La crise frappe avant tout les jeunes

 |   |  381  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'analyse de Louis Chauvel, sociologue, professeur à Sciences Po, invité à Columbia University, spécialiste des fractures générationnelles.

"Le phénomène de l'"over-qualification", que l'on appelle souvent "déclassement" en France, tend à devenir mondial, même s'il est plus marqué objectivement dans certains pays et plus conscient dans d'autres. Jusqu'à présent, on a vécu avec le constat que face à la crise, il vaut mieux être diplômé que pas du tout. Mais le malheur des "sans diplôme" ne fait plus le bonheur des diplômés qui subissent à leur tour la dégradation générale de la situation.

En réalité, l'OCDE peine à repérer la tendance, car il faut croiser les résultats nationaux par classes d'âge. Clairement, depuis 2008, la crise a frappé avant tout les jeunes...comme d'habitude. Aux Etats-Unis, et ce n'est pas un cas unique au monde, les jeunes ont plus souvent raté leur entrée dans la vie adulte, et les seniors travaillent plus longtemps pour se constituer des droits à retraite meilleurs, leur épargne ayant fondu.

On détecte ainsi Outre-Atlantique l'émergence d'une "Generation Limbo" (se prononce comme "bimbo") une "génération des limbes" de "graduates", de "colleges", même de la "Ivy league" qui ne trouvent pas d'autres jobs que celui de "bar manager" ou de "MacDo specialists"... Les vieux pays occidentaux connaissent bien ce phénomène, mais on le retrouve également au Japon avec les "Parasaito Shinguru" (célibataires parasites vivant au crochet des parents) voire en Chine avec les "ant tribes", la "tribu des fourmis", en stages à répétition pour des niveaux de revenus ne permettant pas de vivre dans la Chine urbaine d'aujourd'hui.

Il émerge donc un phénomène mondial, d'une génération sacrifiée qui faute d'emplois décents à la sortie de l'université, vont former une masse de travailleurs qualifiés frustrés.

Que faire ?, disait Lénine. Plutôt que de multiplier sans mesure la masse des titulaires de grades universitaires, il faut avant tout soigner les transitions vers le monde du travail. Les sociétés qui absorbent le mieux la crise sont celles où il existe des emplois à la fin des études secondaires et qui permettent aux gens de 20, 30 ou 40 ans de revenir à l'université compléter leurs connaissances et acquérir des masters. C'est le contraire de ce que l'on fait en France."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2011 à 10:46 :
Comme d'habitude, les seniors s'estiment le plus à plaindre. La réalité est autre puisque leur revenu est en moyenne supérieur à celui des actifs. Naturellement, un certain nombre de seniors sont pauvres, mais sûrement pas la majorité.
N'étant pas personnellement jeune, je suis heureux d'avoir commencé ma vie professionnelle dans une période plus propice et souhaite beaucoup de courage à nos jeunes.
a écrit le 17/09/2011 à 16:16 :
Une fois de plus, une étude sur le chomage des jeunes, il est vrai que les seniors à partir de 40 45 ans, avec charge de famille n'ont aucun intérêt. Qui plus est, une fois, hélas, la période indemnisée du chomage finie , l'individu n'est plus sur les listes. Avoir fait Sciences Politiques pour pondre ça, chapeau !! J'eusse préféré une thèse sur l'eau tiède ou l'évolution du fil à couper le beurre
a écrit le 17/09/2011 à 10:22 :
Oui, biens-sûr. Ne pas oublier que : 1) On oblige les jeunes à avoir des diplômes de pus en pus élevés pour les mêmes postes : il faut maintenant bac +5 pour devenir instituteur alors qu'il y a 30 ou 40 ans bac+0 suffisait, alors que le métier s'est dévalorisé !!! Est-ce vraiment utile ? Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Cela donne l'impression de faire beaucoup d'efforts pour pas grand chose. 2) Ne pas oublier que les jeunes ne peuvent pas non plus se loger convenablement, parce que les prix immobiliers ont explosé, autant à la location qu'à l'achat (+200% environ depuis 1998 !). Les jeunes sont piégés, par l'emploi, et par le logement. Tout ceci au bénéfice des séniors, qui vivent confortablement de retraites dorées payées par les plus jeunes, et qui leur fournissent à prix d'or des logements qu'eux mêmes ont acheté pour une bouchée de pain (en leur vendant ou louant ces petits studios hors de prix).
Réponse de le 19/09/2011 à 9:50 :
Erreur! Une grande majorité de seniors vivent dans la misère et sont obligés de faire la manche. Réviser votre copie.
a écrit le 17/09/2011 à 7:08 :
Incroyable qu'il faille un Bac+??? professeur à Sciences Po pour faire ce constat. Décidément, les sociologues ont toujours du mal à prouver leur utilité. Faire des constats, c'est facile. Proposer des solutions aux problèmes, c'est déjà un peu plus dur...
Réponse de le 20/12/2011 à 22:20 :
quelles solutions pour améliorer ce constat ? le partage mais comment ? ou attend on la révolte de cette tranche d'âge ?
qui a des propositions à faire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :