Les jeunes, premières victimes de la crise

 |   |  458  mots
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Le rapport "Perspectives de l'emploi de l'OCDE 2011", dévoilé jeudi, alerte sur la situation des 15-24 ans, dont le taux de chômage atteignait 17,3% dans la zone OCDE, au premier trimestre.

La jeunesse est désormais la priorité des priorités. En France et ailleurs, les études et rapports se succèdent, et pointent tous que les 15-24 ans font partie des grandes victimes de la crise.

Le rapport Perspectives de l'emploi de l'OCDE 2011 dévoilé jeudi ne fait pas exception. Mieux, dans son éditorial, il enjoint aux pays de s'atteler à "un chantier inachevé : investir en faveur des jeunes". Car il y a urgence. Au premier trimestre 2011, le taux de chômage des 15 à 24 ans s'élevait à 17,3% dans la zone OCDE, contre 7% pour les adultes. En France, il avoisine les 23%, tandis qu'en Grèce les chiffres dévoilés jeudi par l'Autorité des statistiques grecques font état d'un taux de chômage des 15-29 ans de 32,9% au deuxième trimestre, contre 22,8% un an plus tôt.

Partout dans le monde, la jeunesse peine à trouver sa place sur le marché du travail. Aujourd'hui, les "Neet", "neither in employment nor in education or training", ne sont plus des exceptions. "Ils constituent une catégorie fortement exposée au risque de marginalisation et d'exclusion, risque qui augmente proportionnellement au temps passé en dehors du monde du travail", analyse John Martin, directeur de l'emploi à l'OCDE. Au dernier trimestre 2010, ce groupe représentait 12,6% des jeunes de 15 à 24 ans dans les trente pays de l'OCDE pour lesquels l'organisation dispose de données, contre 10,6% en 2008. Au total, cela correspond à 22,3 millions de jeunes, soit 14,6 millions d'inactifs non scolarisés et 7,7 millions de chômeurs.

Pour eux, l'avenir s'annonce sombre. Le mouvement des "indignés", qui a démarré en mai sur la Puerta del Sol de Madrid et fait tache d'huile en Europe, traduit cette colère. Comme les manifestations des étudiants, puis les émeutes en Grande-Bretagne. Plus inquiétant encore, le phénomène du "déclassement", bien connu en France, gangrène à son tour la planète.

"Jusqu'à présent, on a vécu avec le constat que, face à la crise, il vaut mieux être diplômé que pas du tout. Mais le malheur des sans-diplôme ne fait plus le bonheur des diplômés qui subissent à leur tour la dégradation générale de la situation", souligne le sociologue Louis Chauvel. Il poursuit : "on détecte l'émergence d'une génération limbo (se prononce comme bimbo, Ndlr) une génération des limbes de graduates de colleges qui ne trouvent pas d'autre job que celui de bar manager ou de McDo specialists... Une génération sacrifiée qui, faute d'emplois décents à la sortie de l'université, va former une masse de travailleurs qualifiés frustrés."

Face à ce phénomène social menaçant, force est de constater que les gouvernements n'ont pas trouvé de réponse à la hauteur du problème.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2011 à 8:23 :
"Graduates", "McDo specialists", "bar manager": l?enseignement de la sociologie se fait en anglais dans les universités françaises? Ceci étant dit, si ça peut aider les jeunes à découvrir le monde, cela n'est pas plus mal.
a écrit le 19/09/2011 à 13:09 :
Les jeunessont sur-équipés technologiquement alors je ne vois pas en quoi ils souffrent de la crise. La seule différence, c'est qu'ils n'ont plus les mêmes priorités que leurs ainés. Maintenant TOUT est dans le paraitre, quitte à ne pas se loger convenablement, quitte à abandonner les soins, quitte à mal s'alimenter.
Réponse de le 26/10/2011 à 21:15 :
aie, aie, aie, ça fait fait mal aux oreilles d'entendre des conneries pareilles... vous avez quel âge monsieur, simplement par hasard???
a écrit le 19/09/2011 à 7:34 :
47 ans cadre sup au chomage....
je ne me vois aucun avenir en france...
mais je ne peux pas partir et abandonner mes parents de + de 80 ans...

REVOLUTION!!!
Réponse de le 19/09/2011 à 17:31 :
@ marre: t'as qu'à les mettre à l'Assistance Publique :-)
a écrit le 19/09/2011 à 5:57 :
Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère. Fuir, quitter la France semble encore la meilleure solution pour les diplômés (livre super idéaliste "les corps indécents") car en plus, l'immigration pourrait se révéler lourde de conséquences. Les problèmes ne font que commencer.
a écrit le 18/09/2011 à 20:36 :
Les vieux ont pris les jeunes en otage à plusieurs titres : retraites des baby-boomers à payer (pour ne rien toucher probablement en retour), des prix de l'immobilier grotesques qui correspondent à un transfert d'argent des primo-accédants vers les vendeurs plus agés, et surtout dette de l'état français qu'il faudra bien un jour régler. A cela on peut effectivement ajouter une cohorte de vieux incompétents qui se cramponnent à leur siège plutot que de laisser la place, en politique comme dans l'entreprise...
Réponse de le 18/09/2011 à 21:13 :
Parfaitement.
Réponse de le 19/09/2011 à 5:34 :
@ Fred: 1) les vieux ont payé des cotisations 2) le prix de l'immobilier est le prix que les jeuens sont prêts à payer 3) les vieux qui se crmaponnent restent parec que les juens sont incapables de les remplacer ou de les virer. Conclusion: au lieu de pleurnicher, fais quelque chose !!!
Réponse de le 19/09/2011 à 5:40 :
D'accord pour la politique mais pas dans l'entreprise. Les jeunes sont moins compétent que les vieux.
a écrit le 18/09/2011 à 20:17 :
Les jeunes et les seniors sont les principales victimes sacrifiées au profit de l'Etat providentiel obèse. Les jeunes doivent prendre conscience que le taux de chômage structurel (taux d'activité des actifs de chaque tranche d'âge) qui va les affecter gravement tout au long de leur vie professionnelle est strictement et uniquement lié au taux de collectivisation de l'économie. Il n'y a donc d'autre solution que de dégonfler massivement la baudruche étatique (Etat central non régalien, santé, retraites, éducation, énergie, transports, communications, etc.)
Réponse de le 19/09/2011 à 6:37 :
@ citoyen: tu mélanges un peu tout :-) les emplois de type sinécure sont créés pour placer le copain du copain...parce qu'il n'y a pas assez de postes de minstres. La santé, l'éducation, les transports, etc. sont payés par le contribibuable pour assurer l'avenir du pays. Les retarites sont payés par les gens eux-mêmes qui touchent en fin de parcous une somme proportionnelle à leurs cotisations. On peut réformer tout cela, mais attention de ne pas tout casser aussi.
Réponse de le 19/09/2011 à 17:24 :
"Les retarites sont payés par les gens eux-mêmes qui touchent en fin de parcours une somme proportionnelle à leurs cotisations".ben non,c'est pas vraiment comme cela que ça marche en réalité.les gens actuellement a la retraite touchent plus qu'ils n'ont cottisé(intérets rajoutés).une seule solution juste :la retraite par points avec amenagements par exemple pour les femmes qui ont élevé des enfants
Réponse de le 20/09/2011 à 6:01 :
@ germaine: 1) n'importe quoi ! la légende qui voudrait que les retraités touchent des pensions miraculeuses est tout simplement fausse 2) on voit que tu as des gamins, mais personne ne t'as obligé à les faire pour qu'ensuite ils soient aux frais de la société. Je suis pour la suppression pure et simple de toutes les aides. et pour les jeunes qui préconisent le chacun pour soi, je préconise qu'ils remboursent leur scolarité, leurs soins de santé et tout ce dont ils ont pu bénéficier depuis leur naissance.
a écrit le 18/09/2011 à 19:54 :
et les jeunes diplômés qui en ont plein le cul des stages à 390?/mois ! et qui ne peuvent même pas ^pointer au chômage, ils sont dans quelle statistique?
a écrit le 18/09/2011 à 19:03 :
A propos des diplômes qui ne trouvent pas de boulot,il ne faut pas oublier que ces mêmes jeunes avec diplôme et sans boulot sont à l'origine de la révolution tunisienne.
Réponse de le 19/09/2011 à 7:38 :
45 ans diplômé + 20 ans de cotisations et jeté en 5 minutes comme un mal propre au téléphone....imaginez-vous aussi qu'ils peuvent avoir envie de faire la révolution...

a écrit le 18/09/2011 à 11:56 :
Ce problème mérite d'être traité avec beaucoup d'attention. C'est cette impression de déclassements qui a conduit à la révolution tunisienne, donc les politiques devraient y faire très attention s'ils veulent conserver, égoistement, leur poste. Les jeunes subissent une triple peine : 1) nécessité de faire des études de plus en plus longues, 2) malgré cela, chômage de masse, et 3) prix immobiliers délirants qui les empèchent de se loger décemment.
Réponse de le 18/09/2011 à 16:20 :
Avec en sus une vision de la retraite avec des jumelles en bois.
a écrit le 18/09/2011 à 9:26 :
Il n'y a plus de travail et il y en aura de moins en moins. Informatique, robotisation et délocalisation font qu'on a besoin de moins en moins de monde dans les entreprises. Rien d'étonnant à ce que les jeunes soient les premiers touchés, ils sont les derniers à arriver sur un marché du travail saturé.
On le sait, il y a très peu de mobilité du travail en France et pour cause. Une fois que l'on tient un boulot (un CDI), on ne le lâche plus. Jusqu'à la pré-retraite ou le plan social. Sinon comment payer la maison à crédit, les vacances à crédit, la voiture à crédit...
J'ose espérer que les politiques ne découvrent cette situation, ça fait juste 30 ans que c'est comme ça. Mais voilà, maintenant ça s'aggrave...
Réponse de le 19/09/2011 à 7:42 :
attention à vous les jeunes!!! les gens de 40 ans sont virés de leur place parce que vous les jeunes ...vs acceptez les salaires au rabais... pas sur que vous ne coupîez pas la branche sur laquelle vs êtes assis...

Vs avez fait des études?????????????vendez les aux employeurs à des prix réalistes...pas au smic...unissez vous pour faire face...sinon vs serz tous des smicards pauvres et ds la merde
a écrit le 17/09/2011 à 16:45 :
Ho mon Dieu quelle découverte ! En France cela fait 30 ans que les jeunes ont d'immenses difficultés à trouver un emploi et sont clairement discriminés à l'embauche. Alors, certes, cela s'accentue avec la crise mais sur le fond la tendance est toujours la même. Quand je repense à ces entretiens que j'ai passé et où on me disait « vous avez trop d'études », « pas assez d'études », « Vous avez trop souvent changé de travail, c'est une preuve d'instabilité »... j'en passe et des meilleures... Faut pas être un soixante huitard " à la c*n" pour sortir ce genre de réflexion avec le taux de chômage et la précarité de l'emploi que l'on subit depuis des années ?!!! Jeunes, maghrébins... tout ce qui ne rentre pas exactement dans le moule est systématiquement rejeté du monde du travail. Ce serait d'ailleurs intéressant de connaître le nombre d'années que les personnes dans la trentaine aujourd'hui ont passé au chômage ou au RMI...
a écrit le 17/09/2011 à 16:43 :
Ho mon Dieu quelle découverte ! En France cela fait 30 ans que les jeunes ont d'immenses difficultés à trouver un emploi et sont clairement discriminés à l'embauche. Alors, certes, cela s'accentue avec la crise mais sur le fond la tendance est toujours la même. Quand je repense à ces entretiens que j'ai passé et où on me disait « vous avez trop d'études », « pas assez d'études », « Vous avez trop souvent changé de travail, c'est une preuve d'instabilité »... j'en passe et des meilleures... Faut pas être un soixante huitard " à la c*n" pour sortir ce genre de réflexion avec le taux de chômage et la précarité de l'emploi que l'on subit depuis des années ?!!! Jeunes, maghrébins... tout ce qui ne rentre pas exactement dans le moule est complètement rejeté du monde du travail, c'est LA tradition française. Ce serait d'ailleurs intéressant de connaître le nombre d'années que les personnes dans la trentaine aujourd'hui ont passé au chômage ou au RMI.
a écrit le 17/09/2011 à 13:46 :
Alors si cela touche les jeunes ; on peut etre sûr des larmes de crocodiles de nos politiques...et de nos hommes d'affaires ...
a écrit le 17/09/2011 à 8:35 :
Voilà u_ne circulaire qui a du être lue par l'un de nos candidats du parti socialiste, avant que celle-ci ne soit publiée à la grande presse. Du coup il passera pour un homme claivoyant. Sauf que la politique pour les jeunes sera prises par tous les pays européens et par tous les gouvernements qui seront en place de gauche comme de droite. Monsieur le candidaét avez-vous d'autres actions phares de ce type?
a écrit le 17/09/2011 à 7:56 :
Il est difficile d'apprécier en temps réel le moment où cette étude faite sur les jeunes comme bien d'autres informations ; sont communiquées aux gouvernants. Le fait est que nous assistons dans bien des domaines à des politiques qui ne s'établissent qu'une fois les dommages causés. Les institutions de l'europe doivent se pencher sur la communication et la prévention.
a écrit le 16/09/2011 à 18:54 :
Les politiques ne pensent qu'à l'horizon des prochaines élections. Les grandes entreprises ne raisonnent qu'au pas du résultat trimestriel. Les ménages se demandent s'ils vont réussir à boucler le mois. Quand voulez-vous que la Société s'interroge sur l'avenir des jeunes ? On n'a pas le temps : il y a un trader qui l'attaque à chaque milliseconde !
Réponse de le 19/09/2011 à 13:39 :
Excellent !
a écrit le 16/09/2011 à 14:13 :
Les jeunes ne sont bons qu'à payer les appartements que nous avons aisément achetés dans les années 90. Allez bosser feignants et payer le loyer !
Réponse de le 16/09/2011 à 14:37 :
c'est avec des réponses comme ca que l'on pas envie de rencontrer des gens comme toi au boulot....avec des pensées exclusives et connes!
Réponse de le 18/09/2011 à 11:58 :
@ CONSEQUENCE : je pense que vous n'avez pas compris l'ironie du message que vous critiquez...
a écrit le 16/09/2011 à 11:18 :
Il n'y a rien d?inquiétant tant que ces gosses restent encore à la maison et que leurs parents ont de quoi subvenir aux besoins de la famille. Ces mômes ont encore la possibilité de quitter la maison jusqu'à 35 ans.
Réponse de le 16/09/2011 à 12:59 :
il faut savoir que beaucoup de familles francaises vivent en zone rurale pour acceder à la propriété hors l'emploi se trouve dans les grandes villes ainsi que les études donc de ce fait; dès 18 ans la plupart des jeunes doivent quitter le cocoon familial et ainsi travailler et assumer un logement.
Réponse de le 16/09/2011 à 14:00 :
rien d'inquiétant ? et qui va embaucher un diplomé de 35 ans qui n'a pas trouvé de travail depuis son diplôme ? après 2 ans sans emplois, les chances d'être embauché sont quasi nulles, que l'on soit nouveau diplômé ou que l'on ai 20 ans d'expérience. Qu'est ce qu'il ne faut pas lire !!!
a écrit le 16/09/2011 à 10:23 :
L'OCDE transforme en une énième étude ce que l'observation de la rue et de ses jeunes en rade montre au quotidien. Donc, former ces jeunes aux nombreux métiers à l'utilité sociale certaine et en manque de candidats. Car tous en effet n'ont pas les capacités (à défaut de l'envie) pour postuler aux postes avantageux de l'OCDE (dont les budgets de fonctionnement pourraient être valablement réorientés).
a écrit le 16/09/2011 à 9:57 :
je considère vos propos en dehors de la réalité.
Le mouvement des indignés ne représente en rien le mouvement de la jeunesse, il représente le mouvement des intégristes.
Je fais partie intégrante de cette jeunesse diplomée, qui après de multiples contrat en intérim dans le domaine bancaire constitue toujours une part du pourcentage des chomeurs. Pour certains, qui pensent que la jeunesse reste au chaud chez leurs parents sans se lever le matin pour aller travailler...je leur dis de regarger plus leur environnement au lieu de regarder la télévision et ces médias.
De plus, si la jeunesse se cloitre sous son casque pour écouter de la musique...c'est pour pas écouter vos conneries.
Réponse de le 16/09/2011 à 12:45 :
bien dit !!
Réponse de le 18/09/2011 à 12:02 :
Les indignés ne sont en rien des intégristes. Ils représentent l'exaspération de la jeunesse face au chômage, aux inégalités, face à la main mise du monde financier et bancaire sur la politique, une exaspération face à ces traders qui démolissent l'économie tout en se gavant de bonus aucunement mérités. Les indignés sont un mouvement MONDIAL : Tunisie, Egypte, Lybie, Syrie, Yemen, Oman, Espagne, Grece, etc, sans oublier d'autres formes comme à Londres, ou des mouvements pas aussi forts pour l'instant comme en France.
a écrit le 16/09/2011 à 9:57 :
Il y trois options en France pour un jeune, hériter, vivre de l'assistanat ou faire des études efficaces pour s'expatrier, par contre vouloir bosser avec un bac+5 dans l'informatique en Région parisienne c'est exactement pareil que toucher le RSA et un logement social dans une HLM, même pouvoir d'achat, moi je préfère vivre d'un loyer de mes deux studios à Paris qui me rapporte 2800 euros par mois, que j'ai acheté 5 fois moins cher en 1990, que toucher la même chose avec un bac + 10 pour 12 heures par jours et verser mon salaire à un proprio à l'heure actuelle.... La rente il n'y a que ça qui paie, le reste c'est une vie médiocre et précaire.
Réponse de le 16/09/2011 à 14:04 :
j'ai un bac +5, je suis dans l'informatique, en région parisienne, et perso je trouve que j'ai un bon boulot, interessant et qui paye bien. Quand au studio, j'ai acheté mon appartement de 50m² avec 50% d'apport personnel, bien que ce soit au bout de 10 ans, mais j'aurai pu le faire bien avant (avec un apport plus faible forcement). Tiens, au fait en terme de vie précaire et médioce, cette année je suis partis en vacance à Dubai, perso jça me tente de pas d'aller y vivre... merci.
Réponse de le 16/09/2011 à 14:36 :
Dans 10 ans vous devriez vous expatrier au Canada ou en Australie, tout en louant votre studio plus de 2000 euros par mois, soit les deux tiers de votre salaire, si vous 'avez acheter pour plus de 400 000 euros, alors vous êtes un âne, car avec une telle somme, vous auriez pu faire fortune en Chine, ou en Inde, voire au Brésil, en créant votre propre société et en vivant dans une luxueuse villa au bord de la mer...
Réponse de le 16/09/2011 à 15:56 :
@ Cavalière
Faire fortune en inde, vivre dans une luxueuse villa, heu avec ou sans esclaves ?
Remarquez on a les reves que l'on veut.
Réponse de le 17/09/2011 à 11:33 :
Désolé mais moi aussi je viens d'avoir un bac +5 en informatique et en aucun cas je n'aurai voulu rester a paris. En province oui mais a paris ça ne sert a rien. Je ne vois pas de quoi être heureux a vivre dans un 50m² après avoir travailler 10 ans comme un ingénieur...
Réponse de le 17/09/2011 à 16:04 :
Un salaire d'ingé ne va jamais payer un bel appart à Paris, c'est juste impossible.
a écrit le 16/09/2011 à 9:16 :
@ cavaliere: faut pas croire que tout était rose pour les générations antérieures. Il faut se battre constamment et arrêter de pleurnicher !!! Je dis toujours que les soldats de Napo sont allés à Moscou à pied, alors que les jeunes d'aujourd'hui peuvent seulement aller jusqu'à Porte d'Italie à condtion qu'il fasse beau et que le métro ne soit pas en grève :-)
Réponse de le 16/09/2011 à 14:38 :
Ils doivent s'expatrier dans les zones de croissance à deux chiffres au lieu de végéter dans un pays de retraités avec un taux annuel de 0.5% de croissance.
Réponse de le 18/09/2011 à 12:09 :
Quel bel exemple... Les soldats de Napoléon se sont fait démolir à MOscou, comme d'autres... Ceci dit vous ne pouvez pas nier que les jeunes d'aujourd'hui ont une vie beaucoup plus difficile que les jeunes d'il y a 20 ou 30 ans : ils doivent faire des études beaucoup plus longues, et malgré cela ont beaucoup plus de difficultés à trouver un travail et à se loger. Parce que la génération précédente a la main mise sur les emplois et les logements, ainsi que sur la politique car elle représente une part très importante de l'électorat, donc les politiciens font tout pour avantager cette génération au détriment des jeunes. Les jeunes ont donc intérèt à se révolter comme les indignés pour qu'on les prenne en compte, comme leurs ainés l'avaient fait avec succès en 1968.
Réponse de le 19/09/2011 à 5:38 :
@ jean: 1) personne n'oblige les jeunes à faire de longues études qui ne les mènent d'ailleurs à rien compte tenu de la valeur du diplôme. 2) l'immobilier est à un prix fou parce que les jeuens sont prêts à payer un prix fou ou à s'endetter "à la grecque". et il fautr en effet que les jeunes se révoltent au lieu de pleurer tout le temps !!!
a écrit le 16/09/2011 à 9:07 :
Les jeunes sans emploi représentent une menace pour la stabilité, car ils ont potentiellemenbt le povoir de se rebeller (comme en 68). C'est pour cela qu'on en parle tant, pacre qu'autrement, leur situation est beaucoup plus enviable que celle d'un tyoe de 50 ans au chômage avec 3 gamins (parce que les jeunes peuvent habiter chez leurs parents)!!!
Réponse de le 16/09/2011 à 12:05 :
bravo patrick, nous en 68 on était des tigres, on s'est rebellés, je ne sais plus trop contre quoi d'ailleurs car on avait le plein emploi et un ascenseur social qu'on a pris (maintenant on l'a saboté pour qu'il reste en haut).
Alors maintenant les jeunes faut pas trop qu'ils se plaignent, ni le gars de 50 ans au chomage non plus, mais surtout qu'ils payent leur loyer.
N'oubliez pas, en 2013 je reviens vous parler de la semaine de solidarité pour financer la dependance
Réponse de le 16/09/2011 à 12:52 :
Si les jeunes se rebellaient, les vieux rentiers de mai 68 enverraient sans hésiter l'armée les briser.
Réponse de le 17/09/2011 à 11:51 :
@ laure: les "rentiers" n'ont pas ce pouvoir et c'est bien aux jeunes, comme en 68, en Tunise ou en Egypte de renverser le pouvoir en place qui les étrangle...mais encore faut-il en avoir le courage !!!
a écrit le 16/09/2011 à 8:44 :
Arrêtez !!!! jeunes, ils ne font rien et passent leur temps à écouter de la musique dans des gros écouteurs fabriqués par un certain Dr Dre payé par ses confères ORL pour augmenter le nombre de sourds
Il faut soutenir l?immobilier à tout prix et pour cela je propose de créer une taxe sur les salaires pour créer un fond de garantie des emprunts des jeunes afin de les aider à s?endetter à hauteur de 60 % de leurs revenus pendant 50 ans, et surtout ne pas fiscaliser les plus values de l?immo, gagnées à la sueur du front.
Aux US, ils ont fait ça avec 2 organismes, qui s?appelaient je crois Fanny ..ou Freddy... je ne sais plus trop ..(moi le seul Freddy que je connaissais il avait des ongles très longs et jouait dans des films qui faisaient super peur), il parait.que ça a bien marché.
Sinon, s?ils n?achètent pas mes vieux studios avec 600 % de plus values sans impôt, il faut faire le même fond mais pour garantir les loyers, je n?ai qu?une peur c?est qu?ils ne payent plus, forcément avec le peu qu?ils gagnent.
a écrit le 16/09/2011 à 7:30 :
C'est pas tout de trouver du boulot, le plus dur sera de se loger, accéder à la propriété pour eux est une utopie, la retraite ? une plaisanterie.
Réponse de le 16/09/2011 à 8:09 :
Pour l'instant, c'est exact.
Mais les choses changent.
Réponse de le 16/09/2011 à 8:48 :
@ CAVALIERE : Hélas ! Bien des jeunes en France sont inemployables : ils ont appris, par l'exemple de leurs professeurs, à l'école, qu'en cas de problème, la seule solution est de faire la grève, mais ils n'ont pas appris des mêmes professeurs, en revanche, qu'on ne peut pas demander à l'entreprise plus qu'on ne lui rapporte. Il est donc vrai que pour accéder à la propriété etc., il faut attendre. Et ça ne va pas s'arranger d'un jour à l'autre parce que l'assistanat nous a tous ruinés. Et alors ? La vie n'est qu'une longue attente de tout ce qu'on désire et, depuis 10 000 ans, on n'a pas trouvé de solution à cette irritante difficulté. Là-dessus, rouspéter ne sert à rien.
Réponse de le 16/09/2011 à 10:21 :
Réfléchissez juste un instant à votre propre emploi et - avec un peu d'honnêteté - répondez vous-même à la question de savoir ce que vous rapportez exactement à l'entreprise qui vous emploie.
Votre raisonnement, s'il était appliqué à l'ensemble des salariés, conduirait sans doute à exclue nombre de travailleurs de leur emploi.
Ceci est dû à la forme de nos sociétés dites "modernes" organisées autour de la Vacuité.
Bonne réflexion
Réponse de le 16/09/2011 à 11:00 :
@ Matanescaut on leur à appris à faire grève ??? Ben ils ont mal retenu la lecon alors. Des grèves il n'y en a plus. Ou alors elle sont le fait de salariés bien souvent agés dont la boite ferme et qui angoissent à l'idee de se retrouver au chomage.
Concernant l'assistanat evitez de donner des lecons. Je suppose que vous etes de la generation qui a profite plein pot du système de protection sociale, de la secu. Cette generation qui percoit des pensions de retraites depassant les salaires medians mais qui passe son temps à se plaindre.
a écrit le 16/09/2011 à 7:01 :
le sociologue a pas tort
d'un autre cote, ft voir qui a demande 80% d'une generation au bac ( philo, francais...)

les allemands ont enormement d'apprentis, au lieu de fabriquer de gens ' qui savent', mais qui ne savent pas faire, ils font le contraire...

ft etre lucide, c'est pas possible en france!!!!! envoyer des jeunes en entreprises, c'est pas compatible avec la lutte des classes ! vive le chomage ( la au moins, personne ne se fait eploiter sur son dos...)
Réponse de le 16/09/2011 à 9:09 :
Oui, fabriquons des robots
Réponse de le 19/09/2011 à 15:59 :
Les allemands ont beaucoup d'apprentis mais les jeunes qui arrivent sur le marché du travail sont beaucoup moins nombreux qu'en France(démographie oblige).Même si on avait beaucoup d'apprentis,on n'aura pas du boulot pour eux car il n'y a pas de travail.L'UMPS ne propose rien pour réduire le chômage de masse.Le vrai problème en France c'est le chômage et en dehors des écolos aucun parti politique propose des solutions crédibles à ce problème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :