Bernard Brunhes, l'incarnation du principe de conciliation

 |   |  384  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Ce spécialiste des questions sociales est décédé lundi à 71 ans des suites d'un cancer.

Personnage méconnu du grand public, Bernard Brunhes, était pourtant, à l?instar de Raymond Soubie, l?une des grandes figures des relations sociales en France de ces trente dernières années. Un cancer l'a emporté lundi à 71 ans.

Respecté autant par les syndicats que par le patronat. Polytechnicien, diplômé de Science Po et de l?Ensae, Bernard Brunhes a commencé sa carrière à l?Insee (1963-1973) comme chef de la division Etude des entreprises, puis comme directeur de cabinet du directeur général. Il intègre le Commissariat général du Plan d?abord comme directeur de cabinet, puis comme chef du service des Affaires sociales. En 1981, avec l?arrivée de la gauche au pouvoir, Bernard Brunhes fait un grand saut dans la politique en devenant conseiller pour les affaires sociales du Premier ministre Pierre Mauroy. Une époque difficile pour les relations sociales où ses talents de conciliateur entre syndicats, majorité au pouvoir et le CNPF (Medef) seront appréciés, notamment lors de l?élaboration des fameuses lois Auroux qui ont profondément modifié le Code du travail.

En 1983, il quitte Matignon et est nommé président du directoire du groupe Caisse des Dépôts Développement (C3D), holding des filiales immobilières, techniques, touristiques, sociales et de services de la Caisse des Dépôts.

Autre grand saut, en 1987, il quitte la fonction publique pour créer sa propre entreprise, Bernard Brunhes Consultant, qu?il développe en France et à l?étranger pendant dix-sept ans avant de la céder au groupe BPI en 2004, dont il deviendra ensuite vice-président. Homme modéré et de dialogue, autant soucieux de l?efficacité économique que de justice sociale, Bernard Brunhes avait été sollicité à plusieurs reprises pour des médiations lors de mouvements sociaux ou sociétaux qui ont défrayé la chronique, notamment en 2005 lors d'un conflit à la Régie des transports de Marseille (RTM), en 1991 auprès de demandeurs d'asile kurdes en grève de la faim ou encore lors d'un important conflit à la RATP en 1988. Ses rapports sur les questions sociales, ses interventions dans des colloques comme ses participations à de nombreuses revues spécialisées dans les questions économiques et sociales (Liaisons sociales, Futuribles, Droit Social, Etudes, Le Monde, ...) ne se comptent plus. Une grande figure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :