeff. Quel rapport entre les niches fiscales et la balance commerciale de la France ? Eclairez ma lanterne, je suis curieuse de nature .
a écrit le 08/08/2011 à 10:19 :
Très franco-françaises comme réactions. L'organisation allemande, plus décentralisée tant économiquement que politiquement, pourrait servir de piste de réflexion à une France malade de son centralisme et de ses grandes entreprises, pour procéder sa modernisation.
Réponse de le 08/08/2011 à 10:52 :
Mais non voyons, nous on a la chance l'equipe de France de l'export qui continue de s'autocongratuler chaque annee malgre les performances minables a l'export : (Ubifrance, Erai, UCCIFE, Coface, Oseo ...) ...
Les allemands nous envient surement un tel mille feuille d"experts" ...
Réponse de le 09/08/2011 à 8:38 :
Euh si j ene m abuse on paie bien des impots locaux non? une partie des taxes est reversées au regions et collectivités locales qui subventionne aussi a leur niveau les PME ou les E.

Le probleme est ailleurs, comme cite on ne favorise pas l'innovation: ce n est pas en subventionnant des secteurs moribond, en mutlipliant des demarches administratives a la création d entreprise, en appliquant une fiscalité injuste et inegalitaire (comme pour le particulier) qu on favorise l essort de l industrie...

Les partenairs sociaux qui ne respectent pas les accords: Petit retour sur les 35H, c est un fait reconnu que la productivité horaire de la France est l une des 5 premiere au monde, mais ce n etait pas le but, ni de faire naitre les heures sup defiscalisés pour les Entreprise, le but etait la creation d emploie, mettons de cote les PME sur ce derniers point, mais les grand groupes ont bon dos, non seulement ils ont gele les salaires un moment sous pretexte de 35H paye 39H, et n ont pas embauche de surcroit sur ces 2 point les salaries se sont fait ......

Il y aurait beaucoup a dire.... mais les necessaire reformes il est plus que temps de les faires, et de separer le politique de l economique, j entend par la pour nos Chers Politique d etre aux ordres du Medef et des Grand Cadres du CAC, qui aujourd hui n'ont plus rien d entrepreneur....
a écrit le 08/08/2011 à 9:55 :
Quand souffle le vent de la délocalisation, ne reste que la désolation...

Qu'on se le dise... !
a écrit le 08/08/2011 à 9:11 :
Avec les politiques la situation est grave mais pas désespérée malheuresement ce n'est pas d'aujourd'hui que la balance commerciale de la France est déficitaire et leurs promesses ne changeront rien. Il faut mener une politique beaucoup plus tourné vers les entreprises les soutenir plutot que de les ponctionner.
petite parenthèse madame Royal à vos promesses de campagne, si vous êtes élu présidente de la République, tout ce qui est excessif est insignifiant madame.
Pour conclure l'espoir fait vivre comme toujours en France
a écrit le 08/08/2011 à 7:23 :
Philippine a raison mais il faut aussi ajouter la responsabilité (ou l'irresponsabilité) des Écoles de comme ou autres institutions qui ne forment pas du tout à l'exportation. L'international dans leur langage c'est du management ! Pour être un bon manager à l'international il faut commencer par "faire du terrain", de la vente, il faut vendre "l'image France" promouvoir nos produits, notre savoir-faire ; les industries sont beaucoup trop frileuses, mais il est vrai que nous avons une grosse lacune en langues étrangères !
a écrit le 08/08/2011 à 6:15 :
Et maintenant l'opposition n'arrête pas,sans aucune honte d'ailleurs, de clamer haut et fort qu'il faut réindustrialiser la France !! Rappelons nous que cette même opposition, lorsqu'elle était au pouvoir , a fait fermer toutes les aciéries de l'est de la France, sur l'autel de l'Europe, d'ailleurs, en disant qu'il fallait "restructurer". Et maintenant, ils veulent réouvrir les hauts fourneaux, tout cela serait d'un comique si la situation n'était pas aussi grave !! Et idem pour les filatures du Nord qui sont véritablement sinistrées. Comment voulez vous que notre commerce extérieur soit prospère !! Si vous ajoutez la disparition de beaucoup d'agriculteurs ,vous faites le compte et vous aurez une situation calamiteuse pour notre pays. Et le le plus fort, c'est que je n'exagère même pas, car si je voulais continuer, la liste serai trop longue.Alors, la balance commerciale, bonjour les dégâts !! Je terminerai par les 35 heures, sachant que l'on produit moins de richesses en 35 H qu'en travaillant 39H et c'est normal, vous aurez le tableau de la situation inextricable dans laquelle nous sommes. CQFD .
Réponse de le 08/08/2011 à 7:31 :
Et vous trouvez normal que grâce aux niches fiscales de la droite les grandes entreprises du CAC40 paient 8% d?impôt sur les sociétés contre 30% pour les PME?
Réponse de le 08/08/2011 à 7:38 :
Complètement d'accord.
En même temps, on peut bien travailler 35h puisque nous sommes incapables d'exporter (nous sommes un peuples de paysans tournés vers notre nombril) et que la consommation intérieure ne tire plus l'économie. Alors autant ne pas trop travailler, pour ne pas trop produire, ça serait gâché...
Réponse de le 08/08/2011 à 12:19 :
Réponse à Jeff. Quel rapport entre les niches fiscales et la balance commerciale de la France ? Eclairez ma lanterne, je suis curieuse de nature .

Réponse de le 08/08/2011 à 15:56 :
@ Philippine: d'accord sur le fond, mais le fait de produire plus en travaillant 39 plutôt que 35 heures reste à démontrer. Les mathématiques simples ne sont pas les meilleures. Exemple 1+1 ne fait pas forcémet 2. Démonstration: 1 homme et une femme peuvent avoir entre 0 et moultes enfants; la famille se composera donc de 2 en premier lieu + les enfants, et de 0 en dernier lieu s'ils n'ont pas d'enfants :-)
Réponse de le 08/08/2011 à 22:11 :
@ Patrickb : D'où tirez vous un exemple aussi mauvais ?!

Bon. Il est clair que l'impôt sur les sociétés doit être équitablement répartit. Je dirai même qu'il me semblerait tout à fait normal qu'il pèse plus sur les grandes entreprises que les PME.
En ce qui concerne nos exportations, il est clair que l'Euro fort n'aide pas.

Mais qui pouvait sérieusement penser que les Grands contrats suffiraient ?!
Réponse de le 09/08/2011 à 7:24 :
@ Redon; 1) les gens achètent les produits dont ils ont "besoin" et la valeur de la monnaie n'a aucune influence. Par exemple, les produits Apple ne valent intrinsèquemet rien, mais se vendent à prix d'or, prueve que les gens ne s'attardent pas sur le prix, non ? 2) les impôts devraient être les mêmes pour tous. Le problème des grands entreprises, c'est que c'est le conbtribuable qui les finance quand ça va mal et qu'elles empochent les bénéf quand ça va bien. Halte donc aux subventions en tout genre et pour tout le monde. Une entreprise, c'est fait pour gagner de l;argent, pas pour exploiter le contribuable !!!
Réponse de le 10/08/2011 à 0:17 :
@Patrickb : "la valeur de la monnaie n'a aucune influence" et bien si !
Une monnaie faible favorise les exportations, mais pénalise les importations (elles reviennent chère). C'est le contraire avec une monnaie forte.
L'Euro étant une monnaie précisément forte, nos exportations s'en trouvent réduites (peu compétitives) ce qui n'aide pas notre économie.
Réponse de le 10/08/2011 à 6:34 :
@ Redon; quelle naiveté ! tu exportes quoi quand les gens ne veulent pas de tes produits ? on importe de Chine actuellement parce que le prix de revient sur place est faible, non à cause de la monnaie, mais à cause des salaires et du niveau de vie...et on revend au prix fort, non pas à cause de la monnaie, mais parce que les salaires et le pouvoir d'achat sont meilleurs. Le jour où les Chinois vendront des Airbus (par exemple), on achètera moins cher à la Chine et figure-toi qu'on paiera en dollars, non pas à cause de la monnaie chinoise, mais parce que c'est la monnaie de règlement de la facture :-) et à ton avis, le prix sera inférieur à cause de la monnaie ou à cause de l'exploitation des travailleurs chinois ? :-)
Réponse de le 10/08/2011 à 9:22 :
@Patrickb euh naif aussi nos Airbus s exporte, Areva Exporte.... le probleme est plus complexe c est sur qu'en subventionnant des secteur moribond on aide pas l export.....

Eh oui le cours d'une monnaie joue sur l export et l import... Et pour l import Chinois et asiatique le Pb ne viens pas que de l euro, c est sur qu en beneficiant d un dedouannement remontant aux années 70, quand c etait encore un PVP, alors qu'ils taxent nos produit a l entree..... ils sont doublement gagnant..... il serait plus que temps de remettre tout a plat

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :